10 juillet 2003 : annulation du Festival d’Avignon

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

par Bernard Faivre d’Arcier,
ancien directeur du festival d’Avignon, membre du Comité d’histoire

 

J’aurais préféré ne pas passer dans l’histoire du principal festival français de théâtre comme celui qui aura prononcé son annulation ! Mais les événements en auront décidé autrement. J’ai seulement la consolation de n’avoir pas été le seul à avoir pris cette décision sous la contrainte, puisque tous les grands festivals d’été cette année-là durent être annulés.

En 2003, j’espérais proposer au public un vrai feu d’artifice avec un programme qui rassemblait les artistes que j’avais admirés pendant près de vingt ans. À ce bouquet final, j’avais convié Ariane Mnouchkine, Peter Brook, Valère Novarina, Didier Bezace, Bartabas, Eric Lacascade, Ricardo Bartiz, Thomas Ostermeier, Warlikowski, Stanislas Nordey, Angelin Preljocaj, Jean-Claude Gallotta, Alain Platel, Jan Fabre, Anne Teresa De Keersmaeker, Krystian Lupa, Oskaras Korsunovas, Rodrigo Garcia, Sidi Larbi Cherkaoui, Jean Lambert-Wild, François Verret, Yann -Joël Collin, Pascal Rambert… J’arrête là pour ne pas me faire trop de mal !

Quinze ans ont passé depuis que ce programme avait été élaboré. Je me sens conforté dans mes choix à cette liste de noms qui ont fait le théâtre et la danse d’aujourd’hui. Malheureusement ce programme n’aura été vu par… personne. Les créations mondiales ont été répétées dans les lieux vides d’Avignon car le festival fut annulé, à peine né. Était-ce là un pressentiment ? L’affiche de cette édition, réalisée par Michel Jacquelin et Odile Darbelley, était une photo en gros plan de la coque d’un navire, d’une belle rouille orangée et j’avais voulu malicieusement, en guise de logo, remplacer le trio de clefs papales par trois clefs anglaises signifiant ainsi la perpétuelle nécessité pour le festival de s’auto réparer.

C’était donc mon dernier festival, atteint, m’avait dit le Ministre en exercice à cette époque, par la limite d’âge (déjà 16 éditions à mon compteur) mais je me réjouissais que, conformément à ce que je désirais, le tandem que je constituais avec Christiane Bourbonnaud faisait place à une paire plus jeune, nos deux adjoints formés au sein du festival avec Vincent Baudriller et Hortense Archambault. Mais la grande histoire du spectacle allait vite bouleverser ma petite histoire personnelle.

Juin 2003, la décision gouvernementale de remettre en question le régime des intermittents du spectacle allait provoquer un séisme dont on ressent encore aujourd’hui les effets. Le 26 juin, paraissait un protocole d’accord signé du MEDEF et de la CFDT et refusé, comme d’habitude, par la CGT laquelle alertait artistes et techniciens sur la disparition prochaine de leur profession, pas moins. Il faut dire que le texte, issu de négociations discrètes sinon secrètes, tenues à Paris, était incompréhensible, obscur et compliqué. La période des festivals s’ouvrait alors que des milliers d’intermittents se retrouvaient ensemble sur même lieu. Ainsi étaient réunies les grandes règles classiques qui ont fait le théâtre français : unité de lieu, unité de temps ; on pouvait passer à l’unité d’action.

Les premiers festivals tombent comme des dominos : Montpellier, Marseille, Uzès, La Rochelle. Le flot des artistes et des techniciens des festivals annulés vient grossir le nombre de ceux qui étaient déjà sur place et qui passent à leur tour à la grève. À Avignon, les techniciens du festival s’inquiètent. Ils reprennent cependant le travail après une journée de semonce le 27 juin pour ne pas mettre en péril le montage des lieux de spectacle. La plupart des observateurs, journalistes et politiques compris, sont persuadés que cette vague de protestation va s’arrêter au pied de ces monuments historiques que sont les festivals d’Avignon et d’Aix qui vont débuter vers le 5 ou 6 juillet.

Mais la question se pose avec insistance : grève ou pas ? jouer ou pas ? Deux camps commencent à s’affronter ; les uns, majoritaires parmi les techniciens, pensent qu’il faut frapper un bon coup, être solidaires des festivals écroulés et obliger le Ministre de la Culture à relancer les négociations. Les autres, et c’est plutôt l’opinion qui l’emporte chez les artistes estiment que refuser de jouer c’est se tirer une balle dans le pied, c’est dénier au public l’occasion de s’intéresser à la question, c’est mettre en péril les finances de tous les festivals. On organise des débats, par exemple au cloître des Célestins où le ton se durcit. Patrice Chéreau est vilipendé comme artiste installé et privilégié. Le Théâtre du Soleil est l’un des participants du festival. La troupe d’Ariane Mnouchkine se demande s’il faut forcer les feux pour que la première puisse avoir lieu le jour dit, tout en se sentant solidaires des intermittents. Bartabas, patron du théâtre équestre Zingaro, installé à côté du Théâtre du Soleil, réagit lui, d’abord, en chef d’entreprise. Ses chevaux ne peuvent connaître la grève.

Mais d’assemblée générale en assemblée générale, le festival est de plus en plus fragilisé par le mot d’ordre d’une grève reconductible. Les répétitions prennent du retard. Déjà les spectateurs qui ont réservé leurs jours de voyage et leurs billets de théâtre s’inquiètent.

Le festival propose de mettre à disposition des syndicats et des coordinations d’intermittents les moyens pour étudier le texte et ses conséquences et de prendre des initiatives pour alerter la presse et les spectateurs de la menace imminente. Je reçois même une convocation de la part du Cabinet du Ministre pour venir à Paris présenter mon point de vue. Peine perdue, je ne fus pas reçu par le Ministre en personne et j’eus le loisir d’admirer pendant près de deux heures les superbes fresques bleues d’Alechinsky qui ornent le salon d’attente de la Rue de Valois… J’eus beau alerter toutes les personnalités politiques de ma connaissance, rédiger un article pour Le Monde, faire des propositions au Ministère avec Stéphane Lissner alors directeur du Festival d’Aix, l’incendie est déclaré. CGT et coordination proposent que, lors de la journée prévue pour l’ouverture du festival, soit organisée une grande manifestation parcourant toute la ville, de la vieille gare au Palais des Papes. On peut faire confiance aux compagnies elles-mêmes, surtout celles du Off qui sont directement concernées, pour rendre spectaculaires les mots d’ordre. Masques blancs, bouches cousues, artistes en croix, bannières revendicatives déployées, c’est là pain bénit pour les médias.

À Avignon on délibère six heures de rang en Assemblée Générale. On vote, on discute, on fait pression et on « sit in » autour des lieux de spectacles. Force est de constater que certaines troupes invitées ayant voté pour elles-mêmes la grève, le festival est amputé d’une grande part de son programme, et qu’il y a des risques de bagarres entre grévistes, non grévistes et spectateurs. De toute façon le calendrier des spectacles a complètement explosé car la plupart sont des créations dont les répétitions ne sont pas achevées.

La maire d’Avignon, par ailleurs présidente de l’association qui gère le festival, me demande de retarder toute décision de 24h. mais, l’atmosphère empirant, il me faut prendre la décision qui sera sans doute la plus douloureuse de ma vie professionnelle. Ce 10 juillet à midi, dans la cour surpeuplée du cloître Saint-Louis, quartier général du festival, est annoncée l’annulation du Festival d’Avignon. 75 000 places devront être remboursées mais je ne le serai pas moi-même de dix-huit mois de travail pour l’élaboration de mon dernier programme. Avec Christiane Bourbonnaud à mes côtés, je reste submergé par l’émotion : le 57ème Festival d’Avignon est clos !


Après des études de management privé et d’administration publique (HEC,IEP,ENA), il travaille au Ministère français de la Culture dans les domaines de l’action culturelle, du cinéma et de l’audiovisuel.
Il fut directeur du Festival d’Avignon à deux reprises, soit pendant 16 ans.
Il fut Conseiller culturel auprès du Premier Ministre Laurent Fabius et Directeur du Théâtre et des Spectacles au Ministère de la Culture, auprès de Jack Lang.
Il a créé le pôle français de ce qui est devenu la chaîne culturelle franco-allemande, ARTE.
Consultant auprès de nombreuses collectivités territoriales, festivals et institutions culturelles tant en France qu’à l’étranger, il est Président de la double Biennale de Lyon (Danse et Art contemporain), du Domaine de Chaumont-sur-Loire, de la Compagnie de danse de Carolyn Carlson et de la Scène Nationale de Sceaux.

[découvrir d’autres dates]