Patrimoine du XXe siècle – 2000-2015, bilan de 15 ans de labellisation

par Isabelle Duhau,
Chef de projet, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel,
Direction générale des patrimoines – Service du patrimoine, Ministère de la Culture

Introduction

Jusqu’à la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP), le label Patrimoine du XXsiècle était automatiquement attribué à toute œuvre datée du XXsiècle protégée en tant qu’immeuble au titre des monuments historiques tandis qu’il était décerné à d’autres réalisations – non protégées – dans le cadre de séances dédiées des commissions régionales du patrimoine et des sites (CRPS) au sein des directions régionales des Affaires culturelles. Par commodité, nous parlerons dans ce texte des œuvres « MH » et des « labellisées » pour distinguer les deux sous-ensembles du corpus alors qu’en réalité, toutes sont bel et bien labellisées.

Ce bilan chiffré se fonde pour l’essentiel sur une liste de données compilées par le service de l’Architecture. Elles ont trait aux dates de labellisation ou de protection MH, de réalisation des œuvres, aux informations sur la catégorie architecturale à laquelle elles appartiennent, et enfin à leur localisation géographique. S’il existe une base de données nationale accessible sur Internet, Mérimée, qui documente tous les MH et qui permet une exploitation assez fine des informations descriptives les concernant, rien d’exhaustif n’existe encore pour les labellisés malgré la circulaire ministérielle du 1er mars 2001 instituant le label[1]. De fait, l’analyse qui suit reste parfois approximative mais trouve tout son sens dans une mise en perspective avec d’autres sources disponibles[2].

Nous observerons d’abord certaines caractéristiques des opérations de labellisation, leur déroulé chronologique et leur répartition régionale avant d’aborder l’analyse de quelques spécificités des édifices eux-mêmes, leur date de création et le programme architectural auquel ils se rattachent. Nous proposerons enfin, sur la base de ce constat, quelques éléments de réflexion pour la mise en œuvre du futur label, issu de la loi LCAP.

 

1. Les campagnes de labellisation

Le corpus complet compte 1 293 labels et 1 839 MH, soit respectivement 41 % et 59 %. Ce total de 3 132 réunit des « actes administratifs » et ne permet qu’une évaluation du nombre d’édifices distingués. En effet, c’est l’ensemble de La Grande-Motte (Hérault) qui a été labellisé en 2010 : ses multiples édifices ne comptent que pour une labellisation. Il en va ainsi pour de nombreux ensembles urbains. À l’opposé, des MH qui pourraient prétendre au label n’ont pas été retenus[3]. La base Mérimée MH comptabilise, elle, 2 556 notices d’œuvres datant pour tout ou partie du xxsiècle. Bien qu’il faille soustraire à ce nombre quelques ensembles où seuls des décors intérieurs, voire une partie mineure du bâtiment, datent de ce siècle, les proportions de labellisées seules et de MH semblent plutôt se rapprocher de 35 % et 65 %.

 

Graphique n1 : Nombre de protections MH d’édifices du XXe siècle et de labellisations seules de 2000 à 2015.

Lors de la création du label, environ 1 700 édifices du XXsiècle étaient déjà protégés MH, de sorte qu’entre 2000 et 2015, 843 nouvelles protections sont intervenues, parallèlement aux 1 293 labellisations. Si ces protections MH ont été assez régulières, un peu plus d’une cinquantaine par an, avec une petite baisse entre 2008 et 2010, le nombre annuel de labellisations se révèle beaucoup plus irrégulier, 18 en 2005 pour 263 en 2015, avec une baisse prononcée durant ces mêmes années 2008-2010. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette disparité : dispositif bien rodé pour les MH mais nouveau pour le label, différence de procédure entre les deux catégories (commissions régulières pour les MH/commissions exceptionnelles pour les labels), ou encore organisation des services qui en sont chargés (services des MH bien structurés pour les uns/mission s’ajoutant à d’autres fonctions, voire absence de responsable régional du label pour les autres).

La circulaire du 1er mars 2001 demandait qu’une « liste indicative d’immeubles ou de territoires susceptibles de bénéficier du label » soit proposée en CRPS. Cette liste devait être « mise à jour et complétée au moins une fois par an ». Aucune région n’a réussi à mettre en œuvre cette directive. La plupart des DRAC n’ont conduit qu’une ou deux, voire aucune, campagne de labellisation en quinze ans. Seule PACA, la région qui a le plus labellisé, a présenté des dossiers en CRPS dix années sur les quinze considérées. 2015 affiche un nombre record de labellisations. Il traduit les efforts réalisés par les services pour relancer cette politique, après le constat de plusieurs années décevantes, constat établi dès 2012 dans un rapport commandé par le ministère[4]. Les 263 labellisations de 2015 ont été initiées par douze régions différentes, soutenues par le financement d’études dédiées du service de l’Architecture, alors que jamais plus de six services par an n’avaient labellisé auparavant.

 

2. La couverture du territoire

Cinq régions, six selon Mérimée, possèdent plus de 100 édifices MH, qui sont, dans l’ordre décroissant : l’Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais, la Lorraine, l’Aquitaine, PACA et Rhône-Alpes. Les six régions qui ont le plus labellisé : PACA, Rhône-Alpes, l’Île-de-France, la Haute-Normandie, l’Aquitaine et la Lorraine, sont quasiment les mêmes. Ces chiffres donnent à penser qu’il s’agit à la fois des régions les plus riches en patrimoine de ce type et assez naturellement, celles où les personnels chargés de le valoriser et de le préserver sont le plus engagés, quelle que soit la procédure.

 

Graphique n2 : Répartition par région du nombre de labellisées en 15 ans et du nombre total d’édifices du XXsiècle protégés MH.

Cette analyse est confirmée par une étude réalisée en 1999 intitulée « Patrimoine du XXsiècle. Liste des œuvres remarquables non protégées »[5]. Il avait été demandé à des membres du groupe de travail sur le XXsiècle nommé par François Barré, alors directeur de l’Architecture et du Patrimoine (Corinne Bélier, Joseph Belmont, Paul Chemetov, Richard Klein, Bertrand Lemoine, François Loyer, Gérard Monnier et le centre Thomas-More[6]) de lister des réalisations leur paraissant représentatives. Les réponses totalisent environ 1 300 références dont la répartition topographique confirme la prédominance des régions Île-de-France, Rhône-Alpes, Aquitaine, Nord-Pas-de-Calais et PACA.

 

Graphique n3 : Répartition par région du nombre total de labellisées et du nombre d’édifices du XXsiècle listés dans l’étude de 1999.

Il faut toutefois souligner la spécificité de l’Île-de-France. Près de 50 % des références listées par les experts appartiennent à ce territoire, mais les labellisations franciliennes ne représentent, elles, que 9 % du corpus, ce qui laisse entrevoir une distorsion flagrante entre le patrimoine existant sur ce territoire et son signalement. Dans une moindre mesure, une autre distorsion peut être pointée à propos de PACA : la région représente 5 % des références de la liste de 1999 mais 18 % des labels attribués en 15 ans. Si la politique de labellisation en Île-de-France est sans doute restée trop timide, celle de PACA a été très active – tout comme celle de Rhône-Alpes, ou dans une moindre mesure, de Lorraine, du Limousin et de Champagne-Ardenne.

Une autre étude, le « Pré-inventaire des édifices élevés en France de 1945 à 1975. Première partie : dépouillement de 25 ouvrages »[7] constitue un second indicateur, certes limité à quelques décennies. Il confirme la prééminence de l’Île-de-France qui totalise 40 % des références (sur environ 3 200), suivie de Rhône-Alpes, 15 %, et l’efficacité de l’attribution du label en PACA, qui ne représente que 9 % des références de ce travail bibliographique.

La prééminence de la région-capitale pourrait toutefois être pondérée par l’observation d’autres séries de données, telle celle du PIB (l’Île-de-France représente 30 % du PIB français, celui de Rhône-Alpes 10 % et celui de PACA 7 %) ou encore celle du nombre d’habitants, mécaniquement corrélé à l’importance de l’urbanisation. L’Île-de-France occupe toujours la première place, mais n’abrite « que » 18 % de la population française – devant Rhône-Alpes (10 %), PACA (8 %), le Nord-Pas-de-Calais, les Pays de la Loire (6 % chacune) et enfin l’Aquitaine (5 %).

 

3. Les campagnes de construction

Avant 2000 et la création du label, 94 % des bâtiments protégés MH datant du xxsiècle avaient été conçus durant la première moitié du siècle et seulement deux ou trois après 1975. Les édifices protégés MH entre 2000 et 2015 demeurent majoritairement antérieurs à 1945 (82 %) tandis que seuls 9 (0,5 %) ont été réalisés durant son dernier quart. En revanche, 60 % des labels ont été attribués à des réalisations postérieures à 1945, dont à peine 5 % pour celles postérieures à 1975.

Graphique n4 : Répartition chronologique des labellisées et du nombre total d’édifices du XXsiècle protégés MH.

Ainsi, jusqu’en 1975, l’histogramme montre des valeurs inversement proportionnelles : plus les édifices sont anciens, plus ils sont protégés MH et peu labellisés[8] ; plus ils sont récents, moins ils sont MH et davantage labellisés. Les valeurs sont égales pour la période 1931-1945 : un nombre pratiquement identique d’édifices protégés MH ou labellisés. Il ressort toutefois de ces chiffres que si le label a bien rempli l’un des rôles qui lui était implicitement attribué, celui d’attirer l’attention sur le patrimoine bâti des Trente Glorieuses, il a failli pour ce qui relève de la création des dernières décennies du siècle. La liste dressée par les experts en 1999 confirme cette carence pour le dernier quart du siècle : de manière relativement équilibrée, 20 % de ses propositions correspondaient à des opérations postérieures à 1975.

Graphique n5 : Répartition chronologique des labellisées, du nombre total d’édifices du XXsiècle protégés MH et des édifices listés dans l’étude de 1999.

Si la répartition chronologique proposée par cette liste présente à peu près les mêmes proportions que celles des labellisations pour la première moitié du siècle, une seconde distorsion apparaît, logiquement liée à la distorsion concernant le dernier quart du siècle : celle qui concerne les Trente Glorieuses (phénomène amplifié par la campagne thématique de labellisation conduite sur le logement social par l’Île-de-France). Les ensembles de cette période représentent 55 % de labels (soit 713 références) pour 38 % d’édifices pointés dans la liste (soit 544 références) : est-ce à dire qu’à vouloir trop susciter l’intérêt pour cette période méprisée, ou du moins méconnue, qu’il était urgent de réhabiliter, la politique du label serait allée trop loin en labellisant autant de sites ? Pour le moins, on peut affirmer qu’à vouloir combler une lacune, pressée par les conséquences des grands chantiers de destruction/reconstruction conduits notamment par l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), elle a négligé un autre pan du patrimoine et généré une nouvelle lacune.

L’ensemble des historiens de l’architecture du XXe siècle – toutes leurs publications l’attestent – mettent fin à ce siècle avec les projets du tournant des années 2000. Cependant, il semble que les personnels chargés du label aient appliqué une doctrine qui relève davantage de celle des Monuments historiques, à savoir attendre un délai raisonnable, deux ou trois décennies (sinon la mort de l’architecte) pour consacrer une réalisation. Cette position n’est pas la conséquence d’une directive, bien au contraire. La recommandation du Conseil de l’Europe[9], socle fondateur de la création du label, est bien d’établir un répertoire systématique dressé « sans préjugé quant aux questions de style, de type de bâtiment, de méthode ou de période de construction ».

 

4. La variété des programmes architecturaux

La représentativité de tous les types de bâtiments constitue justement un autre enjeu d’envergure[10]. Assez logiquement, l’architecture résidentielle arrive en tête, regroupant à la fois la catégorie « architecture domestique » et la catégorie « urbanisme et espaces aménagés » dans laquelle sont intégrés tous les grands ensembles de logements des Trente Glorieuses. Si les proportions de ces deux catégories sont équivalentes – 17 % – pour les labellisés, l’architecture domestique représente 32 % pour les MH et l’urbanisme seulement 2 %. Cette distorsion ne s’explique pas uniquement par la prédilection déjà remarquée de la labellisation pour les grandes opérations de l’après-guerre (dans laquelle on doit inclure la campagne thématique de la DRAC Île-de-France en 2008). En effet, la protection MH n’est pas l’outil adéquat pour sauvegarder les ensembles urbains ; d’autres outils existaient pour protéger les espaces, tels les secteurs sauvegardés ou les ZPPAUP (devenues AVAP)[11]. Lors de la mise en place du label, il avait d’ailleurs été prévu que « tout immeuble ou territoire représentatif des créations du xxsiècle, déjà protégé […] par une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), se voit de facto attribuer le label »[12]. Pourtant, cette disposition n’a jamais été mise en place et seuls les édifices protégés MH ont reçu de facto ce label.

Graphique n6 : Répartition par grande catégorie de programme des labellisées, du nombre total d’édifices du XXsiècle protégés MH et des édifices listés dans l’étude de 1999.

Quantitativement, la seconde catégorie la plus représentée est celle de l’architecture religieuse. L’importance des labellisées pourrait être un peu pondérée car la seconde campagne thématique de labellisation en Île-de-France a distingué, en 2011, 75 édifices religieux. L’architecture religieuse est également la seconde catégorie pour ce qui est des MH. Une fois encore, il semble probable que la « culture » du service qui, traditionnellement, accorde une place particulière à ce patrimoine, ait influencé la labellisation, les personnels chargés de protéger et de labelliser étant d’ailleurs les mêmes dans plusieurs régions.

La liste de 1999 distinguait bien davantage – et avant même l’architecture domestique – la catégorie de « l’architecture de culture, de recherche, de sport et de loisir ». Il s’agit probablement d’une des catégories où les innovations du XXsiècle s’avèrent les plus marquantes. Si certains programmes remontent au XIXsiècle – piscine, stade, patinoire, cinéma –, c’est au XXsiècle qu’ils se sont multipliés, jusqu’à mailler totalement le territoire français. Parallèlement, d’autres programmes sont de véritables innovations du siècle : palais omnisport, village de vacances, centre de loisirs, centre culturel, etc. Le nombre de labellisations ne semble pas totalement représentatif de leur place réelle dans le paysage bâti du pays. D’ailleurs, cette catégorie représente 11% des labellisés mais 17 % de la liste de 1999.

Il en va de même pour l’architecture scolaire. Le XXe siècle, siècle de la démocratisation des pratiques sportives et des loisirs, est aussi le siècle de la démocratisation de l’enseignement, depuis le programme de l’école maternelle jusqu’à celui de l’université. Alors que l’on comptait à peine quelques centaines d’établissements d’enseignement secondaire à la fin du XIXsiècle, il en existe 4 300 aujourd’hui dont seulement une petite trentaine ont reçu le label et une vingtaine une protection MH.

Les autres catégories apparaissent plus équilibrées. On peut toutefois noter l’importance surprenante des MH relevant du « génie civil ». Ces 9 % (soit 242 références) doivent toutefois être relativisés : 68 références correspondent aux accès du métro parisien d’Hector Guimard. De même, 80 monuments commémoratifs de la guerre 1914-1918 ont été récemment protégés MH et gonflent les statistiques de cette catégorie. À l’opposé, le si faible nombre de jardins étonne. Cependant, ce chiffre (une cinquantaine dont trois uniquement labellisés) se révèle totalement sous-évalué. D’une part, la signalisation d’un jardin parmi les MH s’avère parfois difficile lorsque c’est le bâti qui est au cœur de la protection. La fiche descriptive dans Mérimée, lacunaire, omet souvent de signaler son existence dans la bonne rubrique[13]. D’autre part, il existe un label spécifique à cette thématique, le label jardin remarquable[14]. Environ un tiers des 419 jardins labellisés sont postérieurs à 1970. Ce qui ferait finalement de cette catégorie la plus mise en valeur de la période !

 

5. Quelques pistes de réflexion pour le futur label

À quoi bon tous ces chiffres ? L’enseignement qui peut en être tiré serait de travailler dans l’avenir à une meilleure représentativité du label. Représentativité territoriale, d’abord. Il est difficilement compréhensible qu’au regard de la densité du bâti francilien mais aussi de l’envergure nationale de certains édifices emblématiques de notre centralisme, si peu de réalisations soient distinguées. Au-delà de Paris et de sa couronne, pour que tout citoyen s’approprie ce label au même titre qu’un MH (immédiatement compréhensible car le moindre village en possède un), il devrait pouvoir croiser régulièrement sur son chemin un édifice labellisé, quel que soit son lieu de résidence. L’INSEE recense aujourd’hui 2 293 unités urbaines qui comprennent nécessairement une part importante de réalisations datant du XXsiècle. Au regard des 1 293 labellisées en quinze ans, beaucoup reste donc à faire pour un meilleur maillage du territoire national[15].

Représentativité chronologique, ensuite. Les réalisations les plus récentes sont très mal mises en valeur, alors même qu’elles ont été souvent très médiatisées, qu’elles correspondent à un renouvellement de l’architecture, prenant ses distances avec une production standardisée pour retrouver les apparences d’une plus grande créativité, et qu’elles pourraient jouer un rôle moteur. Inversement, il n’échappe à personne que l’on ne construit plus pour l’éternité et que la durée de vie d’un bâtiment peut être inférieure à quelques dizaines d’années. D’où le risque que des édifices représentatifs soient détruits avant même d’avoir été examinés. Les halles parisiennes de Victor Baltard ont été démolies 100 ans après leur construction, les pavillons de Jean Willerval, qui les ont remplacées, après 30 ans. Quelle sera l’avenir de la Canopée de Patrick Berger ?

Représentativité des programmes, enfin. Le XXsiècle a, par chance, produit quantité de statistiques. Collecter et analyser plus finement les données disponibles sur la production permettrait sans doute de modérer l’enthousiasme en faveur de certaines catégories fonctionnelles d’œuvres pour braquer les projecteurs sur d’autres, encore sous-estimées.

Encore faudrait-il être plus précis sur ces catégories. Les œuvres distinguées dans chacune d’elles sont-elles réellement représentatives de l’ensemble de la production ? Il s’agit là d’un autre objectif qui était assigné au label, conformément aux critères énoncés dans la recommandation du Conseil de l’Europe stipulant « la nécessité de retenir […] des témoignages moins connus significatifs de l’architecture et de l’histoire d’une période ». Seule une étude plus poussée pourrait répondre à cette question, sur la base de dénominations très précises des œuvres, mais également d’informations concernant les mises en œuvre, les matériaux, le caractère représentatif ou exceptionnel. Ainsi, par exemple, sur le nombre d’ensembles de logements labellisés, seuls trois sites sont des opérations « castor »[16] alors que ce type de logements a été produit par milliers et qu’aucun ensemble d’habitat participatif n’a encore été distingué.

Le moyen de parvenir à une meilleure représentativité du label impose donc d’étoffer les critères de sélection (et bien entendu les possibilités de leur traitement statistique). Seul un croisement des points de vue et des paramètres permettrait de s’approcher de cet objectif. À titre indicatif, on peut citer les critères suivants :

  • la publication qui, même si elle peut s’avérer partiale ou trop liée au milieu professionnel, dans le secteur de la presse d’actualité, est nuancée grâce aux nombreux travaux de recherche disponibles. Parmi les 1 300 œuvres listées par les experts en 1999, seules 260 ont été labellisées à ce jour. Parmi les cent édifices retenus dans l’anthologie de Bertrand Lemoine[17], seuls quatre édifices sur 50 antérieurs à 1950 ne sont ni MH ni labellisés, alors que 27 de la seconde moitié du siècle sont dans ce cas de figure (27 datant des trois dernières décennies). Dans la sélection de Jean-Louis Cohen et Vanessa Grossman, pour la période 1914-2014[18], seuls cinq ensembles sur les 40 listés postérieurs à 1974 sont MH ou labellisés.
  • la reconnaissance. S’il faut prendre garde à la place médiatique occupée par les « starchitectes » et les effets de mode, les palmarès de certains prix (Équerre d’argent, Première œuvre…) devraient être automatiquement pris en compte comme gage de qualité.
  • les informations des architectes sur leur propre production. Il semble paradoxal que la profession ne soit pas davantage impliquée dans la politique de labellisation. Raison sans doute pour laquelle elle ne semble pas se sentir concernée par cette disposition : la presse spécialisée, qui s’est fait l’écho des conséquences de la loi LCAP pour l’architecture, ne mentionnait pas le label parmi les éléments à retenir[19]. Pourtant, qui mieux qu’un maître d’œuvre lui-même serait capable, simplement et rapidement, d’avoir une vision globale de l’ensemble de sa carrière, de connaître les conditions de production, l’état et les raisons qui distinguent à ses yeux ses réalisations significatives ? La profession doit devenir une alliée du label et les personnels qui en sont chargés doivent profiter des architectes tant qu’ils sont vivants pour recueillir leur témoignage, comme leurs archives, et documenter ainsi une production… de moins en moins récente, à l’heure où l’espérance de vie approche quatre-vingts ans.
  • la temporalité. Nous l’avons déjà souligné, le label doit pouvoir refléter chaque époque, y compris les décennies les plus proches de nous, autant pour être représentatif que pour se prémunir des risques du renouvellement de plus en plus rapide des réalisations.
  • l’innovation et la recherche sont tout autant des critères qui peuvent caractériser une œuvre moins spectaculaire en apparence que d’autres mais tout aussi intéressante. À titre d’exemple, il semble paradoxal qu’aucune réalisation de Patrick Bouchain ne soit encore labellisée, alors que ce dernier occupe une place tout à fait incontournable dans le paysage de l’architecture française de ces trente dernières années.
  • les performances et l’originalité techniques. Moins facile peut-être à manipuler pour les historiens de l’architecture que des spécificités plastiques, ce critère devrait davantage être sollicité, grâce à la collaboration d’historiens des techniques ou d’ingénieurs. À l’exception de la reconnaissance du travail de Jean Prouvé (26 MH et 5 labellisées), ce critère peine à être mis en avant.
  • la singularité, versus la représentativité, apparaît comme un autre critère dont l’appréciation est difficile. Il a pu sembler naturel, dans un premier temps, de distinguer les œuvres remarquables – les unica de l’Inventaire général du patrimoine culturel ou les réalisations extrêmes de Jean-Louis Cohen[20] –, notamment dans le cadre d’une labellisation « au compte-goutte », au regard du volume du bâti potentiellement concerné mais également de la réticence de certains membres des CRPS. Il est aujourd’hui sans doute nécessaire de labelliser davantage de tipica, c’est-à-dire des réalisations « ordinaires », qui sont le reflet même de la production d’une époque.
  • la catégorie fonctionnelle. Trois fermes seulement figurent parmi les labellisés, un seul hypermarché, cinq centres commerciaux, deux maisons de retraite, aucune installation autoroutière (si l’on excepte deux ponts), pas de funérarium, un seul technopôle, pas de parc d’activité ou de centre d’affaire, pas de mobilier urbain, seulement deux marchés postérieurs à 1950, pas de boutiques de cette période, aucun parking ni tour-relais de télécommunications hertziennes. Ces deux derniers éléments sont pourtant totalement représentatifs de l’explosion des communications au XXsiècle. Si les parkings ont encore quelques beaux jours devant eux, les tours-relais sont plus menacées du fait du passage au satellite et au numérique. La prise en compte de la variété des fonctions et des nouveaux programmes doit également figurer parmi les critères de labellisation.
  • la diversité des échelles. 31 hôtels de ville ou mairies ont été labellisés, mais seulement cinq édifices si modestes qu’ils mixent les fonctions : mairie-école, marie-école-bureau de poste et l’unique exemple de mairie-église. 18 bureaux de poste ont été labellisés, un seul dans une ville de moins de 3 500 habitants. Dernier exemple, 80 établissements industriels ont été labellisés, mais un seul atelier artisanal. Au sein d’une même catégorie d’édifices, il est important que des projets de toutes les échelles soient pris en compte. Et l’Inventaire général du patrimoine culturel, qui arpente tous les types de territoires pour étudier tous les types de patrimoines, y compris les plus modestes, constitue un vivier documentaire unique de ce point de vue.
  • enfin, la diversité des interventions. Il apparaît manifeste que la première phase de labellisation s’est attachée à distinguer des projets neufs et homogènes. Seules les labellisations de la restauration du vieux village de Grillon (Vaucluse) en PACA et des reconversions du pavillon des Arts à Pau (Pyrénées-Atlantiques), de la piscine de Roubaix (Nord) en musée et de silos en bibliothèque à Chaumont (Haute-Marne) illustrent des opérations sur du bâti existant (qui peut lui-même dater du XXsiècle, par ailleurs). En outre, l’architecture ne s’arrête pas à l’enveloppe du bâtiment. Ainsi, la recommandation du Conseil de l’Europe souligne le « besoin d’étendre la protection aux décors extérieurs et intérieurs ainsi qu’aux équipements et mobiliers conçus en même temps que l’architecture et donnant son sens à la création architecturale ». Le label reflèterait davantage les réalités de la profession s’il prenait mieux en compte les multiples modes d’intervention de la maîtrise d’œuvre.


Conclusion

Ce premier bilan chiffré n’a d’utilité que s’il permet de dégager quelques enseignements pour orienter les futures labellisations. Trois priorités s’imposent à nos yeux. D’abord, encourager et accompagner l’Île-de-France pour labelliser rapidement et en nombre des édifices relevant de toutes les catégories architecturales. En quinze ans, seules deux campagnes thématiques (les ensembles de logements de 1945 à 1975 et les édifices religieux) ont été conduites[21].

Deuxièmement, labelliser « en masse », sur tout le territoire, et notamment les réalisations du dernier quart du xxsiècle. Sinon, combien d’œuvres suffisamment bien préservées pourront prétendre d’ici quelques décennies à la protection au titre des monuments historiques ? Aucun édifice, si emblématique soit-il, n’est à l’abri d’une destruction, d’une dénaturation rapide ou d’une transformation maladroite. « Ne défigurons pas la Grande Arche de la Défense » se sont écriés récemment les célèbres architectes français et étrangers qui ont signé les Grands Travaux présidentiels, face au péril encouru par le monument de Johan Otto von Spreckelsen, en cours de restauration[22].

Et troisièmement, mieux connaître et documenter les biens labellisés afin d’exploiter efficacement ces données et disposer ainsi d’un véritable outil de pilotage.

Outil qui serait également fort utile à la visibilité et à la promotion nationale du label. En effet, si ce bilan chiffré a pu être établi, il reste à conduire un bilan des effets de quinze ans de politique du label. Comment les propriétaires, les élus et plus généralement, les citoyens, se sont emparés – ou non – de cette distinction ? Quelles opérations de protection, conservation, restauration, valorisation, promotion des territoires sont initiées qui reposent sur ces édifices labellisés ou pour le moins, qui les intègrent dans leur projet ? Les exemples souvent mentionnés, La Grande-Motte et le village de Savines-le-Lac (Hautes-Alpes), sont-ils l’arbre qui cache la forêt ou bien les initiatives sont-elles si multiples qu’il est difficile d’en faire le tour et la synthèse ? Dans quelle mesure ce label a-t-il contribué à nourrir la culture architecturale des Français ?

L’étude publiée récemment[23] exposant que 57 % des Français sont indifférents à l’architecture et n’en ont qu’une connaissance minimale confirme les enjeux que le nouveau label, baptisé architecture contemporaine remarquable (ACR), devra relever. Gageons que son objectif « de montrer l’intérêt de constructions récentes que tout un chacun peut habiter et fréquenter, de faire le lien entre le patrimoine ancien et la production architecturale actuelle, d’inciter à leur réutilisation en les adaptant aux attentes du citoyen (écologique, mémorielle, sociétale, économique…) »[24] permettra l’émergence d’un « patrimoine de demain ».


[1] Circulaire n2001/006 du 1er mars 2001 relative à l’institution d’un label Patrimoine du xxsiècle. Dans le corps du texte, celle-ci demande que « pour chacun des éléments portés sur [la] liste indicative [proposée en CRPS], une notice illustrée [soit] jointe afin d’enrichir la base de données Mérimée » et précise en annexe, comme l’une des modalités de la labellisation, l’« intégration des notices illustrées dans les bases de données du ministère ». Il existe des notices « Label XX » dans Mérimée, sans que ce travail ait été conduit systématiquement, ce qui empêche l’exploitation statistique des données.
[2] Ce travail d’exploitation des données a été conduit grâce à l’aide de Nathan Rafowicz, architecte et doctorant en histoire de l’architecture, en stage à la Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, et de Marie-Hélène Bénetière, chargée de mission pour les parcs et jardins au bureau de la Conservation du patrimoine immobilier, sous-direction des Monuments historiques et des Espaces protégés.
[3] Par exemple la chapelle Notre-Dame d’Obézine à Angoulême (Charente), bâtie entre 1897 et 1960, la station radar de Douvres (Calvados) sur le mur de l’Atlantique, construite en 1942, ou encore la maison Pic à Bergerac (Dordogne), bâtie entre 1956 et 1959 par les architectes Georges Lacaze et René Fray.
[4] Laboratoire IPRAUS / UMR AUSSER ENSA Paris-Belleville, LEGER, Jean-Michel, MIDANT, Jean-Paul (dir.). Treize mesures + une pour relancer le label patrimoine du xxsiècle. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, direction générale des Patrimoines, service de l’Architecture, sous-direction de l’Architecture, de la Qualité de la construction et du Cadre de vie, bureau de la Promotion de l’architecture et des réseaux, 2012.
[5] Ministère de la Culture et de la Communication, direction de l’Architecture et du Patrimoine, sous-direction des Études, de la Documentation et de l’Inventaire. TOULIER, Bernard (dir.).
Patrimoine du xxsiècle. Liste des œuvres remarquables non protégées. 1999.
[6] Fin 2001, il fusionna avec une seconde entité pour devenir le
Centre Culturel de la Tourette, qui a lui-même définitivement fermé en 2009.
[7] Ministère de la Culture et de la Communication, direction du Patrimoine, sous-direction de l’Inventaire, TOULIER, Bernard (dir.).
Pré-inventaire des édifices élevés en France de 1945 à 1975. Première partie : dépouillement de 25 ouvrages. 1998.

[8] Il conviendra toutefois de conduire en priorité un chantier afin de protéger au titre des MH certains des 72 édifices uniquement labellisés antérieurs à 1916 qui vont perdre le bénéfice du label lors de la mise en place du nouveau label « glissant ».
[9] Conseil de l’Europe. Recommandation n° R (91) 13 du comité des ministres aux états membres relative à la protection du patrimoine architectural du vingtième siècle, adoptée le 9 septembre 1991.
[10] Pour avoir une évaluation la plus fiable possible, nous avons réindexé la liste des labellisées afin de pouvoir tenir compte dans la mesure du possible des œuvres qui ressortent de plusieurs catégories, comme c’est le cas dans Mérimée pour les MH et dans la liste des experts de 1999.

[11] La loi LCAP regroupe tous ces espaces protégés dans une même appellation, celle de
site patrimonial remarquable (SPR).
[12] Circulaire n
2001/006 du 1er mars 2001.

[13] Quant aux labellisés, rappelons qu’ils ne bénéficient pas de fiche descriptive exploitable.
[14] Ce label est décerné par une commission régionale spécifique pour cinq ans. Il entraîne l’obligation d’une ouverture au public au moins 50 jours par an et lors des Journées du Patrimoine ainsi que pour les Rendez-vous au Jardin.
[15] La politique de labellisation, relancée en 2015, continue de porter ses fruits puisque 130 dossiers ont été traités en 2016.
[16] La Peupleraie, à Fresnes (Val-de-Marne), une cité pavillonnaire à Soorts-Hossegor (Landes) et la cité Pessac-Alouette à Pessac (Gironde).

[17] LEMOINE, Bertrand (dir.).
100 monuments du xxe siècle. Patrimoine et architecture de la France. Paris, France Loisirs, 2000.
[18] COHEN, Jean-Louis, GROSSMAN, Vanessa (dir.).
La modernité, promesse ou menace ? France : 101 bâtiments 1914-2014. Paris, Dominique Carré éditeur, 2014.
[19] La ministre de la Culture elle-même ne l’évoque pas dans l’interview récente qu’elle a accordée à
D’Architectures (n248, octobre 2016).
[20] COHEN, Jean-Louis. « Une modernité vulnérable, l’architecture de l’après-guerre ». Dans
Les enjeux du patrimoine architectural du xxsiècle. Actes des colloques de la direction du Patrimoine, Éveux, couvent de La Tourette, 12-13 juin1987. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 1988, p. 96.
[21] La relance du label en 2016 devrait porter ses fruits également en Ile-de-France. Une campagne sur les édifices majeurs du Grand Paris est intervenue en 2018 tandis qu’une seconde sur l’architecture scolaire est programmée.
[22]
Le Monde, 11 septembre 2016. Tribune signée par Paul Andreu, Paul Chemetov, Adrien Fainsilber, Borja Huidobro, Michel Macary, Jean Nouvel, Carlos Ott, Dominique Perrault, Jean-Paul Philippon, Renzo Piano, Christian de Portzamparc, Martin Robain, Richard Rogers, Rodo Tisnado et Bernard Tschumi.
Fin novembre 2016, certains Grands Travaux ont finalement été labellisés, dix bâtiments entièrement neufs, tandis que le musée d’Orsay ou le Grand Louvre n’ont pas été retenus.
[23] TAPIE, Guy (dir.).
La culture architecturale des Français. Paris, ministère de la Culture, Presses de sciences-Po, 2018.
[24] Page de présentation du nouveau label sur le site du ministère de la Culture, 14 février 2018. http://www.culture.gouv.fr/Aides-demarches/Protections-labels-et-appellations/Label-Architecture-contemporaine-remarquable