31 janvier 1977 : Inauguration de la Bibliothèque d’Information au sein du Centre Georges Pompidou

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr


par 
Cécile Rabot
Directrice adjointe du Centre européen de sociologie et de science politique

Maîtresse de conférence à l’Université Paris Nanterre, responsable du master métiers du livre et de l’édition

Le 31 janvier 1977 est inaugurée à Paris la Bibliothèque Publique d’Information de Beaubourg. Cet événement, qui résulte de longues années de préfiguration, marque un grand pas dans l’histoire de la lecture publique : à l’image d’un bâtiment à l’architecture jamais vue, la bibliothèque incarne un nouveau modèle et un projet de démocratisation culturelle repensé.

Un grand pas dans l’histoire de la lecture publique

Les bibliothèques peuvent-elles desservir d’autres publics que les élites savantes étudiant des documents rares conservés pour elles ? Peuvent-elles participer à diffuser le savoir et la culture au-delà du cercle des lettrés, dans le prolongement de la grande entreprise nationale d’instruction publique engagée depuis le XIXe siècle ? Tel est le projet de la lecture publique porté au siècle suivant par quelques intellectuels engagés comme Eugène Morel1. On y retrouve l’objectif de démocratisation culturelle qui préside à la naissance des politiques culturelles et à celle du ministère de la Culture2. Ouvrons des bibliothèques sur l’ensemble du territoire pour permettre l’accès au livre, déployons des réseaux départementaux et des bibliobus pour apporter des livres dans les campagnes les plus reculées. Des bibliothèques centrales de prêt sont officiellement instituées dans cette optique dans les départements dès 1945.

Mais au milieu des années 1960 force est de constater que la lecture publique est encore embryonnaire.

En la matière, tout reste à faire et je compte développer l’action de l’État

, confie Georges Pompidou, alors Premier ministre, dans une interview au Figaro littéraire le 1er septembre 1966, avant de créer un comité interministériel sur la lecture publique (qui se réunira dix fois entre 9 décembre 1966 et le 23 février 1967 et dont le rapport a été publié par la Documentation française dans la série « Notes et études documentaires »3).

Dès 1964, Étienne Dennery, qui succédait à Julien Cain comme directeur des Bibliothèques et de la lecture publique, décidait de créer, dans le quartier des Halles à Paris, des salles de lecture publique. Quatre ans plus tard, le ministre de l’Éducation nationale Alain Peyrefitte approuve la création d’un grand établissement de lecture publique, qui fasse pendant aux bibliothèques d’étude et de conservation patrimoniale. Le projet est porté et développé par Jean-Pierre Seguin, qui sera le premier président de ce qui deviendra la Bibliothèque Publique d’Information4.

Le Centre Pompidou, un projet d’envergure d’une politique culturelle étatique forte

Dans le même temps, Georges Pompidou souhaite créer un grand centre artistique moderne et intègre ce projet de bibliothèque dans une logique de convergence des arts et des savoirs :

Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel comme on a cherché à en créer aux États-Unis avec un succès jusqu’ici inégal, qui soit à la fois un musée et un centre de création, où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. Le musée ne peut être que d’art moderne, puisque nous avons le Louvre. La création, évidemment, serait moderne et évoluerait sans cesse. La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui du même coup seraient mis en contact avec les arts.5.

Il s’agit de tenir ensemble la création et la diffusion de la culture, d’assurer le rayonnement culturel de la France dans le monde par un soutien étatique à la création, mais aussi, simultanément, de faire progresser la démocratisation culturelle6. Claude Mollard défend le projet dans L’Enjeu du centre Pompidou (1976) :

Nous avons tout lieu de croire que Beaubourg doit redonner à la France un rôle important en matière de création. […] Beaubourg repose sur ce pari selon lequel la création et la diffusion loin d’être incompatibles doivent s’épauler l’une l’autre. […] Avec Beaubourg l’ère des temples culturels prend fin. Arrivent les grandes surfaces largement ouvertes au public sans que jamais le souci de la qualité soit abandonné.7

Ce projet de politique culturelle s’incarne dans une architecture qui devient un symbole de modernité en même temps que d’une volonté politique forte en matière de culture. Suite à un concours international lancé en 1970 et suscitant de nombreuses propositions, l’évaluation (en aveugle) des projets retient la maquette de deux jeunes architectes audacieux encore peu connus, Renzo Piano et Richard Rogers, qui proposent de repenser les espaces, de les décloisonner et de les libérer de toutes les gaines techniques qui les entravent en renvoyant celles-ci en façade. Geste qui révolutionne les normes architecturales en érigeant sur le Plateau Beaubourg, en plein cœur de la capitale, un édifice profondément contemporain. Choix fonctionnel aussi qui, en libérant les espaces intérieurs, démultiplie les possibilités d’expositions et de manifestations culturelles en tout genre. Décision, enfin, de rendre visible ce qui est d’ordinaire dissimulé qui peut aussi apparaître comme le symbole d’une culture enfin ouverte à tous. Le projet suscite de vives polémiques, de sa conception à sa réalisation. L’architecture fait œuvre au risque d’éclipser son contenu.

Surtout, c’est un geste politique marqué qui fait surgir le spectre d’une massification dévalorisante :

Beaubourg, machine à produire de la culture, mais qui produit de la masse, et la masse, au lieu d’absorber de la culture, absorbe la machine », écrit Jean Baudrillart : « Beaubourg est pour la première fois à l’échelle de la culture ce que l’hypermarché est à l’échelle de la marchandise. » 

Georges Pompidou ne voit pas l’achèvement du gigantesque chantier dont il est l’initiateur. Le président Giscard d’Estaing mène le projet à terme et nomme le Centre du nom de son prédécesseur de manière à lui en rendre la paternité, mais aussi en protéger l’esprit face à ses détracteurs. Inauguré le 31 janvier 1977, le bâtiment qui abrite le Centre National et d’art et de culture ouvre ses portes au public le 2 février.

 

Tous les savoirs pour tous les publics dans un lieu repensé

La bibliothèque s’inscrit dans cette politique globale du site. Elle devient, avec le statut d’organisme associé, une des quatre composantes du centre Beaubourg (avec l’IRCAM, le Musée national d’art moderne et le Centre de création industrielle), même si ce statut étrange d’« électron libre », selon la métaphore employée par Martine Blanc-Montmayeur, directrice de la BPI de 1993 à 2001, conduira à de multiples reprises la BPI à s’interroger sur sa place au sein du Centre Pompidou, a fortiori quand les publics qu’elle attire se distinguent de ceux des autres composantes8. De fait, la BPI incarne dans ses grandes lignes ce qui fait l’esprit du projet du Centre Pompidou, mais garde en son sein une autonomie forte.

Dans une optique de démocratisation culturelle, la bibliothèque est pensée comme « ouverte » : ouverte sur la ville et sur le monde, ouverte dans ses espaces favorisant la circulation, ouverte surtout à tous, sans condition de diplôme ou de résidence, et avec des horaires larges (soirée, week-end, jours fériés). Elle propose des fonds encyclopédiques (270 000 documents dès le départ) réunissant tous les domaines du savoir contemporain. Pensée comme un outil pour les chercheurs et comme une aide à la création pour les artistes, elle doit aussi pouvoir accompagner dans leur formation intellectuelle tous les curieux, étudiants ou autodidactes, désireux de l’acquérir. Contre l’échec de la démocratisation culturelle dénoncé par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron dans Les Héritiers, il s’agit de mettre en œuvre une politique de « développement culturel », en ouvrant le savoir à des productions plus diversifiées de manière à le rendre accessible au plus grand nombre. Non seulement les domaines couverts sont multiples, au-delà de la culture la plus académique ou la plus légitime, mais les niveaux sont aussi pluriels : les documents proposés assurent l’accès à l’information et au savoir, de l’initiation à l’approfondissement. La bibliothèque inclut même un espace jeunesse de 200 m2.

Au-delà de l’ouverture à tous et des fonds proposés, c’est la conception même de l’établissement qui révolutionne le monde des bibliothèques, conception nourrie de la visite d’établissements novateurs à l’étranger (Suède, Canada, États-Unis) sans en être un simple décalque9. La BPI est moins conçue comme un ensemble de documents que comme un espace : une bibliothèque est un lieu au moins autant que des collections. L’absence de prêt, controversée au début, est symptomatique de cet esprit : la bibliothèque n’est pas une réserve où l’on puise mais un lieu où l’on vient travailler, glaner des savoirs, se socialiser à la culture. C’est un lieu où l’on séjourne et où l’on déambule, où se créent des rituels et des habitudes. Un « troisième lieu » en somme, bien avant l’heure, en dehors du travail et du domicile, mais aussi de l’école et de l’université.

 

Le libre accès, une nouvelle vision du savoir

Pour permettre le glanage et les découvertes impromptues, la navigation de fil en aiguille et la sérendipité, les collections sont en libre accès. Les usagers peuvent accéder à tous les documents sans avoir à demander quoi que ce soit à quiconque. C’est une nouvelle manière d’envisager l’accès au savoir, la « bibliographie déambulatoire » se substituant à la recherche raisonnée sur les fichiers du catalogue. C’est aussi une façon de lever l’obstacle symbolique que peut constituer pour certains publics la nécessité de soumettre une demande à des bibliothécaires, avec ce qu’elle suppose de connaissance préalable et de maîtrise, mais aussi d’assurance de sa propre légitimité à interroger sans risque de paraître ridicule, ignare ou déplacé. Certes, il faudra aussi, pour être capable d’appréhender seul les collections proposées en libre accès, acquérir une maîtrise de leurs principes de classement et une capacité à s’y orienter qui peut-être requiert des ressources inégalement distribuées. Il reste que cette manière d’envisager le rapport des usagers aux collections est révolutionnaire.

Des usagers peu scrupuleux ou ignorants ne risquent-ils pas de dégrader ou déranger ces documents auxquels ils accèdent sans contrôle ? Ne constituent-ils pas une menace pour l’ordre du savoir, que les bibliothécaires s’efforcent de maintenir ? C’est que le savoir n’existe que dans l’appropriation : il n’est pas contenu dans les livres mais en construction dans les esprits. Désacralisés, les documents sont pensés comme des outils au service de ce projet d’autoformation. Ils n’ont de sens que pour autant qu’ils sont utilisés, parcourus, mobilisés, interprétés, appropriés. Ils peuvent donc être retirés des collections s’ils ne le sont plus : le désherbage s’invente en même temps que le libre accès. Les priorités sont inversées. La bibliothèque est moins un lieu de conservation qu’un lieu du faire, où l’on apprend, où l’on visionne des films et mène des recherches, où l’on écrit, où l’on élabore, en puisant dans toutes les ressources et dans tous les médias proposés (diapositives, microfilms, disques, etc.) et en utilisant les dispositifs utiles (laboratoire de langue, services de questions/réponses, etc.).

Cette nouvelle conception du rapport au savoir induit une nouvelle manière de concevoir la bibliothèque, que Jean-Pierre Seguin défend contre vents et marées, rencontrant des résistances de part et d’autres, du côté de l’Éducation Nationale, des syndicats, de la profession de bibliothécaire elle-même, qu’il s’agisse de mettre des ordinateurs à disposition, d’éliminer au fur et à mesure les anciens périodiques, de donner la priorité à « l’information » plutôt qu’à la culture légitime, ou encore d’ouvrir le dimanche. En s’entourant de jeunes collaborateurs étrangers au monde des bibliothèques à qui il laisse une grande liberté d’initiative dans la mise en œuvre des idées qu’il porte, Jean-Pierre Seguin parvient à faire exister ce qui devient un nouveau modèle pour la lecture publique.

Modèle porté par un projet politique autant que bibliothéconomique, et soutenu par un travail collaboratif et une constante réflexivité : l’organisation de la nouvelle bibliothèque incarne l’étroite articulation entre savoirs et pratique, recherche et projet, qui fait le cœur de son identité. Elle se dote d’un service d’études et de recherche, puis d’un service d’édition dédié, noue des liens avec des laboratoires et, par des enquêtes régulières menées sur ses propres publics (au-delà des simples statistiques de fréquentation) et les usages des dispositifs qu’elle propose1, mais aussi, plus largement, sur la lecture, elle n’a de cesse de chercher à connaître les publics qu’elle sert ou pourrait servir, pour améliorer les services rendus mais aussi apporter quelques pierres à l’édifice du savoir sur les pratiques culturelles.

 

Un pari réussi

Controversé, le projet séduit. À l’image du Centre d’art et de culture, la bibliothèque publique d’information attire entre 10 000 et 13 000 lecteurs dès le premier jour. Cette forte attractivité ne se dément pas dans les mois et les années qui suivent. La BPI s’impose très vite comme un espace d’accès au savoir pour de nombreux étudiants mais aussi des personnes aux trajectoires et aux projets beaucoup plus divers.

Barjavel décrit, fasciné, l’expérience nouvelle qu’elle permet :

C’est une merveille ! Ici sont réunies, en toutes langues, toutes les connaissances du monde. Vous pouvez tout y apprendre, depuis la confection d’une cravate au tricot jusqu’à celle d’une centrale atomique, et la géographie et l’histoire, les oiseaux, les fleurs, les villes, les arts, tout le passé des hommes et tout leur présent. Quel instrument de travail ! Et quelle facilité d’emploi ! On entre, on demande le catalogue, on va chercher le livre désiré dans son rayon, on l’emporte à une table, on s’assied, on lit ; pas d’intermédiaire, pas d’attente, pas une minute de perdue. On est chez soi, avec tout le savoir humain familièrement à portée de sa main. Ô Beaubourg, il te sera beaucoup pardonné pour cet étage sublime.10

Devenue un modèle singulier pour la lecture publique dans son ensemble, la bibliothèque de Beaubourg est un lieu de mixité sociale, accueillant de nombreux étudiants, mais aussi des étrangers, des sans-abris11, des curieux. Pour les lycéens qui viennent y réviser, elle est un tremplin vers un rapport plus autonome au savoir12. Pour les étudiants, elle constitue un cadre de travail structurant en même temps qu’un espace de sociabilité13. Pour ses autres habitués, elle représente un lieu de construction de savoirs, mais aussi de (re)construction de soi14.

 

SEGUIN, Jean-Pierre. 1994. Eugène Morel et la lecture publique : 1869-1934  un prophète en son pays. Paris : Centre Georges-Pompidou, Bibliothèque publique d’information.; CHARTIER, Anne-Marie, et Jean HÉBRARD. 2000. Discours sur la lecture : 1880-2000. Paris : BPI-Centre Pompidou Fayard.
2 DUBOIS, Vincent. 2000. La Politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique. Paris : Belin.

3 1er février 1968, n° 3459, voir http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1968-03-0105-001
4 SEGUIN, Jean-Pierre. Comment est née la Bpi : Invention de la médiathèque. Études et recherche. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1987. http://books.openedition.org/bibpompidou/1899.
5 Georges Pompidou, « Déclarations sur l’art et l’architecture » / propos recueillis par Jacques Michel, Le Monde, 17 octobre 1972
6 FLEURY, Laurent. Le Cas Beaubourg : mécénat d’État et démocratisation de la culture. Paris : A. Colin, 2007.
7 Cité par Philippe Poirrier in L’État et la culture en France au XXe siècle, Librairie générale française, 2000, Le Livre de poche n°464, p.123-124.
8 Voir entretien mené par Thierry Grognet et Françoise Gaudet avec Martine Blanc-Montmayeur le 11 janvier 2007 – https://docplayer.fr/106432535-Entretien-avec-martine-blanc-montmayeur-directrice-de-la-bibliotheque-publique-d-information-de-1993-a-2001.html
9 SEGUIN, Jean-Pierre, Voyage d’études au Canada et aux États-Unis. Rapport, octobre 1969, 86 p, http://pro.bpi.fr/files/live/sites/Professionnels/files/Pdf/Etudes/Expertises%2c%20partenariats%2c%20collaborations/67019-voyage-d-etudes-au-canada-et-aux-etats-unis-rapport.pdf.

10 René Barjavel, « Beaubourg, c’est Escalator-Dieu », 5 juin 1977, cité par Jean-Pierre Seguin dans un entretien conduit par Françoise Gaudet et Gérard Grunberg le 20 septembre 2006, http://www.bpi.fr/files/live/sites/SiteInstitutionnel/files/PDF/Seguin.pdf
11 PAUGAM, Serge, et Camila GIORGETTI. 2013. Des pauvres à la bibliothèque : enquête au Centre Pompidou. Paris : Presses universitaires de France (Le lien social).
12 CHEVALLIER, Philippe, et Christophe EVANS. 2013. “Attention, lycéens !” Bulletin des Bibliothèques de France 58, nᵒ 2 : 24–29.
13 EVANS, Christophe. 1998. La BPI à l’usage, 1978-1995 : analyse comparée des profils et des pratiques des usagers de la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou. Paris : Bibliothèque publique d’information.
14 EVANS, Christophe, Agnès CAMUS, et Jean-Michel CRETIN. 2000. Les habitués : le microcosme d’une grande bibliothèque. Études et recherches. Paris: Bibliothèque publique d’information, 2000.


Bibliographie :

Sur les politiques culturelles et le développement de la lecture publique
CHARTIER, Anne-Marie, et Jean HÉBRARD. 2000. Discours sur la lecture : 1880-2000. Paris : BPI-Centre Pompidou Fayard.
DUBOIS, Vincent. 2000. La Politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique. Paris : Belin.
POIRRIER Philippe. 2000. L’État et la culture en France au XXe siècle. Paris : Librairie générale française, Le Livre de poche n°464.
POIRRIER, Philippe, et Geneviève GENTIL, dir. 2006. La Politique culturelle en débat : anthologie 1955-2005. Travaux et documents, n° 21. Paris : la Documentation française.
POULAIN, Martine. 2009. Histoire des bibliothèques françaises, [4] :  Les bibliothèques au xxe siècle, 1914-1990. (nouv. éd.), Paris : Éd. du Cercle de la librairie.
SEGUIN, Jean-Pierre. 1994. Eugène Morel et la lecture publique : 1869-1934 un prophète en son pays. Paris : Centre Georges-Pompidou, Bibliothèque publique d’information.

Sur la naissance de la BPI
BAUDRILLART, Jean, L’effet Beaubourg : implosion et dissuasion, Galilée, 1977.
FLEURY, Laurent. Le Cas Beaubourg : mécénat d’État et démocratisation de la culture. Paris : A. Colin, 2007.
GAUDET, Françoise, et Gérard GRUNBERG, Entretien avec Jean-Pierre Seguin, 2006, http://www.bpi.fr/files/live/sites/SiteInstitutionnel/files/PDF/Seguin.pdf
LUSSAULT, Michel, « Beaubourg hypermarché, hyperbranché, hyperconnecté », Libération, 8 août 2017, https://www.liberation.fr/debats/2017/08/08/beaubourg-hypermarche-hyperbranche-hyperconnecte_1588863
SEGUIN, Jean-Pierre, Voyage d’études au Canada et aux États-Unis. Rapport, octobre 1969, 86 p, http://pro.bpi.fr/files/live/sites/Professionnels/files/Pdf/Etudes/Expertises%2c%20partenariats%2c%20collaborations/67019-voyage-d-etudes-au-canada-et-aux-etats-unis-rapport.pdf.
SEGUIN, Jean-Pierre. Comment est née la Bpi : Invention de la médiathèque. Études et recherche. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1987. http://books.openedition.org/bibpompidou/1899.
Une bibliothèque démocratique : hommage à Jean-Pierre Seguin, vidéo journée d’étude BPI, 02 février 2016 : http://webtv.bpi.fr/fr/doc/4282/Une+bibliotheque+democratique+:+hommage+a+Jean-Pierre+Seguin?_ga=2.215505745.793439682.1546937202-1128540730.1545214199
https://www.youtube.com/watch?v=BZGvxYiRNt4

Sur les usages de la BPI
BASSY, Alain-Marie. 1980. “L’entonnoir, l’épuisette et l’hameçon. Parcours et stratégies de l’espace culturel d’une bibliothèque : l’exemple de la BPI”, in Actes du colloque « les espaces du livre »Paris, Institut d’étude du livre, https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/67015-l-entonnoir-l-epuisette-et-l-hamecon-parcours-et-strategies-de-l-espace-culturel-d-une-bibliotheque.pdf.
CHEVALLIER, Philippe, et Christophe EVANS. 2013. “Attention, lycéens !” Bulletin des Bibliothèques de France 58, nᵒ 2 : 24–29.
EVANS, Christophe. 1998. La BPI à l’usage, 1978-1995 : analyse comparée des profils et des pratiques des usagers de la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou. Paris : Bibliothèque publique d’information.
EVANS, Christophe, Agnès CAMUS, et Jean-Michel CRETIN. 2000. Les habitués : le microcosme d’une grande bibliothèque. Études et recherches. Paris: Bibliothèque publique d’information, 2000.
GAUDET Françoise et Thierry GROGNET, Entretien avec Martine Blanc-Montmayeur, le 11 janvier 2007, https://docplayer.fr/106432535-Entretien-avec-martine-blanc-montmayeur-directrice-de-la-bibliotheque-publique-d-information-de-1993-a-2001.html
PAUGAM, Serge, et Camila GIORGETTI. 2013. Des pauvres à la bibliothèque: enquête au Centre Pompidou. Paris : Presses universitaires de France (Le lien social).
POULAIN, Martine, et Jean-François BARBIER-BOUVET. 1986. Publics à l’œuvre : Pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information https://books.openedition.org/bibpompidou/343?lang=fr.

 

[découvrir d’autres dates]

  1. voir quelques exemples dans la dernière section de la bibliographie []