Le 16 février 1999 : une journée comme les autres à l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

par Isabelle Duhau,
Chef de projet, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel,
Direction générale des patrimoines – Service du patrimoine, Ministère de la Culture

Prospectus de présentation de l’Inventaire, 1989, coll. Part.

Je me souviens du mardi 16 février 1999 alors que je travaillais à la DRAC Île-de-France, précisément au service de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. La journée commençait bien puisque j’allais sur « le terrain ». Nous avions programmé, avec le photographe Stéphane Asseline, des prises de vue en extérieur. Ouf, il faisait beau. C’est toujours un dilemme à l’Inventaire : doit-on faire nos images l’été, lorsqu’il fait beau… mais que les feuilles cachent le patrimoine ou doit-on faire les images en hiver, quand les vues sont dégagées, mais que les intempéries peuvent compromettre la journée de travail et que la grisaille du ciel donnera un résultat tristounet. Nous étions partis en camionnette ; c’était le temps où la photographie argentique nécessitait un matériel professionnel volumineux. Si les collègues travaillant en zone rurale ont tous été un jour ou l’autre stoppés dans leur élan par un chien menaçant, la vie de chercheur en banlieue parisienne n’est pas non plus toujours un long fleuve tranquille. Quelques jours auparavant, nous nous étions faits un peu caillaissés en photographiant une cité de Créteil ; il est vrai que pratiquant des horaires de fonctionnaires, nous avions eu la stupidité de poursuivre notre travail l’après-midi, alors qu’il est de notoriété que les grands ensembles sont bien plus tranquilles tôt le matin. Quoi qu’il en soit, cette journée s’annonçait sous les meilleurs auspices, Le Perreux-sur-Marne n’étant pas réputé pour être une terre d’aventure.

Mais qui a déjà essayé de stationner au milieu d’un de ses carrefours, de hisser un escabeau, un pied et une chambre photographique sur le toit de son camion, enfin de s’y installer pour avoir LA bonne photo panoramique ?… Nous ! Tandis qu’au péril de ma vie (et sans gilet jaune) je tentais, debout au milieu de la chaussée, de détourner la circulation, Stéphane faisait au plus vite pour installer son équipement, le régler, protéger ses châssis, faire ses images, redémonter le tout, me tendre à bout de bras un à un les matériels afin que je les range dans le coffre, sauter à terre du toit du Traffic plutôt que d’utiliser la petite échelle fixée sur la portière arrière pour gagner du temps… et se figer sur place, avec une douleur fulgurante dans le dos. Résultat : une photo publiée dans l’ouvrage de la collection des Images du Patrimoine en préparation, un tassement de vertèbres et quelques semaines d’arrêt maladie. Je me sentais coupable, car déjà quelques mois auparavant, Laurent Kruszyk, un autre des photographes avec qui j’avais l’habitude de travailler, était tombé à la renverse d’une table sur laquelle il était perché, tentant d’immortaliser au mieux un très bel escalier XVIIIe et s’était légèrement blessé.

Cela ne me découragea pourtant pas, ni eux non plus surtout, et vingt ans plus tard, nous appartenons toujours tous les trois à « la secte », ainsi que le jeune fils d’un couple de chercheurs avait baptisé le service de l’Inventaire. Subissait-il trop souvent de ses parents et leurs collègues-amis des conversations quelque peu monomaniaques ? N’exagérons pas, mais des discussions passionnées, assurément. Passion pas toujours facile à expliquer d’ailleurs. Je me souviens d’une autre journée de terrain où j’étais en repérage avec une de mes collègues. Nous étions de très bonne humeur, après un couscous réparateur, dégusté dans une gargote à l’ancienne, de celle qui ravit le chercheur quand il a enfin dégoté la bonne adresse de son nouveau terrain ; c’est-à-dire celle où la nourriture est bon marché, savoureuse et raisonnablement copieuse (les photographes – encore eux – ne se contentent pas le midi en déplacement de sucer trois feuilles de salade ou d’avaler un sandwich debout au zinc). Le patron connaissait désormais bien ma collègue. Il la voyait depuis des mois fréquenter épisodiquement son établissement, accompagnée alternativement de trois hommes différents… et plus jeunes qu’elle – les photographes de l’équipe, toujours eux –. En aparté, il avait fini par lui confier que le grand, celui qui était le plus mince, était à coup sûr le « bon choix ».

En ce début d’après-midi, au milieu d’une place tranquille, nous débattions des bâtiments que nous souhaitions retenir pour l’étude en cours lorsqu’un passant nous interpella. Il voulait savoir ce que nous « cherchions » exactement. Nos explications sur l’intérêt de documenter le patrimoine « ordinaire » parurent le satisfaire. Il semblait quand même un peu surpris de notre enthousiasme, mais en conclut qu’il fallait de tout pour faire un monde et que « mieux valait faire ça que d’être au chômage », ce en quoi nous ne pouvions qu’être d’accord ! Sa gentillesse était sincère et ne relevait d’aucun mauvais esprit ; pas comme cette habitante qui, la semaine précédente, nous voyant arpenter sa rue des papiers à la main, avait appelé la police municipale pour prévenir que des cambrioleurs – en l’occurrence des cambrioleuses – rodaient en repérage devant chez elle. Je n’ose imaginer ce qu’aurait pu nous dire notre homme, perplexe de voir des chercheuses travailler dans son quartier si nous avions évoqué notre appartenance à « l’avant-garde du patrimoine », ainsi que notre ancien sous-directeur, Michel Melot, définit judicieusement l’Inventaire général[1].

Pourtant ce passant avait raison. Chacun sa voie et la mienne est indéniablement liée à l’Inventaire. Parcourir un territoire circonscris pour y découvrir de nouveaux objets patrimoniaux, jusqu’alors passés inaperçus et tenter de les documenter, m’est apparu, année après année, une mission passionnante : une perpétuelle chasse au trésor, ainsi que la possibilité de ne jamais cesser d’apprendre. Devenir une arpenteuse de la banlieue parisienne me permit de nourrir mon goût pour l’architecture du XXe siècle tout en me rendant, sur mes heures de bureau, au golf (de Saint-Nom-la-Bretèche), à la patinoire (de Vitry-sur-Seine), à la piscine, au gymnase ou au stade et même à la plage ! Ainsi, tandis que je réalisais le dossier de celle de Villennes-sur-Seine, sur l’île du Platais dans les Yvelines, je découvris avec bonheur, à quelques encablures, la cité naturiste de Physiopolis. L’une et l’autre sont à l’origine du travail thématique que je conduisis sur les baignades en rivière à l’échelle régionale. Telle est la destinée du chercheur francilien, découvrir ou redécouvrir du plus ou moins attendu, mais également de petites pépites : des églises médiévales à celles des Chantiers du Cardinal ; des demeures aux champs d’Ancien Régime aux bicoques de lotissements jardins ; d’anciens villages ruraux dans la sphère d’influence de Versailles ; des ouvrages d’art ; et aussi le caveau familial d’Anatole de Baudot dans un petit cimetière paisible d’un village des Yvelines ; une modeste maison – quand même signée de Claude Parent – dominant un magnifique paysage de coteau sur les bords de Marne ; un chalet norvégien conçu par Henri Sauvestre pour la compagne d’Henri Meunier ; une cité lacustre dans une ancienne sablière remise en eau… Il faut être un généraliste du patrimoine pour s’épanouir dans ce métier et aimer travailler sur tous les types de biens culturels, comme sur toutes les périodes.

Mais il faut également aimer les rapports sociaux, les gens, la vie (même si, pour être tout à fait franche, je ne suis pas sûre que je ferais le même choix que Alberto Giacometti dans un incendie). Parler, construire une relation de confiance, conduire son interlocuteur à vous raconter l’histoire de l’objet ou de l’édifice étudié et à vous montrer certains recoins cachés ou ses archives personnelles ! Quand bien même cela prend du temps, cela permet aussi d’en gagner en limitant les cherches complémentaires. Ces relations humaines directes mais aussi parfois grâce à la médiation de l’œuvre vous enrichissent au quotidien. Car derrière les œuvres se profilent des personnalités touchantes, passionnées, exigeantes voire intransigeantes qui peuvent vous marquer longtemps : Yvette Horner dont chaque élément de mobilier ou de décor de sa maison était en forme d’accordéon ; la collectionneuse Roxane Debuisson qui avait installé les quelques 70 enseignes de commerces parisiens réunies lors de ses périples elle aussi d’« arpenteuse du territoire » dans son appartement parisien ; la communauté de maçons émigrés italiens de Nogent-sur-Marne, les fameux Ritals, et leur plus célèbre représentant, François Cavanna… Travailler à l’Inventaire c’est aussi avoir l’opportunité de tomber sous le charme de certaines personnalités et se nourrir de ces rencontres au travers de recherches.

Si on trouve tout à l’Inventaire général, comme à la Samaritaine, l’Inventaire est aussi comme les Galeries Lafayette : il s’y passe toujours quelque chose ! et finalement ce 16 février1999 était presque un jour ordinaire de chercheuse heureuse de son métier, des petits bonheurs – et malheur – qui font le sel du « terrain », de participer à cette « aventure de l’esprit » et pour tout dire, d’appartenir à la secte. Je me souviens d’ailleurs d’un moment clé de mon initiation, en 1989, à l’occasion d’un colloque international qui se tenait à Strasbourg auquel j’avais été envoyée avec quelques uns de mes collègues alors que je venais tout juste d’intégrer la sous-direction de l’Inventaire général. Toujours pionniers en matière de nouveaux patrimoines, durant trois jours, ces quelques adeptes expérimentés m’entraînèrent dans un actif travail de repérage. J’eus l’occasion d’être largement servie et de déguster chacune des spécialités culinaires locales, alors que le patrimoine culturel immatériel était encore loin de faire l’actualité et le repas gastronomique français de postuler à une inscription à l’Unesco. Initiation ou bizutage ? L’expérience fut un peu rude, car je me débattais alors avec de terribles nausées d’un début de grossesse encore confidentielle qui nécessitèrent quelques détours aux toilettes entre les plats tout en continuant de faire bonne figure ! 30 ans plus tard, je suis toujours une adepte du « Tout, tout, tout sur le patrimoine » ainsi que le proclame l’affichette publicitaire devenue culte dans le service car, imprimée pour ce fameux colloque alsacien, mais jamais diffusée : en la découvrant le sous-directeur de l’époque ne l’aurait pas trouvée suffisamment… professionnelle. Pourtant, que ce soit de moulin en moulin, d’usine en usine, de maison en ferme, de grand ensemble en lavoir ou de petite cuiller en cathédrale, nous sommes toujours un certain nombre à croire à la mission initiée par Malraux.

[1] « On ne sait pas à l’avance ce que l’on va chercher. C’est la démarche d’inventaire elle-même qui permettra de découvrir l’objet de cette recherche. Le chercheur de l’Inventaire comme le photographe doit imaginer ce qui pourrait devenir « patrimoine », ce qui pourrait être revêtu d’une valeur symbolique pour telle ou telle collectivité. Il fait un travail semblable à celui que fait l’artiste d’avant-garde, ce qui autorise à dire que l’Inventaire, c’est « l’avant-garde du patrimoine ». L’artiste dit « d’avant-garde » ne respecte pas les modèles connus, il ne va pas chercher à se glisser dans une école ou dans un style. Il va créer un objet dont il ne sait pas a priori s’il sera compris ou non. Et il est rare qu’il n’y ait personne pour se reconnaitre dans des formes ou des objets symboliques. Le chercheur et le photographe d’inventaire font un peu la même chose, ils proposent d’ajouter des objets à ce répertoire collectif, et ce Musée imaginaire qu’a inventé Malraux ne cesse de s’élargir parce qu’il correspond à tous les patrimoines possibles de l’humanité. Michel Melot « La photographie face à la commande ». In : Ile-de-France, service de l’Inventaire général, Arlette Auduc (dir.). Photographier le territoire : Journée d’étude, 2 décembre 2008. Paris, Somogy, 2009.

[découvrir d’autres dates]



Citer ce billet
chmc2 (2019, 16 février). Le 16 février 1999 : une journée comme les autres à l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrk0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search