Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais – « Compte-rendu de l’affaire des auteurs dramatiques et des comédiens français »

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -des Lumières à la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais,
« Compte-rendu de l’affaire des auteurs dramatiques et des comédiens français » – 1780
Extrait

On répand dans Paris que, depuis quatre ans, je fais tous mes efforts pour entrer en procès avec la comédie française, parce qu’elle est injuste envers les auteurs ; et moi, je vais montrer tout ce que j’ai tenté depuis quatre ans, pour éviter d’avoir ce procès avec la comédie, quoiqu’elle soit très injuste envers les auteurs.
On ajoute avec un espoir malin, que je vais faire un mémoire fort plaisant contre les, comédiens; et parce qu’on rit quelquefois aux jeux du théâtre, on croit qu’il faut rire aussi des affaires du théâtre : on confond tout dans la société. Mais que les comédiens se rassurent ! Le plus simple exposé de notre conduite réciproque, est le seul écrit qui sortira de ma plume ; il tiendra lieu de ce plaisant mémoire que je ne ferai point.
On dit aux foyers des spectacles, qu’il n’est pas noble aux auteurs de plaider pour le vil intérêt, eux qui se piquent de prétendre à la gloire. On a raison, la gloire est attrayante, mais on oublie que pour en jouir seulement une année, la nature nous condamne à dîner trois cent soixante-cinq fois ; et si le guerrier, l’homme d’État, ne rougit point de recueillir la noble pension due à ses services, en sollicitant le grade qui peut lui en valoir une plus forte, pourquoi le fils d’Apollon, l’amant des Muses, incessamment forcé de compter avec son boulanger, négligerait-il de compter avec les comédiens ? Aussi croyons-nous rendre à chacun ce qui lui est dû, quand nous demandons les lauriers de la comédie au public qui les accorde ; et l’argent reçu du public, à la comédie qui le retient.

On prétend surtout qu’au lieu d’arranger l’affaire des auteurs, qui m’était confiée depuis quatre ans, je me suis rendu redoutable aux comédiens, et montré dur, injuste, intraitable, au point d’offenser personnellement messieurs les premiers gentilshommes de la chambre, qui se portaient conciliateurs. Ce dernier trait m’oblige à ne composer mon récit que des lettres et réponses de chacun, c’est-à-dire, à réduire l’affaire aux seules pièces justificatives grâce, et peu propre à soutenir l’attention du lecteur, au moins n’en est-il aucune aussi propre à montrer qu’après m’être assuré du bon droit des auteurs, je suis depuis quatre ans un modèle de patience devant les comédiens, et ma conduite, un effort de conciliation devant leurs supérieurs. A la vérité, mes confrères n’auront pas en moi l’avantage d’un défenseur aussi éloquent que Me Gerbier, qui conseille et dirige, et défend les comédiens; mais la cause des auteurs est si juste, qu’elle n’a pas besoin de prestige. Des principes bien posés, des faits accumulés, une discussion exacte, un peu de saine logique, il ne faut pas d’autre éloquence à la vérité.
PROCÉDÉS DES AUTEURS ENVERS LES COMÉDIENS; DROITS DES AUTEURS USURPÉS PAR LES COMÉDIENS ;
Telle est ma division. Si mes confrères, instruits des vues dans lesquelles je fais cet exposé, le reconnaissent exact, ils en signeront la conclusion. Si les comédiens y trouvent à reprendre, ils nieront les faits ou disputeront sur les conséquences; alors nous espérons que le roi, bien informé du véritable état d’une question que tant de gens ont intérêt d’obscurcir, daignera nous juger dans son conseil, ou nous renvoyer aux tribunaux établis par lui-même pour veiller sur la propriété des citoyens : ce qui nous est également avantageux.

(En 1776.) Fatigué, peut-être humilié de voir que d’interminables débats sur l’état et les droits des auteurs dramatiques, aigrissaient depuis trente ans les gens de lettres contre les comédiens français, je regrettais qu’un bon esprit n’eût pas eu le courage d’étudier la question ; qu’on n’eût pas essayé tous les moyens de poser de meilleures bases à des droits, toujours contestés parce qu’ils n’étaient jamais éclaircis.
Il venait de paraître un mémoire imprimé de M. de Lonvay de la Saussaye, auteur de la Journée Lacédémonienne, dont l’objet était d’obtenir justice des comédiens français. Ils avaient, disait-il, cessé de jouer sa pièce avant qu’elle fût dans l’état fâcheux qu’on nomme à la comédie, tombée, dans les règles, c’est-à-dire, en français, avant qu’elle fût tombée à une certaine somme de recette, au-dessous de laquelle les comédiens se croyent en droit d’hériter des auteurs vivants, et de s’emparer de la propriété de leurs ouvrages; procédé qui n’est pas tout à fait dans les règles ordinaires, M. de la Saussaye citait, avec amertume, un compte à lui fourni par les comédiens pour les cinq représentations de sa pièce, et ce compte finissait ainsi : « Partant, pour son droit acquis du douzième de la recette des cinq représentations de sa pièce, l’auteur redoit la somme de 101 livres 8 sous 8 deniers à la comédie. »
C’était encore là, s’il faut l’avouer, l’établissement d’une étrange règle : un pareil résultat avait eu de quoi surprendre l’auteur; j’en fus frappé moi-même en lisant son mémoire. En effet, il était bien difficile de supposer un calcul raisonnable, en vertu duquel une pièce ayant rapporté plus de 12,000 livre de recette à la comédie, en cinq représentations, pouvait ne rendre à l’auteur d’autre fruit, que l’honneur de payer 101 livres aux comédiens pour son droit de partage dans le produit de la recette.

En ce temps-là, les comédiens français avaient refusé, de leur seule autorité, les entrées du spectacle à M. Mercier, auteur d’une pièce reçue. Il y avait eu sur ce fait protestations formées, procès entamé, mémoires répandus, évocation au conseil du roi ; surtout beaucoup d’aigreur entre les parties.
M. De Belloy, disait-on, n’ayant d’autre ressource que son beau génie, était mort de chagrin des cruels procédés des comédiens.
M. Colle, auteur de la Partie de Chasse d’Henri IV, de Dupuis et Desronais, et d’autres charmants ouvrages, outré de la conduite des comédiens à son égard, venait d’abandonner absolument le théâtre ; et c’était une grande perte.
M. de La Harpe, M. Le Blanc, M. de Sauvigny, M. de La Place, M. Cailhava, M. Sedaine, M. Renou, et presque tous les auteurs, se plaignaient hautement des comédiens; c’était un cri général dans la littérature.
Tous assuraient que la comédie les trompait de plus de moitié, dans le compte qui leur était rendu de leur droit du neuvième sur une recette atténuée à leur seul préjudice, par une foule d’entrées et d’abonnements abusifs ; par la création des petites loges plus abusives encore ; par la répartition léonine de l’impôt appelé quart des pauvres par l’accroissement arbitraire de prétendus frais du spectacle ; par le haussement illégal et subie de la somme à laquelle les pièces tombaient dans les règles; par des compensations obscures et ruineuses, entre les frais journaliers et la recette des petites loges ; par l’énorme abus de ne montrer qu’une recette partielle, au lieu du produit entier du spectacle, quand il s’agit de faire perdre aux auteurs la propriété de leurs ouvrages ; et surtout, par l’impossibilité de jamais obtenir un compte en règle, et clairement posé par la comédie : tous autant d’abus qui avaient enfin réduit ce triste droit du neuvième des auteurs, à moins du vingtième effectif.

M. le maréchal de Richelieu, frappé de tout ce bruit, et désirant enfin connaître à qui l’on devait imputer tant de rumeurs et de réclamations, me fit l’honneur, en me remettant les règlements anciens et nouveaux de la comédie, de m’inviter à bien étudier la question, à tâcher d’éclaircir les faits, et de rapprocher les esprits, ou tout au moins, à lui faire part de mes découvertes et du moyen que je croirais propre à terminer ces débats : il me fit la grâce d’ajouter qu’il m’en parlait comme à un homme capable de faire une discussion exacte, et de porter un jugement sain sur les prétentions de chacun. Il crut même avancer l’affaire, en écrivant aux comédiens de me communiquer leurs livres de recette et dépense de plusieurs années ; mais ce fut ce qui la recula.
Les comédiens, indignés, refusèrent net la communication des registres, et me dirent que la lettre de M. le maréchal ne me donnait aucun droit d’examiner leurs livres d’intérêts, auxquels il était aussi étranger que moi.
Que cela fût juste ou non, je me retirai, je rendis les règlements à M, le maréchal, et lui promis de saisir la première occasion que mes ouvrages me donneraient de compter avec les comédiens, pour examiner sérieusement qui avait tort ou raison. Je gardai le silence; et quant aux querelles que je devais apaiser sous ses auspices, elles continuèrent avec aigreur comme par le passé.
Pendant ce temps, on avait joué trente-deux fois le Barbier de Séville : vrai badinage, et la moins importante des productions théâtrales. Mais comme il s’agissait pour moi d’en discuter le produit et non le mérite, je fis bon marché de ma gloire aux journalistes, et me contentai de demander un compte exact aux comédiens.
Ces derniers, de qui je n’en avais jamais exigé pour mes précédents ouvrages, furent peut-être alarmés de me voir solliciter celui du Barbier de Séville. On craignit que je ne voulusse user d’un droit incontestable, pour compulser ces registres si durement refusés, et déterminer enfin si les plaintes des auteurs étaient fondées ou chimériques.

Ma demande existait depuis six mois (novembre 1776) ; j’en parlais souvent aux comédiens. Un jour, à leur assemblée, l’un d’eux me demanda si mon intention était de donner ma pièce à la comédie, ou d’en exiger le droit d’auteur. Je répondis en riant, comme Sganarelle : Je la donnerai si je veux la donner, et je ne la donnerai pas si je ne veux pas la donner ; ce qui n’empêche point qu’on ne m’en remette le décompte ; un présent n’a de mérite, que lorsque celui qui le fait en connaît bien la valeur.
Un des premiers acteurs insiste et me dit : Si vous ne la donnez pas, monsieur, au moins dites-nous combien de fois vous désirez qu’on la joue encore à votre profit, après quoi elle nous appartiendra. — Quelle nécessité, Messieurs, qu’elle vous appartienne ! — Beaucoup de MM. les auteurs font cet arrangement avec nous. — Ce sont des auteurs inimitables. — Ils s’en trouvent très-bien, Monsieur; car s’ils ne partagent plus dans le produit de leur ouvrage, au moins ont-ils le plaisir de le voir représenter plus souvent : la comédie répond toujours aux procédés qu’on a pour elle; voulez-vous qu’on la joue à votre profit encore six fois, huit fois, même dix ? parlez.
Je trouvai la proposition si gaie, que je répondis sur le même ton : Puisque vous le permettez, je demande qu’on la joue à mon profit mille et une fois. — Monsieur, vous êtes bien modeste. — Modeste, Messieurs, comme vous êtes justes ! Quelle manie avez-vous donc d’hériter des gens qui ne sont pas morts? Ma pièce ne pouvant être à vous qu’en tombant à une modique recette, vous devriez désirer, au contraire, qu’elle ne vous appartînt jamais. Les huit neuvièmes de cent louis ne valent ils pas mieux que les neuf neuvièmes de cinquante ? Je vois, Messieurs, que vous aimez beaucoup plu* vos intérêts que vous ne les entendez. Je saluai en riant l’assemblée, qui souriait aussi de son côté, parce que son orateur avait un peu rougi.
Depuis, j’ai été instruit que la comédie faisait cette proposition à presque tous les auteurs dramatiques.

 

BEAUMARCHAIS Pierre-Augustin Caron (de) – « Compte-rendu de l’affaire des auteurs dramatiques et des comédiens français », Œuvres complètes, T6, Introduction, P.1-11, L.Collin, Paris, 1809, Bibliothèque nationale de France, département Collections numérisées, 2008-251388.
« Source gallica.bnf.fr / BnF » – https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724463c

[Découvrir d’autres textes]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search