Le 31 juillet 2009 : « Gratuité des collections permanentes des musées et des monuments nationaux pour les jeunes de 18 à 25 ans résidant dans l’Union européenne quelle que soit leur nationalité »

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

par Jacqueline Eidelman
Conservateur général du patrimoine honoraire, DR et HDR,
Enseignante à l’École du Louvre,
Anciennement chef du département de la politique des publics de la direction générale des patrimoines et responsable de la Mission Musées du XXIe siècle

Lorsque Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication (juin 2009-mai 2012) fait cette annonce, la mesure bénéficie déjà depuis le 4 avril aux jeunes citoyens de l’Union européenne mais est effectivement étendue, fin juillet, à l’ensemble jeunes qui résident dans l’Union Européenne, quelle que soit leur nationalité. À l’origine de cette gratuité catégorielle, un test de gratuité permanente et pour tous dans 14 musées et monuments nationaux réalisé pendant le premier semestre 2008 et qui a fait l’objet d’une vaste enquête d’évaluation.

Cette expérimentation controversée a pris pour cadre un débat quasi-idéologique entre opposants et tenants d’une gratuité totale des musées. Depuis la fin des années 80, en France, le tournant économique des musées marche de pair avec la promotion d’un autofinancement progressif des musées, à travers notamment les recettes de billetterie et le développement d’une logique marketing selon laquelle plus le prix du billet est élevé, mieux il manifeste la qualité du produit. Se trouve ainsi promue l’image d’un visiteur-client dont le consentement à payer constitue l’indicateur clé de la satisfaction et qui trouve sa traduction concrète dans une politique tarifaire devenue de plus en plus complexe où l’exonération complète du droit d’entrée est exceptionnelle (certains jours) et ciblée (certaines catégories du public).

Cependant la thèse d’une économie de la singularité en matière de culture a ouvert une brèche dans ce parti-pris apparemment sans faille : nombre d’études et recherches sur les publics ont montré que les visiteurs conçoivent leur visite comme une expérience sociale à fort contenu symbolique et sont très attentifs aux apports culturels qui en résultent. Aussi, après un test mené au Louvre à partir de 1996, l’ensemble des musées nationaux sous tutelle du ministère de la Culture offrent la gratuité de la visite le premier dimanche du mois au 1er janvier 2000[1]. Pour autant, les analyses de l’impact de cette gratuité divergent : les unes mettent en exergue que les membres des catégories populaires y sont sensibles et viennent en nombre tandis que les autres pointent un « effet d’aubaine » pour les classes supérieures et les touristes et une diversification des publics d’ampleur limitée.[2]

Or, en Grande-Bretagne, à partir de décembre 2001, a été décidé la gratuité permanente pour tous les visiteurs des musées nationaux[3]. C’est en particulier cet exemple qui va ainsi inspirer l’expérimentation d’une gratuité permanente et pour tous dans l’ensemble des collections permanentes des musées nationaux français[4]. Ce test va se dérouler au premier semestre 2008 dans 14 musées et monuments nationaux dispersés sur tout le territoire et s’accompagner d’un programme d’enquêtes auprès plus de 6 500 visiteurs. Outre un doublement de la fréquentation, les résultats montrent que les couches populaires et les jeunes adultes sont les plus réceptifs à la gratuité et que leur mobilisation est d’autant plus élevée que le lien à la culture et aux institutions est intermittent. Ils dévoilent aussi que la gratuité possède un effet de levier dans la fabrication de la familiarité muséale[5].

A la lecture de ces résultats, un arbitrage politique et budgétaire est rendu, qui décide l’application d’une mesure de gratuité en faveur des 18-25 ans. Dans la foulée, est commandé une évaluation d’impact au moyen d’un protocole d’enquêtes quantitatives et qualitatives dans le cadre de l’évaluation des politiques tarifaires des musées nationaux. Ce suivi est confié au département de la politique des publics de la Direction générale des patrimoines et opère sur deux plans : l’étude de la fréquentation et l’analyse sociologique des bénéficiaires de la mesure.[6]

Le suivi trimestriel de la fréquentation des cinq premières années (du T2 2009 au T1 2014) fera apparaître que la proportion des 18-25 ans au sein de l’ensemble des publics a triplé (de 5% à 15%) et celui des cinq années suivantes (T2 2014 au T1 2019) que ce taux se stabilise autour de 12%. Sur une dizaine d’années, plus de 25 millions de visites dans les collections permanentes des musées nationaux sont à mettre au crédit de la mesure de gratuité en faveur de cette classe d’âge[7]. Sur le plan de la sociologie des bénéficiaires, différentes campagnes de collecte de données sont menées : deux lui sont spécifiquement dédiées en 2009-2010 et en 2014[8], la troisième, récurrente, est incluse dans l’enquête de satisfaction menée tous les deux ans à partir de 2010 dans l’ensemble des musées nationaux. Les différents dispositifs opèrent sur des échantillons de grandes tailles (plusieurs milliers de visiteurs interrogés à chaque fois), engagent des catégories de musées variées sur l’ensemble du territoire national (musées de beaux-arts, d’histoire, de sciences et techniques, de civilisations et de sociétés) et mobilisent des méthodes d’enquêtes identiques (questionnaires auto-administrés et assistés).[9]

A titre d’exemple, les résultats de l’enquête de 2014 livrent des éclairages sur la morphologie sociale des bénéficiaires, leurs usages de la gratuité et les transformations pratiques de visite. Ils confirment que la gratuité entre dans la décision de visite de 7 jeunes sur 10. Elle est déterminante aussi bien pour les « initiateurs » de la sortie que pour les « suiveurs » qu’elle peut enrôler jusqu’au tout dernier moment, et elle est un vecteur efficace de la socialisation à la culture par les pairs dans le cadre de visites en compagnie (9 cas sur 10), brèves et non-formelles[10]. Sur la durée, la gratuité favorise le développement de la familiarité muséale chez près de 9 jeunes visiteurs sur 10 qui l’utilisent pour explorer différentes catégories de musées, voire se fidéliser à un établissement. Sur le plan de la sociologie de ce public particulier, il apparaît que 67 % sont en cours d’étude, 21 % déjà dans la vie active, 8 % en stage ou en apprentissage et 6 % en recherche d’emploi. Concernant leur milieu social d’origine, les jeunes issus des classes moyennes inférieures et populaires (respectivement 23 % et 27 % de l’ensemble) forment un ensemble aussi important que ceux provenant des classes moyennes supérieures et supérieures (respectivement 31 % et 19 %) et près de la moitié des parents ont un niveau inférieur ou équivalent au bac. Ainsi, au regard de la composition sociale de l’ensemble du public des musées nationaux, le public des 18-25 ans présente ainsi un ancrage nettement plus populaire et plus conforme à la stratification nationale. De fait, les jeunes issus de milieux populaires s’avèrent encore plus mobilisés par la gratuité que ceux d’autres origines sociales (les trois quarts au lieu des deux tiers). Une autre partie de l’enquête donne à voir les manières dont les jeunes envisagent la sortie de « l’âge de la gratuité » : les offres culturelles gratuites continueront d’être privilégiées (38 %) et le nombre de sorties au musée sera réduit (28 %). Mais ce pragmatisme se double d’une conscience aigüe du rôle démocratique de la mesure : dans l’hypothèse d’une suppression de la gratuité pour les 18-25 ans, pratiquement tous ses bénéficiaires s’alarment et anticipent un renforcement des inégalités d’accès à la culture.

 

Bibliographie sommaire

F. Benhamou, Généraliser la gratuité des musées nationaux ? Une mauvaise réponse… à une mauvaise question, Esprit, juin 2008.
J. Eidelman, Du non-public des musées aux publics de la gratuité, Loisir et Société, 32-1, 2010.
J. Eidelman et B. Céroux, La gratuité dans les musées et monuments en France : quelques indicateurs de mobilisation des visiteurs, Culture Études, 2, 2009.
J. Eidelman et A. Jonchery, Sociologie de la démocratisation au musée, Hermès, 61, 2011.
J. Eidelman et M. Nouvellon, Les 18-25 ans et la gratuité. Un public en apesanteur culturelle, in Naugrette C. (sous la direction de), Le prix de l’art. Le coût et la gratuité, L’Harmattan, 2013.
C. Fourteau, La gratuité au bois dormant… Cinq ans de gratuité du dimanche au Louvre 1996-2000, in O. Donnat et S. Octobre (sous la direction de), Les publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquête, (Les travaux du DEP), 2001.
C. Fourteau (sous la direction de), Les institutions culturelles au plus près du public, Paris, La Documentation française, 2002.
A. Gombault, C. Petr, D. Bourgeon-Renault, M. LeGall-Ely et C. Urbain, La gratuité des musées et monuments côté publics, Paris, La documentation française, 2006.
H. Gottesdiener et N. Godrèche, Les dimanches gratuits du musée du Louvre. Enquête qualitative, Le Louvre/Cerem, 1996.
L. Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.
A. Krebs (sous la dir.), Les visiteurs des dimanches gratuits au Louvre, Musée du Louvre, Direction des publics – Service des études et de la prospective, 2008
F. Mairesse, Le musée hybride, Paris, La Documentation française, 2010.
B. Maresca, La nocturne gratuite, un bon plan pour les jeunes et les musées, Consommation et modes de vie, n°215, Credoc, oct. 2008.
A. Martin, The Impact of Free Entry to Museums, Ipsos Mory, 2003.
Maylis Nouvellon, Le musée autrement ? : les mesures d’incitation à la visite et leurs effets sur le public des jeunes adultes dans les musées de France, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université d’Avignon/Université du Québec à Montréal/École du Louvre, 2008.
S. Octobre et F. Rouet, La gratuité du premier dimanche du mois dans les monuments et musées nationaux, in F. Rouet (sous la direction de), Les tarifs de la culture, Paris, La Documentation française, 2002.
D. Samsoen, Petite histoire de la gratuité dans les musées nationaux, in F. Rouet (sous la direction de), Les tarifs de la culture, Paris, La Documentation française, 2002.
J-M. Tobelem, Le nouvel âge des musées. Les institutions culturelles au défi de la gestion, Paris, Armand Colin, coll. « Sociétales », 2005.


[1] D. Samsoen (in  F. Rouet, 2002) rappelle que la gratuité totale de l’accès aux musées nationaux disparaît à partir de 1922 et est remplacée par une gratuité restreinte au dimanche et à une demi- ou une journée de la semaine correspondant au repos scolaire. En 1935, la gratuité des dimanches est remplacée par un tarif réduit, sauf au Louvre et au musée du Luxembourg qui la maintiennent. En 1990, le Louvre la supprimera à son tour, et en 1995 le Centre G. Pompidou (qui a succédé au musée du Luxembourg). Quant à la gratuité du mercredi, il y est mis fin en 1984. [2] Pour la mise en gratuité des premiers dimanches du mois au Louvre et ses évaluations divergentes, cf. C. Fourteau, 1998 et A. Krebs, 2008.
[3] La première année, l’augmentation du nombre de visites est de l’ordre de 70%. Deux ans plus tard, une enquête nationale montre que 45% des britanniques déclarent avoir visité un musée depuis moins d’un an, soit 7% de plus qu’en janvier 2002 et 10% de plus qu’en janvier 2001. Cette hausse importante se remarque dans toutes les catégories sociales, mais à des degrés divers. En 2004, alors que la fréquentation des musées est toujours très élevée, une nouvelle enquête indique une augmentation des milieux modestes, des minorités ethniques et des visiteurs souffrant d’un handicap. L’objectif qui était d’augmenter de 2% le taux de pratique des deux premières catégories est atteint en 3 ans (de 2005 à 2008). Cf. Martin, 2003.
[4] On rappellera qu’à l’aube de l’expérimentation de 2008, la gratuité des collections permanentes dans les musées nationaux est déjà accordée gratuité aux les moins de 18 ans, aux personnes dont les ressources se réduisent aux minima sociaux, aux visiteurs présentant un handicap (moteur, visuel, auditif ou psychique) et leurs accompagnateurs, à certaines catégories de professionnels et d’étudiants.
[5] Pour les résultats de l’évaluation de l’expérimentation cf. J. Eidelman et B. Céroux, 2009
[6] Les données ont deux sources : 1) les statistiques de fréquentation, à partir d’un relevé dans tous les musées nationaux du ministère de la culture, collectées via OPUS (nombre d’entrées trimestrielles d’avril 2009, puis annuelle jusqu’en décembre 2018) et publiées dans Patrimostat ; les études sociologiques au moyen d’enquêtes par questionnaires réalisées par le département de la politique des publics de la DGP.
[7] Données Patrimostat, département de la politique des publics de la Direction générale des patrimoines, 2009 à 2018.
[8] L’édition de l’enquête Les 18-25 ans et la gratuité des musées de 2009-2010 est réalisée dans une quinzaine d’établissements du territoire national et celle de 2014 dans les musées d’Orsay, du Moyen-Age-Cluny, du quai Branly, les châteaux de Fontainebleau et de Versailles, ainsi qu’au MUCEM, Louvre-Lens et Centre Pompidou-Metz
[9] Cf. Eidelman et Nouvellon, 2013 ; Nouvellon, 2018.
[10] Ces publics témoignent de cette dimension « libératoire » qui affranchit la visite d’une logique visant à amortir le prix du billet d’entrée et réactive ainsi le simple plaisir de l’expérience de visite (Gottesdiener, 1996).

[découvrir d’autres dates]