1961-1964. Du musée-Maison de la culture du Havre au Grand Palais. Continuité d’un grand dessein

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

par Serge Reneau,
Docteur en Histoire

Le 24 juin 1961, le ministre d’État ministre des Affaires culturelles vient inaugurer au Havre un prototype de Maison de la culture et un musée d’Art moderne. Trois années plus tard, André Malraux confie à Reynold Arnould, conservateur du musée et directeur de la Maison de la culture du Havre jusqu’en 1964, une mission d’aménagement des espaces du Grand Palais dédiés à une diffusion artistique et culturelle de prestige.

Malraux inaugurant aux côtés de Reynold Arnould, le musée-Maison de la culture du Havre, le 24 juin 1961

 

C’est en effet ce musée d’un nouveau type encore en chantier qui a retenu en 1960 l’attention du ministre à la recherche d’un équipement susceptible d’accueillir après l’insuccès de Béthune le prototype de son grand dessein, où expérimenter, sous cette forme hybride, une action culturelle outil d’une doctrine alors en développement. L’année suivante, son propos inaugural donnera en quelque sorte la mesure de l’ambition ministérielle : « Ce musée est un des plus beaux de France, un des plus importants. Il sera certainement copié et je le souhaite pour le développement des Arts et Lettres… Il y a beaucoup de musées dans le monde et il ne sera pas difficile de copier celui-là… Mais la Maison de la culture qui lui est rattachée est certainement la première et je souhaite qu’elle soit également copiée en de multiples exemplaires dans notre pays… Nous avons voulu que les enfants de quinze ans, aussi pauvres qu’ils soient, puissent être aussi proches de l’art et de la culture que ceux de Paris… Il n’est pas un lieu au monde où l’on ait tenté ainsi de donner à chacun sa chance… Il n’y a pas une Maison comme celle-ci au monde, ni même au Brésil, ni en Russie, ni aux États-UnisSachez, Havrais, que c’est ici que tout a commencé et, pour ceux qui viennent de loin, les échelles du Levant commencent au Havre ! »[1]

C’est aussi le musée d’Art moderne, les installations plastiques d’Adam, Zadkine, Stahly, Arnould, et la vitalité de la création au présent, que vient célébrer Gaëtan Picon, directeur général des Arts et Lettres, dans sa préface de l’exposition inaugurale École de Paris Art décoratif [2]. Ce musée qu’il a visité avec Henri Seyrig en mai 1961, et où il viendra l’année suivante exposer sa théorie de la culture dans ses rapports avec la création[3], a été conçu en 1952 comme un « foyer d’art, d’éducation et de culture » par l’artiste devenu conservateur, Reynold Arnould qui, fort de la détermination sans faille de Georges Salles, directeur des Musées de France, l’a installé dans un écrin architectural de métal et de verre modulable et flexible, judicieusement adapté à une confrontation des arts comme l’atteste le programme inaugural, et parfaitement compatible avec les fonctions polyvalentes d’une Maison de la culture[4].

Mieux, la réalisation de cette greffe, contrepartie d’une demande de subvention par la municipalité du Havre en mars 1960 pour boucler le financement du musée, vient de marquer une nouvelle étape dans les relations culturelles entre l’État et les villes et notamment avec les maires qui, pour le ministre « relevaient d’abord d’un terroir, d’un morceau de la France ; avec eux on pouvait faire des coups de grandeur »[5]. Les services techniques du ministère ont alors élaboré avec la Ville un cadre juridique contractuel conforme à ce nouvel outil de partenariat culturel, puis ont engagé avec Reynold Arnould l’étude des aménagements nécessaires pour adapter les espaces muséographiques aux exigences d’une Maison de la culture.

Brève fut au Havre l’expérimentation d’une action culturelle en Maison de 1961 à 1964. Critiquée de l’intérieur, elle sera jugée bien confuse dans sa forme par le directeur du Théâtre de la Musique et de l’Action culturelle, Émile Biasini, pour qui « une Maison de la culture doit être plus largement polyvalente et pour cela utiliser plus largement les grands moteurs du théâtre et du cinéma. Il ne peut dès lors exister qu’un seul type de Maison de la culture qui doit offrir les moyens d’une expression parfaite dans le domaine du théâtre, de la musique, du cinéma, des arts plastiques, de la connaissance littéraire, scientifique ou humaine, posséder les instruments d’une rémanence permanente des actions entreprises dans les divers ordres, exciter la promotion culturelle locale, susciter la vie de club et des échanges. Seule peut varier de l’une à l’autre, suivant les dominantes de l’apport local, l’importance de ces divers éléments et, naturellement, celle du bâtiment lui-même »[6]. Au moins aura-t-elle permis de concevoir les formes achevées de modèles à venir ! 

1964. Tandis que les services techniques du ministère s’emploient à installer en province les premières Maisons de la culture, l’équipe de la Rue de Valois doit combler le retard pris par la place de Paris dans l’organisation et la diffusion des grandes expositions internationales et dans la promotion des courants contemporains de la création artistique qui, alors, s’exposent plutôt à Venise, à Kassel ou à Berne[7].

Exposition Picasso, Grand Palais, 1966, entrée Clemenceau, dans 50 ans d’expositions au Grand Palais, Grimaud Renée, Bizot, Irène, Paris, RMN, 2009

C’est en quelque sorte à ce défi que répond la décision du ministre d’État d’aménager au Grand Palais, au cœur de la capitale, les espaces des Galeries nationales en vue d’une diffusion artistique et culturelle de prestige. Ce monument, dédié « par la République à la gloire de l’art français », est affecté depuis 1959 au ministère des Affaires culturelles et ses usages ont fait l’objet cette année-là d’une audition au Sénat du ministre d’État qui a envisagé alors « la création d’une commission du Grand Palais pour statuer es qualité sur la situation des occupants affectataires -les Salons traditionnels », et suggéré une utilisation des Galeries nationales plus spécialement orientée sur les activités artistiques ; la Direction des Musées de France, pensait-il, « aurait un plus grand besoin de salles pour l’organisation d’expositions et la présentation de ses collections » [8].

Il est vrai que depuis 1960, l’impulsion donnée aux Affaires culturelles a fait de ce Palais des Beaux-Arts un lieu particulièrement convoité comme en témoignent les propositions émanant des divers services du ministère : « Pierre Moinot évoque l’installation du Centre de diffusion culturelle, d’une salle de cinéma, voire des manifestations relatives à l’actualité artistique et à la promotion de jeunes artistes. La même année Henri Seyrig et Henri Curiel suggèrent d’installer dans la nef un musée de la mécanique moderne et des inventions industrielles à partir des collections du musée des Arts et Métiers, et, toujours dans la nef, la Direction des Musées de France propose d’y accueillir un musée de la sculpture. Dans la continuité du succès de l’exposition de 1937 au Palais d’Antin, un projet de 1939 ressorti des cartons en 1962 suggère la création d’un musée de la Vulgarisation scientifique dans les espaces du Palais de la Découverte dont le transfert en région parisienne est alors évoqué, mais qui sera bien vite abandonné »[9].

Figurent également dans l’agenda ministériel des initiatives convergentes en faveur de la diffusion artistique et de la promotion des artistes vivants : créée en 1959, la Biennale internationale des Jeunes artistes, présentée au musée national d’Art moderne par son délégué général Raymond Cogniat, prend place parmi les grandes confrontations internationales. Convergente encore, l’idée de créer à Paris un musée du XXè siècle. Portée par le succès de l’exposition « Les Sources du XXè siècle Les Arts en Europe de 1884 à 1914 » installée par Jean Cassou[10] au Palais de Tokyo, l’idée est devenue projet de musée d’Art moderne à croissance illimitée que Maurice Besset a adressé à Le Corbusier en février 1963[11], puis commande ministérielle passée à l’architecte l’année suivante.

C’est alors que prend forme l’opération Grand Palais, facilitée par les retards dans l’exécution du projet, à la Défense et au cœur de Paris, puis par le refus du ministre de livrer le Palais des Arts aux pics des démolisseurs, et engagée au cours de sa rencontre avec Reynold Arnould qu’évoquera plus tard l’épouse du conservateur des musées du Havre : « Au début on ne savait pas si le musée de la Défense allait se faire. Le Corbusier est venu nous voir au Havre et en a parlé longuement avec nous, ensuite, Malraux s’est promené avec Reynold dans l’avenue et c’est là qu’il lui a posé la question : est-ce que cela ne vous intéresserait pas de continuer à voir ce que l’on peut faire de ce bateau échoué ; ce bateau échoué, c’était le Grand Palais »[12]. Elle sera conduite ensuite dans le cadre de deux commissions chargées de concevoir et de mettre en œuvre un programme artistique : l’une chargée de l’organisation de grandes expositions internationales confiée à Jacques Jaujard, secrétaire général du ministère, président du Conseil supérieur des expositions ; l’autre sous l’égide du directeur général des Arts et Lettres où siègent François Mathey, proche de Gaëtan Picon, et Reynold Arnould[13]. Processus que vient clore courant 1964 la dévolution au cabinet du ministre du suivi du projet confié au conservateur des musées du Havre, et dont Albert Beuret, conseiller technique, restituera les étapes : « Malraux attachait beaucoup d’importance à l’expérience que Reynold Arnould menait au Havre et c’est comme ça que nos rapports ont débuté ensuite il s’est trouvé que le problème du Grand Palais s’est posé ; un certain nombre d’hypothèses avaient été avancées. La première a été confiée à Le Corbusier, on devait tout raser et construire un monument exemplaire à cet endroit, elle désorganisait quelque chose qui avait à la fois son unité esthétique et son unité historique. Chargé par le ministre, j’avais posé mes conditions puisque mes prédécesseurs étaient restés dans un flou qui n’aboutissait à rien »[14].

Cette mission que le ministre confie au cours du printemps 1964 à Reynold Arnould va consister d’une part à aménager, avec la collaboration de l’architecte en chef Pierre Vivien, sous l’autorité du cabinet (Beuret) et le contrôle de la Direction de l’Administration générale (Autin), les espaces des Galeries nationales du Grand Palais. D’autre part, à présenter de grandes manifestations artistiques de prestige, nationales et internationales, proposées par la DMF-RMN (Jean Chatelain, Irène Bizot), la Commission supérieure des expositions et le ministère des Affaires étrangères (AFAA). Enfin, à faire coexister dans ce Palais des Arts un centre de diffusion artistique et une Maison de la culture : continuité du grand dessein initié au Havre et continué cette année-là à la Maison de la culture de Bourges. Aux dires d’Albert Beuret : « L’ambition de Reynold Arnould était de donner une dimension culturelle ; il souhaitait donner une dimension concrète aux thèses et aux thèmes exprimés par Malraux dans ses essais sur l’art… C’est la Maison de la culture type, la Maison de la culture nationale, nous voulions en faire la Maison de la culture de Paris. L’ensemble devait (et avait été créé pour cela en plus) accueillir toutes les formes de culture… Nous voulions faire une salle polyvalente de spectacle… Dans la nef nous avions pensé à une vidéo sur grand écran, Nous voulions être le lieu d’application des Affaires culturelles toutes disciplines confondues… en somme une Maison de la culture, la Maison de la culture type, la Maison de la culture nationale, la Maison de la culture de Paris, nous voulions en faire un symbole… Je crois que ce qu’il [Reynold Arnould] a fait de plus important, et cela on ne le dira jamais assez, c’est d’avoir assimilé conçu et réalisé dans la discrétion la plus complète un outil qui permet de tout accueillir… Un espace conçu et aménagé pour devenir un vaste complexe d’informations et d’actions culturelles destiné à tous et à chacun ».

Inaugurée en 1966 par deux grandes expositions à l’initiative du ministre – Le Musée vivant de L’Art Nègre, mai-août 1966, l’Hommage à Pablo Picasso, novembre 1966-février 1967 – cette phase d’aménagement prendra fin en 1969 avec le rattachement des Galeries nationales à la direction des Musées de France, quand les retombées de Mai 68 puis le départ de « l’Homme des ruptures », viendront définitivement compromettre l’idée d’une Maison de la culture au cœur de Paris.

 

Bibliographie et sources 

AN, Archives nationales Pierrefitte ; ANF, Archives nationales Fontainebleau ; AMM. Archives musée d’art moderne Le Havre
Amouroux, Dominique « Le ministre, l’architecte et le musée de leur siècle », dans Dominique Hervier, dir°, André Malraux et l’architecture, édit° Le Moniteur, 2008.
Biasini, Émile, Action culturelle an I, 1961-1962, DTMAC, rapport dactylographié, 1962, 15 p.
Foulon, Charles-Louis, André Malraux ministre de l’irrationnel, NRF/ Gallimard, 2010.
Holleaux, André, directeur du cabinet de 1962 à 1965, dans André Malraux, l’Homme des Univers, Colloque organisé au Grand Palais, 5-7 décembre 1986.
Holleaux, André, Malraux ministre au jour le jour, décembre 1986, p.190.
Louveau, Serge, article Grand Palais, dans de Waresquiel, Emmanuel, Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Larousse, CNRS éditions, 2001.
Marrey, Bernard, Le Grand Palais, sa construction, son histoire, éditions Picard, 2006.
Moinot, Pierre, interventions de à la Commission culture du IVè Plan. ANF 0514, 11.
Pattyn, Christian, Le Grand Palais, hier, aujourd’hui, demain, rapport de mission, dactylographié, janvier 1984. ANF 2008 0174, 58.
Plum, Gilles, Le Grand Palais. L’aventure du Palais des Beaux-Arts, Paris, RMN, 1993.
Poirrier, Philippe, De l’État tutélaire à l’État partenaire, la coopération entre l’État et les villes, dans Une ambition partagée. La coopération entre le ministère de la culture et les collectivités territoriales1959-2009, Comité d’histoire du ministère de la culture, p. 93-118.
Reneau, Serge, Reynold Arnould 1919-1980, un artiste et conservateur dans le siècle, ouvrage à paraître aux PURH en 2019
Saint-Geours, Yves, Le Grand Palais Monument-Capitale, Découvertes Gallimard, 2009.

[1] Fragments du discours inaugural reconstitué à travers la presse locale et régionale des 24-26 juin, dont il ne subsiste aucune trace manuscrite, et dans lequel on retrouve des propos déjà prononcés à l’Assemblée nationale puis au Sénat en 1959. Ina 25 juin 1961, 6mn 18s.
[2] AMM. Texte de la préface pour la plaquette de l’exposition École de Paris Art décoratif présentée à Tokyo par les ministères des Affaires culturelles et des Affaires étrangères en 1960.
[3] AMM. Texte de la conférence Culture et création, prononcée à la Maison de la culture du Havre le 5 mars 1962, 12 p.
[4] Richard Klein, « Des Maisons du peuple aux Maisons de la culture », dans Malraux et l’architecture. Serge Reneau, « Reynold Arnould et les musées du Havre Le temps des métamorphoses », dans Construire le musée imaginaire 1952, 1961, 1965, Somogy/ MuMa Le Havre, 2011.
[5] André Holleaux, Le ministre et les maires, dans Malraux ministre au jour le jour, Comité d’histoire du ministère de la culture, 2004.
[6] ANF 1995 0514 art 8. Émile Biasini, Action culturelle an I, octobre 1962, 15 p.
[7] L’art de l’exposition Une documentation sur trente expositions exemplaires du XXè siècle, ouvrage collectif, édit° du Regard Paris, 1998.
[8] Audition du ministre au Sénat le 7 juillet 1959, p. 30-32.
[9] AN F21/ 8263. Fonds DGAL, généalogie des projets évoqués par Gaëtan Picon 26 juillet 1960, 8 août 1960.
[10] Président de L’ICOM, il a conduit une délégation au musée d’Art moderne du Havre en 1964 et donné la même année une communication sur les fonctions d’un musée d’Art moderne.
[11] Dominique Amouroux, « Le ministre, l’architecte et le musée de leur siècle », dans Dominique Hervier, dir°, André Malraux et l’architecture, édit° Le Moniteur, 2008. Le Corbusier a visité pour l’occasion le musée-Maison de la culture du Havre, L’Express août 1963
[12] Intervention de Marthe Arnould, dans André Malraux, l’Homme des Univers, colloque Grand Palais, Paris, décembre 1986, p. 183-195.
[13] Lettre François Mathey à Gaëtan Picon, décembre 1963, puis note du même au ministre, juin 1964. François Mathey, auteur d’un projet d’expositions d’art contemporain au musée des Arts décoratifs, dans Brigitte Gilardet, Réinventer le musée François Mathey un précurseur inconnu, 1953-1985, Les Presses du réel, 2014.
[14] Albert Beuret, 1980, entretien dactylographié, 21p. Comité d’histoire du ministère de la culture, cit p. 8-9.