François Guizot – Rapport au Roi

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -de la Révolution à l’aube de la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

François Guizot,
Rapport au Roi du Ministre, Secrétaire d’État au Département de l’Intérieur, Guizot
Ministère de l’instruction publique et des beaux-arts, le 21 octobre 1830

RAPPORT AU ROI

SIRE,

Les monuments historiques, dont le sol de la France est couvert, font l’admiration et l’envie de l’Europe entière. Aussi nombreux et plus variés que ceux de quelques pays voisins, ils n’appartiennent pas seulement à telle ou telle phase isolée de l’histoire, ils forment une série complète et sans lacune ; depuis les Druides jusqu’à nos jours, il n’est pas une époque mémorable de l’art et de la civilisation qui n’ait laissé dans nos contrées des monuments qui la représentent et l’expliquent. Ainsi, à côté de tombeaux gaulois et de pierres celtiques, nous avons des temples, des aqueducs, des amphithéâtres et autres vestiges de la civilisation romaines qui peuvent le disputer aux chefs-d’œuvre de l’Italie ; les temps de décadence et de ténèbres nous ont aussi légué leur style bâtard et dégradé ; mais lorsque le XIe et le XIIe siècles ramènent en occident la vie et le lumière, une architecture nouvelle apparaît qui revêt dans chacune de nos provinces une physionomie distincte, quoiqu’empreinte d’un caractère commun, mélange singulier de l’ancien art des romains, du goût et du caprice oriental, des aspirations encore confuses du génie germanique. Ce genre d’architecture sert de transition aux meilleures constructions gothiques qui pendant les XIIIe, XIVe et XVe siècles se suivent sans interruption, chaque jour plus légères, plus hardies, plus ornées jusqu’à ce qu’enfin, succombant sous leur propre richesse, elles s’affaissent, s’alourdissent et finissent par céder la place à la grâce élégante mais passagère de la Renaissance. Tel est le spectacle que présente cet admirable enchaînement de nos antiquités nationales qui font de notre sol un si précieux objet de recherches et d’études.

La France ne saurait être indifférence à cette partie notable de sa gloire : déjà, dans les siècles précédents, la haute érudition des bénédictins et d’autres savants, avait montré dans les monuments la source de grandes lumières historiques ; mais sous le rapport de l’art, personne n’en avait deviné l’importance. À l’issue de la révolution française, des artistes éclairés qui avaient vu disparaître un grand nombre de monuments précieux, sentirent le besoin de préserver ce qui avait échappé à la dévastation ; le musée des Petits Augustins, fondé par M. Lenoir, prépara le retour des études historiques, et fit apprécier toutes les ressources de l’art français.

La disparition fatale de ce musée reporta sur l’étude des localités l’ardeur des archéologues et des artistes ; la science y gagna plus d’étendue et de mouvement, d’habiles écrivains se joignirent à l’élite de notre école de peinture, pour faire connaître les trésors de l’ancienne France. Ces travaux multipliés pendant les années qui viennent de s’écouler n’ont pas tardé à produire d’heureux résultats dans les provinces. Des centres d’étude se sont formés ; des monuments ont été préservés de la destruction ; des sommes ont été votées pour ces objets par les conseils généraux et les communes ; le clergé a été arrêté dans les transformations fâcheuses qu’un goût mal entendu de rénovation faisait subir aux édifices sacrés. Ces efforts toutefois n’ont produit que des résultats incomplets ; il manquait à la science un centre de direction qui régularisât les bonnes intentions manifestées sur presque tous les points de France ; il fallait que l’impulsion partit de l’autorité supérieure elle-même et que le ministre de l’Intérieur, non content de proposer aux Chambres une allocation de fonds pour la préservation des monuments français, imprimât une direction éclairée au zèle des autorités locales.

La création d’une place d’Inspecteur Général des Monuments Historiques de la France m’a paru devoir répondre à ce besoin. La personne à qui ces fonctions seront confiées devra avant tout, s’occuper des moyens de donner aux intentions du gouvernement un caractère d’ensemble et de régularité. A cet effet, elle devra parcourir successivement tous les départements de la France, s’assurer sur les lieux de l’importance historique ou du mérite d’art des monuments, recueillir tous les renseignements qui se rapportent à la dispersion des titres ou des objets accessoires qui peuvent éclairer sur l’origine, les progrès ou la destruction de chaque édifice, en constater l’existence dans tous les dépôts, archives, musées, bibliothèques ou collections particulières, se mettre en rapport direct avec les autorités et les personnes qui s’occupent de recherches relatives à l’histoire de chaque localité, éclairer les propriétaires et les détenteurs sur l’intérêt des édifices dont la conservation dépend de leurs soins et stimuler enfin, en le dirigeant, le zèle de tous les conseils de département et de municipalité, de manière à ce qu’aucun monument d’un mérite incontestable, ne périsse pour cause d’ignorance et de précipitation et sans que les autorités compétentes aient tenté tous les efforts convenables pour assurer leur préservation et de manière aussi à ce que la bonne volonté des autorités ou des particuliers ne s’épuise pas sur des objets indignes de leurs soins. Cette juste mesure dans le zèle ou dans l’indifférence pour la conservation des monuments, ne peut être obtenue qu’au moyen de rapprochements multiples que l’Inspecteur Général sera seul à même de faire : elle préviendra toute réclamation et donnera aux esprits les plus difficiles la conscience de la nécessité où le Gouvernement se trouve de veiller activement aux intérêts de l’art et de l’histoire.

L’Inspecteur Général des Monuments Historiques préparera dans sa première et générale tournée un catalogue exact et complet des édifices ou monuments isolés qui méritent une attention sérieuse de la part du Gouvernement ; il accompagnera, autant que faire se pourra, ce catalogue de dessins et de plans et en remettra successivement les éléments au ministère de l’Intérieur où ils seront classés et consultés au besoin. Il devra s’attacher à choisir dans chaque localité principale un correspondant qu’il désignera à l’acceptation du ministre et se mettra lui-même en rapport officieux avec les autorités locales. Communication sera donnée aux Préfets des départements d’abord, des instructions de l’Inspecteur Général des Monuments Historiques de la France, puis de l’extrait du catalogue général en ce qui concerne chaque département. Les Préfets en donneront connaissance à tous les Conseils et autorités qu’ils intéressent.

L’Inspecteur Général des Monuments Historiques devra renouveler le plus souvent possible ses tournées et les diriger chaque année d’après les avis qui seront donnés par les Préfets et les correspondants reconnus par l’administration. Lorsqu’il s’agira d’imputations sur le fonds de la conservation des Monuments de la France ou de dépenses analogues votées par les départements ou les communes, l’Inspecteur Général des Monuments Historiques sera consulté.

Le traitement annuel de ce fonctionnaire est fixé à huit mille francs.
Le tarif des frais de tournée sera fixé par une mesure ultérieure.

Je suis, avec respect, Sire, de votre Majesté, le très humble et très fidèle sujet,
Le Ministre, Secrétaire d’État au Département de l’Intérieur,
GUIZOT

Approuvé :
Au palais-Royal, le 25 du mois d’octobre 1830
Louis Philippe.

[Découvrir d’autres textes]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc2 (15 mars 2019). François Guizot – Rapport au Roi. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrk5


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search