26 avril 1984 : dix nouvelles mesures pour la danse

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr


Par Guillaume Sintès,
Maître de conférences en danse à l’Université de Strasbourg

C’est un document d’une cinquantaine de pages qui, un peu moins de trois ans après l’arrivée de Jack Lang au ministère de la Culture, vient acter l’institutionnalisation de la danse en France. Plus qu’un programme de politique culturelle, la conférence de presse sur la danse du 26 avril 1984 marque la reconnaissance d’un art dans la diversité de ses esthétiques, de ses pratiques et de ses domaines d’intervention. Au-delà, ces nouvelles mesures légitiment ce qu’il est convenu d’appeler la « Nouvelle Danse française » : une génération de jeunes artistes à qui des moyens (financiers et d’équipement) sont attribués dans des proportions sans aucune commune mesure avec ceux qu’avaient connus leurs aînés. Propulsés sur les scènes nationales et internationales les plus prestigieuses, bénéficiant d’une visibilité réservée jusque là au seul Ballet de l’Opéra de Paris, les principaux représentants de cette « Jeune Danse française » prennent (et prendront) presque aussitôt la direction de la douzaine de centres chorégraphiques nationaux1 (CCN) mis en place dès le 1er mai.

Emblème de ces « Dix nouvelles mesures pour la danse », la labellisation du Centre national de danse contemporaine (CNDC) d’Angers, lieu de formation supérieure créé en 1978, et de onze compagnies implantées en région2, constitue le point nodal du développement de la danse et de la décentralisation chorégraphique en France, en ce milieu des années quatre-vingt. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle figure en tête de liste de ces nouvelles annonces. Mais ce serait réduire la portée et l’ambition des engagements de l’État en faveur de la danse que de résumer cette conférence de presse aux seuls CCN. En effet, le projet formulé par Jack Lang tente autant de couvrir l’ensemble du spectre des activités chorégraphiques (en termes d’enseignement, de création et de diffusion) qu’il essaie d’instaurer un nouvel équilibre entre esthétique classique académique et renouveau contemporain.

En ce sens, la création du Théâtre Contemporain de la Danse à Paris permet de pallier à un triple manque : absence d’un enseignement professionnel (en dehors du CNDC d’Angers qui ne peut absorber à lui seul la demande croissante), absence de lieux de répétition pour les compagnies (qui investissent massivement les studios de la Ménagerie de Verre, dans le XIe arrondissement, dès son ouverture en 1983), absence d’une scène pour présenter les créations des (plus) jeunes chorégraphes à Paris. Le soutien aux artistes chorégraphiques contemporains passe bien évidemment aussi par le renforcement des crédits d’aide aux compagnies indépendantes, aux festivals spécialisés, aux concours de danse. Un effort est également consenti pour la promotion à l’international d’artistes reconnus nationalement3 par la création d’un fonds dédié ou à la formation de danseurs français à l’étranger par la dotation de bourses d’études et de recherche. Pour autant, pas de désengagement du ministère envers le ballet classique : le Ballet de l’Opéra de Paris (hors École) capte alors plus du tiers du budget de la danse (soit 55,6 MF sur une enveloppe de 145,86 MF), auquel il convient d’ajouter les sommes versées pour le projet de rénovation de l’École de danse de l’Opéra de Paris et pour la création de l’École nationale supérieure de danse de Marseille4, que viennent compléter les aides aux ballets des maisons d’opéra5 et aux compagnies indépendantes classiques et néoclassiques (dont certaines acquièrent au passage le statut de centre chorégraphique national, comme ce fut le cas pour les Ballets du Rhin, de Marseille, du Nord…). Force est donc de constater que le soutien financier du ministère de la Culture consiste d’abord à pérenniser l’héritage classique6 et à faire fonctionner l’existant. De quelle(s) nouveauté(s), alors, sont porteuses les dix mesures pour la danse proposées par Jack Lang ce 26 avril 1984 ?

Ces annonces sont « nouvelles » en ce qu’elles constituent une étape importante de la professionnalisation de l’ensemble du champ chorégraphique, symbole de l’autonomisation de la danse en tant qu’art majeur7, mais elles ne sont pas une création ex nihilo. Dix mesures n’auraient d’ailleurs pas suffi à satisfaire tous les besoins. Elles doivent être comprises comme la suite logique d’une dynamique entreprise par le ministère Lang dès 1982 avec le doublement du budget8 de la Division de la Danse9, lequel répondait à l’urgence de revendications portées par une majorité des artistes chorégraphiques contraints par la précarité de leur situation10. De même, considérant l’histoire du ministère de la Culture depuis sa création en 1959, ces mesures s’inscrivent dans la continuité d’une action – certes limitée – initiée par André Malraux et poursuivie par Michel Guy11. Il s’agit, pour une partie d’entre elles du moins, de compléter, de repenser ou de rénover des dispositifs déjà existants. Ainsi en va-t-il des travaux concernant l’aménagement de nouveaux locaux pour le CNDC d’Angers ou la Rotonde Lifar au Palais Garnier, le déménagement de l’École de danse de l’Opéra de Paris à Nanterre ou du Conservatoire national supérieur à La Villette.

Cette conférence de presse est, enfin, une photographie de la situation du champ chorégraphique en France et, en regard, de la gestion et de l’organisation des services de l’État en charge de la danse. En effet, l’annonce de ces mesures s’accompagne de la production d’études et de statistiques qui rendent compte du formidable essor, en ce début des années quatre-vingt, des pratiques amateurs, du développement des réseaux de diffusion sur le territoire national et à l’étranger, de la vitalité de la création artistique, de la structuration professionnelle… qui obligent le ministère de la Culture et les DRAC à se saisir de l’enjeu culturel, social et politique de l’avenir de la danse en France.

1 Il existe aujourd’hui 19 centres chorégraphiques nationaux implantés sur tout le territoire métropolitain.
2 À savoir : le Ballet national de Marseille (dirigé par Roland Petit), le Ballet Théâtre français de Nancy (dirigé par Jean-Albert Cartier), le Ballet du Rhin à Mulhouse (dirigé par Jean Sarelli), le Ballet du Nord (dirigé par Alfonso Catá), le Centre national de danse contemporaine d’Angers (dirigé par Michel Reilhac), le Centre chorégraphique régional de Montpellier (dirigé par Dominique Bagouet), le Théâtre du Silence de La Rochelle (dirigé par Brigitte Lefèvre), le Théâtre chorégraphique de Rennes (dirigé par Gigi Caciuleanu), les compagnies de Maguy Marin et celle de Quentin Rouillier (installées respectivement à Créteil et Caen), le Ballet Théâtre de Joseph Russillo à Toulouse (seul centre chorégraphique national à ne plus exister sous cette forme aujourd’hui).
3 En 1984, ce fonds bénéficie à Jean-Claude Gallotta et Dominique Bagouet.
4 Même si ces deux enveloppes exceptionnelles (75 MF pour le déménagement de l’École de danse de l’Opéra de Paris et 12 MF pour la création de l’École de danse de Marseille) ne sont pas intégrées au budget de la Division de la danse, elles témoignent du fort attachement des services de l’État au ballet classique académique.
5 Dont le budget est intégré à celui des opéras de la Réunion des théâtres lyriques municipaux de France (RTLMF).
6 La création de la Cinémathèque de la danse en 1983 s’inscrit dans cette vision patrimoniale de l’art chorégraphique.
7 Nous reprenons à notre compte ici la pensée de Max Weber : « La professionnalisation d’un art procède d’une autonomisation de l’esthétique ainsi que d’une spécialisation des activités contenues dans un domaine artistique » (Max Weber, trad. de Jean Molino et Emmanuel Pedler, Sociologie de la musique. Les fondements rationnels et sociaux de la musique, Paris, Métailié, 1998).
8 Lequel passe de 16,5 millions de francs en 1981 à près de 33,5 millions de francs l’année suivante.
9 Dans l’organigramme du ministère de la Culture, la Division de la Danse (dirigée par Éric Barrault) est alors un service de la Direction de la Musique et de la Danse (dirigée par Maurice Fleuret).
10 Réunis à l’occasion des Assises de Bagnolet à l’automne 1981.
11 Voir Guillaume Sintès, Préfiguration, structuration et enjeux esthétiques du métier de chorégraphe (France, 1957-1984). Une histoire administrative, réglementaire et politique de la danse, thèse de doctorat sous la direction d’Isabelle Launay, Université Paris 8, 2015.

[découvrir d’autres dates]



Citer ce billet
chmc2 (2019, 26 avril). 26 avril 1984 : dix nouvelles mesures pour la danse. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrkh

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search