[appel à communications] HEnsA20 – Socio-histoire de l’enseignement de l’architecture : élèves, étudiants et étudiantes ; patrons, enseignants et enseignantes

6e séminaire régional – ENSA Rouen // 23 et 24 mai 2019

Dans le cadre de ce programme, l’enseignement de l’architecture a été regardé sous l’angle de son organisation et de ses résultats, mais peu sous celui des individus concernés : élèves hier, étudiants et étudiantes aujourd’hui ; anciens patrons d’atelier, enseignants et enseignantes des écoles de nos jours. Or, leur nombre, leur genre, leurs origines, leur vie quotidienne ont considérablement évolué au fil du XXe siècle, sans que l’on n’en connaisse grand-chose au-delà de ce qui s’est raconté et transmis d’une génération à l’autre. Des échos nous en sont parvenus à travers les souvenirs de certains d’entre eux, Frantz Jourdain, Emmanuel Pontremoli, Michel Bataille, Pierre Dufau, Antoine Stinco et d’autres encore venus d’ici ou d’ailleurs… On en perçoit aussi à travers les bulletins, gazettes, fanzines, journaux publiés par les nombreuses associations d’élèves comme de professionnels, de celui de la Grande Masse à ceux de la SADG ou de l’Association provinciale. Des traces en ont été archivées au sein de chaque école, sous la forme de registres d’inscription, de feuilles de valeur engrangeant les concours et les succès des élèves d’avant 1968, de dossiers dans lesquels traînent extraits de naissance, diplômes de bachelier, lettres de recommandation, demandes de transferts d’ateliers ou de bourses, état des services militaires… Enfin, plus

récemment, des bilans en ont été publiés, tant par certaines de ces associations que par le ministère, dénombrant étudiants et enseignants, dressant des statistiques, cartographiant leur déplacement, auscultant leurs débouchés… offrant un état quantifié de la présence et du rôle de ces acteurs dans les dernières décennies.

Les effectifs étudiants ont suivi un développement analogue à ceux de l’enseignement supérieur. S’ils étaient plus faibles que ceux des universités, ils ont, comme eux, explosé au cours du XXe siècle. Ils ont été multipliés par vingt et marqués par une féminisation croissante quoique plus récente. Si l’on en croit les chiffres donnés par le Delaire, 900 élèves suivaient les cours d’architecture aux Beaux-Arts en 1894. Le conseiller d’État Jacques Narbonne, auteur d’un rapport sur l’enseignement de l’architecture en 1975, évaluait leur nombre à 4 196 en 1966 et 13 466 en 1975. Ils sont aujourd’hui 18 100 dans les écoles selon les « chiffres clés » du ministère de la Culture. Cette évolution a été marquée par deux sauts quantitatifs d’inégale importance : dans les années 1950, les effets de la création de l’Ordre des architectes et de l’obligation d’être diplômé pour porter le titre ont fait sensiblement gonfler les effectifs. Plus encore, dans les années 1970, l’ouverture sans condition de cet enseignement à tous les bacheliers, sa démocratisation et les effets du baby-boom ont multiplié par quatre le nombre des étudiants. Quels ont été les impacts des guerres ou de la limitation des établissements habilités à délivrer le diplôme en 1940 ? Comment ces évolutions se sont-elles réellement jouées ? Ont-elles également affecté toutes les écoles, celle des Beaux-arts comme les autres, celles de Paris comme de province ? Dans le numéro de L’Architecture d’aujourd’hui d’avril-mai 1969, Jean-Paul Martin indiquait qu’en un an la proportion des étudiants architectes était passée de 68 % à Paris et 32 % en province, à 55 % et 45 %. La création des unités pédagogiques a-t-elle réellement contribué à une décentralisation ? Quelles incidences ont eu ces évolutions sur le nombre de diplômés et, au-delà, sur celui des professionnels ?

L’École des beaux-arts, comme d’autres écoles, a longtemps été ouverte tout autant à des jeunes qui n’avaient pas fréquenté le lycée qu’à des bacheliers plus âgés. Ils pouvaient y entrer à partir de 15 ans et devaient en sortir la trentaine sonnée. Ils faisaient rapidement « la place », engagés par leurs patrons qui leur offraient un niveau de vie plus confortable que ceux qui étudiaient sur les bancs de l’université. À partir des années 1950, ces conditions ont évolué, sans être toutefois remises en cause. Mais en 1962, celle que l’on a appelé la « petite réforme » a marqué un tournant, rendant le baccalauréat obligatoire. Celui-ci, aujourd’hui plus accessible, est resté le sésame ouvrant l’accès aux écoles, bien que le concours d’admission, supprimé en 1968, ait été entre-temps réintroduit sous une autre forme. Des témoignages anciens laissent entrevoir la diversité sociale qui résultait du recrutement initial : autour de 1880, Louis Bonnier s’étonnait de ses camarades « très divers d’instruction et d’éducation ». Ils insistent également sur la forte présence des étrangers, suivie de près par l’administration. S’interroger sur les origines sociales, nationales et géographiques des élèves, décrire leurs variétés et leurs évolutions au cours du XX e siècle, dessinerait le visage de cette population scolaire si mal connue. L’introduction des échanges Erasmus, en 1987, a stimulé sa circulation au-delà des frontières de l’hexagone ; mais celle-ci n’est pas vraiment nouvelle, longtemps intense dans le sens inverse, elle drainait vers Paris nombre d’élèves d’ailleurs et de province, fascinés par l’intensité de la vie des ateliers gravitant autour du quai Malaquais. Ces transferts ont-ils fait des écoles régionales des établissements de second rang, des tremplins vers la capitale ? Pour les élèves venus d’autres pays, cette formation s’est-elle surajoutée à une autre ? Dans quelles mesures et dans quelles perspectives les double-formations ont-elles été plébiscitées ?

Un autre aspect est essentiel pour appréhender l’évolution de cette population étudiante est le genre des élèves. Les femmes, absentes au début du XX e siècle ont, en effet, forcé peu à peu les portes des ateliers, même si certaines ont résisté jusqu’après 1968. La première diplômée fut Adrienne Lacourière en 1896 à l’École spéciale d’architecture, tandis qu’aux Beaux-arts, il fallut attendre la soutenance du diplôme de Jeanne Surugue (1896-1990) en 1923, sur un sujet significatif, « Une maternité ». Durant l’entre-deux-guerres, le nombre de celles qui ont été admises aux Beaux-arts tourne autour de la soixantaine, parmi lesquelles Victoire Durand Gasselin (1908-1998) qui fut secrétaire de la Grande Masse en 1938, probablement la première à se glisser si haut dans la vie de cette « tribu ». Par la suite, elles ont été plus nombreuses, sans que l’on ne sache encore combien ont passé l’épreuve de l’admission et combien ont été diplômées. Aujourd’hui, elles dominent dans les écoles, représentant 58 % des effectifs et leur nombre augmente régulièrement au sein de l’Ordre des architectes où elles sont passées de 7,5 % en 1982 à 25 % en 2013. Y a-t-il eu des écoles ou des ateliers qui leur ont été plus accessibles que d’autres ? Ont-elles été plus nombreuses en province qu’à Paris ? Comment ont-elles surmonté les difficultés auxquelles elles devaient faire face ? Combien sont-elles qui, comme Geneviève Trélat ou Marion Tournon-Branly (1924-2016), viennent de famille d’architectes ou, comme Juliette Tréan ou Renée Bodecher, ont fait carrière dans l’ombre de leur mari ?

De l’École des Beaux-arts ont souvent été retenus ses traditions et ses usages, la vie des ateliers qui régulièrement débordaient en ville, cette vie intense que Paul Tournon décrivait en 1946 comme « bruyante et fantaisiste vue de l’extérieur ; recueillie, attentive et volontaire [vue de l’intérieur] ». Le mélange des âges, la sociabilité des élèves comme celle des patrons, les liens affectifs qui les liaient, les solidarités qui se développaient à la veille de l’achèvement d’un projet, du « rendu » … ont favorisé un climat resté inoubliable pour ceux qui y baignèrent et sur lequel les témoignages abondent. Le cru des beaux-arts de Guy Fichez raconte ainsi la vie de l’atelier Lamache, le lexique de René Beudon, Charette au cul les nouvôs, égrène les termes de cet argot dont demeurent des traces, etc. Les livres conservés des ateliers, les photos qui en restent, les pages du Bulletin de la Grande Masse et quelques autres…sont autant d’éléments qui pourront être convoqués. Il s’agit de décrire ce qui a été et qui est aujourd’hui le quotidien de ceux qui ont fréquenté et fréquentent ces ateliers, de comprendre l’adhésion des uns et les réticences des autres à ces traditions infligées, de s’interroger sur la place des femmes dans ces fraternités masculines, de s’interroger sur les continuités, comme celle des fanfares, et sur les ruptures et les évolutions, comme la disparition des bizutages ou la régression des associations étudiantes… bref de comprendre la vie d’un élève d’une école

d’architecture en ce qui la distingue de celle d’un étudiant de l’université.

Si l’on sait peu de choses de ces derniers, on en sait moins encore des enseignants. Ils étaient et restent de deux sortes, ceux dont l’engagement est en symbiose avec une pratique libérale de l’architecture et ceux qui se dédient uniquement à l’enseignement. D’un côté les patrons d’atelier dont les uns étaient nommés et rémunérés par le ministère, les autres cooptés par les élèves et rétribués par eux ; de l’autre les professeurs qui dispensaient les cours des disciplines enseignées dans les écoles, de l’histoire à la construction en passant par la géométrie, des professeurs en grande part venus des universités. Après 1968, le statut des uns et des autres évolua vers une titularisation qui, prévue par la loi de 11 juin 1983, donna lieu entre 1992 et 1995 à une campagne de « repyramidage ». Aujourd’hui, il est rapproché, non sans résistance, de celui des universitaires, comprenant une part de recherche pour les volontaires. Leur recrutement a ainsi mêlé cooptation et concours, mettant en avant ici la pratique professionnelle et là les diplômes universitaires. Comment s’est passé l’entrée de ces divers enseignants dans le métier, le déroulement de leurs carrières ? Quelles ont été leurs activités professionnelles et scientifique ? Dans la mesure où la carrière de certains praticiens était ancrée dans une région, le recrutement des écoles d’architecture a-t-il connu d’autres logiques que celui des universités dans lesquelles la province a joué le rôle de « repoussoir des carrières parisiennes » ? La féminisation s’est ici fait attendre plus longtemps que dans les rangs des étudiants. Si le nombre des femmes qui enseignent est en constante progression, elles restent encore peu nombreuses, particulièrement dans l’enseignement du projet. Quelle a été la première d’entre elle à enseigner et à quel rythme d’autres l’ont suivie ? Comment ont-elles été recrutées et accueillies ? La titularisation leur a-t-elle facilité l’accès à ce type de carrière ? La reconstitution de certains parcours d’enseignants mal connus comme Marion Tournon-Branly, Jean-Marie Trouvelot (1897-1985), Jean Faugeron (1915-1983), André Dunoyer de Segonzac (1915-2018)… pourrait être éclairante.

Ce qui est visé est ainsi une histoire des étudiants et des enseignants, de leurs origines, leurs pratiques sociales et professionnelles à travers des enquêtes tout à la fois statistiques, prosopographiques et biographiques, embrassant l’ensemble du XXe siècle. L’échelle des écoles pourrait être particulièrement favorable offrant à la fois des corpus limités et un observatoire des relations entre Paris et la province. La vie et la carrière de certains de ces acteurs, conçus comme un exercice de micro-histoire, pourraient rendre compte de parcours significatifs.

Les propositions sont à envoyer avant le 1er février 2019 à amandinediener@wanadoo.fr. Elles se composeront d’un argumentaire d’une page environ, accompagné de la mention des sources mobilisées et d’une bibliographie succincte, ainsi que d’un court CV.

Anne-Marie-Châtelet, Marie-Jeanne Dumont, Daniel Le Couédic.

 

[sommaire du programme de recherche]