Marie-Joseph de Chénier – De la liberté du Théâtre en France

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -de la Révolution à l’aube de la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

Marie-Joseph de Chénier
De la liberté du Théâtre en France (15 juin 1789)
Extrait

Ceux qui pensent et qui savent exprimer leur pensées, sont les plus redoutables ennemis de la tyrannie et du fanatisme, ces deux grands fléaux du monde. L’imprimerie doit détruire, à la longue, la foule innombrable des préjugés. Grâce à cette découverte, la plus importantes de toutes, on ne verra plus l’esprit humain rétrograder, et des siècles de barabarie succéder aux sicèles de lumières ; En vain ceux qui sont intéressés à tromper les Peuples, voudraient maintenant rallentir la communication des idées. La persécution contre les livres, ne fait qu’irriter le génie. Elle ne saurait empêcher, ni même retarder les révolutions qui s’opéreront, de siècle en siècles , dans l’esprit général ; et les persécuteurs ne réussiront qu’à se rendre odieux, en troublant, il est vrai, le repos des Écrivains illustres, mais en augmentant leur célébrité.

Cependant lorsqu’un Gouvernement s’efforce, quoi qu’infructueusement, de gêner, de quelque manière que ce soit, le commerce des pensées, on peut en conclure, sans hésiter, que la Nation, soumise à ce Gouvernement, ne connaît aucune liberté. Lorsque cette Nation, lasse d’être avilie, veut ressaisir des droits imprescriptibles, elle doit commencer par secouer ces entraves ridicules qu’on donne à l’esprit des Citoyens. Alors il devient permis de publier ses pensées, sous toutes les formes possibles ; Il ne faut pas s’imaginer qu’on pense librement chez une Nation où le théâtre est encore soumis à des lois arbitraires, tandis que la presse est libre ; et ce n’est pas à la fin du dix-huitième siècle, que des Français peuvent contester l’extrême importance du théâtre.

Les mœurs d’une Nation forment d’abord l’esprit de ses ouvrages dramatiques. Bientôt les ouvrages dramatiques forment son esprit ; L’influence du théâtre sur les mœurs, n’a pas besoin d’être prouvée, puisqu’elle est indispensable. L’amour-propre, mobile de toutes les actions humaines, principe des bonnes et mauvaises qualités chez tous les hommes, les rend peu disposés à profiter de l’instruction directe. Mais dans une belle pièce de théâtre, le plaisir amène le spectateur à l’instruction sans qu’il s’en aperçoive, ou qu’il puisse y résister. L’homme est essentiellement sensible. Le poète dramatique, en peignant les passions, dirige celles du spectateur. Un sourire qui nous échappe en écoutant une pièce comique, ou dans l’éloquente tragédie, des pleurs que nous sentons couler de nos yeux, suffisent pour nous faire sentir une vérité, que l’auteur d’un traité de morale nous aurait longuement démontrée. Ajoutez que notre sensibilité, et même nos lumières sont infiniment augmentées par celles de nos semblables qui nous environnent. Un livre dispersé dans les Cabinets parvient à faire lentement une multitude d’impressions différentes, mais isolées, mais presque toujours exemptes d’enthousiasme. La sensation que fait éprouver à deux mille personnes rassemblées au Théâtre Français, la représentation d’un excellent ouvrage dramatique, est rapide, ardente, unanime. Elle se renouvelle vingt fois par an, dans toutes les villes de France, dans toutes les Capitales de l’Europe ; et, quand l’ouvrage est imprimé, il unit à ce grand effet qui lui est particulier, le seul effet que peut produire un bon ouvrage d’un autre genre.

Un Gouvernement équitable encouragerait tout ce qui peut corriger les mœurs publiques. Un Gouvernement éclairé concevrait que, plus les hommes seront instruits, plus ils tendront à l’égalité politique, seule base solide d’une constitution. Un Gouvernement, ami des hommes, voudrait le bonheur de chaque Citoyen, et l’éclat de la société entière ; Mais le bonheur de chaque Citoyen dépend de l’égalité politique de tous les Citoyens ; et plus chaque Citoyen est heureux dans son intérieur, plus la société entière est puissante et respectable au-dehors. Tout dépend donc, pour une Nation, de la masse de ses lumières. Le Gouvernement est donc coupable envers une Nation, quand il gêne la publication de la pensée en tout ce qui ne nuit point au droit des Citoyens. Or, comme ce droit des Citoyens est essentiellement égal pour tous, il est très évident que les différentes manières de publier la pensée, doivent également être libres. Il doit donc être permis de représenter ce qu’il est permis d’imprimer. Il ne peut être nuisible de faire réciter ce qu’il est utile d’écrire.

[…]

Je relis ce que je viens d’écrire, et je crois pouvoir terminer ici des réflexions, présentées avec la franchise altière d’un ami de la vérité libre. Je n’adopterai jamais ces formes timides, ce style équivoque qui convient à l’imposture, e dont on a souvent masqué la raison. Les gens imbus d’anciennes erreurs s’étonneront de cette importance que j’attache à la liberté du Théâtre, du Théâtre qui change insensiblement les mœurs Nationales. Les opinions les plus certaines sont traitées de chimères quand elles contrarient les pensées de la multitude. Mais le temps de la justice vient tôt ou tard, et sur la question que j’ai traitée dans cet ouvrage, le temps de la justice n’est pas, je crois, éloigné. Ces idées qui, au moment de leur publicité, sembleront peut-être des paradoxes à plusieurs classes de Lecteurs, répétées sans cesse après moi, seront bientôt devenues des vérités triviales. La génération qui s’avance aura peine à concevoir qu’on ait pu es contester. Mais en plaignant les erreurs de notre siècle, elle sera soumise elle-même à d’autres erreurs, qui, poursuivies sans relâche dans mille écrits énergiques, finiront par succomber, à leur tour, sous les efforts de la Philosophie. Ainsi marche l’esprit humain. Ainsi l’art de penser et d’écrire, rendra chaque jour les hommes plus éclairés, te par conséquent plus vertueux, et par conséquent plus heureux.


CHENIER Marie-Joseph de – De la liberté du théâtre en France , le 15 juin 1789, Collection : Les archives de la Révolution française ; 12.25
« Source gallica.bnf.fr / BnF » – : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57015q

[Découvrir d’autres textes]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search