6 juin 1982 : création de la commission consultatives des musiques traditionnelles

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

par François Gasnault,
Conservateur général du patrimoine,
École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture

Maurice Fleuret en avril 1984 à Clermont-Ferrand, lors du colloque « de la recherche à la création » organisé par la fédération des Musiciens routiniers (Crédits: AMTA)

La scène a pour décor une construction légère abritant un centre de loisir, posé en bordure d’un terrain de sport, à proximité de la Seine. Alors qu’au même moment se déroule à Versailles le sommet du G7, une soixantaine de personnes, dont un tiers de femmes, y sont réunies, à l’invitation du directeur de la Maison des jeunes et de la culture de Ris-Orangis (Essonne), pour des « journées d’étude » également qualifiées d’« états généraux du collectage ». La plupart des participants se désignent en effet eux-mêmes comme des « collecteurs » : comprendre qu’ils s’activent à enregistrer les airs et les chants traditionnels qu’ils recueillent à la campagne, auprès de personnes âgées. Des « collectages » ainsi réalisés, ces ethnographes amateurs, dont la méthodologie n’est pas la préoccupation dominante, entendent faire la base de leur répertoire et la matière première de leur création car tous se revendiquent surtout comme des musiciens, même si ceux qui mènent, entament ou envisagent une carrière d’artiste professionnel sont et demeureront minoritaires. Il y a aussi dans l’assistance quelques journalistes de la presse écrite et audiovisuelle. Mais surtout, face aux représentants des associations, il y a, situation naguère encore inimaginable, le directeur de la musique au ministère de la culture, Maurice Fleuret, nommé à ce poste par Jack Lang en octobre 1981. Trois cadres de sa direction l’escortent : les deux responsables de la « division de l’action musicale », François de Banes Gardonne et Luisella Majewski, et l’ethnomusicologue Bernard Lortat-Jacob, qui vient d’être recruté, à mi-temps, comme chargé de mission pour les musiques traditionnelles.

La venue ce dimanche de printemps, dans une banlieue ressortissant de ce qu’on appellera bientôt « les quartiers », d’une délégation ministérielle menée par un directeur d’administration centrale affiche la volonté de « l’institution » de prendre le parti du mouvement, en venant à la rencontre des personnes et des collectifs qui demandent à l’État de soutenir activement « la renaissance des cultures populaires », selon une formule de leur plate-forme de revendications. Et la réponse que Maurice Fleuret leur apporte est d’abord une reconnaissance, à tous les sens du terme : « le mouvement Folk, confesse-t-il, m’a alerté ». S’il en déduit de façon plutôt convenue qu’il faut à la fois « sauver le patrimoine, le rendre vivant et l’enrichir de création », autant qu’est des plus classiques sa proposition conclusive, à savoir la constitution d’une « commission consultative des musiques traditionnelles », nul dans l’assistance n’y voit une feinte tactique. Il se vérifiera très vite qu’il s’agit au contraire du premier jalon dans la co-construction d’une politique publique des musiques traditionnelles, entreprise sans précédent et à longue portée, appelée à ne connaître ni l’enlisement du « Recueil des poésies populaires de la France » qu’avait échoué à constituer l’enquête dite Fortoul (1852), ni la compromission d’un folklore enrôlé au service du « projet culturel de Vichy ».

Pourtant, au même endroit, un trimestre auparavant, dans une ambiance autrement électrique voire hostile, l’affaire paraissait mal engagée. Venus en éclaireurs, de Banes Gardonne, Majewski et Lortat-Jacob avaient dû affronter le ressentiment bruyamment exprimé des collecteurs, qui se revanchaient ainsi d’avoir été éconduits, pendant plus de dix ans, par le musée des arts et traditions populaires où s’engrangeaient depuis 1939 les enregistrements réalisés à la faveur d’enquêtes ethnomusicologiques couvrant à peu près tout le domaine français, que ce soit en métropole, outre-mer ou en Amérique du nord francophone. L’inaccessibilité de ces ressources sonores, justifiée tantôt par des considérations pratiques tantôt au motif de l’insuffisance du bagage universitaire des demandeurs, ce qui sous-entendait leur indignité, avait eu deux conséquences : inciter les refoulés à se rendre à leur tour sur le terrain pour mener leurs propres enquêtes et se métamorphoser ainsi en collecteurs, pour leur plus grand bonheur, mais aussi colorer de rancœur le réflexe anti-institutionnel de musiciens dont l’ambition artistique s’était forgée, dans le chaudron de mai, indissociablement de leur conscience politique. N’avait rien arrangé l’inexistence du soutien financier de l’État aux associations de collectage, même si, avant l’alternance de 1981, quelques subventions avaient fini par être accordées à de très rares élues, au reste sur les crédits du fonds d’intervention culturelle et non sur ceux de la direction de la musique.

C’est tout ce passif ce qu’il avait fallu purger au sortir de l’hiver 1982 : stoïques sous la bourrasque, les représentants du ministère étaient parvenus à convaincre que « les pouvoirs publics étaient [désormais] disposés à reconnaître les musiques traditionnelles (…) comme un mode d’expression original », et susceptibles, à ce titre, d’être soutenues. On s’était séparé avec une feuille de route qui allait être scrupuleusement suivie afin que les « états généraux des groupes de collectage » permettent d’adopter en juin, en présence valant caution de Maurice Fleuret, une plate-forme alignant des revendications certes nombreuses mais formulées sans acrimonie. En son cœur, figurait bien entendu une exigence de réparation qui ne pouvait être exclusivement symbolique : il allait de soi que les pouvoirs publics se devaient de compenser une décennie de non ou de sous-financement, en prodiguant une manne qui serait employée à faire paraître des publications, à programmer de nouvelles rencontres ou encore à mobiliser les ressources humaines requises par des missions de soutien à caractère principalement organisationnel. Mais était également invoqué ce qu’on pourrait appeler le principe de subsidiarité scientifique, en vertu duquel les experts de la sphère publique seraient tenus d’assurer des formations au bénéfice des collecteurs et à partager les solutions qu’ils avaient pu trouver aux problèmes techniques rencontrés en matière de conservation matérielle et de classification des enregistrements. Enfin les associations pressaient l’État d’assumer son rôle prescripteur en  imposant aux médias audiovisuels, alors encore presque exclusivement publics, de faire entendre dans leur programmation, entre la musique savante et celle de grande consommation, le son des musiques traditionnelles.

Toutes ces attentes se traduiraient dans les mois et les années suivants dans des actions nombreuses et complémentaires, de l’organisation de colloques à l’attribution de bourses d’étude et de recherche, toutes conçues dans un esprit de cogestion où les militants du collectage retrouvaient un modèle éprouvé, celui qui avait conjugué dès la Libération les efforts de l’administration de la jeunesse et des sports et ceux des réseaux associatifs de l’éducation populaire. Avec une variable consistant pour la direction de la musique et de la danse (DMD) à s’appuyer sur un « tiers de confiance », à savoir le centre national d’action musicale (CENAM) qui allait recruter l’organisateur des rencontres de Ris-Orangis pour lui confier le secrétariat de la commission consultative des musiques traditionnelles. Il est par ailleurs intéressant de noter que la cause est apparue suffisamment juste pour amener d’autres services du ministère de la culture à s’impliquer : la direction du développement culturel, celle du patrimoine, via sa mission du patrimoine ethnologique, et même la direction des musées de France, dont relevait un musée des arts et traditions populaires soudain impatient de se racheter, ont, sinon uni leurs efforts à ceux de la DMD, du moins rivalisé d’imagination avec elle pour monter des dispositifs permettant d’aider les musiciens-militants à acquérir les bases d’une culture scientifique, notamment en anthropologie, à concevoir et à réaliser des projets de recherche dépassant le stade de l’observation sur le terrain, à s’initier à la muséographie ou encore à multiplier des restitutions écrites de qualité (rapports, publications en série, actes de colloque, monographies, etc.).

Soucieuse de pouvoir rapidement dialoguer avec un interlocuteur en mesure de représenter l’ensemble du secteur à l’échelle nationale, l’administration centrale a encore incité les responsables des principales associations à s’unir, ce qui est advenu avec la fondation, dès 1985, de la Fédération des associations de musiques traditionnelles. À peine ralenti par la première cohabitation, le processus d’institutionnalisation a franchi, avant la fin de la décennie 1980, une étape décisive avec la constitution du réseau des « centres de musiques traditionnelles en région », signataires avec les directions régionales des affaires culturelles de conventions d’objectifs adossées à un cahier des charges commun. Ce parcours de hussard ne doit pas, cependant, trop faire illusion. Désormais inscrites et repérables dans les territoires et les organigrammes, les musiques de l’oralité avaient encore à conquérir leur pleine légitimité dans les hiérarchies du goût : aux dernières nouvelles, il semble que la longue marche continue…

Nota : les citations entre guillemets sont empruntés au compte rendu des « Journées d’études de Ris », établi par la MJC de Ris-Orangis et transmis aux participants le 23 juin 1982.

 

Bibliographie

  • Charles-Dominique (Luc), « Sauvegarder aujourd’hui les musiques de tradition orale en France », in Makis Solomos, Joëlle Caullier, Jean-Marc Chouvel, Jean-Paul Olive (dir.), Musique et globalisation : une approche critique, actes du colloque « Musique et globalisation », Paris-oct. 2008, Sampzon, Delatour, 2012, pp. 165-176.
  • Cheyronnaud (Jacques), Mémoires en recueils, Jalons pour une histoire des collectes musicales en terrain français, Montpellier, Office départemental d’action culturelle, 1986.
  • Faure (Christian), Le projet culturel de Vichy : folklore et révolution nationale, 1940-1944, Paris, Presses universitaires de Lyon, 1989, 336 p.
  • Gasnault (François), « Les rapports entre la direction de la musique et les associations de musiques et danses traditionnelles : un processus de légitimation inabouti (années 1970 — années 1990) », Carnet de recherche du comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication sur les politiques, les institutions et les pratiques culturelles, séminaire sur l’histoire de l’éducation populaire (accessible en ligne à l’adresse http://chmcc.hypotheses.org/428)

[découvrir d’autres dates]