14 juillet 1989 : le bicentenaire de la Révolution française

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

Par Blandine Sorbe,
Conseiller référendaire à la Cour des Comptes,
ancienne directrice générale déléguée adjointe du musée du quai Branly,
Responsable audit, contrôle interne et conformité du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024

Davantage qu’une date unique, le Bicentenaire de la Révolution française est une année entière scandée de commémorations qui sont loin d’être à la seule initiative du ministère de la Culture.

C’est cependant bien aux attributions du ministère de la Culture et de la Communication que le décret du 28 juin 1988 ajoute explicitement, outre les « grands travaux », le « Bicentenaire » ; on voit d’emblée combien les deux intitulés sont liés, le mois de juillet 1989 marquant aussi l’inauguration de l’Opéra Bastille. Avec l’appui de la Mission de commémoration du bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen préalablement créée auprès du Premier ministre par le décret du 15 septembre 1986, le ministre de la Culture est désormais « chargé d’assurer la cohérence de l’action gouvernementale pour l’organisation du bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. »[1]

Jean-Noël Jeanneney, président de la Mission interministérielle après le décès successif des deux précédents présidents, Michel Baroin (1986-1987) et Edgar Faure (1987-1988), est d’abord « décontenancé » par cette situation institutionnelle, et obtient la garantie qu’il demeure sous l’autorité directe du Premier ministre. Avec le recul, il considère toutefois que « les avantages l’ont plutôt emporté sur les inconvénients. Jack Lang a pu porter nos projets au Conseil des ministres et mettre son poids personnel dans la balance. Mais sans qu’une équipe spéciale vienne auprès de lui doubler la mienne (c’eût été invivable). […] Nous avons collaboré avec la rue de Valois en mettant en œuvre des compétences peut-être complémentaires pour la conception et la préparation du 14 juillet. […] En somme, ce n’était pas une organisation très cartésienne, mais chacun y mettant du sien, cela n’a pas mal fonctionné. »[2]

L’orientation retenue pour le message commémoratif, telle qu’initialement conçue par Edgar Faure en 1987 dans La Revue des Deux Mondes, se voulait une « prospective tournée vers le troisième millénaire, la bioéthique, les droits de l’humain ». La charte de la commémoration du bicentenaire alors rédigée réclamait ainsi un « engagement » qui irait au-delà de l’aspect strictement matériel des manifestations et ferait émerger, « dans le cadre d’une véritable Fête de la Fraternité Universelle », une « nouvelle Déclaration des Devoirs et des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1989. »

Dès son arrivée, Jean-Noël Jeanneney recentre l’ambition sur des objectifs plus strictement commémoratifs : rappeler aux plus jeunes l’histoire de la France pendant la Révolution et les valeurs fondamentales que porte cette période et proposer une réflexion sur le développement de cet héritage au regard des enjeux actuels. Plusieurs facettes de la commémoration sont distinguées au cours de l’année : envol, enracinement, mémoire, hommage, rassemblement…

Au-delà des célébrations majeures qui jalonnent l’année 1989, la Mission interministérielle ne cherche cependant pas à définir une manière officielle de célébrer la Révolution française. Elle adopte plutôt une fonction de labellisation en fonction de la qualité, du sérieux et de la faisabilité des projets, qui permet de les officialiser et de les rendre visibles en y associant le logo représentant trois oiseaux aux couleurs du drapeau français, créé par l’artiste Jean-Michel Folon. Les manifestations qui améliorent la connaissance de cette période historique sont également privilégiées, qu’il s’agisse de colloques, de publications ou de créations musicales, théâtrale ou audiovisuelles. Un Guide du Bicentenaire à l’usage des élus est diffusé pour encourager les initiatives locales, qui affirme dans une exhortation volontariste en tête de sa deuxième édition que « l’intérêt et la ferveur sont la règle. » Les 45 agents qui constituent le personnel de la Mission, établis à Paris dans des bureaux exigus de l’avenue Franco-Russe, prolongent leur action, à partir du début de l’année 1989, par un réseau de correspondants départementaux, régionaux et académiques sous le contrôle respectif des préfets et des recteurs, qui ont pour tâche de susciter, d’instruire et de faire connaître les projets locaux. Signe de modernité, il est également possible de soumettre ou d’identifier des projets via le service télématique de la mission du Bicentenaire, sur minitel (3615 Code B89, qui enregistre plus de 11 000 consultations au mois de juillet 1989).

Le ministre de la Culture lui-même est naturellement appelé à jouer un rôle médiatique de premier plan à plusieurs occasions pendant l’année 1989, notamment par son discours du 12 décembre célébrant la panthéonisation de Condorcet, de l’Abbé Grégoire et de Monge.

Au sein du ministère, chaque département est mis à contribution dans son domaine de compétence : la direction du livre et de la lecture édite en 1988 un Guide des sources de l’histoire de la Révolution française dans les bibliothèques, pour faciliter le travail des chercheurs et des curieux de cette période historique. La Bibliothèque Nationale met à disposition ses ressources iconographiques en produisant un vidéodisque contenant une banque éditorialisée de 38 000 images de la Révolution française. Le 27 avril 1989, Jack Lang, dans la rotonde de la galerie Colbert, est le tout premier utilisateur de ce support, « de la taille d’un disque 33 tours »[3]. Le Centre national des lettres, sur la base d’une collaboration interministérielle (culture, industrie, recherche, éducation nationale et affaires étrangères), lance la « Librairie du bicentenaire de la Révolution française », une collection inter-éditions qui intégrer les textes les plus notables de la période, à prix réduits.

La délégation aux arts plastiques initie un programme de commandes d’estampes auprès d’une soixantaine d’artistes renommés, qui débouche à l’été 1989 sur l’exposition Estampes et Révolution. 200 ans après au centre national des arts plastiques. Une commande publique nationale est également adressée à Daniel Buren pour commémorer la marche des Marseillais. Inaugurée le 14 décembre 1989, l’œuvre se compose de mâts de 15 mètres de hauteur portant le blason des sept communes traversées par les fédérés dans leur marche vers le château des Tuileries.

Les institutions patrimoniales nationales développent pour l’occasion une programmation exceptionnelle, à l’instar de l’exposition-spectacle Les Savants et la Révolution à la Cité des Sciences et de l’Industrie ou de la mémorable exposition-manifeste Les Magiciens de la Terre au Centre Georges Pompidou, qui réunit notamment des artistes du monde entier en lutte contre les totalitarismes. La Caisse nationale des Monuments historiques et des Sites organise tout au long de l’année des visites et conférences sur les lieux liés aux événements révolutionnaires dans Paris et Versailles. De mai à novembre 1989, le Jardin des Tuileries abrite un centre d’information sur le Bicentenaire dans deux « tours de la Liberté ».

Le secteur audiovisuel, suivi par la direction du développement des médias, fait également l’objet d’une cinquantaine de labellisations concernant des projets de productions (sur plus de deux cents dossiers reçus) pour la radio, la télévision, le cinéma et la photographie. Un soutien financier de sept millions de francs est notamment consacré au financement de projets audiovisuels en France, et trois millions de francs à des projets à l’étranger, en particulier pour aider à l’écriture de scénarios, à la réalisation de pilotes ou à la production de séries documentaires (par exemple L’Histoire de la Révolution Française de François Furet et Roger Stéphane ou Le Journal de la Révolution de Michel Vovelle). Afin de faciliter leur diffusion, le bureau de l’audiovisuel documentaire du ministère des affaires étrangères édite une brochure rétrospective des films documentaires sur le sujet, en indiquant les droits qui s’y attachent en France et à l’étranger.

De fait, par son ampleur et sa portée symbolique, une telle commémoration dépasse largement le seul champ du ministère de la culture et associe la quasi-totalité des administrations publiques. Le comité interministériel de la Mission rassemble ainsi les différents départements intéressés : culture mais aussi affaires étrangères, éducation, défense, intérieur, tourisme…

Au cours de l’année 1989, chaque acteur institutionnel s’empare à sa manière de la commémoration : si l’Assemblée nationale fête le jour de ses 200 ans le 20 juin 1989, le ministère de la Défense organise pour sa part le 16 septembre un parcours-spectacle intitulé « Valmy. Naissance d’une nation », tandis que le ministère de l’Agriculture et de la Forêt, en liaison avec le secrétariat d’État chargé de l’environnement, le comité national interprofessionnel de l’horticulture et le groupe Bull, lance l’opération « 36 000 Arbres pour la Liberté », soutenue par une puissante stratégie de communication, dans l’espoir que, « par-delà sa valeur symbolique, [elle marque] un redéploiement de la production horticole française. »[4]

Le ministre de l’Éducation nationale, qui rappelle qu’il existe « une communauté d’origine et de valeurs entre l’école et la révolution »[5], fixe de son côté pour tous les établissements scolaires la date du 21 mars, premier Germinal du calendrier révolutionnaire, comme « Journée de la Révolution française, des Droits de l’homme et du citoyen », dont le programme est laissé au libre choix de chaque établissement. La circulaire du 26 janvier 1989 invite le système éducatif à participer activement à cette célébration. Pour marquer son caractère national, un texte sur le thème « École et République » doit être lu et commenté dans toutes les classes. Une affiche reproduisant la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de même qu’un recueil de textes et documents, sont largement diffusés. Afin de laisser s’exprimer les initiatives locales, des enveloppes spécifiques sont attribuées aux écoles dans le cadre des projets d’actions éducatives (PAE)[6]. On en dénombrera au total plus de 3 000, majoritairement des expositions et des spectacles. La journée du 21 mars est ainsi l’occasion de rappeler les valeurs fondatrices de la démocratie, mais aussi d’organiser des fêtes costumées autour de guillotines en carton et de faux sang, à la faveur d’une « neutralisation ludique des images les plus traumatisantes de la violence révolutionnaire »[7].

Afin d’approfondir la connaissance de cette période historique, une commission est établie à l’initiative du ministre de la Recherche, dont les grands axes de travail, définis à la suite d’une étude exploratoire menée en 1982, sont approuvés par le ministre de la recherche et par les instances dirigeantes du CNRS. Elle vise à soutenir et coordonner un ensemble de rencontres scientifiques, à mettre en place des instruments de travail collectifs et à promouvoir une politique active de publications. Dès 1984, des colloques ont lieu dans ce cadre (« Franc-Maçonnerie et Lumières », « Mouvements populaires », « Bourgeoisies provinciales sous la Révolution »), puis les manifestations scientifiques et les publications vont s’accélérant et finissent par remplir des volumes entiers du bulletin de la commission nationale de recherche historique pour le bicentenaire de la Révolution française. Son secrétaire général, Michel Vovelle, rappelle prudemment que cette commission « n’a vocation à couvrir qu’une partie du champ très vaste des entreprises de célébration du Bicentenaire de la Révolution Française, sans empiéter sur le territoire des initiatives qui ressortissent du Ministère de la Culture, ou du Ministère de l’Education. »[8]

A l’échelle locale, les nombreuses mobilisations sont souvent une occasion pour les élus de promouvoir une sociabilité et un ancrage territorial. Le Musée de la Révolution française, inauguré en 1984 dans le château du Domaine de Vizille dans la perspective du Bicentenaire, est cofinancé par le conseil général de l’Isère et le ministère de la culture. A Paris en revanche, si la mairie a produit les manifestations liées à la Tour Eiffel, « Jacques Chirac a souhaité jouer sa partie séparément »[9] de la ligne gouvernementale, par l’intermédiaire notamment de commandes à des artistes contemporains : Gérard Garouste remplace le rideau de scène du théâtre du Châtelet tandis que le musée d’Art moderne de la ville de Paris accueille une installation vidéo monumentale de Nam June Paik, la « fée électronique » dont les « 200 téléviseurs équipés de moniteurs vidéo » rappellent « le nombre d’années qui nous sépare de 1789 ».

La référence à la Révolution française et à son imaginaire joue naturellement un rôle essentiel dans le paysage politique, la construction nationale et plus fondamentalement la vie intellectuelle du pays. Compte tenu de la complexité des enjeux politiques, historiographiques, mais aussi territoriaux et associatifs[10] d’un tel anniversaire, il ne pouvait que susciter de vives polémiques autour des choix, toujours nécessairement en partie subjectifs, qui y ont présidé. Ressource identitaire devenue un archétype pour la droite comme pour la gauche, la Révolution française représente en particulier un instrument d’affrontement mémoriel de choix à partir de 1986 dans le contexte de la cohabitation, qui donne davantage de vigueur et de visibilité aux oppositions conservatrices, royalistes, catholiques voire anti-républicaines. Les tensions et les débats qui se font jour dès les premiers temps de la préparation sont nécessairement liés à l’écho que trouve cette période historique dans les luttes politiques des années 1980, de même que le Centenaire (1889) et le Cent-Cinquantenaire (1939) avaient trouvé une résonance particulière dans l’histoire contemporaine de la République.

Comme le rappelait Mona Ozouf dès 1983, « le 14 juillet 1789 est déjà un anniversaire, l’événement est sa propre fête », car « la Révolution s’est immédiatement autocélébrée et sitôt vécue, constituée en histoire. »[11] Les discordances de l’événement « brutalisent et presque scandalisent la mémoire irénique, conjonctive, réconciliatrice que réclame la commémoration » ; il « fend en deux l’histoire de France, et aussi les Français ». Dans les faits, la contestation se fonde à la fois sur un rejet des violences révolutionnaires et des excès et errements de la période, et sur une attitude dubitative plus générale envers le phénomène commémoratif lui-même, faite de distanciation et de moqueries, voire de gêne quant à l’affirmation d’un orgueil national.

Même si Jean-Noël Jeanneney rappelle qu’une commémoration a pour objet de « promouvoir et d’illustrer des valeurs simples et fortes » et qu’« elle ne peut ni ne doit prétendre […] à gouverner le champ de la recherche ni à prendre parti dans l’historiographie »[12], les débats historiographiques font rage autour de la commémoration. Ils sont décrits dès 1993 avec une distance ironique par l’historien américain Steven L. Kaplan dans Adieu 89. Les travaux de Pascal Ory mettront par la suite en évidence les confusions entre recherche scientifique et promotion de valeurs idéologiques, tandis que Pierre Chaunu dénoncera « une entreprise d’État, de conditionnement ou de manipulation de l’opinion », voyant dans « l’autocélébration révolutionnaire » une « gigantesque intolérance acculturatrice. »[13]

Parmi les contemporains de l’événement, une contestation festive s’organise en particulier le 8 juillet sur la place de la Bastille, sous la forme d’une contre-manifestation organisée par le chanteur Renaud et l’écrivain Gilles Perrault pour les « délaissés du Bicentenaire », dans laquelle les oiseaux de Folon sont détournés sous forme de bombardiers, en opposition au sommet du G7 qui se déroule au même moment.

Les festivités officielles commencent la veille du 14 juillet, par une célébration des Droits de l’homme au Trocadéro en présence des chefs d’État et de gouvernement conviés pour le G7, qui assistent ensuite à l’inauguration de l’Opéra Bastille. Après le défilé militaire dans la journée du 14 juillet, qui fait écho à la mythologie révolutionnaire par son thème, « l’Armée de la nation », l’apothéose des fêtes du Bicentenaire prend la forme d’une parade nocturne monumentale conçue par le publiciste Jean-Paul Goude, dont le choix a été suggéré par Christian Dupavillon, conseiller du ministre de la Culture et futur directeur du patrimoine (1990-1993). « Scénographie bigarrée et grandiose » d’après le programme de la Mission, ce défilé-spectacle réunit le long des Champs-Élysées 7 500 participants du monde entier, dont 1 500 tambours, qui mettent en scène des tableaux vivants des luttes pour l’émancipation à travers la planète, notamment à travers l’exemple, tout récent, des événements de Tien An Men. Le spectacle vise à « illustrer la fraternité entre les hommes » en faisant « de la vulgarisation au meilleur sens du terme » par « un emploi tendre des stéréotypes » [14]. Aux musiques traditionnelles succèdent des rythmiques africaines ainsi qu’un ballet sur les provinces françaises chorégraphié par Philippe Decouflé. Place de la Concorde, la soprano américaine Jessye Norman, vêtue d’une robe aux couleurs du drapeau français imaginée par le styliste Azzedine Alaïa, interprète la Marseillaise avec plusieurs centaines de choristes, avant le déclenchement du feu d’artifice.

Le 15 juillet, Michel Rocard souligne la « réussite exceptionnelle » de la commémoration de la veille, plus vaste rassemblement populaire qu’ait connu Paris depuis la Libération, qui a suscité « un prodigieux retournement et l’adhésion » du public. On a en effet compté un million de spectateurs sur les Champs-Élysées pour assister au défilé-spectacle, retransmis en direct dans 112 pays du monde. Pour la première fois, des prises de vue aériennes ont été réalisées en direct grâce à une caméra embarquée à bord d’un dirigeable. Cet événement reste celui qui a le plus marqué l’opinion publique[15], tout en suscitant les réactions les plus contrastées de la part des critiques : Marc Augé se dit ainsi choqué « par le spectacle des Bigoudens en porte-jarretelles »[16], tandis que Philippe Meyer ironise sur « les journaux du lendemain célébrant « le métissage : c’est le nouveau nom de la sauce à laquelle nous accommodons nos anciens colonisés. »[17]

Le président de la Mission relève cependant de fortes différences « entre presse parisienne et presse provinciale » et un revirement assez général des médias, qui passent au mois de juillet de la réserve à l’enthousiasme, finissant par percer le « mur de scepticisme et de goguenardise ». [18]

Les observateurs soulignent par ailleurs l’« étonnante ruée vers la commémoration de la quasi-totalité des communes françaises »[19] : on dénombre des plantations d’arbres de la liberté dans 12 à 15 000 communes françaises, plus de 30 000 bals populaires et des milliers de spectacles, souvent avantageusement organisés pendant la saison touristique, qui permettent de revenir sur l’histoire locale sous différentes formes. Si 7 500 manifestations locales sont organisées dans la France entière, dont la Mission patronne environ le tiers, mobilisant notamment 2 500 associations culturelles en accord avec la forte décentralisation souhaitée, leur carte reflète aussi très largement la variété des histoires régionales, la Révolution française n’ayant pas laissé les mêmes traces dans le Dauphiné, en Lorraine, à Lille ou dans l’Ouest[20]. La superposition des cartes illustrant le clivage droit-gauche, la géographie des pratiques religieuses ou le vote en faveur du traité de Maastricht démontrent ainsi la forte inscription de la commémoration dans les caractéristiques locales. L’engagement constaté sur place est très variable, la mobilisation s’avérant parfois fort éloignée de la ligne commémorative définie par la Mission, laquelle privilégie, à l’approche de l’événement, les contacts avec les collectivités les plus dynamiques, les correspondants ne se révélant pas les militants de la commémoration sur lesquels elle aurait souhaité pouvoir s’appuyer.

Le bilan chiffré témoigne de l’ampleur de la participation : 20 000 établissements scolaires ont pris part à la journée de commémoration, soit 3 millions d’enfants. On recense environ 1 300 ouvrages parus et 650 colloques. La Mission dresse également un constat très favorable pour le rayonnement international de la France : 43 millions de visiteurs étrangers en France en 1989, soit + 15 % par rapport à 1987, 20 millions de francs affectés au soutien de projets à l’étranger ayant permis d’accompagner plus de 3 000 manifestations dans 115 pays, dont des bals publics, colloques, expositions et spectacles. Le spectacle monté dans l’Orne à Montsecret et Clairefougère, qui a mis en scène pendant trois ans, avec l’aide de 140 figurants, l’histoire de ces villages pendant la Révolution, est filmé et diffusé par la BBC, puis part en tournée au Québec.

Le coût total des manifestations du Bicentenaire suscite naturellement de nombreuses interrogations, avant comme après 1989. À la question du sénateur André Jourdain, le 18 janvier 1990, le ministre de la Culture répond que le budget total de la Mission entre 1987 et 1989 a été de l’ordre de 300 millions de francs, alloués en grande majorité à l’aide au financement de projets (essentiellement les grands et très grands projets, comme les événements du 14 juillet ou du 26 août dans la capitale) et à la communication. Les collectivités territoriales ont pour leur part voté pour le Bicentenaire des crédits allant de 1 à 30 millions de francs. Les ressources propres associées à l’événement restent maigres : au-delà du soutien de quelques entreprises, le logo créé par Folon est utilisable moyennant redevance, et une gamme de produits dérivés reçoit ainsi une licence exclusive d’utilisation, depuis le rouge à lèvres « Marianne » jusqu’aux boutons de manchette reproduisant des faisceaux.

Le choix d’ouvrir les archives de la Mission presque en temps réel aux historiens du temps présent et de créer en continu une mise en mémoire audiovisuelle, confiée à quatre réalisateurs français et étrangers, contribue à construire l’événement, voire, dans l’interprétation de certains, à lui donner rétrospectivement l’épaisseur qui lui a manqué sur le moment[21] ­− une frustration sans doute prévisible tant la commémoration est par nature une « activité étrange, qui oscille entre la présence et l’absence »[22].

Depuis lors, le Bicentenaire de la Révolution française est devenu le modèle organisationnel des grandes commémorations suivantes (Mission du Bimillénaire, Mission du Centenaire de la Grande Guerre)[23], à la fois dans la conception des cérémonies publiques et dans les choix institutionnels. Il apparaît comme un exemple représentatif des pratiques de commémoration « postmodernes », pour lesquelles « le passé devient un produit culturel comme un autre. » Dans ce contexte, « l’originalité française en matière de politique culturelle, l’existence d’un ministère de la Culture, se retrouve justement dans la publication chaque année, par ce même ministère, d’une brochure sur le calendrier des différentes commémorations et célébrations nationales. » [24] Si le 14 juillet 1989 est bien l’exemple paroxystique d’une spécificité française, Jean-François Revel la résume dans une formule d’une bienveillante ironie : « le Bicentenaire aura au moins prouvé qu’il est un domaine, le seul peut-être, dans lequel nous ne cherchons jamais à donner aucune leçon au monde : la modestie. »[25]

Bibliographie

Archives Nationales, Le bicentenaire de la Révolution (répertoire numérique détaillé des archives de la mission du bicentenaire), 1992
Chaunu Pierre, Le Grand déclassement : à propos d’une commémoration, R. Laffont, 1989,
Ducange Jean-Numa, « Chapitre 6 – 1980-1990 Le cauchemar des Jacobins ? », dans : La Révolution française et l’histoire du monde. Deux siècles de débats historiques et politiques 1815-1991, sous la direction de Ducange Jean-Numa. Paris, Armand Colin, « U », 2014, p. 216-258.
Garcia Patrick, Le bicentenaire de la Révolution française : pratiques sociales d’une commémoration, CNRS éd., 2000
Garcia Patrick, « Le Bicentenaire de la Révolution française saisi par le local », in Culture et élites locales en France 1947-1989, sous la direction d’Agnès Callu, CNRS Editions, 2018
Jeanneney Jean-Noël, Le Bicentenaire de la Révolution française, rapport au Président de la République, La Documentation française, Paris, 1990, 384p.
Kaplan Steven L. , Adieu 89, traduit de l’américain par André Charpentier et Rémy Lambrechts, Paris, Fayard, 1993, 903 p.
Ory Pascal, Une nation pour mémoire, 1889, 1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1992, 282 p.
Vovelle Michel, La Bataille du bicentenaire de la Révolution française, La Découverte, 2017, 300 p.

[1] Article 3 du décret n° 88-823 du 18 juillet 1988 relatif aux attributions du ministre de la culture, de la communication, des grands travaux et du Bicentenaire.
[2] « Après coup : réflexions d’un commémorateur », entretien avec Jean-Noël Jeanneney, Le Débat, 1989/5 n° 57, pages 74 à 90
[3] Communiqué de presse de la Bibliothèque nationale, le 27 avril 1989.
[4] Dossier de presse de l’opération « 36 000 Arbres pour la Liberté », 21 mars 1989, consulté au comité d’histoire du ministère de la culture
[5] Conférence de presse du 7 mars 1989 à la Sorbonne, en présence de Mme Gendreau-Massaloux, rectrice de l’académie de Paris, et du président de la Mission du Bicentenaire
[6] Cahiers de l’Education Nationale, mars 1989, n° 71, page 29
[7] Garcia Patrick, « Le Bicentenaire de la Révolution française saisi par le local », in Culture et élites locales en France 1947-1989, sous la direction d’Agnès Callu, CNRS Editions, 2018, pages 199 à 208
[8] Bulletin de la commission de recherche historique pour le bicentenaire de la Révolution française n° 2 de juin 1985
[9] « Après coup : réflexions d’un commémorateur », op. Cit.
[10] Des comités liberté égalité fraternité, les CLEF, sont ainsi constitués sur le territoire pour célébrer les principes fondateurs de la République.
[11] « Peut-on commémorer la Révolution française ? » dans Le Débat 1983/4 (n° 26), pages 161 à 172
[12] « Après coup : réflexions d’un commémorateur », op. Cit.
[13] Chaunu Pierre, Le grand déclassement. A propos d’une commémoration, Robert Laffont, 1989, pages 9 et 19
[14] « Ce que j’ai voulu faire. Entretien avec Jean-Paul Goude », Le Débat, 1989/5 N° 57, pages 32 à 42
[15] Sondages CSA cités par Patrick Garcia dans Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, CNRS Editions, Paris, 2000, pages 56-57
[16] « Leur 14 juillet », Le Débat, 1989/5 n° 57, pages 47 à 49
[17] « Leur 14 juillet », Le Débat, 1989/5 n° 57, pages 54 à 57
[18] « Après coup : réflexions d’un commémorateur », entretien avec Jean-Noël Jeanneney, Le Débat, 1989/5 n° 57, pages 74 à 90
[19] Garcia Patrick, « Le Bicentenaire de la Révolution française saisi par le local », op. Cit.
[20] « La Sarthe et la Vendée sont les deux seuls conseils généraux qui ne m’aient pas envoyé de représentants pour la réunion de travail organisée à la préfecture de région. […] La Roche-sur-Yon était enthousiaste et replantait sans se lasser son arbre de la Liberté chaque fois qu’il était scié, de nuit, par les “contre-révolutionnaires”… » (« Après coup… », op. Cit.)
[21] Cf. Pierre Nora, « L’ère de la commémoration », dans Les lieux de mémoire, « Les France », vol. 3, Paris, Gallimard, 1992, page 982
[22] Mona Ozouf, « Célébrer, savoir et fêter », Le Débat, 1989/5 n° 57, pages 16 à 31
[23] Garcia Patrick, « Le Bicentenaire de la Révolution française saisi par le local », in Culture et élites locales en France 1947-1989, sous la direction d’Agnès Callu, CNRS Editions, 2018, pages 199 à 208. Cf. également Patrick Garcia, Les territoires de la commémoration. Une conjoncture de l’identité : le Bicentenaire de la Révolution française (1989), thèse de doctorat soutenue le 29 octobre 1994 à l’Université Paris I
[24] Annie Duprat, à propos de l’ouvrage de Patrick Garcia, Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, Paris, CNRS édition, 2000, 355 p., dans Annales historiques de la Révolution française, 327 | 2002, 135-137
[25] « Leur 14 juillet », Le Débat, 1989/5 n° 57, pages 58 à 61

[découvrir d’autres dates]