Maurice Pottecher – Théâtre Populaire et Théâtre du Peuple

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -des Lumières à la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

Maurice Pottecher,
« Théâtre Populaire et Théâtre du Peuple » – 1921
Extrait

Beaucoup d’artistes répugnent à admettre qu’il y ait un art pour le peuple ; ou, disent-il, s’il y en a un, il est à peine digne du nom d’art. C’est qu’ils entendent par ce mot peuple la foule composée uniquement des éléments « populaires », ouvriers ou paysans. Dans ce sens, en effet, l’art devient un art de classe, opposé à un art de caste. Il s’adresse à un groupe social qui, si considérable qu’il soit par le nombre, n’en est pas moins qu’un fragment d’un ensemble national.

Or, l’essence de l’art est d’être un langage universel ; sa grandeur se mesure au retentissement qu’il a dans la pensée humaine ; Il se diminue, dès qu’il se spécialise ; Il n’est plus compris que de quelques hommes, il n’intéresse plus que ceux dont il s’efforce de satisfaire l’idéal, restreint par les préoccupations, les habitudes d’esprit et souvent les préjugés.

On serait donc, dans ce cas, justifié de dire qu’il y a contradiction entre l’art véritable ou le grand art et l’art populaire. Mais alors, il faudrait avancer aussi, pour la même raison, qu’il ne saurait y avoir d’art bourgeois, ni même d’art aristocratique répondant pleinement à la définition de l’art. Prenons garde, toutefois, que ce ne sont peut-être là que des jeux de mots. L’Art, avec un grand A, est une entité, ou si l’on veut un idéal. En fait, il existe des formes diverses d’art, selon l’artiste qui les créé, selon le public auquel elles s’adressent.

Pour prendre les deux extrêmes, négligeant l’art bourgeois qui n’est qu’un compromis, nous reconnaîtrons à l’art aristocratique une supériorité au moins apparente. C’est celle que donne une culture plus ancienne, plus profonde, plus délicate.

Mais il a contre lui un inconvénient, qui peut devenir un risque de mort, ou tout au moins de stérilité : c’est l’extrême raffinement qui l’éloigne du naturel et de la vérité humaine, l’artifice où il tombe par recherche de l’originalité à tout prix.

Les défauts de l’art populaire, on les voit aisément : une certaine grossièreté, provenant du manque de culture, une tendance à la simplification excessive, à la sentimentalité naïve, à l’effet facile. Enter la farce et le mélodrame, il a peine à trouver la mesure. Mais ne reconnaît-on pas aussi les admirables avantages qu’il peut tirer d’une imagination plus fraîche, d’une plus grande sincérité ?

Je me garderai de redire que le peuple a le sens de la beauté ; Si l’on entend par là qu’un ouvrier, un paysan, doué de quelque délicatesse de sentiment, eût-il même le minimum de culture, peut être sensible à de beaux sons, être touché par une forme harmonieuse, comprendre la justesse ou la noblesse d’une pensée, c’est tellement évident qu’on a honte de la redire ; Et si l’on prétend signifier davantage et faire accroire que le peuple, pris au sens restreint de populaire, est capable de goûter pleinement et du premier coup certaines œuvres dont les beautés exigent une longue éducation du goût, c’est flagorner ce peuple : ce qui est la pire façon de le servir. Et lui-même, de bonne foi, n’en serait pas dupe ; De même, je n’aime guère, peut-être pour l’avoir lu trop souvent, écrire que le peuple « a droit à la beauté ». Il y a droit assurément, comme à l’air, comme au jour, comme à la vie. Mais ne vaudrait-il pas mieux dire que ceux qui ont vu s’arrogent la mission de guider le peuple, ont le devoir de lui offrir le plus d’occasions possibles d’entendre ou de regarder des œuvres reconnues pour belles par l’élite des hommes intelligents, au lieu de lui faciliter l’audition ou le spectacle de celles qui contrefont, déforment et parodient la beauté, sous prétexte qu’étant facile à tromper, la contrefaçon lui plaît plus que le modèle, et un absurde mélodrame plus qu’une belle tragédie ?

Mais le peuple, disons-le, a le devoir de mériter la beauté par un effort pour s’élever vers elle.

*        *

Il y a une autre façon de comprendre le mot « Peuple ».

C’est, au lieu de le restreindre au sens de plébéien, de prolétarien, comme on a toujours tendance à la faire, de l’étendre à l’ensemble des êtres qui composant un groupe national ; comme on dit le peuple français, le peuple russe, el peuple germain, comme on dira un jour le peuple européen.

Alors si l’on parle du Théâtre du Peuple, il ne s’agira plus d’un théâtre de classe, d’un théâtre populaire opposé au théâtre aristocratique (ou bourgeois) ; mais d’un théâtre où se trouveraient réunies l’élite et la foule.

C’est un théâtre qu’avait conçu, des 1895, celui qui écrit ces lignes, lorsqu’il fonda avec ses amis la première scène qui prit ce nom, emprunté, sans le savoir, à Michelet : Théâtre du Peuple.

L’équivoque attachée à ce mot a fait que ceux mêmes qui avaient accueilli favorablement cette tentative, inaugurée dans une bourgade de montagne vosgienne, à Bussang, ont parfois dénaturé sa pensée ; On a cru qu’il voulait éduquer le peuple, ou du moins créer de toutes pièces un art à l’usage du peuple. Conception naïve, qui risque de ne satisfaire ni le peuple, ni l’art.

Sa véritable ambition fut d’élargir l’art au contact d’un public moins spécialisé que celui du théâtre des villes, et de le rapprocher de la nature, sans toutefois donner à la nature, c’est-à-dire au cadre, un rôle prépondérant.

On sait que cette tentative obtint un succès assez grand pour entraîner toutes celles qui, depuis vingt-cinq ans, sortirent de là sous des noms divers.

Il la reprend aujourd’hui, après une longue et cruelle interruption comme la guerre qui décima sa troupe, détruisit à demi son théâtre et l’affecta lui-même durement.

Il ne prétend pas offrir comme des modèles, mais comme des ébauches, les œuvres personnelles qu’il donna sur cette scène, au cours de ces vingt-cinq années, tantôt rustiques, tantôt empruntées à la légende, à l’histoire, à la fantaisie poétique. Il y joua aussi du Shakespeare et du Jules Renard.

Ce choix indiquera que, dans sa pensée, le peuple et l’élite ne s’opposent point. Ils peuvent, ils doivent se mêler. J’entends cette élite intellectuelle composée surtout d’artistes, d’étudiants, d’amateurs d’art, qui n’ont point de sot parti pris pour se mêler à la foule. Et cette élite peut se retrouver dans le peuple même plus facilement que dans un auditoire restreint de gens du monde et de critiques, hantés de traditions et de préjugés, sans compter d’autres préoccupations moins défendables ;

L’appel pour participer à l’un des spectacles de cet été, à la jeune et déjà célèbre troupe du Vieux-Colombier qui viendra jouer à Bussang une pièce de Molière, et une des meilleures farces rustiques de son répertoire, affirme et précise encore cette intention.

Qu’il me soit permis de remercier, en terminant, l’artiste désintéressé qu’est M. Jacques Copeau, d’avoir sans hésiter répondu à cet appel et montré que le théâtre de l’élite peut, sans craindre de déroger, s’unir au théâtre populaire.

POTTECHER Maurice – Théâtre Populaire et Théâtre du Peuple, in L’Humanité du 10 juillet 1921

 

[Découvrir d’autres textes]



Citer ce billet
chmc2 (2019, 3 juin). Maurice Pottecher – Théâtre Populaire et Théâtre du Peuple. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrl1

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search