L’École régionale des beaux-arts de Montpellier à l’aube du XXe siècle. Le professorat de l’architecte Alphonse Goutès (1878-1898)

par Théodore Guuinic,
Doctorant en architecture et enseignant à l’ENSA de Montpellier, laboratoires LIFAM / IRCL-UMR 5186

Introduction

À l’aube du XXe siècle, la ville de Montpellier offre un enseignement de l’architecture depuis déjà plus d’un siècle. Dispensé depuis la fin du XVIIIe siècle au sein de plusieurs établissements successifs, cet enseignement fait l’objet d’une ambitieuse restructuration sous la IIIe République, dans le cadre de l’École des beaux-arts de Montpellier. L’État assigne alors à l’établissement montpelliérain une vocation et un rayonnement nouveaux, en l’érigeant en École régionale des beaux-arts en 1882. La section d’architecture de l’école connaît à cette époque une diversification des enseignements, apportant aux élèves une formation plus approfondie, empreinte des avancées pédagogiques de l’École des beaux-arts parisienne. Pourtant, en dépit de progrès notables, Montpellier ne figurera pas parmi les villes choisies pour accueillir l’une des Écoles régionales d’architecture instituées par le décret de 1903. C’est donc au sein de la section d’architecture de l’École régionale des beaux-arts que l’enseignement de l’architecture persistera à Montpellier pendant près d’un siècle. Une histoire de l’enseignement de l‘architecture à Montpellier au XXe siècle impose donc d’étudier sa mise en place à la fin du siècle précédent et à présenter, en l’état actuel de nos connaissances[1], l’exemple d’un enseignement régional contemporain du débat sur les Écoles régionales d’architecture[2].

Des sources abondantes mais inégales

Les archives administratives de l’École des beaux-arts relatives à cette époque sont abondantes[3] mais font défaut en ce qui concerne les travaux d’élèves-architectes, ce qui constitue ici une perte inestimable ; d’autre part, les activités de l’école sont de moins en moins documentées au cours du XXe siècle. Les rares travaux entrepris sur ce terrain reflètent d’ailleurs cette disparité des sources, en concentrant leur attention sur l’administration de l’école au tournant des XIXe et XXe siècles[4]. Bénéficiant de ces acquis, une histoire de la section d’architecture de l’école peut néanmoins apporter de nouveaux éclairages en s’appuyant sur des archives encore inexploitées, notamment relatives à cette époque. Parmi elles figurent une pièce maîtresse pour apprécier l’enseignement dispensé alors dans la section d’architecture de l’école : un ensemble complet de manuscrits de cours légués par l’architecte et professeur Alphonse Goutès[5]. S’il est encore impossible d’en livrer une lecture exhaustive, on peut néanmoins tenter d’en esquisser quelques traits généraux, à même de suggérer l’originalité du professorat d’Alphonse Goutès. Dans cette optique, il est nécessaire de le resituer d’abord dans l’histoire au temps long de l’enseignement montpelliérain, marqué par des permanences prégnantes qui semblent décider de la vocation de l’école sur près d’un siècle d’existence.

Les lieux de l’enseignement de l’architecture à Montpellier (1779-1872)

La première école connue à dispenser des cours d’architecture est la Société des beaux­‑arts de Montpellier[6], fondée en 1779, où les architectes Jean-Antoine Giral, Jacques Donnat et Charles Durand proposent un cours d’architecture, en prolongement des cours gratuits de l’école de dessin. L’établissement, qui occupe l’ancien collège des jésuites est ensuite intégré en 1787 à l’école des ponts et chaussées de la ville[7], où les cours d’architecture et ponts et chaussées perdurent jusque sous le Directoire. L’enseignement dispensé s’appuie alors principalement sur le commentaire et l’illustration de traités et recueils parisiens[8]. Si l’enseignement du dessin est ensuite intégré à l’École centrale en 1796, puis à l’école municipale de dessin en 1806, la trace d’un professeur d’architecture semble ne réapparaitre que vers 1810. Exceptée cette interruption, l’architecture semble avoir été enseignée continûment jusqu’au XXe siècle, des professeurs comme Joseph Boué et Louis Corvetto pouvant enseigner pendant près de cinq décennies[9]. Pourtant, une attention aux locaux d’enseignement à cette époque trahit une histoire moins linéaire. Les lieux qui accueillent les cours d’architecture sont principalement au nombre de trois : d’abord dispensés dans l’ancien collège des jésuites, ils doivent déménager plusieurs fois avant de s’établir en 1810 dans des locaux exigus de l’Hôtel de Ville place de la Canourgue, pour se réinstaller enfin vers 1840 boulevard de l’esplanade dans de nouveaux locaux attenants au Musée Fabre qu’ils ne quitteront plus (fig. 1).

1. L’École régionale des beaux-arts de Montpellier et le Musé Fabre, carte postale, début du XXe siècle

Sur cette période, la vocation des cours paraît en revanche assez constante, celle d’une école gratuite d’apprentissage, qui ne vise pas à égaler les écoles parisiennes mais à y préparer ses meilleurs élèves. Se côtoient alors à l’école artistes et artisans, dans la tradition des écoles gratuites de dessin des Lumières. Au cours du XIXe siècle s’opère cependant une transition progressive d’un enseignement académique conçu autour du dessin, à un enseignement des trois arts – peinture, sculpture, architecture – attentif aux évolutions de la société, et notamment à l’essor de l’industrie et au contexte économique local. Dans les années 1860, les classes de dessin d’ornement et de dessin industriel prennent ainsi de l’importance, au point d’annexer le cours d’architecture, tandis que certains cours sont déplacés pour s’adapter aux apprentis et ouvriers (dessin, sculpture, stéréotomie).

La refondation de l’École des beaux-arts de Montpellier (1871-1882)

Au lendemain de la guerre de 1870, l’école va bénéficier d’un nouveau souffle, favorisé par la politique ambitieuse de la IIIe République en matière d’instruction. Comme l’a bien montré Dominique Laredo[10], le renouveau de l’établissement doit beaucoup à son nouveau directeur, Ernest Michel, lauréat du premier Grand prix de Rome de peinture en 1860, qui en restera directeur de 1871 à 1901. De fait, la décennie 1870 est porteuse d’évolutions significatives dans le programme pédagogique et la composition du corps enseignant de l’École des beaux-arts. En 1878, s’ouvrent de nouveaux cours d’histoire de l’art et de perspective, tandis qu’un second professeur de dessin est recruté ; deux ans plus tard en 1880, l’État crée un certificat d’aptitude au dessin, ouvrant de nouveaux débouchés aux élèves de l’école, tandis qu’un nouveau règlement encadre les élèves boursiers poursuivant leur formation à l’École des beaux-arts, dont le nombre est croissant depuis 1850.

C’est dans ce contexte privilégié, soutenu par une politique volontariste en matière d’Instruction publique illustrée par les lois Ferry, que l’école signe avec l’État et la ville de Montpellier une convention[11] lui conférant un rayonnement régional. L’école compte alors 260 élèves, pour 8 professeurs[12]. Cette convention paraît marquer un tournant dans l’histoire de l’école, notamment parce qu’elle entérine le soutien financier de l’État, à hauteur du quart du budget de fonctionnement de l’école (4000 francs). En contrepartie, l’école dépend désormais de l’agrément de l’administration des Beaux-Arts pour toute modification concernant le budget de l’établissement[13] et les traitements des professeurs. Cet accord est doublement avantageux pour l’école, car la nomination du directeur et des enseignants reste à la discrétion du Maire de la ville et du préfet de l’Hérault : l’école peut dès lors compter sur l’aide financière de l’État pour se doter d’un programme pédagogique plus complet, tout en restant relativement indépendante de l’administration des Beaux-Arts pour le choix des professeurs et l’élaboration de ses enseignements. En 1888, le programme pédagogique[14] mentionnera ainsi neuf enseignants pour quatorze disciplines enseignées, dont quatre relatives à l’architecture, dispensées par l’architecte Alphonse Goutès.

Un professeur d’architecture aux talents multiples

Pour apprécier précisément la pédagogie de la section d’architecture à cette époque, la figure d’Alphonse Goutès apparaît comme centrale, l’architecte dispensant jusqu’à sept cours différents[15] au cours de ces années. Fils de plâtrier, Goutès naît en 1839 à Montpellier où il débute à l’école municipale de dessin. Il achève ensuite sa formation à Paris à l’École impériale et spéciale des beaux- arts[16] dans l’atelier de Charles-Auguste Questel où il étudie entre 1860 et 1863, assistant probablement aux cours controversés de Viollet-le-Duc cette même année, à la suite de la réforme de l’enseignement des Beaux-Arts. Faute de disposer d’un portrait de l’architecte, quelques éléments biographiques livrés par ses manuscrits permettent d’en suggérer les contours. Amateur de poésie occitane et dramaturge à ses heures, Goutès possède également un talent d’aquarelliste, couronnée par une participation à une dizaine de salons à Montpellier et à Paris. À Montpellier, Goutès vécut dans l’écusson, rue du Logis Saint Paul. L’histoire réserve ici un détail symbolique : face à lui s’élève un immeuble construit sous la Révolution par Charles Durand, son prédécesseur au poste de professeur d’architecture un siècle plus tôt, à l’école des ponts et chaussées.

Son œuvre d’architecte

Si Goutès fait principalement une carrière professorale, on lui doit également plusieurs réalisations comme architecte et restaurateur. Trois bâtiments, construits à Montpellier, en sont les principaux témoignages. Goutès revient d’abord à Montpellier en 1870 pour la construction d’une chapelle funéraire et pour opérer la restauration et le réaménagement de la Tour des pins, monument emblématique de la ville, appartenant à l’enceinte défensive du XIIe siècle. Goutès restaure l’édifice et en conçoit un nouvel aménagement afin d’y accueillir les archives municipales. Nommé architecte de la ville en avril 1881, il laisse également un projet remarqué dans le cadre du concours pour la reconstruction de la Comédie ; son projet intègre une machinerie de fer et s’inspire de l’approche de Garnier pour les façades de l’opéra de Paris. Le jury souligne l’élégance du projet et la compétence de l’architecte mais le classe néanmoins second, derrière le projet que nous connaissons de Cassien-Bernard, lui aussi élève de Questel. En 1885, alors que s’achève le chantier de la Tour des Pins, Goutès construit enfin le lycée de jeunes filles de Montpellier[17] (actuel lycée Clemenceau). Conçu pour accueillir une centaine d’élèves, il s’agit du premier lycée de jeunes filles de France. L’édifice est ainsi inauguré par le président de la République Sadi Carnot en mai 1890. L’œuvre construit de Goutès reste malgré tout relativement modeste et restera dans l’ombre de celle de son contemporain et ami d’enfance Léopold Carlier, qu’il avait suivi dans l’atelier Questel. C’est donc principalement comme enseignant que Goutès marque l’histoire de la ville, et qu’il jouit, à la fin de sa vie, d’une notoriété importante à l’échelle de la région où il a acquis la reconnaissance de ses pairs : parallèlement à sa fonction de professeur, il est alors membre du conseil des bâtiments civils du département et vice président de la Société des architectes du Midi de la France.

Le professorat de Goutès, au miroir de ses manuscrits

2. Cours d’architecture d’Alphonse Goutès, vol. 2, Architecture, 1re année : « architecture raisonnée », s.d., pp. 176-177. © T. Guuinic / Médiathèque Centrale Émile Zola Montpellier Méditerranée Métropole.

Les manuscrits légués par Goutès offrent une vue d’ensemble des contenus des cours qu’il dispense à l’École des beaux-arts. Ces manuscrits forment un ensemble de 25 volumes – dont certains composés de plusieurs tomes – pour un total de 38 carnets in-8°, soit un ensemble d’environ 4800 pages de textes et dessins. En attendant de pouvoir mener une analyse approfondie des contenus et d’apprécier plus finement l’approche pédagogique du professeur, on se bornera ici à une rapide présentation, suggérant quelques hypothèses de recherche. Ces manuscrits compilent à première vue des matériaux très divers : des brouillons de cours, marqués par un caractère d’oralité, mais aussi des exercices, des programmes d’architecture et même des chansons d’atelier ; s’y ajoutent encore des notes de lectures, instructives, et des recueils d’ornements personnels de l’architecte. La composition des volumes reflète partiellement la structure des cours de Goutès, certains contenus excédant le cadre de ses prérogatives. On parvient néanmoins à relire à travers eux les différentes charges d’enseignement de Goutès. Arrivé à Montpellier en 1878, Goutès est d’abord chargé du cours de perspective de et géométrie descriptive qui accueille trente-six élèves en 1887, sur les trois cents élèves de l’école[18]. Parallèlement, il se voit chargé des cours de dessin géométrique et du cours d’architecture[19] (fig. 2 & 3), où il dispensera conjointement des notions de construction et d’histoire, amenant également les élèves à des exercices de composition[20]. En 1887, Alphonse Goutès accueille quatre-vingt-onze élèves et les cours ont lieu tous les jours. Goutès dispense ce cours d’architecture pendant dix ans avant d’ouvrir un atelier distinct et un cours de composition décorative[21] (fig. 4) conçu comme appliquée à l’industrie. Ces cours, qui ont lieu dans les salles attenantes au musée Fabre et à l’Esplanade, manquent d’espace et de lumière mais bénéficient d’un réaménagement en 1893[22] (fig. 5).

3. Cours d’architecture d’Alphonse Goutès, vol. 3, Architecture, 2e année : « construction », s.d., pp. 240-241. © T. Guuinic / Médiathèque Centrale Émile Zola Montpellier Méditerranée Métropole.

4. Cours d’architecture d’Alphonse Goutès, vol. 7, L’éducation artistique, [composition ornementale (1897-1898)], pp. 125-126. © T. Guuinic / Médiathèque Centrale Émile Zola Montpellier Méditerranée Métropole.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un rapide survol de l’ensemble des manuscrits fait d’emblée apparaitre le caractère éclectique des modèles présentés – antiques, médiévaux, renaissants – mais aussi des références théoriques. Ses notes puisent en effet dans des sources très variées, où l’on trouve des réflexions empruntées à Viollet‑le‑Duc ou tirées de traités d’ingénieurs comme Auguste Choisy, Léonce Reynaud, Emile Trélat ou encore l’ingénieur archéologue nîmois Auguste Aurès. On peut aussi identifier des emprunts à divers ouvrages issus d’autres disciplines comme la biologie, la psychologie et la philosophie. Les dessins, quant à eux, puisent aussi à différentes sources – telles que les ouvrages de Viollet-le-Duc et Choisy – mais leur éclectisme stylistique reflète avant tout la formation de Goutès à l’École des beaux-arts, au sein de l’atelier Questel et auprès d’Hippolyte Lebas qui illustre encore ses cours d’histoire de l’architecture avec le fonds d’aquarelles d’Egypte transmises par Huyot[23]. S’il est encore trop tôt pour distinguer une doctrine claire, on peut néanmoins faire l’hypothèse d’une influence significative de Viollet-le-Duc, dont Goutès semble retenir une lecture raisonnée de l’histoire de l’architecture au service du projet et l’idée d’un rationalisme structurel, que Goutès médite à travers le filtre des théories d’ingénieurs contemporaines.

5. Plan de l’École régionale des beaux-arts de Montpellier, 1891. © Archives départementales de l’Hérault

 

En 1898, la carrière de Goutès s’interrompt par une mort prématurée, à 59 ans. L’école de Montpellier connaît à ce moment une mutation profonde, causée par la conjonction de quatre départs à la retraites entre 1901 et 1905[24], occasionnant un renouvellement presque complet du corps enseignant en quelques années. Ainsi, au moment même où l’implantation des Écoles régionales d’architecture est décidée, les cours de la section d’architecture voient décliner leurs effectifs et leurs résultats[25]. L’établissement montpelliérain privilégiera désormais les arts décoratifs[26] à l’enseignement simultané des trois arts qui avait fait la réussite de l’école sous la direction d’Ernest Michel et le professorat d’Alphonse Goutès.

 

Conclusion

À la lumière de ces enseignements, le professorat d’Alphonse Goutès, illustre ainsi l’ambitieuse refondation, à la fin du XIXe siècle, de l’École régionale des beaux-arts de Montpellier dont la pédagogie architecturale semble alors s’inscrire dans le sillage des évolutions contemporaines de l’enseignement dispensé à l’École des beaux-arts. Les cours de perspective, de géométrie descriptive et d’esthétique, introduits lors de la réforme de 1863, sont ainsi assurés par Goutès à Montpellier. Plusieurs cours dispensés à Paris y font néanmoins défaut, comme les cours de sciences, de comptabilité et d’archéologie. Si la diversification des cours ne peut alors égaler celle de l’établissement parisien – dont le programme s’enrichit encore en 1883 – c’est qu’à Montpellier, la multiplication des disciplines enseignées n’entraine pas avec elle celle du nombre d’enseignants. Ainsi, c’est bien à la curiosité et à la polyvalence d’un professeur comme Goutès, dispensant jusqu’à sept cours, que l’on doit les progrès de la section d’architecture de l’École régionale de Montpellier dans les dernières décennies du XIXe siècle.

Au cours de cette période se confirme avant tout la vocation hybride d’une école à la fois artistique et d’application, préparatoire et professionnelle. De fait, il est difficile d’estimer le niveau d’élèves qui semblent de talents inégaux, les uns se destinant à une carrière d’ornemaniste ou d’artisan quand d’autres, plus rares, suivent une formation discontinue en montant à Paris. Si, à l’aube du XXe siècle, l’établissement montpelliérain a bien perfectionné et diversifié son programme de cours, c’est moins pour copier le modèle parisien que pour répondre à la variété des débouchés offerts à ses élèves. Qu’il s’agisse des arts décoratifs, de la profession d’architecte ou de l’enseignement du dessin, ceux-ci sont indissociables d’un contexte local, et notamment du développement du tissu industriel et artisanal de la région. L’École de Montpellier préfigure en cela le rôle assigné aux Écoles régionales d’architecture créées à partir de 1905, répondant alors au souhait unanime chez les architectes exerçant dans les départements de placer « l’enseignement de l’architecture à la portée des jeunes gens qui ne peuvent venir le chercher à Paris »[27]. La pédagogie de Goutès, en particulier, paraît même satisfaire l’idée d’une décentralisation de l’enseignement sans décentralisation esthétique exprimées plus tard par Julien Guadet : adapter les enseignements aux particularités régionales, sans constituer pour autant d’écoles régionalistes, dans le souci de permettre aux élèves d’achever leurs études à Paris.

Au XXe siècle, c’est au sein de la section d’architecture de l’École régionale des beaux‑arts que se perpétuera un enseignement de l’architecture conservant toujours l’indépendance acquise grâce à la convention de 1882. Son autonomie sera ainsi respectée par l’administration des Beaux-Arts, à qui certaines décisions seront parfois soumises[28]. Après la guerre, dans un contexte matériel difficile, les ateliers de l’école se regrouperont néanmoins en un atelier unique rattaché à l’École des beaux‑arts par l’intermédiaire de l’École régionale d’architecture de Marseille[29]. Mais l’atelier conservera là encore une certaine autonomie, grâce à des assouplissements concédés dans le cadre des concours conjoints[30]. C’est sous cette forme que la section d’architecture de l’École régionale des beaux-arts de Montpellier sera intégrée en 1967 au groupe du Sud-Est avec les Écoles régionales de Grenoble, Lyon et Marseille.  

À travers le professorat d’Alphonse Goutès, on perçoit mieux les atouts et les faiblesses de l’établissement montpelliérain à l’aube du XXe siècle, et les raisons de l’occasion manquée de 1903. On comprend également le cadre dans lequel l’enseignement de l’architecture se perpétuera au XXe siècle, et c’est pourquoi une étude de l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle méritait, pour le cas de Montpellier, d’en élargir le cadre temporel aux dernières décennies du siècle précédent, à l’instant même où s’affirme dans le débat professionnel le projet des écoles régionales[31].

 

[1] La présente communication est le fruit de recherches engagées dans le cadre de notre thèse en cours, menée à l’ENSA de Montpellier et à l’univ. Paul Valéry-Montpellier III sous la direction de T. Verdier et F. Villemur.
[2] Jean-Pierre Epron, Eclectisme et profession, la création des Écoles régionales 1889-1903,  Rapport de recherche pour le Bureau de la recherche architecturale-Direction de l’architecture et de l’urbanisme, 1987.
[3] Ces archives sont conservées aux Archives municipales de Montpellier (AM de Montpellier), aux Archives départementales de l’Hérault (ADH), à la Bibliothèque municipale de Montpellier (BM de Montpellier) et aux Archives nationales (AN).
[4] La chronologie de l’École des beaux arts entre 1871 et 1918 établie par Dominique Laredo constitue pour nous le principal apport à la compréhension de l’enseignement artistique à Montpellier à cette époque. Laredo Dominique, « La vie artistique à Montpellier de 1870 à 1918 », thèse de doctorat sous la direction de L. Pellicer, univ. Paul Valéry-Montpellier III, 1991, pp. 20-133.
[5] Alphonse Goutès, Manuscrits des cours dispensés à l’École régionale des beaux-arts de Montpellier,  Bibliothèque Municipale de Montpellier, Fonds patrimoniaux, Magasin Cavalier, 25 vol., in-8o, MS0244.
[6] Michel Hilaire et Pierre Stepanoff (dir.), Le musée avant le musée : La Société des beaux-arts de Montpellier (1779-1787), Gand, Snoeck, 2018.
[7] Théodore Guuinic, « Apprendre l’art de bâtir à Montpellier à la veille de la Révolution, à travers le Cours inédit de Charles Durand (1791) », communication au IIIe Congrès francophone d’histoire de la construction, Nantes, juin 2017 (à paraître en 2019).
[8] Théodore Guuinic, « L’influence de J.‑F. Blondel sur le cours d’architecture de l’école des ponts et chaussées de Montpellier », communication au colloque « Jacques‑François Blondel et l’enseignement de l’architecture. La dernière leçon de l’architecture « à la française » », décembre 2017, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Paris.
[9] AM de Montpellier, R1/9 (104) et R112.
[10] Voir Dominique Laredo, op. cit. Les recherches de thèse de Dominique Laredo constituent pour la connaissance de l’histoire de l’école à cette époque un apport fondamental.
[11] AM de Montpellier, R1/9 (104), Convention entre le Ministre de l’Instruction Publique et le Maire de Montpellier, 11 mars 1882, transformant l’École Municipale des Beaux-Arts de Montpellier en École Régionale des Beaux-Arts de Montpellier, Montpellier, Impr. Cristin, Serre et Ricome, 1882.
[12] AM de Montpellier, R1/9 (111)
[13] Convention de 1882, articles 2 et 5.
[14] Programme de l’enseignement, École régionale des Beaux-Arts de Montpellier, Montpellier, Serre & Ricome, 1888.
[15] Ibid. p. 11-15. Perspective, classes préparatoire et élémentaire de dessin géométrique, classe de dessin industriel, classe d’ornement, classe et atelier d’architecture, et classe de composition décorative.
[16] AN AJ52 367 (dossier d’élève) ; voir également Olivier Liardet in Allgemeines Künstlerlexikon.
[17] Edifié suite à la loi Camille Sée (1880), le bâtiment s’élève sur deux étages ; de plan rectangulaire, il dispose les salles de classes autour d’une cour et d’un jardin planté d’essences rares.
[18] AM de Montpellier, R1/9 (111).
[19] AM de Montpellier, R1/9 (107), nomination le 28 mai 1886.
[20] Alphonse Goutès, Manuscrits des cours dispensés à l’École régionale des beaux-arts de Montpellier,  Bibliothèque municipale de Montpellier, Fonds patrimoniaux, Magasin Cavalier, MS0244(02) et MS0244(03).
[21] Cours tenu en 1897 et 1898. AM de Montpellier, R1/9 (108) et M4/6.
[22] ADH 2O172/54, « Réorganisation de l’École régionale des beaux arts de Montpellier », plan de rez-de-chaussée, plan à l’encre sur calque, 10 juillet 1891.
[23] Voir notamment Alphonse Goutès, Cours d’architecture, vol. 2 p.91. Voir notamment Jean-Nicolas Huyot, « Temple d’Athor, état actuel », Bibliothèque de l’ENSBA, MU 1538, et Jean-Nicolas Huyot et Hippolyte Lebas, « Architecture égyptienne, études », recueil de dessins aquarellés, Bibliothèque de l’ENSBA, PC 61492.
[24] E. Michel directeur et professeur de peinture, en 1901 ; A. Baussan, professeur de sculpture, en 1901 ; F. Lavit professeur de stéréotomie, en 1905 ; et A. Trinquier, professeur de dessin en 1905.
[25] Joseph Gauthier, La Vie Montpelliéraine, 29 juillet 1906, cit. in Dominique Laredo, op. cit. p.111.
[26] AM de Montpellier R1/9 (110) et R1/9 (107) ; voir également ADH 4T 23.
[27] Julien Guadet, « Rapport présenté au nom de la commission instituée à l’effet d’étudier l’organisation d’écoles régionales d’architecture, par M. J. Guadet, inspecteur général des bâtiments civils, professeur à l’école nationale des beaux-arts », Journal Officiel de la République française, 31 janvier 1903.
[28] AN 1046, Correspondances (1966-1968).
[29] Ibid.
[30] AN 1046 et 1048, Correspondances et envoi des programmes.
[31] Jean-Pierre Epron, op.cit.

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search