De l’Arsenal des Galères aux collines de Luminy : les lieux de l’enseignement de l’architecture à Marseille

par Ève Roy,
Chercheuse Associée Laboratoire INAMA

Analyser les implantations et plans successifs d’une école d’architecture au sein d’une ville sur le temps long laisse présager une progressivité, une représentativité, une sorte de filigrane de frise chronologique qui témoignerait simultanément d’une évolution de la pédagogie, des techniques et de l’urbanisme. Mais ce postulat, largement influencé par la culture fonctionnaliste du vingtième siècle se trouve dérouté lorsqu’on le confronte aux sources… et à la réalité historique et urbaine de la ville de Marseille.
Les lieux et plans successifs de l’enseignement de l’architecture à Marseille ne sont que rarement le reflet des évolutions pédagogiques, notamment parce que cet enseignement s’est déroulé, durant plus d’un siècle, dans des locaux réaffectés dont la destination première était fort éloignée des impératifs pédagogiques.
L’étude des principaux jalons de cette histoire locale permet néanmoins de mettre en exergue des évolutions, qui seront questionnées au regard des réformes de l’enseignement de l’architecture avec pour fil rouge la traduction de la pédagogie dans le plan.


1/ Étudier l’architecture à Marseille aux XVIIIe et XIXe siècles

De l’Arsenal des Galères au Palais des Arts

En 1752, dans les locaux de l’ancien Arsenal des Galères, est créée l’École de dessin de Marseille, sous le patronage du Duc de Villars, Gouverneur de la Provence. A cette époque, il n’existe pas à Marseille de lieu uniquement dédié à l’enseignement de l’architecture. Renommée « Académie de peinture, de sculpture et d’architecture civile et navale » par Lettres patentes en 1780, l’école est déplacée aux Allées de Meilhan, soit à proximité de l’actuelle Place des Réformés. Fermée durant la Révolution, l’école est rouverte dès la fin du XVIIIe siècle sous le nom d’ « école gratuite de dessin », dans l’ancien couvent des Bernardines, situé à quelques centaines de mètres et conservé en l’état après la Déchristianisation. L’édifice accueille alors l’école ainsi que certaines collections d’œuvres dans l’aile droite et la chapelle de l’ancien couvent. Le reste du couvent devient le lycée Thiers. Cette situation perdure durant l’Empire, mais une section distincte « architecture » est créée en 1812, sous la direction de Pascal Coste.

Les locaux sont assez peu adaptés à l’enseignement des beaux-arts, comme en témoignent les courriers qui sont conservés aux Archives Municipales de Marseille : le directeur, Augustin Aubert, adresse notamment au Maire en 1832, en pleine épidémie nationale de Choléra, une « (…) demande précisément relative à l’assainissement de la salle des classes élémentaires de l’Ecole de Dessin, qui renferme ensemble cent vingt élèves » dont voici un extrait :

Cette salle occupant le Comble et la Coupole de l’ancienne Eglise des Bernardines, n’est éclairée que par des grandes fenêtres, qui ne peuvent s’ouvrir, parce que les chassis [sic] sont en fer et fixés par des tenons. Il est par conséquent impossible d’aérer (…).

Monsieur l’Architecte pourrait avoir la bonté de vous soumettre ses vues à cet égard si comme je l’espère vous daignez prendre en considération l’objet de ma demande[1].

Mais les courriers successifs semblent ne pas avoir d’effet jusqu’à ce qu’en 1859, le Rectorat et la Mairie s’entendent finalement, suite à l’augmentation des effectifs, sur la construction d’un second bâtiment à côté du lycée, sur une portion de la parcelle d’environ 7500 m² dénommée « le talus » qui était restée non bâtie pour les raisons que son nom laisse aisément supposer… Le programme initial est très ambitieux : il s’agit de regrouper en un seul lieu l’école des beaux-arts, le musée des beaux-arts, le muséum d’histoire naturelle et la bibliothèque municipale. Le projet est finalement scindé en deux : le programme muséal sera accueilli dans le Palais Longchamp, un peu plus au nord de la ville, et le programme enseignement et bibliothèque sera bien construit sur place. Pour ces deux projets valorisant les arts et les lettres, un seul et même architecte, Henri-Jacques Espérandieu (1829-1874), « l’habile architecte », auteur dans le même temps de l’agrandissement de la basilique Notre-Dame de la Garde… Espérandieu travaille au projet dès 1862 et le soumet à la commission des bâtiments civils du département qui apprécie « le caractère architectural donné à l’édifice, (…) tout à fait approprié à sa destination, distingué et élégant, sans excès de simplicité ni de richesse[2]. » La construction de l’école-bibliothèque[3] a lieu de 1864 à la mort de l’architecte en 1874, qui n’en verra pas l’achèvement en raison notamment des interruptions liées au financement du Palais Longchamp et à la guerre[4]… Les élèves et les enseignants se mobilisent à chaque interruption de chantier pour rappeler au Maire son engagement, ce dont témoignent de vibrants – et habiles – courriers des directeurs successifs, évoquant les fibres sensibles que pouvaient être la formation des générations futures ou encore la rivalité avec Paris[5]

L’édifice sera achevé dans les années qui suivirent, conformément aux plans d’origine, par les architectes Joseph Letz et Gaudensi Allar, et accueillera lors de son ouverture 384 élèves dont 84 architectes.

« Le plus noble et le plus complet des arts »

1. Henry Espérandieu, Plans de l’école des beaux-arts et de la bibliothèque de Marseille, c.1874.

Dès ses premiers projets, Henri Espérandieu souhaite donner à l’édifice un caractère monumental. Entre les premières esquisses de 1864 et l’achèvement du projet, des changements mineurs interviennent, mais l’intention de départ demeure. Le bâtiment comporte deux entrées, surplombées par le génie des Arts et le génie des Sciences, et la distribution intérieure s’établit autour d’une cour centrale (fig. 1). Pour ce premier édifice conçu pour accueillir l’enseignement des beaux-arts et de l’architecture à Marseille, l’architecte accorde un soin particulier aux salles de peinture, sculpture et architecture situées au rez-de-chaussée du bâtiment, occupant les côtés ouest, sud et est du bâtiment, le côté nord étant dévolu au cabinet-atelier du directeur. Les salles adoptent toutes la même disposition : un espace longitudinal sans élément porteur, doté de longues tables de travail disposées perpendiculairement et éclairé par de hautes baies vitrées cintrées. Le mobilier de l’école, mais aussi des salles du premier étage, est entièrement dessiné par Espérandieu et réalisé en bois de chêne. L’architecte pense les façades de son édifice comme de véritables « leçons » d’architecture (fig. 2).

2. Henry Espérandieu, Façade de l’école des beaux-arts et de la bibliothèque de Marseille, paru dans Monographies de bâtiments modernes, n°121, Paris.

En effet, par l’usage de la pierre (de Tarascon en façade, du Gard dans la cour), par le recours à la statuaire et par les linteaux et trumeaux gravés, il souhaitait « que les élèves puissent chaque jour en lire l’histoire gravée sur cette grande page de pierre[6] ». L’éclectisme est ici guidé par une volonté didactique et par l’attention portée à un enseignement complet pour les jeunes générations, Espérandieu refusant toute hiérarchie entre les styles et les époques qu’il fait cohabiter dans son décor et dans l’élévation de l’école (escalier d’apparat, tourelles d’angle, brique et pierres, colonnes jumelées…).

 


2/ Du Palais des Arts à l’École des Beaux-Arts et d’Architecture

L’école régionale d’architecture de Marseille

Le Palais des Arts va conserver sa disposition et ses attributions durant près d’un siècle, ce qui en fait le lieu le plus pérenne de l’enseignement de l’architecture à Marseille. Cependant, au fil des évolutions de l’enseignement de la discipline, et en particulier suite au décret de 1903[7], des modifications vont être envisagées afin de permettre la création de l’ « école régionale d’architecture de Marseille », qui ouvrira en 1905. Sur le modèle de ce qui se pratique à Paris, les élèves doivent dorénavant travailler en loges afin d’élaborer des projets qui seront jugés lors du concours de Paris, organisation qui se maintiendra jusqu’en 1968.

Un bâtiment provisoire est donc érigé en 1905 et demeurera en place durant de nombreuses années. Il semble que cette construction soit la seule conséquence concrète de l’application du décret, aucune autre modification n’étant relatée dans les sources. Rapidement néanmoins, différentes options sont envisagées pour créer un bâtiment plus adapté, notamment celle de rajouter un troisième bâtiment sur la parcelle, entre le lycée et l’école, ou de déplacer l’école régionale d’architecture dans « l’immeuble Cantini » situé à l’angle de l’avenue du Prado et de celle de Louvain…

Ces projets ne verront pas le jour et les conditions de travail des élèves de l’école des beaux-arts, et en particulier celle des élèves des classes d’architecture se dégradent au fil du siècle et de l’accroissement des effectifs. Les nombreux courriers émanant du directeur de l’école, de professeurs, voire les pétitions des élèves soulignent les mêmes points : des locaux qui commencent à être vétustes et qui souffrent notamment d’un problème chronique de chauffage, conduisant régulièrement les cours à être annulés… des solutions d’urgence ponctuelles impliquant des poêles d’appoint sont pourtant mises en œuvre, mais prennent fin avec les premières intoxications de lecteurs à la bibliothèque…

Passée la deuxième guerre mondiale et le temps de la reconstruction d’une grande partie de la ville, il devient évident que l’école va devoir déménager. Durant une dizaine d’années, les rapports d’inspection se suivent et se ressemblent, et les injonctions des inspecteurs sont sans appel : « Cette École, à voir l’imposante façade d’Espérandieu, pourrait sembler la première École d’Art de France après celle de Paris. En réalité, c’est une des Écoles les plus mal installées. (…) Actuellement les quatre services étouffent dans des locaux étriqués, mal adaptés et rendus insalubres par l’adjonction de bâtiments parasitaires construits au mépris de tous les règlements d’hygiène. (…)[8] ». Le bâtiment des loges est désigné par le terme de « baraque » et on évoque des conditions indignes. Un déménagement dans les locaux de la « Vieille Charité » est même envisagé en 1952, ce qui n’aurait pas résolu les problèmes d’adaptation des locaux en les intégrant à nouveau dans une construction préexistante dont l’état de dégradation était alarmant et dont la destination première était d’accueillir les indigents et les personnes âgées. Cette option est heureusement rapidement exclue.

En 1953, Gaston Defferre est élu maire de Marseille et les directeurs successifs vont à nouveau tenter d’obtenir gain de cause car les effectifs continuent de croître, passant par exemple pour l’école régionale d’architecture de 72 élèves en 1954 à 206 en 1965… François Bret, nommé directeur en 1961, se rend en personne à la Direction des Arts et des Lettres à Paris dans les locaux du récent Ministère chargé des Affaires Culturelles, et obtient l’engagement d’un financement de l’Etat à hauteur de 50% pour la construction de locaux neufs. Il contacte alors le maire avec un argumentaire qu’il souhaite convaincant :

pour permettre à l’École des Beaux-Arts de se développer et de devenir un centre d’Enseignement et d’Art particulièrement vivant et de prendre ainsi la place qu’elle doit avoir sur le plan national, c’est-à-dire la première de province, il serait bon d’envisager la construction de locaux neufs qui permettraient « d’aérer » les autres cours. (…)[9].

Contrairement aux tentatives précédentes, il se trouve que cette requête coïncide avec un projet au long cours que porte Gaston Defferre depuis son élection, l’aménagement de la « zone de plein air » de Luminy – un terrain boisé de près de 1000 hectares à l’est de Marseille – qui muera au début des années 1960 en un projet de campus universitaire. Ce projet, au montage complexe[10], devait à l’origine concerner exclusivement le campus scientifique, mais il évolue rapidement vers un projet de grande envergure dans lequel la future école des Beaux-Arts et d’Architecture va trouver sa place.

« Un environnement d’une exceptionnelle beauté »

3. René Egger, Plan d’ensemble des deux écoles (arts et architecture), c. 1965 © ENSA Marseille

La construction de la nouvelle école va bénéficier du soutien de Gaston Defferre, mais résulter concrètement de la collaboration entre François Bret et l’architecte René Egger, architecte conseil de l’Éducation Nationale, en charge du plan directeur du futur campus de Luminy. Dans ses mémoires, Egger dit garder « un excellent souvenir » de cette collaboration, qui permit à une architecture et à une pédagogie innovante de naître conjointement[11]. La particularité du nouveau projet qui fut confié à l’architecte dès 1963 était de devoir réunir l’école des beaux-arts et l’école régionale d’architecture sur une même parcelle, alors même que la première dépendait de la ville et la seconde de l’État, ce qui n’était pas sans complications administratives[12]. Par ailleurs, une réforme de l’enseignement de l’architecture se préfigurait et il était complexe d’en anticiper les futures conséquences… René Egger opta donc pour deux bâtiments reliés par une passerelle, surnommée le « cordon ombilical » (fig. 3).

4. Vue de l’emmarchement entre les ateliers de l’école des beaux-arts, c.1968 © Publimages

Pour l’école des beaux-arts, afin de se défaire de l’image à présent ternie de la « Place Carli », c’est-à-dire du Palais des Arts, Bret et Egger imaginent une école spacieuse, ouverte sur le magnifique paysage environnant, et dotée d’ateliers « à taille humaine »[13]. La première pierre est posée le 13 juin 1966, sur un terrain pentu de six hectares prévu pour la nouvelle école. L’architecte souhaite tirer parti de cette déclivité pour ancrer les différentes salles, ateliers et amphithéâtres dans le site : il imagine alors une « grecque », sinuant autour d’une circulation couverte nord-sud. Les ateliers, ainsi disposés, sont accessibles par l’est ou l’ouest, de part et d’autre de l’emmarchement central, et éclairés par des ouvertures au nord (fig. 4).

En contrebas de la « grecque », se trouvent les bâtiments de l’administration, la bibliothèque ainsi que des espaces collectifs. Les bâtiments sont en béton – badigeonné en blanc pour les élévations, brut banché pour les soubassements – la déambulation dans le site arboré est progressive et harmonieuse, très éloignée de ce que les élèves et enseignants avaient pu connaître Place Carli[14].

 

5. Vue aérienne des deux écoles (arts et architecture), c. 1968 © Thibault

Pour l’école d’architecture, l’architecte opte pour un parti différent, toujours en bonne intelligence avec François Bret, qui devait assumer la direction des deux établissements. Le bâtiment principal, longiligne et disposé sur un axe nord-sud, est celui des loges, ce système d’évaluation n’ayant pas encore été supprimé. Il est complété à l’est par des ateliers et des salles de dessins, regroupées autour d’un patio arboré (fig. 5). Comme à l’école des Beaux-Arts, les bâtiments sont en béton, la circulation extérieure, toujours abritée sous des portiques, se fait par des emmarchements doux type « pas d’âne » et les cheminements sont réalisés en calade. Les premiers élèves entrent à l’école des Beaux-Arts dès l’automne 1967, mais l’année scolaire est fortement troublée par les événements de Mai 1968. L’école d’architecture, quant à elle, se trouve dans une situation particulière en raison de la réforme de l’enseignement qui aboutit au décret du 6 décembre 1968, à la création des Unités Pédagogiques et à la suppression du système des loges. L’école n’est inaugurée que le 4 mars 1969, présentant à ses futurs élèves dont certains avaient connu les « baraques » de la Place Carli des locaux neufs… mais déjà obsolètes par rapport aux récentes évolutions pédagogiques.

 

 

3/ Vers l’Institut méditerranéen de la ville et du territoire

Au fil des années, l’école ne souffre cependant pas de ce « faux départ », les loges sont converties en bureaux administratifs car la gestion des deux écoles est rapidement séparée. L’Unité Pédagogique puis l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille occupe depuis plus de cinquante ans maintenant le site de Luminy, que René Egger décrivait en ces termes : « La mer proche, l’odeur des pins, l’environnement d’une exceptionnelle beauté, et surtout l’esprit du complexe scientifique de haut niveau dans lequel elles sont implantées, concourent à l’épanouissement de ses étudiants qui disposent, par ailleurs, d’importantes installations sportives et de places de stationnement illimitées[15]. ». Les effectifs et demandes pédagogiques évoluant, l’école a connu une première extension en 1994 signée par l’agence marseillaise CCD architecture[16], puis une seconde en 2013 par l’agence – également marseillaise – PAN Architecture[17]. Elle a également été distinguée par le label « Architecture contemporaine remarquable » en 2007. En parallèle, le campus de Luminy a quant à lui fait l’objet d’un investissement colossal dans le cadre du Plan Campus au cours de ces dix dernières années. Cependant, dès 2022, c’est en plein cœur du centre-ville de Marseille que s’écrira l’avenir de l’école d’architecture de Marseille, au sein du futur « Institut méditerranéen de la ville et du territoire » (IMVT), regroupant en un seul bâtiment signé NP2F[18] l’enseignement de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Pour justifier ce « retour » en ville, acté par une convention pluripartite entre l’État, la région, le département, la métropole et la ville de Marseille en 2018, plusieurs arguments sont avancés, dont celui de la « rationalisation des implantations universitaires et de redensification du campus du centre-ville[19] ». Oubliées la poésie et l’utopie des années 1960, et quant au lien avec l’enseignement des beaux-arts, il semble que le cordon ombilical ait été définitivement coupé ! En revanche, l’apparition d’un bâtiment dédié à la recherche n’est pas dénuée d’intérêt et résonne particulièrement avec les cinq décrets relatifs à l’enseignement de l’architecture signés en février 2018, et tout particulièrement le décret n°2018-105 reconnaissant le statut d’enseignant-chercheur aux enseignants des écoles nationales supérieures d’architecture.

Après près de trois siècles d’histoire et plusieurs déménagements, les liens entre l’évolution des plans des écoles marseillaises successives et celle de la pédagogie s’avèrent finalement assez complexes à mettre en lumière. En revanche, les changements de lieux coïncident clairement avec des évolutions sociologiques et urbaines et témoignent des tutelles successives de la discipline architecturale et de son positionnement nœudal entre beaux-arts, urbanisme et paysage, entre création et professionnalisation.

[1] Augustin Aubert, lettre du 10 avril 1832, AM Marseille : 31 R 94.
[2] Denise Jasmin, Henry Espérandieu, la truelle et la lyre, Arles, Actes Sud, 2003, p. 184.
[3] École devenue « Ecole des Beaux-Arts » depuis 1864.
[4] « Je viens donc, Monsieur le Maire, connaissant les sentiments bienveillants qui animent la municipalité pour tout ce qui touche à l’éducation de la classe ouvrière, vous prier de vouloir bien comprendre dans les premiers travaux à achever, cette Ecole des Beaux-Arts, si utile à l’instruction de notre ardente jeunesse. Le nombre des élèves qui suivent les classes dépasse le chiffre de trois cent cinquante, divisé entre les diverses sections de dessin, de sculpture et d’architecture. Il ne faut pas oublier surtout, que cette école est principalement destinée à former de nombreux ouvriers intelligents et habiles. » (Lettre du 6 janvier 1872, AM Marseille : 31 R 95)
[5] « A Paris, ces écoles se sont multipliées ; il n’est pas d’arrondissement qui n’en possède plusieurs (…) » (Ibid.)
[6] Commentaire d’Etienne-Antoine Parrocel, cité dans Denise Jasmin, Henry Espérandieu, la truelle et la lyre, (op. cit.), p. 193.
[7] Suite au décret de 1903, créant les écoles régionales d’architectures en France, l’Ecole régionale d’architecture de Marseille est créée par décret du 6 août 1905. Elle est conduite par le directeur des Beaux-arts.
[8] Rapport d’inspection de 1947, AM Marseille, 31R7
[9] Courrier de F. Bret à G. Defferre, 1961. AM Marseille : 31R95E
[10] Cf. Eve Roy, « Luminy : la composition d’un campus », dans Catherine Compain-Gajac (dir.), Les Campus Universitaires 1945-1975, Presses Universitaires de Perpignan, Collection « Histoire de l’Art », 2014, p. 143-159.
[11] René Egger, Avec Gaston Defferre, Marseille, Editions Européennes, 2001, p.177.
[12] Au final, l’engagement qu’avait reçu François Bret est concrétisé suite à un accord de financement entre Gaëtan Picon, directeur des Arts et des Lettres, et Gaston Defferre, actant que la moitié du financement assurée par la ville serait destinée à l’école des Beaux-Arts et que l’autre moitié, prise en charge par l’État, serait dévolue à l’école d’architecture.
[13] Entretien avec René Egger, 14 février 2014.
[14] En complément du projet architectural, deux œuvres d’art sont construites au titre du 1% artistique : une mosaïque d’André Beaudin dans le hall de l’école des beaux-arts et un mur céramique en lave émaillée d’Édouard Pignon en haut du site. Toutes les autres finitions qualitatives prévues par l’architecte doivent être abandonnées faute de budget.
[15] René Egger, texte sl, sd
[16] Gérard Cerrito, Xavier Chabrol, Régis Daniel. Cette première extension consiste en un doublement de la « barre » des loges par l’adjonction d’une rue-galerie dévolue à l’enseignement et à la recherche.
[17] Jean-Luc Fugier et Mathieu Barbier Bouvet. L’extension consiste en trois ateliers de 150 m2 destinés à l’enseignement du projet, des bureaux pour les enseignants et des locaux de service.
[18] L’équipe lauréate regroupe François Chas, Nicolas Guérin, Fabrice Long, Paul Maître-Devallon (NP2F, mandataires), Marion Bernard architecte (Marseille) et plusieurs autres agences.
[19] « Convention de financement relative à la construction de l’Institut Méditerranéen de la Ville et des Territoires sur la ZAC Saint-Charles à Marseille (Bouches-du-Rhône) », rapport de la Commission Permanente du 19 octobre 2018, p. 1.

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search