La conquête de l’école de Marseille dans les années 1960/1970. Jeunes professionnels, syndicat et réforme de l’enseignement au filtre de la revue “Prado Architecture”

par Ana Bela de Araujo,
maitre de conférence en HCA, ENSA Marseille, laboratoire INAMA

Fig.1
Couverture du numéro 1 de la revue Prado de 1965.

En 1965 paraît à Marseille le premier numéro d’une revue d’architecture intitulée Prado (fig. 1). Par sa forme, cette première livraison, sobre mais efficace, expose un projet graphique appréciable dès sa couverture-affiche représentant une vue rapprochée sibylline d’une grille métallique de l’artiste Max Sauze opposée à la netteté typographique du titre. Le volume est ponctué par une série de photographies en noir et blanc, volontiers pleine page, de 45 réalisations locales, associées dans une délicate mise en page à 13 citations de Jacques Prévert, Saint Exupéry, Alain, Pierre Vasarely, Le Corbusier ou encore Auguste Perret. Si l’ambition esthétique est évidente, la ligne éditoriale l’est moins. Éditée par le syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône, la revue est légitimée, dans un édito lapidaire, par la nécessité de renouer le lien prétendument rompu entre les architectes et la population. Interrogée sur le métier d’architecte à l’occasion d’une enquête psychosociologique[1], la population marseillaise a regretté ne plus avoir de contact direct avec cette profession qui pourtant façonne son cadre de vie. Cette nouvelle publication présentant régulièrement les œuvres architecturales locales estimées les meilleures serait un appel des architectes à rétablir ce contact.

En dépit de ce noble mobile, la revue est restée relativement confidentielle. Loin d’être une publication de vulgarisation destinée au grand public, elle a été, dès son premier numéro, un espace de discours dirigé vers la profession elle-même, comme l’atteste le sommaire. Après un hommage à Le Corbusier, « cet artiste universel et génial », un article questionne la place de l’architecte dans la cité, un autre redore le blason des architectes, « ces spécialistes de toutes les disciplines : humaines, sociales, techniques, économiques, géographique(s) (sic), financières, paysagistes, climatiques, etc. » auxquels il incombe « de prévoir ce que sera le visage de demain », un quatrième revient sur cette enquête psychologique de l’image des architectes dans la population marseillaise à laquelle la revue serait une réponse. Une même signature pour ces articles : celle de l’architecte Roger Dabat (né en 1925), le tout récent président du Syndicat des architectes. L’architecte Paul Quintrand (né en 1929) clôt le numéro, avec un papier consacré à l’Université permanente d’architecture et d’urbanisme, l’UPAU Provence Côte d’Azur Languedoc-Roussillon[2] qu’il venait de fonder avec Gilbert Bonnardel (né en 1914), Max Graveleau (né en 1920) et André Liotard (1927-2012).

Ces deux jeunes plumes, aux commandes d’une nouvelle revue dans les années 1960, apostrophent l’auteur de ces lignes engagée dans l’histoire de l’enseignement à l’Unité Pédagogique d’Architecture de Marseille. A peine quelques années plus tard, Roger Dabat et Paul Quintrand ne seront-ils pas les initiateurs à l’UPA de Marseille d’une recherche liée à l’enseignement en créant les premiers groupes de recherche ? Pour le premier les groupes ABC (association de recherche sur les ambiances bioclimatiques en architecture) en 1969 et GAES (architecture espace et société) en 1971 et pour le second le GAMSAU (groupe d’études pour l’application des méthodes scientifiques à l’architecture et à l’urbanisme) créé en 1970. A Marseille, au cœur des années 1960, Dabat (40 ans) et Quintrand (36 ans) incarnent l’entrée en action de la jeune génération d’architectes dans la réforme de la profession en crise, autant du point de vue de l’exercice que de la formation. A Marseille, le projet de l’Unité Pédagogique d’Architecture de Marseille-Luminy est une opération pilote : elle constituera à son ouverture à la rentrée 1967 une des premières manifestations de la réforme de l’enseignement de l’architecture prévue par le décret de 1962[3]. Alors qu’en 1965, le budget est voté pour que s’élève dans les calanques sur le campus de Luminy cette nouvelle école, en ville, le syndicat des architectes œuvre à une réforme de la profession dont la revue Prado se fait le porte-voix. Des liens existent-ils entre cette revue émanant d’une organisation professionnelle et le renouvellement pédagogique incarné par ce déménagement de l’école à Luminy ? Comment la revue peut-elle éclairer la crise que traverse la discipline architecturale à l’aube des années 1960 ? Peut-elle permettre de saisir la nouvelle vision du métier d’architecte, et donc de la formation d’architecte, qui s’élabore alors au sein même de la profession à Marseille ?

Le propos n’est pas d’élaborer un travail monographique de la revue Prado, recherche qui reste à entreprendre[4], tant il n’est plus à démontrer que les sources imprimées périodiques sont « un baromètre précis à partir duquel l’évolution d’une discipline se laisse lire avec exactitude »[5]. Pour l’heure il convient de sonder la revue Prado en tant qu’instrument d’une organisation professionnelle, précisément le Syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône, pour évaluer l’engagement de la profession dans la réforme de l’enseignement. Une première partie sera consacrée au Syndicat envisagé comme un « milieu », un réseau de sensibilités, de sociabilité, propre à une jeune génération d’architectes au sein duquel ils développent un ensemble d’instruments de combat pour revaloriser leur profession. Puis au fil des 19 livraisons de Prado qui s’échelonnent de 1965 à 1992, deux approches analytiques ont été privilégiées, celle des contenus et informations publiés mais aussi celle du milieu intellectuel à la manœuvre et des identités individuelles qui le forgent.

Le Syndicat et ses outils au service de la valorisation de la profession

1960-1961, l’appel aux jeunes de la S.A.D.G.
A l’aube des années 1960, les architectes peinent à sortir d’un combat de plusieurs décennies quant à la réglementation de leur profession, notamment s’agissant de la reconnaissance du diplôme DPLG comme seul titre habilité. Fragilisés par des menaces autant internes qu’externes à la profession, les organismes corporatistes militent activement pour une solidarité professionnelle en appelant à l’union. En France méridionale, le 7e groupe de la Société des Architectes Diplômés par le gouvernement (S.A.D.G.)[6] suspend la reconquête par l’Architecture du rang qu’elle a perdu, à la confraternité, invitant le Syndicat des Bouches-du-Rhône au rassemblement. Persuadé que « l’intérêt majeur des Architectes est de faire le front commun », proposition est faite par le 7e groupe au Syndicat de : « Premièrement – Faire admettre aux indifférents et aux égoïstes l’absolue nécessité de se grouper dans nos organismes professionnels. Deuxièmement – Union des dits organismes pour une lutte commune. Troisièmement – Obtenir la présence des architectes dans tous les organismes administratifs, techniques ou culturels relevant de la construction »[7]. Plus d’un an après cette impulsion, en 1960, Gaston Petit, président du 7e groupe de la S.A.D.G., renouvelle cet appel à « l’Union indissoluble de tous les architectes français »[8], mais cette fois appuyé à l’endroit de la jeune génération d’architectes. « Les jeunes déplorent souvent que les leviers de commande soient tenus par les vieux. Mais ceux-ci les gardent presque toujours à leurs corps défendant, parce que personne ne veut les relayer. Pour assurer la relève, il faut donc que les jeunes s’initient et s’intéressent aux problèmes corporatifs, nationaux et régionaux »[9]. Dans l’auditoire, un jeune architecte de 35 ans, qui avait entendu les précédentes sollicitations, se voit chaleureusement félicité par le président pour sa récente admission, aux côtés d’à peine quatre autres jeunes architectes[10].

Ce 30 avril 1960 démarre pour ce jeune architecte, Roger Dabat, diplômé en 1953, qui avait alors à son actif quelques réalisations en association avec André-Jacques Dunoyer de Segonzac (1915-2018)[11], une implication dans les structures professionnelles décisives pour sa carrière. Ce jour-là, il est élu membre d’un tout nouveau conseil d’administration du 7e groupe de la S.A.D.G. créé « pour assurer une liaison efficace avec les autres organismes corporatifs » (le conseil régional de l’Ordre et les syndicats départementaux). Parmi les 11 élus, apparaît un autre jeune architecte marseillais Max Graveleau (40 ans). Au cours de l’année, le premier deviendra Secrétaire, le second conseiller. A ces marseillais, le président, Gaston Petit, en janvier 1961, fait remarquer – et apprécie – «  cette politique «  de la présence » qu’ils prônent (vous prônez) en toute occasion »[12]. Effectivement, dès mai 1961, on retrouve leurs noms associés aussi désormais au Syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône, investis au sein du Bureau ou dans des commissions d’études[13]. Un troisième nom, celui de Paul Quintrand, jeune architecte qui venait de retrouver le Sud en s’installant à Aix-en-Provence, se distingue également[14]. Lui, prend en charge dès 1961 au sein du Syndicat, le Groupe de Perfectionnement des Architectes (G.P.A.) Provence-Côte d’Azur, lequel, sur des financements fléchés émanant du Commissariat à la productivité permettait « d’encourager l’organisation de séminaires et la formation d’associations régionales dans le but d’améliorer la productivité des cabinets d’architectes »[15]. En janvier 1962, la « politique de la présence » des jeunes finit par payer lors du renouvellement du bureau du Syndicat. Dans un projet de lettre précédant les élections, « les jeunes » mettent avant leur action au cours de l’année 1961 pour rendre le syndicat plus dynamique, et font acte de candidature : « il semblerait que pourtant le regroupement que nous avons tenté l’année dernière et que nous espérons toujours réaliser pourrait trouver sa pleine efficacité en prenant la relève lors des élections du mois de janvier qui renouvelleront le Bureau du Syndicat »[16]. Max Graveleau devient président, Roger Dabat secrétaire général et Paul Quintrand conseiller.

Pendant ce temps, en décembre 1961, au niveau central le projet de décret relatif à l’enseignement de l’architecture est à la signature…

1962-1964, la montée en puissance et les outils en germe
Les « jeunes » intensifient leur action en faveur « de la revalorisation de la profession » au moyen d’un certain prosélytisme dirigé autant vers la profession que vers l’extérieur de leur sphère. Le succès en terme numéraire est certain : le nombre conséquent de jeunes confrères ayant adhéré au Syndicat en 1962 augmente de plus de 30% les effectifs globaux. S’agissant des actions, trois priorités sont identifiées : une action intérieure de perfectionnement, une action de défense de la profession auprès des Pouvoirs Publics, et une action extérieure d’information au public.

Depuis 1960 avec la création d’une Commission Urbanisme, une préoccupation semble les mobiliser : celle de l’aménagement du territoire méridional. Des premiers travaux de réflexion sont menés sur la politique d’urbanisation (l’expansion du complexe Marseille – Aix – Etang de Berre, le Plan Régional de Développement et d’Aménagement Provence-Côte d’Azur), et la création d’un groupement d’urbanisme évoquée. Rompu à la formation permanente avec le Groupe de perfectionnement des architectes qu’il présidait, et sur le modèle de l’Université Permanente des Architectes Rhône-Alpes créée en 1960, Paul Quintrand et ses collègues (Gilbert Bonnardel, Max Graveleau et André Liotard) suggèrent que les études collectives à entreprendre soient engagées dans une Université Permanente d’Architecture et d’Urbanisme Provence – Côte d’Azur (U.P.A.U.) qu’ils créent en 1964 et au sein de laquelle la principale réflexion portera sur l’aménagement régional[17].

En interne, ces activités sont consignées dans un petit Bulletin du Syndicat composé de quelques feuillets tapuscrits volants. Dans celui de 1962, parmi les cinq plumes, celle du jeune Fernand Boukobza (1926-2012) insiste sur une autre tâche que s’était fixée le Syndicat « plus lente à mettre en œuvre, plus difficile à atteindre : élever le débat, parler enfin d’architecture ». Et de poursuivre « aucune exposition, aucune revue, aucun article ne synthétise l’activité immense de notre profession ». Un appel est lancé pour que les confrères lui adressent articles, points de vues, photos de maquettes et de réalisations »[18].

Pendant ce temps en avril 1963, Gaston Defferre confie la construction de la future école d’architecture de Marseille à René Egger…

L’année 1965, la concrétisation des outils
En 1965 Roger Dabat devient président du Syndicat. C’est l’année des accomplissements. Les outils déjà mis en œuvre s’étoffent et affirment leur ouverture sur l’urbanisme, mais aussi par ricochet sur la pluridisciplinarité, dans la direction que Paul Quintrand souhaitait, lui qui considérait que l’architecte avait un nouveau rôle social au sens que sa fonction est d’aménager l’espace de l’homme. En 1965, l’UPAU crée donc l’Institut Méditerranéen de l’Urbanisme (IMU), un atelier régional d’urbanisme, le Groupement des Ateliers Méditerranéens d’Urbanisme (GAMU) et les Ateliers d’été d’Aix-en-Provence (1965-1967), tous alimentés par les disciplines universitaires (histoire, géographie, sociologie, philosophie) présentes à la faculté d’Aix et de Marseille[19]. Dans une lettre de 1966, Roger Dabat avoue que « la machine est lourde » mais se convainc de l’efficacité de cette structure : « SYNDICAT dynamique et un peu agressif / UPAU sérieuse, sereine, persévérante, non engagée dans l’action mais très engagée dans la prospective, enfin / GAMU outil sérieux efficace rapide et sûr, implacable et logique dans l’efficacité, la rentabilité, persévérant dans la longue préparation des études »[20].

Fig.2
Représentation de la façade du Syndicat des Architectes, 130 avenue du Prado, conçu par l’architecte Frédéric Théodore Lombard en 1901. (Aquarelle de Catherine d’Ortoli, pour l’Atelier du Patrimoine, Marseille)

Le petit Bulletin ne suffit plus à une promotion efficiente de l’ensemble de leurs intentions auprès des responsables politiques et élus locaux, ni auprès du grand public. L’appel du petit Bulletin de 1962 aux photographies et articles des architectes se concrétise dans la revue Prado. Le Syndicat dispose enfin d’un faire-valoir de la capacité de réflexivité des architectes méridionaux mais aussi de leur force créatrice. (fig.2) Les envois de la première livraison s’enchaînent pour promouvoir ce localisme que le titre même de la revue revendique[21] : au Ministre de la Construction Jacques Maziol, au Ministre des Affaires Culturelles André Malraux, au délégué général à l’aménagement du territoire Olivier Guichard, au Préfet des Bouches-du-Rhône Robert Cousin, à l’ancien Ministre, Maire de Firminy Eugène Claudius-Petit, au député-maire de Marseille Gaston Defferre.

Et pendant ce temps en 1965 la section Architecture des Beaux-Arts se scinde en trois groupes d’ateliers augurant d’une restructuration de l’enseignement, et à Marseille, le budget est obtenu pour la future Unité Pédagogique d’Architecture…

Prado Architecture, une revue par et pour les jeunes architectes marseillais

 Bien qu’engendrée par le Syndicat, la revue Prado dessine d’autres contours, voire des frontières ; entre ceux qui prennent la plume, ou pas, ceux dont les réalisations sont jugées dignes d’être exposées au grand public, ou pas. Au sein du Syndicat, à l’exception de la formation permanente, aucun texte sur l’enseignement à l’École régionale d’architecture, aucune allusion au futur déménagement de l’École sur le nouveau campus de Luminy. En tant que vecteur d’informations, la revue Prado sera-t-elle au fil des numéros acteur d’une réflexion sur la transformation profonde de l’enseignement en cours ? Ce réseau organisationnel que constitue le Syndicat comptera-t-il parmi ses multiples ramifications celle de la pédagogie ? Parmi ses acteurs, lesquels contribuèrent à la modernisation des enseignements alors en gestation ?

Fig.3
Les premières couvertures de la revue Prado.

(fig.3) Prado est volontiers composé de deux parties ; une première, sorte de tribune, consacrée à des articles réflexifs sur divers thèmes comme entres autres l’exercice de la profession, le statut de l’architecte, l’industrialisation du bâtiment, le dialogue avec les ingénieurs, la régionalisation, et notamment l’enseignement de l’architecture, et une seconde partie réservée à la présentation de projets et de réalisations architecturales et urbaines à l’intérieur du département.

En privilégiant deux approches, celle des contenus et informations publiés mais aussi celle des sensibilités d’un milieu intellectuel aux commandes, les 19 livraisons de Prado qui s’échelonnent de 1965 à 1992 ont été passées au crible de deux catégories de questionnements[22]. La première concerne la représentativité des agences d’architecture : la revue se faisait-elle l’écho d’une production locale particulière, notamment celle des enseignants de projet de Luminy ? La seconde catégorie de questions porte sur la place accordée à l’enseignement de l’architecture et à sa réforme dans les colonnes de la revue. Autrement dit, la revue a-t-elle été un espace de débat sur le renouvellement de la pédagogie ? Quels ont été les points de vue et les rôles de la profession sur la réforme de l’enseignement exprimés dans la revue ?

 

 

Nos, hic et nunc
Un dépouillement systématique de l’ensemble des livraisons a permis de dresser un inventaire de toutes les opérations architecturales publiées. Il s’agit d’interroger la partialité des informations choisies pour en saisir la visée. Sur les 463 projets recensés, il ne fait aucun doute que les réalisations locales et contemporaines ont la faveur du comité de rédaction. Marseille et sa région ne manquent pourtant pas au XXe siècle de grandes dynasties d’architectes, celle de Gaston Castel (1886-1971), et d’Eugène Chirié (1902-1983)[23], ni de grandes figures comme René Egger (1916-2016), André Devin (1905-1983), sans compter les patrons d’atelier à l’école régionale d’architecture de Marseille. Pourtant à peine une occurrence pour Gaston Castel (1886-1971), grand patron s’il en est à l’école régionale, 5 occurrences pour André Dunoyer de Segonzac (1915-2018), chef d’atelier, 9 pour Devin. On célèbre à demi-mot René Egger (20 occurrences), alors que Pouillon est presque ignoré (1 occurrence). Alors la revue se tourne vers l’avenir, mettant à l’honneur la jeune génération d’architectes diplômés entre 1960 et 1965. Les occurrences sont nombreuses pour cette architecture à l’esthétique brutaliste caractéristique de cette production marseillaise, comme Fernand Boukobza (17 occurrences), Mario Fabre (33 occurrences) et notamment celle d’architectes réunis en « Atelier de groupe », des équipes pluridisciplinaires comme Atelier Delta (53 occurrences), Atelier 9 (49 occurrences), ou Sud Atelier d’architecture (28 occurrences). Point de hasard certainement à ce que ces architectes, dont les œuvres sont publiées par Prado, sont pour la plupart, adhérents au syndicat. C’est aussi dans ce vivier de jeunes architectes dont on fait la promotion, que se feront les embauches d’assistants à l’Unité pédagogique de Marseille à partir de la rentrée 1967[24]. Certaines réalisations qui ont rehaussé la ligne d’horizon de Marseille brillent par leur absence : les tours de Labourdette et Boileau (1960-62) au centre Bourse, le Saint-Georges en centre-ville de Claude Gros (1963), ou encore le Grand Pavois sur l’avenue du Prado de Guillaume Gillet (1975). Ces omissions volontaires, alors que d’autres projets sont publiés à plusieurs reprises au fil des livraisons, tiennent-elles au fait qu’aucun de ces architectes ne soit adhérent au Syndicat, ou que certains soient Parisiens, ou à la forme même de ces édifices verticaux monumentaux ? Assurément, la revue Prado se révèle plutôt un levier de médiatisation utilisé par ce réseau amical et professionnel de jeunes architectes locaux. Elle leur offre un signe de distinction, voire une opportunité d’autopromotion. En ce sens, le syndicat, par sa revue, en contrôlant l’accès à la publication et en favorisant des stratégies de visibilité, abuse d’un certain corporatisme sociologique qui contribue à la création de groupements d’intérêts influents.

Prado, une interface entre profession et enseignement ?

De 1965 à 1992, 8 numéros sur 19 consacrent des colonnes à l’enseignement de la discipline au sein de l’Unité pédagogique d’architecture de Luminy, une école pilote qui ouvre ses portes dès la rentrée 1967. Si la profession avait un point de vue sur la refonte de l’enseignement, Prado s’en est-elle fait le relais ?

Le premier numéro à évoquer la pédagogie comme « un sérieux sujet de préoccupation » est précisément celui de l’année de la rentrée à Luminy ; 1967, le numéro 3. Quatre plumes s’y consacrent. Celle d’abord du président du syndicat, Roger Dabat qui succinctement dans son éditorial évoque la création de l’école nationale d’architecture de Marseille en liaison étroite avec celles de Montpellier, Lyon et Grenoble, appelées « écoles nationales du Grand Delta ». Ensuite, dans un long article[25], Paul Quintrand expose d’abord la réforme de l’enseignement de l’architecture dans une approche comparatiste avec les nouvelles méthodes d’enseignement dans les établissements étrangers notamment aux Etats-Unis. Il présente ensuite sa conception d’un enseignement supérieur de l’architecture qui envisage les écoles nationales d’architecture «  comme de véritables facultés d’environnement »[26]. Considérant que l’architecte n’est qu’un spécialiste de l’environnement parmi d’autres, Quintrand utilise sciemment le terme de faculté, l’architecte devant être « le produit d’un enseignement vraiment supérieur lié à la recherche ». Il espérait donc un cadre élargi, pluri-disciplinaire et aussi proche que possible du cadre universitaire. La troisième plume est celle du directeur François Bret (1918-2004), en poste depuis 1961-1985, qui confirme le statut de l’école de Luminy comme « la première école nationale d’architecture dans le cadre de la réforme de l’enseignement de l’architecture prévue depuis 1962 ».

Et enfin l’architecte Dunoyer de Segonzac[27] présente la nouvelle forme d’enseignement, non plus par Ateliers, mais par cycles mise en place dès la rentrée 1967[28]. Le renouvellement de la pédagogie à Luminy met un œuvre un nouveau schéma. Une année de propédeutique « sensibilisation » propose d’abord aux étudiants une découverte de l’architecture dans sa dimension sociale ainsi que de l’environnement naturel et humain à travers des exercices de dessin portés sur le développement de la perception associé à un cours de théorie sous forme de textes-guides. Cet ensemble s’intitulera dans les décennies suivantes le DGH, Découverte des Groupements Humains[29]. A l’issue de cette année, l’étudiant est en capacité de mesurer son aptitude à poursuivre. Le premier cycle , sous-titré « Information » se décompose en une première année de préparation au concours d’admission, puis une 2e année après l’admission consacrée aux études analytiques. Le Projet proprement dit n’apparaissant donc qu’au 2e cycle sous-titré « Application », fonctionnant non plus en Atelier mais en plus petits groupes de travail avec des animateurs. Cet article est donc majeur pour sa rareté mais aussi par son contenu. Dunoyer en effet restitue le rôle que l’école de Marseille a joué dès 1965 dans la transformation profonde de l’enseignement de l’architecture. Le schéma en deux cycles précédés d’une propédeutique serait largement redevable à la création, dès 1965, d’une classe Propédeutique expérimentale dans son propre atelier à l’Ecole Régionale d’architecture place Carli, qui aura donc duré deux années. De même que les nouvelles procédures de jugement mises en place dans lesquelles l’impétrant expose son projet, seraient héritées de son expérience de jugement au groupe C à Paris. Dunoyer de Segonzac ferme son propos en évoquant à la fois l’approfondissement de la formation et l’élargissement du domaine d’action des étudiants. Et surtout, il évoque les Instituts de spécialisation et de recherche prévus par les textes et considère que cet enseignement élargi augure de la construction de Facultés d’aménagement où architectes, urbanistes, ingénieurs recevraient un enseignement pluridisciplinaire. En ce point, il semble que son propos rejoigne celui de Paul Quintrand évoquant une « faculté de l’environnement »[30].

Fig.4
Bilan de l’enseignement à Luminy, Prado n°7, 1971.

Le numéro 5 de 1969 consacre une demi page à l’école de Luminy. Rédigée par un élève, ce petit billet a le mérite d’expliciter les modifications des méthodes de recrutement au cours des années 1967, 1968 et 1969[31]. (fig.4) En 1971, cinq pleines pages du numéro 7 se veulent un bilan des quatre années écoulées à Luminy sous la forme de réponses d’enseignants à des questions qui résonnent comme des poncifs. « Au fond, qu’est-ce que c’est l’architecture ? « Comment peut-on concevoir un enseignement de l’architecture ? », « Comment voudriez-vous voir évoluer l’enseignement de l’école ? ». Une nouvelle rubrique intitulée « Activités de l’école » apparaît à la 8e livraison de 1973[32] présentant une page par diplôme témoignant ainsi de l’approche de chaque atelier, en terme de sujets et de rendus.

Fig.5
Extrait du compte-rendu de la table ronde sur la recherche en architecture organisée par le Syndicat des architectes le 24 septembre 1975, Prado n°11, 1975.

La 11e livraison en 1975 est le seul numéro à accorder une place substantielle non seulement à la pédagogie à Luminy en écho au décret de 1975, mais aussi à la recherche architecturale au sein de l’Unité pédagogique. (fig.5) Le 24 septembre 1975 une table ronde est organisée par la revue sur la question, non pas de la pédagogie, mais de la recherche en architecture. Autour de la table sont invités autant des enseignants (Quintrand, Dabat, Prelorenzo, Lamourdedieu, Howard, Dabat, Perrin) que des personnes représentant des organisations professionnelles comme celle du syndicat mais aussi la Fédération du bâtiment et des travaux publics, l’Office public d’aménagement et de la construction[33]. Le but, à peine déguisé, est surtout de présenter les groupes de recherche récemment constitués au sein de l’UPAM de Luminy notamment par les fondateurs de la revue, Roger Dabat et Paul Quintrand. Par une sorte de transfuge, les deux jeunes architectes, pleinement ancrés dans la valorisation de la profession au sein du Syndicat, transportent – et transforment – les nombreux outils qu’ils avaient créés en 1965 (UPAU, GAMU, IMU, Prado) en structures de recherche mais à l’UPAM de Luminy, où ils avaient obtenu, en 1967 pour Quintrand et en 1968 pour Dabat, un poste d’enseignant. Le Groupe de Perfectionnement des Architectes que présidait Quintrand et toute son action en faveur de la formation, en recherche d’efficacité et de rationalité, au sein de l’UPAU amorcent le GAMSAU, groupe d’études pour l’application des méthodes scientifiques à l’architecture et à l’urbanisme qu’il créé en 1970 proposant des travaux de type méthodologique qui visent la rationalisation de la conception. La pluridisciplinarité chère à Dabat ainsi que l’étude à laquelle contribue le GAMU, en collaboration avec l’OREAM en 1967-1968[34] intitulée Le caractère méditerranéen de l’habitat en Provence, sont les embryons des deux groupes de recherche qu’il crée à l’UPAM : respectivement, le Groupe pluridisciplinaire Architecture Espace et Société (GAES) qui analyse les processus de production de l’espace autant que l’analyse des usages et des pratiques et le Groupe ABC, une association de recherche sur les ambiances bioclimatiques en architecture créée en 1969.

Le numéro 11 donne aussi pour la seconde fois la parole à Dunoyer de Segonzac[35] pour présenter l’organisation des études propre à Marseille en trois cycles de 2 ans[36]. Surtout, il revient sur la précocité marseillaise en terme de réforme de l’enseignement qu’il positionne en 1965, au sein encore de l’École régionale, date à laquelle s’ouvre un second atelier Dunoyer au sein duquel il crée une nouvelle démarche de compréhension des milieux urbanisés et d’analyse des édifices. Il précise[37] : « le but de cette amorce était de commencer à répondre à la nécessité de diversification et d’accroissement de compétence que m’avait fait pressentir une pratique professionnelle particulièrement riche et complexe, ce qui rejoignait les aspirations d’une partie de la profession dans cette région et dont l’UPAU et l’IMU témoignaient »[38].

 

 

En guise d’ouverture

A l’issue de ce travail de recherche à peine amorcé sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Marseille portant sur les liens entre profession et enseignement, quelques conclusions et pistes peuvent être envisagées. L’année 1965 est bien une date clé pour l’enseignement et la profession à Marseille. Et des porosités existent bien entre syndicat et école. Dans un entretien réalisé en 2016, Roger Dabat en faisait l’esquisse. A la question « Comment est-ce que vous êtes arrivé à l’enseignement ? », il répondait qu’appartenant à une bande de jeunes architectes, ils se sont dit : « bon maintenant il faudrait penser à faire quelque chose, on va prendre le syndicat »[39]. Ce lien direct évoqué spontanément confirme l’hypothèse initiale selon laquelle l’enseignement renouvelé de l’UPAM est issu d’une première ligne de force : celle de la jeune génération d’architectes au premier rang de laquelle on trouve Paul Quintrand et Roger Dabat, qui s’étaient dans un premier engagés dans la valorisation de la profession au sein du syndicat des architectes, et deviendront ensuite les initiateurs de la recherche architecturale à l’UPAM. Ou encore Raymond Perrachon (1973-1993), Mario Fabre (1967-1972), Guy Daher (1967-1972), qui sont membres du comité de rédaction de la revue et qui enseigneront le projet à l’école. La poursuite de l’analyse du syndicat comme un espace social, un milieu loin d’être exogène à celui de l’enseignement serait à poursuivre notamment sur les nombreux outils évoqués (UPAU, GAMU, etc.) et la revue Prado comme moyen de les diffuser afin de saisir le champ intellectuel que constitue ce milieu.

Mais la pédagogie serait issue aussi d’une deuxième ligne de force, représentée par Dunoyer de Segonzac, un architecte local mais un grand pédagogue ouvert au renouvellement pédagogique fondé sur la pluridisciplinarité qui incarne le lien avec une réforme pédagogique qui se joue au niveau national, à Paris, et qui, à Marseille, avait amorcé la réforme de la pédagogie dès 1965 à l’Ecole régionale. Il sera d’ailleurs à l’origine de nombreuses embauches discrétionnaires à Luminy comme Jacques Verdeuil (1968- ?), Pierre Janovitz ( ?), Louis Dallest (1966- ?), Robert Inglesakis (1967-1969)[40]. L’agence représente alors un autre microcosme intellectuel fondé sur des affinités, des amitiés, des fidélités.

Une approche prosopographique sur les trois identités collectives que sont le syndicat, l’agence et l’école et sur les trajectoires individuelles de certaines figures autour des années 1965-1978 permettrait de reconstituer quelques « photos de classe » qui donnerait lieu à un meilleur portait de l’Unité Pédagogique d’Architecture de Marseille.

 

[1] Intitulée « Les professions libérales devant leur avenir », cette enquête a été commandée par le Comité Régional de Productivité à la société de sondages COFREMCA créée en 1959 par Alain de Vulpian.
[2] L’UPAU de la région Provence-Côte d’Azur Languedoc-Roussillon est créée en 1965.
[3] Sur l’installation de l’UPA Marseille sur le campus de Luminy, voir l’article de Eve Roy, « De l’Arsenal des Galères aux collines de Luminy : les lieux de l’enseignement de l’architecture à Marseille », dans ce même Carnet de recherche.
[4] Une recherche approfondie sur la revue Prado serait à envisager du point de vue de l’analyse de sa ligne idéologique, de la composition des comités de rédaction, de la mise en page et ses illustrations, de la publicité qui, représentant la moitié des pages de chaque volume, renseignerait sur les liens du Syndicat avec le milieu économique du bâtiment, mais aussi dans une approche comparatiste avec les autres revues des syndicats des architectes, locaux d’abord, comme la revue du syndicat des architectes du Var Faron dont le premier numéro sort en 1966, mais aussi au niveau national avec la revue de la Fédération des syndicats d’architectes.

[5] Ernst Herbert Lehmann, in Die Anfänge der Kunstzeitschrift in Deuschland, Leipzig, 1932 et Einführung in die Zeitschriftenkunde, Lepizig, 1936, cité par Christian Freigang, Anne Georgeon-Liskenne, Klaus Nohlen « Le modèle allemand » in Les périodiques d’architecture XVIIe – XXe siècle. Recherche d’une méthode critique d’analyse, Jean-Michel Leniaud et Béatrice Bouvier (ss dir.), Paris, Ecole des Chartes, 2001, p.183.
[6] Sur l’histoire de la SADG, en particulier cette période de malaise, voir Eve Jouannais, De la S.A.D.G. à la S.F.A., histoire d’une société d’architectes. Deuxième partie : 1940-1992, Tribune d’histoire de l’architecture, Paris, Société française des architectes, 1992.
[7] Lettre de Jean Crozet, vice-président du 7e groupe de la SADG, délégué des Bouches-du-Rhône et des Basses-Alpes, au président du Syndicat des Bouches-du-Rhône (.R.Lange), du 3 février 1959, Archives départementales 13, Fonds Roger Dabat, 89 J 189. Il est à noter que Jean Crozet était aussi enseignant à l’École régionale d’architecture de Marseille depuis 1948.
[8] Allocution de Gaston Petit, président du 7e groupe de la S.A.D.G. lors d’un banquet à Marseille le 30 avril 1960, Archives départementales 13, Fonds Roger Dabat, 89 J 189.
[9] Allocution de Gaston Petit, président du 7e groupe de la S.A.D.G. à l’Assemblée générale du 30 avril 1960 à Marseille, Archives départementales 13, Fonds Roger Dabat, 89 J 189. Evoquant les attaques à l’unité d’une profession rassemblée autour du diplôme, Gaston Petit insiste : «  Pour les annihiler il faut faire front, pour faire front il faut faire bloc, pour cela il faut être unis. C’est le but et la raison d’être de notre Société syndicale. » Dès les années 1950, une commission avait été mise en place au niveau national pour « réfléchir aux moyens de rétablir un lien avec les jeunes diplômés » cf. Eve Jouannais, Op.cit., p.13.
[10] Roger Dabat avait sollicité une admission par courrier le 21 mai 1958, et s’étonnait en avril 1959 que son admission ne soit toujours pas effective. Elle l’a été en cours d’année, comme celles de Laure Blanc, Jean-Pierre Siame, Jean Dravet et Claude Linossier. Sur les lenteurs et difficultés des admissions liées soit au parrainage soit aux montants des cotisations, soit à la « concurrence » de l’inscription à l’Ordre des architectes devenue obligatoire, se référer au texte d’Eve Jouannais au chapitre « L’évolution de la S.A.D.G. dans les années 1950/1960 », p.13-22.
[11] D’après la biographie réalisée pour la présentation du Fonds Dabat aux AD 13, il aurait dirigé les travaux de la Basilique de Nuestra de la Altagracia à Higuey (République dominicaine) de Dunoyer de Segonzac en 1954-1955, puis en association avec lui construit l’immeuble Cantini (1955-1971), les immeubles d’habitations « Bel Horizon » (1954-1961), la Campagne Blanchard (1955-1961).
[12] Lettre de Gaston Petit à Roger Dabat, 11 janvier 1961, Archives départementales 13, Fonds Roger Dabat, 89 J 189.
[13] Fonds Dabat, 89 J 189. Dans les notes du 3 mai et du 23 décembre 1961, trois commissions sont citées : Commission A- Règlement d’urbanisme, Commission B – Permis de construire, Commission C – Travaux.
[14] Concernant le parcours et le rôle de Paul Quintrand, l’auteur renvoie au numéro hors série n°1 consacré à Paul Quintrand, « Paul Quintrand architecte. Une expérimentation entre recherche et projet », Colonnes, Archives d’architecture du XXe siècle, 2014, notamment aux articles de Eleonore Marantz, « Paul Quintrand, l’architecture au présent »,p.7-18, et celui de Jean-Lucien Bonillo, « Le rôle de Paul Quintrand dans la réforme des structures académiques », p.19-25.
[15] Paul Quintrand, « Les Universités permanentes d’Architecture et d’Urbanisme en 1966. La formation permanente des architectes », Colloque, Architectures Architectes, Paris, IFA, 8-10 octobre 1981. Cette action a été appuyée par le Comité Régional de Productivité des Professions Libérales. Les séminaires d’étude avaient lieu tous les 15 jours, autour des questions sur l’organisation des agences, les relations extérieures, les secrétariats, etc.
[16] Projet de lettre, s.d. ; Fonds Dabat, 89 J 189. Les « jeunes » avaient demandé la création des commissions à l’intérieur du syndicat, avaient exigé la diminution des cotisations pour les jeunes, et avaient poursuivi l’action des G.P.A..
[17] Sur l’histoire de l’UPAU Provence-Côte d’Azur-Languedoc-Roussillon, voir, Paul Quintrand, « Les Universités permanentes… », op.cit, et les articles de Eléonore Marantz et Jean-Lucien Bonillo, dans le numéro hors série n°1 consacré à Paul Quintrand, « Paul Quintrand architecte. Une expérimentation entre recherche et projet », Colonnes, op.cit.
[18] Bulletin du Syndicat, 1962 : Billet du président par Max Graveleau : « Pourquoi avons-nous demandé à la presse de s’intéresser aux architectes et à leurs œuvres / Urbanisme par Roger Dabat / GPA par Paul Quintrand / Le Prix de la critique littéraire architecturale par Jean Durand-Rival / Libre propos sur l’architecture par Fernand Boukobza / Le point de vue du président du RIP / Le point de vue du RIP par Roger Dabat, in Notes du Syndicat et Bulletins 1960-1966, Fonds Dabat, 89 J 191.
[19] Concernant les Ateliers d’été d’Aix-en-Provence créés par Paul Quintrand au sein de l’UPAU, voir Eleonore Marantz, « Les ateliers d’été d’Aix-en-Provence (1965-1968) : un laboratoire pour la pédagogie de l’architecture », Caroline Maniaque (ss dir.), Les Années 68 et la formation des architectes, Darnétal, Points de vue, Architecture – Territoire – Environnement, 2018, p.142-155.
[20] Lettre du 15 décembre 1966 de Dabat à Durand-Rival, Fonds Dabat, 89 J 189.
[21] Le titre Prado, puis dès le 2e numéro Prado Architecture, évoque le tropisme méridional : les locaux du Syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône étaient, et sont, situés au 130 de la célèbre avenue du Prado à Marseille.
[22] Cette recherche sur le Syndicat, ainsi que sur la revue Prado, dont ce propos est une synthèse, n’en est qu’à ses balbutiements. Par exemple, le simple fait que cette édition, annuelle de 1965 à 1978, passe sans périodicité régulière jusqu’en 1992, serait à replacer dans l’histoire, locale et nationale, de la profession.
[23] Sur ces deux dynasties d’architectes, voir pour Gaston Castel (1886-1971), Isabelle Chiavassa et de François Gasnault (ss dir.), Les Castel, une agence d’architecture au XXe siècle, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, Parenthèses, 2009, et pour les Chirié, Françoise Dallemagne, Christine Gayraud, Danièle Giamarchi, Christian Oppetit, Les Chirié, une dynastie d’architectes, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1996 et Eleonore Marantz, Eugène Chirié (1902-1984) : une expérience de l’architecture au vingtième siècle. Parcours et réalisations d’un architecte marseillais, thèse de doctorat sous la direction de Claude Massu, Université Aix-Marseille 1, soutenue en 2006.
[24] Louis Dallest (enseignant à partir de 1966- ?) ; Guy Daher (enseignant de 1967-1972) qui succède à Dabat à la présidence du syndicat ; Mario Fabre (1964-1972) ; François Boukobza (1970-1991) ; Victor Janovitz (1972-1997).
[25] Quintrand, « La réforme de l’enseignement de l’architecture », Prado n°3, 1967, p.36-45.
[26] Idem, p.44-45.
[27] Avec sa carrière dans l’enseignement longue de 29 ans (1952-1981), Dunoyer de Segonzac est le seul enseignant qui fasse le lien entre l’ancienne et la nouvelle école, en tant que Patron d’atelier, puis chef d’Atelier et en tant que professeur de théorie. Dunoyer de Segonzac se distingue également par sa participation à l’expérience du Groupe C à Paris, et en tant qu’animateur du Groupe Sud-Est. Se référer à son témoignage, André Dunoyer de Segonzac, Cinquante ans d’enseignement de l’architecture, Paris, Palais de l’Institut, 1986.
[28] André Dunoyer de Segonzac, « L’enseignement à Luminy », La réforme à Marseille, Prado, n°3, 1967, p.46-47. L’intérêt de son article est de constituer le seul document pour l’instant connu qui présente ce nouveau programme. Les livrets pédagogiques de l’école ne commençant qu’en 1972, la période 1967-1972 est largement lacunaire et reste entièrement à reconstituer notamment pour connaître les enseignants de cette période.
[29] Sur ce point en particulier, se référer à l’article de René Borruey, « Enseigner la grande échelle à l’UPAM : les apports de la recherche. Séquence 1 : 1967-1980 », dans ce même Carnet de recherche.
[30] Cependant, dans ce même Carnet de la recherche, l’article de René Borruey revient sur les dissemblances de leurs conceptions.
[31] En 1967, le recrutement, des primo-entrants s’est effectué par un entretien direct « enseignants-étudiants ». En 1968, au vu du nombre important des demandes, c’est le principe du questionnaire détaillé qui avait été choisi, sans échange direct. En 1969, on mise sur un séminaire pour informer les futurs propédeutes avec plusieurs étapes. La première était l’information concernant le cursus jusqu’aux modalités d’exercice, et ensuite un questionnaire sur la personnalité du futur étudiant et un test sur des aptitudes sensorielles de l’espace. Après le dépouillement de ces questionnaires et tests, la deuxième étape quelques jours plus tard consistait à confronter tous les candidats devant un groupe d’enseignants de différentes disciplines. L’étudiant est informé d’une éventuelle inadaptation de son profil aux études, mais aucun d’eux n’est éliminé par le jury, le choix restant celui de l’étudiant. D’après les enseignants, ce dispositif permet d’avoir un point 0 avant l’année de propédeutique permettant de mesurer l’évolution ou pas de l’étudiant. On est effectivement bien loin du principe du bachotage…
[32] Cette rubrique apparaitra également dans le n°12 de 1976 et le n°13 de 1977.
[33] Quatorze participants : Bauchet, chargé de mission représentant le Préfet de Région, Boursier-Mougenot, artiste plasticien, Chirié, architecte, Dabat, architecte, enseignant à l’UPAM, Fabie, directeur de la Fédération Départementale des Bâtiments et Travaux publics, Grandguillot, chargé de mission auprès du Secrétariat général à l’Expansion, coordinateur du Centre directionnel, Guy, président du Syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône, Howard, architecte, enseignant à l’UPAM, Lamourdedieu, architecte, enseignant à l’UPAM, Manie, Directeur de l’Office Public d’aménagement et de construction, Perrin, géographe, enseignant à l’UPAM, Prélorenzo, sociolohue, enseignant à l’UPAM, Quintrand, architecte, enseignant à l’UPAM, Simeray, architecte.
[34] La collaboration des groupes de recherche de l’UPAM de Luminy avec des organismes opérationnels publics d’aménagement de la région comme l’OREAM ou l’EPAREB reste encore à analyser.
[35] Il intervient cette fois en tant que président du Conseil de Gestion, nouveau statut au sein des UPA mis en place par le décret de juillet 1975.
[36] Le premier est un cycle d’orientation et d’acquisition des connaissances de base avec un enseignement pluridisciplinaire sur l’architecture et l’aménagement avec un premier niveau : le DGH qui porte sur la compréhension d’un milieu urbanisé, puis le deuxième niveau les études analytiques qui se concentrent plus sur l’édifice. Le 2e cycle de formation fondamentale se concentre sur le projet d’architecture et des cours au choix dans différents champs disciplinaires. Le 3e cycle est un cycle de formation approfondie et de recherche. L’étudiant choisit soit d’approfondir en architecture au sein d’un atelier parmi 4 au choix : Atelier collégial, atelier Dunoyer de Segonzac Atelier architecture et urbanisme ou Atelier Howard. Ou alors l’étudiant choisit un groupe de recherche parmi les 4 groupes existants, GAES, GAMSAU, ABC, Morphologie et structure, ou de spécialisation : architecture hospitalière, architecture et urbanisme dans les pays en voie de développement, atelier d’urbanisme (aménagement urbain) ou développement urbain et planification. 
[37] Dunoyer de Segonzac, « Unité pédagogique. Enseignement », Prado n°11, 1975, p.77.
[38] Après ce numéro accordant une large place à l’enseignement à Luminy, plus aucune livraison aborde la pédagogie. A peine le numéro 19 de 1989 intitulé « Cap sur l’Europe » propose une analyse comparative du statut des architectes dans les 12 pays européens notamment en terme de formation.
[39] Interview de Roger Dabat par Pascale Bartoli et Fabricia Fauquet, le 1er décembre 2016.
[40] Il serait aussi à l’origine de l’invitation de Paul Nelson à Marseille qui avait perdu son atelier libre à Paris.

[sommaire]