Les ateliers de la guerre : Marseille et Oppède, 1940-1945

Par Jean-Lucien Bonillo, Professeur en Histoire et cultures architecturales, ENSA Marseille, laboratoire INAMA, et Christelle Juskiwieski, architecte DPLG

 

Circonstances et protagonistes

Comme pour d’autres domaines, la période de la guerre a été propice aux expérimentations dans le champ de l’enseignement de l’architecture. Celles, très conjoncturelles, qui se construisent à Marseille et dans le vieux village d’Oppède, tout près de Cavaillon, naissent indépendamment mais vont très vite se rejoindre. L’armistice du 22 juin 1940, suivi par la démobilisation et le partage de la France en deux zones, occupée au nord et libre au sud, entraine un important afflux de population vers le Midi. Cet exode a été très étudié par l’historiographie et en particulier pour ce qui concerne Marseille, port de départ vers les États-Unis pour de nombreux artistes et intellectuels. Jean-Louis Cohen évoquait pourtant il y a peu, les zones d’ombres et de mystères qui continuent de planer sur l’expérience d’Oppède.
L’objectif de cet article est de les dissiper, au moins en grande partie.

Du côté de Marseille le protagoniste principal fut l’architecte-urbaniste Eugène Beaudouin, « meilleur patron (à l’ENSBA) avant la guerre » selon le témoignage d’André-Jacques Dunoyer de Segonzac[1]. Un jugement qui est sans doute redevable à sa production avec Marcel Lods et Jean Prouvé, marquée du sceau de la modernité, mais aussi à sa pratique de l’urbanisme mise en œuvre, par exemple, avec Henri Prost pour le Plan d’aménagement de la Région parisienne adopté en 1934.
Démobilisé, Beaudouin a rejoint sa famille qui s’était installée dans un « cabanon » sur le plateau de la calanque d’En Vau, près de Cassis. Il est très vite sollicité, dès l’été 1940, par des étudiants eux aussi réfugiés dans le Midi, pour l’ouverture d’un « atelier extérieur » à Marseille. Parmi eux figurent Dunoyer de Segonzac, André Chrysochéris, Marius Boyer, Gaston Jaubert…
Démobilisés aussi, Jean Auproux, Georges Brodovitch et Florent Margaritis, étudiants architectes en fin de cursus, se sont retrouvés à Pau. La ville accueillait la direction des Beaux-Arts depuis le 10 juin 1940, mais par ailleurs, les parents de Brodovitch y résidaient depuis le début de la guerre et les soldats démobilisés devaient justifier d’une attache familiale dans leur ville d’accueil. Georges Brodovitch a un frère, Alexey[2], célèbre photographe, installé aux États-Unis, propriétaire depuis 1939 d’un moulin à huile et d’un prieuré, semi-ruinés, dans la partie haute et quasi inhabitée du vieux village d’Oppède. Sur la proposition de Brodovitch, acceptant cette opportunité d’une résidence et d’un lieu de travail, ils décident tous les trois, accompagnés du peintre Albert Rémi et de son épouse fresquiste Yliane Labault, de se rendre à Oppède. Rémi était le grand massier de l’école, tuberculeux il n’avait pas été mobilisé, et avait rédigé tout au long des mois précédents le bulletin envoyé aux étudiants réquisitionnés. Dès leur arrivée, les jeunes étudiants, soucieux d’achever leurs études, contactent Gaston Castel[3], patron à Marseille de l’atelier d’architecture de l’École régionale des beaux-arts, école la plus proche de leur nouveau refuge. Ils sont eux mêmes contactés peu de temps après par Beaudouin qui, sollicité pour ouvrir un « atelier extérieur » à Marseille, souhaite avoir leur accord de participation. Celui-ci aurait alors évoqué le choix qui s’offrait à lui de diriger un atelier à Marseille ou à Clermont-Ferrand. Cette remarque laisse supposer qu’il existait une coordination nationale visant à restructurer l’enseignement, comme le suggère le choix de la ville de Lyon comme nouveau centre du réseau des Écoles régionales des beaux-arts en zone libre, et donc lieu où pouvaient être soutenus les diplômes dans cette période. Convaincu par la réponse positive des étudiants d’Oppède, Beaudouin accepte cette nouvelle responsabilité.

Les deux groupes sont bientôt rejoints par Bernard Zehrfuss, jusque-là en Syrie et au Liban, arrivé à Marseille à la fin de l’année 1940. Zehrfuss avait été distingué comme premier grand prix de Rome juste avant la guerre, en 1939, avec un projet de Palais pour l’Empire colonial français, il aurait donc du séjourner à la villa Médicis. Mais celle-ci ayant été réquisitionnée par Mussolini, des dispositions avaient été prises par le ministère pour faire de la villa Paradiso, sur la colline de Cimiez à Nice, un lieu d’accueil, alternatif et provisoire, pour les étudiants admis à la plus haute distinction du cursus de l’ENSBA. Zehrfuss n’y fait que de brefs passages. Il séjourne à Sanary, à Marseille où il établit le contact avec Beaudouin, puis à Oppède où il retrouve Brodovitch[4] et Auproux avec qui il avait noué des liens de travail et d’amitié, dans le cadre de l’école dès avant la guerre à Paris. Il est alors missionné officiellement par Beaudouin pour diriger le groupe des étudiants d’Oppède, constitué comme une sorte d’annexe de l’atelier de Marseille. Avec Auproux, Brodovitch et Margaritis ils seront surnommés « les quatre barons d’Oppède », une expression qui les distingue comme protagonistes du groupe installé dans le vieux village.

On imagine mieux, au regard de tous ces contacts et liens retrouvés, comment s’est structuré l’enseignement de l’architecture à l’École régionale pendant la guerre dans l’atelier Castel, qui avait désormais pris le nom d’atelier Castel-Beaudouin. À Marseille avec les inscriptions des nouveaux étudiants réfugiés dans le sud, l’atelier avait plus que doublé son effectif avec cent trois étudiants désormais inscrits, dont une douzaine constituant l’annexe d’Oppède.

S’agissant de l’organisation et des contenus de l’enseignement trois aspects généraux sont à noter.

  • Il y a d’abord très clairement la reconduction d’un mode de fonctionnement conforme à celui de l’ENSBA : Dunoyer de Segonzac est élu massier, mais c’est Auproux qui fait le lien avec Oppède. La distinction établie entre grands et petits Oppédiens fait écho à celle traditionnelle qui distinguait anciens et nouveaux. Comme à l’ENSBA les élèves s’étaient constitués une bibliothèque commune[5]. En accord également avec les usages établis, Auproux souligne que l’ensemble du groupe aura participé à l’élaboration de son diplôme… Mais le contexte fera que de nombreux projets, et particulièrement les diplômes, seront définis et traités sur des programmes précis -plus ou moins réalistes- et surtout dans des sites réels. Brodovitch insiste sur ce dernier aspect, l’évoquant comme une différence notable, très positive et stimulante, avec les habituelles pratiques de l’ENSBA.
  • Il y a ensuite le rôle de Beaudouin, ses engagements et les responsabilités qui lui incombent en qualité de Prix de Rome, Architecte des bâtiments civils et des palais nationaux, « patron » d’atelier extérieur à l’ENSBA. Dans Marseille alors sous tutelle[6], le préfet délégué Pierre Barraud nouvellement nommé par le gouvernement de Vichy lui confie la reprise de l’étude du Plan d’Aménagement d’Embellissement et d’Extension (PAEE)[7]. Comme une suite logique il se voit chargé le 19 novembre 1942 de l’étude du Plan régional. Au-delà de cette ville ses responsabilités ne seront pas moins importantes puisqu’il est nommé directeur de l’urbanisme pour la Région méridionale et assure une fonction de Conseil auprès du secrétariat d’État à la Jeunesse. Ces différents engagements auront peu d’effets sur le programme académique suivi par les étudiants- hormis les choix de sujets de diplôme-, mais pour nombre d’étudiants ils auront une grande importance sur le travail rémunéré, quotidien et hors école, dont on sait qu’il est l’autre aspect, complémentaire, de l’apprentissage du métier.
  • Il y a enfin très clairement deux périodes dans l’expérience que nous relatons, en conformité avec ce qui a déjà été établi par l’historiographie sur la deuxième guerre mondiale. Suite au débarquement en Afrique du Nord des forces alliées, les Allemands franchissent le 11 novembre 1942 la ligne de démarcation. À Marseille, comme à Oppède et dans les autres villes et villages de France, les changements sont notables qui provoquent des engagements dans la Résistance, des exils, des retours dans la capitale. Dès le lendemain, Zehrfuss quitte la France pour l’Espagne où il présente un projet pour le lycée français de Barcelone, puis rejoint l’Algérie. Cette présentation servait un projet murement réfléchi. Très vite toutefois, fort de l’appui d’Eugène Claudius-Petit il est amené à diriger l’Atelier de la Reconstruction de la Tunisie, invitant près de lui en tant que collaborateurs quelques anciens élèves de l’atelier Pontremoli, dont principalement ses amis d’Oppède[8]. De son côté Beaudouin, à propos duquel les témoignages confirment qu’il est désormais moins présent à l’atelier, s’engage dans la direction de l’école d’architecture de Genève[9] mais sans pour autant abandonner Marseille. D’autres étudiants de l’atelier, à l’instar de Jean Lecouteur, retournent à Paris sur les conseils des « anciens » d’Oppède pour passer leur diplôme.

 

L’atelier de Marseille

(Fig. 1)- Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension d’Eugène Beaudouin pour la ville de Marseille, 1942. Partie centrale de la cité. L’entrée de l’autoroute nord sera traitée en détail par Florent Margaritis et Fernand Pouillon. Archives d’Architecture du XXe siècle. Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Pour des raisons qui restent obscures Gaston Castel avait été démis de sa fonction d’architecte en chef du département des Bouches-du-Rhône par le régime de Vichy. S’il reste en poste comme chef d’atelier de la section architecture à l’École régionale des beaux-arts située Place Carli, c’est toutefois en situation de second rang par rapport à Beaudouin. À contrario des rares apparitions du premier, la présence effective et régulière du second est confirmée par les témoignages des élèves.
Le silence de Dunoyer de Segonzac sur le travail et la vie à l’atelier par rapport aux descriptions détaillées des activités de l’agence Beaudouin[10] est significatif du statut de ces deux formes d’apprentissage de l’architecture et du métier. À Marseille, comme antérieurement à Paris, un certain nombre d’élèves se retrouvent en poste dans l’agence du « patron ». C’est sur le PAEE de Marseille qu’ils se mobilisent avec enthousiasme, complétant tout d’abord le manque d’informations existantes par des relevés de terrain, particulièrement dans la périphérie de la ville[11]. Après quoi, pour concrétiser les plans de détail du PAEE, Margaritis précise l’entrée de l’autoroute nord, traitée comme une voie triomphale dans le tissu dense du centre de Marseille (voie dénommée alors Cours de Paris) et Fernand Pouillon son aboutissement, la place du maréchal Gallieni (aujourd’hui place Jules Guesde). Alors que Chrysochéris traite du paysage de la vallée de l’Huveaune, Léon Hoa compose en forme de parc la séquence de son débouché sur la mer et Dunoyer de Segonzac, triste urgence du moment, étudie la question des cimetières. L’enjeu du plan était d’importance, il s’agissait d’imaginer Marseille-Capitale, grande ville du sud et pôle de relais vers l’Empire colonial. Comme le signalait la phrase du maréchal Pétain mise en exergue du descriptif du PAEE par Beaudouin : « L’avenir de la France (était) lié à celui de Marseille »[12]. (Fig.1)
Entre juin 1940 et novembre 1942 une forte émulation existait quant à la possibilité de concevoir de grands projets d’urbanisme… dans l’attente des grands chantiers d’architecture.
Les formalités de l’apprentissage académique semblent moins passionner les élèves. Brodovitch évoque l’étude de classiques programmes de projet : « une école régionale des Beaux-Arts, un palais de justice, le hall d’un grand journal… ». On dispose par ailleurs de traces dans les archives signalant des examens en 1941 : législation du bâtiment ; et aussi des concours, Trois Arts, Bourgeois et Godeboeuf. Comparativement au conventionnel de ces exercices traités en loge le diplôme offre l’opportunité d’un engagement personnel : Dunoyer de Segonzac, en forme d’hommage au maître respecté, propose en 1942 une résidence de villégiature sur le site de la calanque d’En Vau, et Pouillon, qui a déjà à son actif la construction de quelques immeubles à Marseille et Aix-en-Provence, profite de « l’opportunité » de la guerre pour passer son diplôme avec Beaudouin (il le revendiquera comme son deuxième maître avec Auguste Perret) sur le programme d’un monastère coiffant une des collines qui cernent Marseille.

 

L’atelier « annexe » d’Oppède

(Fig 2) – 2- Carte postale des années 1930 montrant le village d’Oppède le vieux.

Les premiers « réfugiés » s’établissent dans le moulin à huile appartenant à Alexey Brodovitch. Dès le 18 août 1940, ils s’intronisent fondateurs d’un groupe en publiant le « Manifeste du Groupe d’Oppède » et parallèlement s’engagent dans la réhabilitation de certains bâtiments, qu’ils mènent avec l’aide du maçon du village, M. Bonnet. Contraints d’abolir la traditionnelle distinction entre l’architecte intellectuel et l’artisan, ils en font un projet positif qui fait écho aux premiers balbutiements du Bauhaus de Weimar associant dans un même apprentissage du métier architecture, art et artisanat ; activités conceptuelles et manuelles. Et ils sont bientôt rejoints par de nombreux artistes et intellectuels, parfois venus en couple, quelquefois même en famille avec enfants. Écrivains, compositeurs et musiciens, décorateurs, paysagistes, fresquistes, peintres et sculpteurs trouvent refuge à Oppède et se joignent au collectif des architectes, considéré comme le plus dynamique, jusqu’à former une communauté d’une cinquantaine de personnes. Le maire d’Oppède, le docteur Roumagoux, porte un regard bienveillant sur « ce groupe d’urluberlus » (témoignage d’Auproux) et réquisitionne pour les accueillir les locaux désertés d’une colonie de vacances. Localement, la communauté des réfugiés du vieil Oppède est plutôt tenue à distance par les habitants « d’en bas », aidée en cela par la topographie des lieux. Mais des relations personnelles se nouent au fil du temps et Brodovitch épousera la fille du maçon du village (Fig. 2).

 

(Fig; 3) – Fresque d’Yliane labault-Rémi exaltant le travail de l’équipe d’architectes dans le vieux moulin d’Oppède. Archives Michel Brodovitch.

En janvier 1941 Zehrfuss obtient l’autorisation officielle de constituer un atelier d’architecture à Oppède[13]. Quelques mois plus tard le groupe est composé de quinze architectes, deux peintres, une fresquiste et un décorateur. S’agissant de la part des activités consacrée aux études, le témoignage de Brodovitch est précis : « On montait en loge à Marseille… on travaillait dans les ruines d’Oppède » (Fig. 3). Mais une grande part de l’activité est consacrée à des études architecturales, urbaines et patrimoniales, nourries de nombreux relevés d’édifices : ceux du vieil Oppède en grande partie ruiné, de la carrière du village, de la région proche, dont la vallée du Calavon qui s’écoule entre Cavaillon et Apt, mais aussi au-delà à Avignon, Nîmes, Montpellier, Sète … Dans ces dernières villes, les relevés d’architecture française sont les supports des « envois de Rome » que Zehrfuss se devait, malgré tout, d’effectuer. S’adaptant aux circonstances du moment tous ces relevés deviennent sous la plume de l’architecte une démarche au service d’un idéal, celui de « tous ceux qui veulent la GRANDEUR ÉTERNELLE DE L’ART FRANÇAIS, dans la réalisation en commun d’œuvres d’art, de chefs-d’œuvre, POUR LE MIEUX DU MÉTIER ET POUR LE MIEUX DE LA FRANCE »[14].

Mais c’est l’étude pour la renaissance de la vallée du Calavon qui est la plus significative de l’esprit du projet dans lequel le groupe s’engage alors peu après son installation. Si les étudiants résidant à Marseille ont des opportunités de travail rémunéré, cela est plus difficile dans le contexte rural du Vaucluse. C’est peut-être une des raisons qui motive Beaudouin et/ou Zehrfuss lorsqu’il(s) propose(nt) aux étudiants d’Oppède d’approfondir et d’organiser leurs travaux collectifs sous la forme d’une étude d’urbanisme régional, et d’en faire une exposition, qui pourrait répondre à l’esprit et aux attentes des structures institutionnelles du Gouvernement de Vichy et ce faisant être éligible à des financements[15]. Dans un contexte de pénurie générale les regards se portent sur le potentiel de l’existant, les ressources et matériaux anciens, et aussi, de proche en proche, les productions et savoir-faire traditionnels, la glorification du travail des artisans et des paysans. Intitulé Jardin de Provence, le projet pour la vallée du Calavon situe Oppède comme un centre avec ses satellites, qui rayonne sur une petite région. Les contenus mettent l’accent sur le local et la célébration de la ruralité, la renaissance des métiers et des traditions sur le modèle des corporations. Il propose, en cohérence avec ces principes généraux, de nombreux petits projets : reconstruction de fermes et moulins abandonnés, maisons du carrier, du bûcheron… et aussi relance de l’exploitation des huileries, de la pierre, des ocres, de la garance… L’ensemble donne lieu à une exposition composée d’une trentaine de panneaux. Elle est installée d’abord à Marseille dans les locaux de l’école de la place Carli. Georges Lamirand[16], Secrétaire d’État à la Jeunesse la visite et, séduit, propose de l’installer à Vichy. Ce qui est fait grâce à un camion prêté et huit jours passés à Vichy pour l’accrochage… et le décrochage. Les financements escomptés arriveront et, quoique modestes et soumis au contrôle des hommes de Vichy, ils permettront à la communauté des Oppédiens de survivre.

Les diplômes d’Auproux et Brodovitch, soutenus à l’École régionale des beaux-arts de Lyon le 24 février 1942, seront au diapason des thèses développées dans le projet Jardin de Provence. Complémentaires, ils se situent tous les deux à l’endroit stratégique du sommet de la colline où s’accroche la partie haute du vieil Oppède. Dans le château ruiné Auproux imagine un « Centre de maîtrise ». Respectueux de l’esprit d’origine du côté du village, il fait preuve d’audace sur le flanc abrupt du nord. Brodovitch conçoit en contrebas, dans le prieuré proche de l’église qui appartient à son frère Alexey, une « Habitation d’un maître étranger dans un Centre de maîtrise ».

(Fig. 5) – Plan de masse du projet d’un « Centre de maîtrise » sur les ruines du château d’Oppède le Vieux. Diplôme de Jean Auproux, 1942. Archives Michel Brodovitch

D’autres projets non réalisés seront à l’actif du Groupe, comme les Halles de Pau (projet retenu mais non réalisé) ou l’étude urbaine d’aménagement et d’extension de Cavaillon. Dans cette dernière, faisant preuve d’un esprit éloigné de toute nostalgie ou tout conservatisme, une partie du centre historique était promise à une démolition / reconstruction… qui fut réalisée après la guerre. Enfin quelques très rares (petites) commandes privées furent heureusement complétées par des commandes publiques du Commissariat Général à l’Éducation Générale et Sportive -Zehrfuss était architecte-conseil du CGEGS- portant sur la réalisation de terrains de jeux ou de sports, réalisations rendues obligatoire pour chaque commune par l’État.

Experts et politiques de la « renaissance nationale »

La concordance des orientations prônées dans les études du Groupe d’Oppède, particulièrement dans celles du projet Jardin de Provence, avec certains des thèmes de Vichy comme ceux majeurs de la revivification de la ruralité, l’exploitation des ressources traditionnelles, la renaissance des métiers… est patente. Si la participation du Groupe d’Oppède aux activités et projets de la Direction générale de la Jeunesse et des Sports est effective, il convient toutefois de noter deux faits qui plaident en faveur d’un non-engagement politique du groupe, et qui montrent la manière dont Vichy s’est approprié certaines idées qui étaient dans l’air du temps pour servir le mythe du « redressement national ».

  • D’une part, dès l’automne 1940, des organisations hybrides, où se développe une mystique de la jeunesse, sont nées sous l’égide du gouvernement de Vichy[17], leur existence sera parfois mise en cause sur le soupçon d’une infiltration par les gaullistes, à l’instar de l’association Jeune France, initiée par Pierre Schaeffer en août 1940 et dissoute en mars 1942. Signalons que pour l’un de ses dirigeants, Emmanuel Mounier : « Jeune France devait permettre aux artistes de s’extraire du milieu parisien subventionné pour se confronter aux valeurs traditionnelles et à la vérité du terroir »[18]. De fait, malgré de nombreuses sollicitations, les membres du Groupe d’Oppède ont continûment refusé l’adhésion volontaire et effective à l’une quelconque de ces organisations. Si Zehrfuss a témoigné que Vichy leur imposait de travailler dans le cadre des Chantiers de jeunesse[19], Brodovitch a précisé que : « On a été aidés par le gouvernement de Vichy comme n’importe quelle organisation de jeunesse mais on n’a jamais été politisés … On n’a jamais voulu se montrer politiquement… on était mal vus »[20].
  • D’autre part il convient de considérer que le rapport à la tradition, pas seulement classique mais aussi locale, liée à l’histoire des régions et des terroirs, était un élément fort du débat architectural dans la période de l’entre-deux-guerres ; qui se clôt par l’exposition de 1937 où à côté de l’Ordre monumental des pavillons nationaux une place importante est donnée aux pavillons régionalistes. La revue L’Architecture d’Aujourd’hui elle-même publie dans l’immédiat après-guerre, durant laquelle la pénurie persiste quelques années, des cartes du pays indiquant les sites de ressources en matériaux traditionnels locaux. Dans cette période les carrières de pierre seront subventionnées par l’État pour servir aux chantiers de reconstruction. Et comment ne pas évoquer également la démarche de Georges Henri Rivière, qui durant la guerre imagine et dirige quatre grands « chantiers intellectuels », dont celui de « L’Architecture régionale » (EAR, 1925) qui mobilise de nombreux architectes pour des enquêtes et relevés d’ensembles ruraux dans les différentes régions de France. En 1939, à l’exposition universelle de New York, Rivière illustre le thème du « monde de demain » avec le « musée paysan » de Barbentane, un village des Bouches-du-Rhône : « Conscient de la continuité du monde rural, il défend son ouverture à la modernité »[21]. La philosophie des membres du Groupe d’Oppède était-elle foncièrement différente ? L’historiographie a désormais clairement établi que, du point de vue des idées et de la sensibilité, Vichy n’avait pas le monopole d’exaltation des vertus de la ruralité et de la tradition.

Mythes et réalités d’une expérience communautaire

La réception par la presse de l’expérience menée à Oppède est loin d’être négligeable et l’enthousiasme qui la porte est jugé exemplaire[22]. Elle intrigue et fascine aussi, au point d’attirer régulièrement de nombreux intellectuels et artistes, réfugiés ou originaires du Midi : André Lhote, Jean Giono, Eugène Beaudouin bien sûr, Fernand Pouillon… et aussi Antoine de Saint-Éxupéry pour l’heure un peu « éloigné » de son épouse Consuelo, qui vit une romance avec Zehrfuss à Oppède[23] et encore les moines de l’abbaye de Sénanque. C’est que, bien au-delà de travaux collectifs, l’expérience communautaire est réelle avec des repas pris en commun (un cuisinier a été spécialement embauché), une caisse commune, des corvées partagées… et qu’elle se donne des dimensions mystiques. Dans un article qu’il publie en janvier 1941 dans la revue littéraire Les Cahiers du Sud pour illustrer l’expérience d’Oppède[24], Zehrfuss utilisera le terme de phalanstère et citera en référence l’ouvrage de Charles Péguy, Marcel, premier dialogue de la cité harmonieuse, qui repose sur la construction d’une utopie sociale à partir de sept grands principes[25]. Socialiste libertaire puis fervent catholique, apôtre de la justice sociale et d’une mystique républicaine au-dessus des partis, Charles Péguy fut avant tout un libre penseur. Sa méfiance vis-à-vis du monde moderne et sa conception de la tradition comme moyen de ressourcement servirent à Pétain pour l’enrôler sous la bannière de la Révolution nationale. Mais De Gaulle depuis Londres et la Résistance à la libération témoigneront eux aussi de la hauteur de sa pensée[26].

Cette paradoxale réception de Péguy n’illustre-t-elle pas toutes les ambiguïtés de la période ? Zehrfuss exprimera au fond la nécessité de contrebalancer la dureté des conditions de vie durant la guerre et une expérience non exempte de tensions et de conflits plus ou moins contenus par un horizon utopique idéal. Il faut noter cependant que pour lui, dans le Groupe d’Oppède, si l’option politique pour ou contre Vichy ne constituait pas une ligne de partage et de dissension il y avait malgré tout deux clans, les « Français de France et les métèques »[27].

Mesurée à l’aune de l’apprentissage du métier, entre protocoles pédagogiques et commandes inventées et réelles, l’expérience des « ateliers de la guerre » à Marseille et Oppède constitue, du fait d’un contexte extra-ordinaire, une pratique pédagogique inédite en prise avec le social, le politique, les cultures et les lieux spécifiques, qui préfigure les évolutions que connaitra l’enseignement de l’architecture dans les années 1960/1970.

Dans le contexte post-1968 des Unités Pédagogiques d’Architecture, une autre « aventure » collective menée en Provence illustre cela. Initiée par Georges-Henri Pingusson alors enseignant à l’UP de Nanterre, elle prendra la forme d’un projet pédagogique in situ dans les ruines du vieux village du Vialle, sur le promontoire de Grillon en Vaucluse. Un vaste projet de réhabilitation du village perché et abandonné est précisément étudié. Il se concrétise notamment par une commande réelle que l’architecte sollicitera, et qui débouchera sur la construction inédite de logements sociaux en appui sur un mur d’enceinte des XIVe et XVe siècles. Cette expérience fera écho, en la crédibilisant, à celle d’Oppède[28].

 

[1] Prix de Rome, Eugène Beaudouin (1898-1983) enseigne depuis 1937 à Paris, dans un « atelier extérieur » de l’ENSBA. André-Jacques Dunoyer de Segonzac (1915-2018), avec Paul Quintrand, jouera un rôle important dans la mise en place du projet pédagogique de la nouvelle école d’architecture de Marseille pour la rentrée 1967-68 dans le nouvel édifice du campus de Luminy.
[2] Alexey Brodovitch (1898-1971), d’origine russe est un photographe également designer et enseignant, directeur artistique du célèbre magazine Harper’s Bazaar. Voir, Purcell Kerry William, Alexey Brodovitch, Paris, Phaidon, 2004
[3] Gaston Castel (1886-1971), architecte du département des Bouches-du-Rhône durant la période de l’entre-deux-guerres a été chef d’atelier à l’École régionale d’architecture de Marseille de 1922 à 1952. Voir, Coll. Les Castel, une agence d’architecture au XXe siècle, Marseille, Parenthèses et Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2009.
[4] Georges Brodovitch a témoigné d’une première visite commune qui les avait conduits de Sanary à Oppède pour l’examen, entre autres, de ces édifices à demi-ruinés qu’Alexey avait demandé à son frère de restaurer. Interview de Georges Brodovitch (1911-1996) par Michel Peraldi, phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence.
[5] Interview de Michel Brodovitch (fils de Georges Brodovitch) du 21/12/2018, par Jean-Lucien Bonillo et Christelle Juskiwieski.
[6] Lors de l’incendie de l’immeuble des Nouvelles Galeries à Marseille, le 28 octobre 1938, l’Etat constate l’incurie du pouvoir municipal, démet le maire Henri Tasso de ses fonctions et met Marseille sous la tutelle d’un préfet. Nouvellement installé le gouvernement de Vichy nommera un nouveau préfet, Pierre Barraud, et cette tutelle sera effective jusqu’en 1944.
[7] Le PAEE de l’architecte-urbaniste Jacques Gréber, étudié et publié entre 1930 et 1933, n’avait pas franchi toutes les étapes de l’examen et de l’approbation administrative.
[8]Sur l’atelier de la reconstruction en Tunisie voir la thèse de Dhouib Morabito Hounaïda : La reconstruction en Tunisie de 1943 à 1947, soutenue en 2009 à  l’Université Paris I sous la direction de Danièle Voldman.
[9]Voir Raphaëlle Colette, Une école d’architecture et son système d’enseignement (1942-1968) : Eugène Beaudouin et Genève, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2010.
[10]Voir Dunoyer de Segonzac André-Jacques, Notes et réflexions sur l’urbanisme dans la seconde moitié du XXe siècle, tel qu’il fut vu (et le reste) à Marseille, document publié sous forme d’ouvrage à compte d’auteur vers 2016. Financée à moitié par l’État et à moitié par la ville, l’agence d’Eugène Beaudouin fonctionnait sous le régime des dépenses contrôlées.
[11]Voir Imbernon Katia, Le pays de Marseille. Histoire des projets pour une capitale et son plan régional, 1918-1959, DESS, IAR/Aix-en-Provence, 2000.
[12]Voir Bonillo Jean-Lucien, La Reconstruction à Marseille : architectures et projets urbains, 1940-1960, Marseille, Imbernon, 2008.
[13] Selon le témoignage de Michel Brodovitch (op. cit. note 5) cette « habilitation » serait du à l’entregent d’Albert Rémi.
[14]Zerhrfuss Bernard, « Oppède, essai de renaissance », revue Les Cahiers du sud, n°232, février 1941
[15] Interview de Georges Brodovitch par Michel Péraldi, op.cit. note 4
[16] Georges Lamirand (1899-1994) est un ingénieur des Arts et Manufactures et homme politique qui occupe le poste de Secrétaire d’État à la Jeunesse du gouvernement de Vichy de septembre 1940 à mars 1943.
[17]Compagnons de France, Auberges de jeunesse, Chantiers de jeunesse, Jeune France…
[18] Voir : Fishman Sarah, Lee Downs Laura, Sinanoglou Ioannis (dir.), La France sous Vichy, Paris, éd. Complexe, 2004.
[19] Le Groupe d’Oppède fut également sollicité pour concevoir les décorations et aménagements relatifs à la visite du maréchal Pétain à Marseille des 3 et 4 décembre 1940.
[20] Op. cit. note 4. Brodovitch a également témoigné de leur refus, malgré les sollicitations, d’adhérer à la « Légion des combattants », organisation mise en place par le régime de Vichy en août 1940.
[21] À son initiative, le 1er mai 1937 est créé sous la tutelle du ministère des Beaux-Arts, le département des Arts et traditions populaires et le 20 juin 1938 correspond à l’ouverture officielle du musée de l’Homme. Voir le catalogue d’exposition Georges Henri Rivière – Voir, c’est comprendre, Marseille, MUCEM (et RMN), 2018.
[22] Voir par exemple :
« Cinq étudiants des Beaux-Arts reconstruisent un village roman », Paris soir, 19/11/1940.
« Un village abandonné a retrouvé la vie », Le Jour-L’Écho de Paris, édition de Marseille, 15/12/1940.
« Du quai Malaquais à Oppède », L’Action française, n°91, 20/04/1941…
[23] Voir, Saint-Éxupéry, Consuelo de, Oppède, Brentano’s, New York, 1945. Il s’agit d’une version romantique et poétique basée sur l’histoire collective vécue à Oppède.
[24] Op. cit. note 14
[25] Voir Daudin Claire, « Marcel, premier dialogue de la cité harmonieuse ». (édition originale 1898) sur le site internet officiel : [charlespeguy.fr]
[26] Voir Bastaire Jean, Péguy contre Pétain, Paris, Salvator, 2000.
[27] Voir le témoignage écrit rétrospectivement de Zerhrfuss Bernard dans : Sircoulomb Valérie-Anne, Le groupe d’Oppède pendant la seconde guerre mondiale, mémoire de DEA sous la direction de Mady Menier, Institut d’histoire de l’art, Université Lyon II-Lumière, 1990. On consultera aussi avec profit le site internet de l’association des amis de l’Abbaye de Saint-Hilaire (Ménerbes) intitulé : « En Vaucluse. Oppède-le-Vieux. Le groupe d’Oppède, 1940-1945 ».
[28] Voir, Juskiwieski Christelle, Georges-Henri Pingusson : le dernier pari d’un moderne, TPFE, École d’architecture de Marseille, sous la dir. de Jean-Lucien Bonillo, 1991.

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search