L’évolution des études à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier

Selon le témoignage de Frédéric SZCZOT,
enseignant architecte arrivé à Montpellier en septembre 1971 suite à l’accord de sa nomination par le Directeur de l’Enseignement de l’Architecture du ministère de la Culture

En résumé, les circonstances de cette arrivée à Montpellier venant de l’Université de Montréal, Canada – Faculté de l’Aménagement, École d’Architecture – suite à une visite en Mai 1970 après la défense de thèse de doctorat à l’Université Polytechnique de Varsovie, Pologne (voir les C.V. et document n° 11 du 8 mars 1994, plus précis).

Au moment de mon arrivée à Montpellier le 1er septembre 1971, l’actuelle ENSAM était alors une UP (Unité Pédagogique) comme 21 autres UP d’Architecture en France, issues des anciens ateliers de la grande ENSBA, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, dont Montpellier avait été l’annexe de l’Atelier de province de Marseille (dont le « patron » local fut l’architecte DE RICHEMOND). La plus petite partie de cette toute nouvelle UP était effectivement logée aux Beaux-Arts, au carrefour de l’arrivée de la route de Nîmes mais dans les soubassements où se logeait le bureau du Directeur, M. Philippe PEYRE et un petit secrétariat avec une salle plus grande pour la bibliothèque ; le reste de l’UP consistait en deux préfabriqués scolaires de deux classes (et même un petit bureau abritant un concierge, M. Spinoza) posés sur un terrain latéral du Collège des Ecossais appartenant à l’Université de Montpellier, ouvert sur une rue (privée) dite n° 1 du lotissement Lambert, devenue de l’Espérou et publique ! C’est sur ce site que sera édifiée par la suite la nouvelle Ecole d’Architecture.
Voilà pour le cadre. Quant au contenu, le programme des études menant au Diplôme d’Architecte DPLG de l’ENSBA (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts) a été complètement chamboulé après Mai 68, le fameux concours d’admission aboli et est paru justement en septembre 1971 (décret et arrêtés du 27) la première réforme des études d’architecture, inspirée de la Loi E. FAURE, d’où l’organisation des études en trois cycles de deux ans comportant une structure précise d’enseignements variés regroupés par disciplines, plus une structure de fonctionnement pédagogique de l’UP confiée au Directeur flanqué d’un Conseil de Gestion paritaire enseignants-étudiants.

L’effectif étudiant est alors modeste : 130 étudiants en 1970 passant à 180 en 1971 répartis dans les trois cycles en rapport avec les résultats obtenus précédemment dans les diverses activités « pédagogiques » largement improvisées selon certaines rumeurs.
Quant au corps enseignant, il existe déjà une structure solidaire de représentants des disciplines principales d’un peu plus d’une quinzaine d’enseignants, en gros 5 archis, 4 géographes, 4 plasticiens et le reste réparti entre enseignants de sciences humaines et sciences exactes-construction.
Avec cette première réforme de l’enseignement parue donc en septembre 1971 sont définis non seulement les trois cycles d’études mais aussi le nombre d’Unités de Valeur (UV.) pour chacun des enseignements décrits, ce qui veut surtout dire le nombre d’heures allouées à chacune des disciplines formatrices de l’architecte dont on sait bien l’envergure immense des savoirs indispensables à sa bonne formation.
Si j’ai l’air d’ironiser dès le départ sur cet aspect trivial du nombre d’heures allouées aux disciplines, c’est que durant toute la durée de mon activité pédagogique à l’UP de Montpellier, y compris quand j’en assumerai la coordination pédagogique, ce problème du nombre jamais suffisant d’heures de cours ou d’ateliers sera l’occupation majeure des discussions sur les programmes des études d’architecture.
(Autre petite parenthèse à ce sujet, cette revendication du manque des moyens pour l’enseignement de l’Architecture, parent pauvre d’un Ministère pauvre de la Culture –avec l’illusion fugitive du passage de la Culture à l’Environnement et Cadre de Vie-ex Equipement – comprendra aussi le problème du statut des enseignants des UP et Ecoles Supérieures qui resteront contractuels perpétuels jusqu’à quelques parcimonieuses titularisations vers la fin des années 90, dont je bénéficierai enfin !)

Revenons au 1er septembre 1971, je suis donc le premier arrivé dans le bureau du directeur de l’UP, M. Peyre qui m’informe du contexte de l’enseignement dans son UP, des réformes devant être mises en place à la rentrée (prévue en novembre) et de sa proposition de me confier la responsabilité de la mise en place du troisième cycle (Approfondissement et recherche) en accord avec deux confrères architectes déjà là : Jean-Paul LESTERLIN, qui assume le premier cycle et Jean MAZARD qui prend en charge le 2e cycle. Nous nous rencontrerons très souvent dès la mi-septembre jusqu’à la rentrée début novembre y compris avec tous les enseignants intervenant dans « nos » cycles, dans le cadre champêtre du Collège des Écossais sous le puissant château d’eau de la colline du Plan des Quatre Seigneurs, mais dans nos deux pauvres (mais tout neufs) “préfas”.
La mise en place des enseignements selon les nouvelles règles de la réforme s’est effectué semble-t-il sans trop de chamboulement de ce qui avait déjà été fait l’année précédente et qui se prolongera souvent pendant des années, l’enseignant déjà en place et les suivants qui viendront étoffer la modeste équipe des débuts étant maître chez lui et apportant les connaissances et pratiques dans la formation de l’architecte en référence aux contenus indiqués dans les textes parus pour le nombre d’UV prévus. La principale discipline Architecture est prise en main par les trois coordinateurs mentionnés plus haut ainsi que par deux autres architectes : Jean PEREZ et André SCHIMMERLING, ce dernier ayant été étudiant à la fin des années 30 au fameux Collège des Ecossais (fondé à Montpellier par Patrick GEDDES revenu de son expérience socio- environnementale en Inde), et fondateur-directeur de la revue d’Architecture le Carré Bleu. André mènera les travaux son atelier sur des sites de la région, d’abord vers Lodève, le lac du Salagou, Octon, puis dans quelques villages du Lubéron de l’autre côté du Rhône. Quant à Jean-Paul LESTERLIN, il sera appelé au Ministère à Paris avant la fin de cette première année (et l’on apprendra peu après sa disparition vraiment prématurée). Les plasticiens présents dès le début de l’UP sont aussi enseignants aux Beaux-Arts et participent activement aux travaux pratiques de l’apprentissage au dessin et modelage. Ce sont Tjeerd ALKEMA, notre Hollandais, jean AZEMARD dit Zézé, Jean LECCIA corse, rejoints ensuite par Joaquim SAURA, catalan et Mmes SOURNIA, Jeanne GERARDIN, plus tard aussi sa fille Viviane. Pour les Sciences Humaines il y a là une excellente équipe de la Faculté de Géographie, élèves de Raymond DUGRAND (premier adjoint de Georges FRECHE devenu Maire en 1974) : Mme Suzanne SAVEY, MM. VIELZEUF, SCHULTZ, Jean-Paul VOLLE plus tard rejoints par un sociologue Jean-Pierre FOUBERT et par COCHET.
Pour les Sciences et Construction, l’UP accueille Pierre BAZAN, ingénieur polytechnicien venant de Perpignan, recrute ensuite 2 autres ingénieurs J-F. ROSTAND et POIRIER, ainsi que 2 enseignants de la Fac de Sciences, MM. MAS et PIERI pour la descriptive.
Voilà quelques souvenirs de collègues des premières années avec lesquels nos rapports furent amicaux et d’autres encore dont de nombreux vacataires ne venant parfois que quelques heures (dont on trouvera les noms dans d’autres documents).

Personnellement je me suis investi pleinement dans le fonctionnement de ma nouvelle Ecole d’archi, d’une part à travers des cours d’initiation à l’environnement de la première année des études, puis aussi des projets courts en deuxième année ; j’ai également monté petit à petit l’intervention sur le bâti existant et le sauvetage du patrimoine tout en intervenant sur les centres ou quartiers anciens introduisant tôt la Réhabilitation.
Par ailleurs il a bien fallu donner une base culturelle et spatiale en prenant la suite du cours d’Architecture de mon ami André SCHIMMERLING et donc monter un cours complet de l’Histoire de l’Architecture (oui avec dates et plein de croquis au tableau) ne considérant pas que « l’histoire de l’architecture commence à Soufflot » (entendu à un séminaire sur l’enseignement de l’histoire de l’architecture organisé par le Ministère à Paris). J’ai donc fait venir une série de plus de 1800 diapositives dénichées à Londres (Visual Arts Publications) dont j’ai traduit et résumé les commentaires anglais sur des fiches remises avec les diapos à la Bibliothèque de l’Ecole. Dois-je mentionner ici un petit polycop de « Méthodologie de la recherche » que j’avais proposé dans le cadre de la coordination du 3e cycle et qui s’est perdu dans les brumes des nombreux réajustements des contenus des cours assurés ex cathedra ? Il n’a pas dû impressionner beaucoup, contrairement au long cours (sur tout le premier cycle) de l’Histoire de l’architecture (voir également doc. N° 9).
A propos du 3e cycle dont la coordination m’échut dès mon arrivée à l’UP, j’ai pris en charge l’organisation des sessions de jurys de présentation des travaux personnels de 3e cycle dont la composition précisait la qualité des cinq membres : le directeur de thèse, un autre enseignant de l’UP, deux enseignants d’autres UP ou autres établissements d’enseignement supérieur et une personnalité extérieure compétente en la matière présentée devant le jury comprenant obligatoirement au moins un architecte. Les premières sessions se sont déroulées dans une ambiance détendue du fait que le jury recevait des candidats inscrits depuis parfois fort longtemps comme étudiants et il s’agissait de régulariser leur situation quasi-professionnelle et familiale.

Cela m’est arrivé une seule fois en 1972 lors d’un jury à UP 6 à Paris, mais les jurys sont ensuite devenus exigeants et il arriva parfois qu’un jury refusa d’accorder les 6 UV obligeant alors à se représenter à une autre session de jury de « diplôme » car c’est toujours sous ce titre que l’on a appelé ce « travail personnel de 3-e cycle » -TPFE ! C’est ainsi que j’ai été régulièrement invité à des jurys dans les UP voisines, Marseille, Toulouse, Grenoble mais aussi Lyon, Bordeaux et bien sûr Paris (UP 6,3,4), ce qui m’a ainsi permis d’inviter réciproquement des enseignants de ces autres UP rencontrés lors de ces jurys. L’organisation de ces jurys est devenue plus compliquée avec d’une part l’augmentation du nombre d’étudiants dans les UP et donc du nombre de « diplômables », d’autre part les sessions se tenaient souvent dans les mêmes périodes, généralement deux par année : l’une fin juin, début juillet, l’autre en automne pour les rattrapages éventuels ou fin d’année, périodes plus aménageables dans le temps. Fort heureusement, j’ai pu compter ensuite sur le secrétariat pédagogique de l’UP et de l’Ecole quand celui-ci fut enfin créé pour ajuster les jours et heures de tous ces intervenants dans les jurys (défrayés d’ailleurs de leurs frais de transport et du temps de présence, forfaitaire ?). Du fait même de la responsabilité assumée dans l’organisation des jurys de TPFE et de la connaissance de certains membres habituels des jurys, il arriva que de plus en plus d’étudiants me demandèrent d’être leur directeur de « thèse », situation en soi flatteuse mais les textes heureusement limitaient à dix le nombre maximum d’étudiants par enseignant.
Car en effet en ce qui me concerne, j’ai toujours tenu à suivre de près ces travaux personnels de 3e cycle et donc de rencontrer régulièrement chaque candidat et suivre l’élaboration de son travail à la fois écrit (mémoire dont le cadre formel était donné dès le début, y compris la pagination !) si possible toujours avec un projet ou une expression graphique l’illustrant (on est dans une école d’archi et ça se montre ici !). Cette activité de suivi des « diplômes » fut passionnante m’ayant permis de découvrir des talents et des lieux ou thèmes plaisants, étonnants, parfois même merveilleux… même si je n’ai pas compté le temps passé bien au-delà de mes obligations statutaires.

C’est dans ce même état d’esprit qu’en plus des activités strictement pédagogiques (cours ex cathedra en salle puis amphi, séances d’atelier et diverses recherches) à la «Fac» comme les étudiants appelleront « l’École d’Archi », je me suis investi dès le début dans le fonctionnement quotidien organisationnel, d’abord de par la fonction de coordinateur du troisième cycle et donc de la gestion des enseignants/étudiants/UV ainsi que la présence aux nombreuses réunions de mise en place et de suivi de la réforme. Évidemment, je fus élu rapidement au Conseil de Gestion, organe paritaire 5 enseignants/5 étudiants et le Directeur de l’UP, dont les réunions furent toujours très animées, parfois houleuses dans une ambiance « Mai 68 » mais sans incidents graves. Parmi les urgences, le manque de locaux décents surtout pour de futurs architectes fut mis en discussion : au moins le site de la nouvelle École était connu et réservé sur les 2 ou 3 hectares du Collège des Ecossais, certes éloigné du centre-ville mais proche des Facultés exilées au Nord et sur la colline du Plan des Quatre Seigneurs ; pour combien d’étudiants supplémentaires ; et quel programme d’espaces nécessaires ; bref beaucoup de questions ? Ayant justement fait partie l’année précédente à Montréal d’un groupe de travail sur un programme similaire, ‑ de nouveaux locaux pour la nouvelle Faculté de l’Aménagement ‑, j’ai proposé au Conseil de Gestion de créer une commission ad-hoc dont je pris la responsabilité. Les réflexions sur ce beau sujet menées lors de réunions fréquentes permirent de présenter le rapport de la Programmation des Nouveaux Locaux avant l’été 1972 que notre Directeur adressa au Ministère sous couvert de l’ALERA (Association Languedocienne d’Études et de Recherches Architecturales), association Loi 1901 propre à l’UPAM (dont je pris plus tard la présidence transmise enfin à Jean-François ROSTAND responsable alors de notre antenne à La Réunion). L’aventure de la nouvelle UP se poursuivit par la décision du Conseil de Gestion de confier l’élaboration du projet à une équipe restreinte propre à l’UP et paritaire, en l’occurrence deux enseignants : Frédéric SZCZOT, architecte, Jean LECCIA, plasticien et deux étudiants (de 3-e cycle) : Luc DOUMENC, Jean-Pierre REY ; le porteur officiel du projet étant un architecte Montpelliérain, Edouard GALLIX ; enfin le chantier sera suivi par une autre enseignant de l’UP : Michel RUEG, architecte. Le travail de l’équipe de conception a réussi à présenter un avant-projet de la Nouvelle Ecole dès 1973 répondant au programme avec une architecture de structure en béton, poutres et dalles-voutains, murs latéraux porteurs en béton texturé banché ; deux vastes espaces : hall d’accueil en liaison avec le hall d’expérimentation de l’espace (sur lequel s’ouvrent les ateliers) avec l’amphi entre les deux ; trame spatiale régulière selon le module de 1m50. Après un temps infini dévolu au métreur-vérificateur et un appel d’offres réussi, le chantier commencé en 1975-76 se terminera à la rentrée 1978. (A noter à ce sujet, l’épisode des cours de l’UP sur la place centrale de la Comédie à Montpellier, les 2 préfabriqués au Collège des Ecossais laissant place au début du chantier – ce qui fut montré dans le petit film d’ALKEMA lors du Séminaire de décembre dernier).

Un dernier mot : le travail en équipe s’est fort bien passé pendant tous nos travaux de conception, je dois avouer tout de même que le design de l’ensemble et le concept structural en particulier doit beaucoup à l’expérience personnelle acquise à l’Université et dans le projet RAS à Montréal.

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search