23 septembre 1984 : première « Journée portes ouvertes dans les monuments historiques »

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

Par Michel Kneubühler,
chargé d’enseignement à l’Université Lumière-Lyon 2 ; coordonnateur des JEP à la DRAC Midi-Pyrénées (1984-1991) et à la DRAC Rhône-Alpes (1992-2009), et auteur, pour le compte du Conseil de l’Europe, du Guide pratique des JEP (2009)

Première édition de la journée portes ouvertes dans les monuments historiques (23 septembre 1984) : visuel national (graphisme : Civis Conseil)

Il y a un souci qui domine tout le reste : faire passer dans notre patrimoine le souffle de la vie.

C’est en ces termes que Max Querrien ouvrait, en 1982, le rapport intitulé Pour une nouvelle politique du patrimoine que lui avait commandé, dès le 3 août précédent, le nouveau ministre de la Culture, Jack Lang. « Faire passer sur notre patrimoine le souffle de la vie » : au prix d’un changement de préposition, c’est la même formule que reprend, en septembre 1984, le communiqué de presse annonçant, le dimanche 23, la première « journée portes ouvertes dans les monuments historiques ». Et le texte de préciser la raison d’être de cette manifestation :

Le patrimoine architectural ne doit plus être l’affaire des seuls spécialistes. La volonté d’aller au-devant du public […] doit être pour chacun l’occasion de mieux comprendre la collectivité locale, régionale, nationale à laquelle il appartient, en connaissant mieux les édifices au milieu desquels il vit.

D’où le choix de ce troisième dimanche de septembre, au moment des derniers feux de l’été, quand, malgré la rentrée, flotte encore un air de vacances : l’opération s’adresse non pas aux touristes, mais au « grand public ». Si, logiquement, « l’ensemble des monuments appartenant au ministère de la Culture seront ouverts gratuitement à tous », « les autres propriétaires, départements, communes, propriétaires privés, ont été invités à s’associer à cette journée », certains ouvrant même « exceptionnellement à la visite des pièces ou des demeures habituellement fermées ». La gratuité sera de règle pour les bâtiments appartenant à l’État, les autres propriétaires étant invités à faire de même, ou au moins à accueillir gratuitement « les enfants », voire à organiser « des animations spécifiques, telles que visite guidée, concert ou exposition ». En dépit d’une préparation hâtive – la circulaire du ministre n’a été adressée aux préfets que le 18 juin précédent –, cette première édition allait rencontrer un écho suffisamment fort – près de trois mille édifices ont accueilli en un jour un demi-million de visiteurs – pour que la reconduction soit décidée pour l’année suivante. Ainsi voyait le jour une des plus remarquables initiatives en matière de « sensibilisation du grand public » à l’héritage commun. Une opération qui, plus de trente ans après, est, sous l’intitulé de « Journées européennes du patrimoine » (« JEP »), solidement installée dans le calendrier culturel et s’est même élargie à l’ensemble du Vieux Continent. Certes, l’idée s’inscrit dans la filiation de l’Année du patrimoine (1980) mais, par son caractère national, poursuit sans conteste d’autres objectifs et manifeste une tout autre ampleur que l’ouverture au public, en 1977, du seul palais de l’Élysée, un jour de 14-Juillet, ou celle – sur l’initiative du ministre Jean-Philippe Lecat – des bâtiments du Palais-Royal, le 13 décembre 1980.

Journées européennes : deux semaines à peine après la deuxième édition, dans le cadre de la Deuxième Conférence des ministres de la Culture réunie à Grenade, Jack Lang suggère à ses collègues, le 3 octobre 1985, de reprendre à leur compte la manifestation. Quelques pays pionniers se lancent alors dans l’aventure : Pays-Bas (1987), Suède et Malte (1988), Belgique (1989)… et, en 1991, le Conseil de l’Europe crée un bureau de coordination. L’année suivante voit la première édition des « JEP », mise en œuvre dans dix-huit pays, dont la France, qui adopte cette année-là la nouvelle appellation « Journées du patrimoine » – il faudra attendre 2000 pour que le ministère inscrive l’épithète dans la dénomination officielle… – et fait passer la durée de un à deux jours. De quarante en 1996, le chiffre des pays atteint quarante-six trois ans plus tard et cinquante en 2010 : de nos jours, selon le Conseil de l’Europe, « quelque trente millions de personnes visitent, chaque année, plus de cinquante mille monuments et sites participant à l’événement ». L’opération s’est même exportée hors du Vieux Continent, à Taiwan (2001) ou à Casablanca (depuis 2009). Initiative conjointe du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne depuis 1999, les JEP ont depuis cette même année un slogan – « L’Europe, un patrimoine commun ». Dans le droit fil de la Convention-cadre sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (Conseil de l’Europe, 27 octobre 2005), il s’agit ainsi de « placer la personne et les valeurs humaines au centre d’un concept élargi et transversal du patrimoine culturel » et d’affirmer que « les patrimoines culturels constituent une ressource sur la base de laquelle peuvent s’instaurer le dialogue, le débat démocratique et l’ouverture entre les cultures ».

3. JEP 2005 (17 et 18 septembre) : la bannière des “JEP” dans l’escalier du Grenier d’abondance (DRAC Rhône-Alpes) à Lyon.

En France, le succès des JEP ne s’est pas démenti depuis plus de trois décennies : dès 1997, un sondage IPSOS révélait des taux très élevés de notoriété (72 % des plus de quinze ans en avaient entendu parler), de participation (29 % y avaient participé au moins une fois) et, surtout, de satisfaction (98 % de « satisfaits » ou de « très satisfaits », ces derniers étant largement majoritaires – 57 %). Pour autant, au fil du temps, la manifestation a connu de notables évolutions. Ainsi, comme l’indique sa dénomination originelle, elle ne concernait en 1984 que les seuls « monuments historiques » dûment désignés comme tels par l’État et ses experts. Or, étant sans nul doute, avec la Fête de la musique, l’initiative ministérielle qui, relayée dans chaque canton, irrigue le plus finement le territoire national, elle a dû, très rapidement, faire face à la pression des acteurs locaux, collectivités territoriales ou associations, qui, en quelques années, ont imposé que puissent être pris en compte dans le programme, non seulement des édifices non protégés au titre de la loi de 1913, mais aussi des objets patrimoniaux non architecturaux, voire des éléments relevant du patrimoine culturel immatériel. De nos jours, la consultation du programme proposé sur un territoire donné est à cet égard éloquente : bien souvent, les « monuments historiques » stricto sensu ne représentent plus nécessairement la majorité des offres. Auteur d’une des très rares recherches universitaires menées sur le sujet, Loïc Étiembre relevait ainsi en 2004 que, parallèlement à un « mouvement supra-national d’européanisation de la manifestation, on assiste à un processus infra-national de régionalisation », analyse largement confirmée depuis lors, tant sont nombreux les territoires où des élus ont mis en place – le plus souvent à l’échelle communale, intercommunale ou départementale, plus rarement régionale –, des coordinations visant à faire des JEP un événement localement fédérateur. « Encadrées institutionnellement », poursuit le même chercheur, « les JEP restent une scène publique ouverte et extra-ordinaire où […] des groupes, des individus, des collectifs vont pouvoir s’exposer (produire du discours) en exposant leur patrimoine. C’est à cette condition que l’on peut dire que le patrimoine entendu comme bien commun se constitue ».

Ces analyses sont largement confirmées par les quelques études menées sur les « participants » des JEP. Dès 1999, le sociologue François Leroy voyait dans la manifestation une de ces « liturgies séculières » définies par son aîné Claude Rivière : un « événement exceptionnel », qui permet de « voir le territoire autrement », un « espace public non marchand », qui invite à la rencontre et au partage, une manifestation marquée par « l’esprit de gratuité » et une « bonne volonté sociale ». Pour lui, « les JEP contribuent à décentrer la question du patrimoine de l’objet (le monument historique) aux sujets (le public). On passe ainsi d’une vision de la culture marquée par des pratiques consuméristes à une vision davantage marquée par la symbolique civique – ou républicaine – que le patrimoine porte virtuellement et qui est alors comme réactivée ». De là à voir dans les JEP le « 14-Juillet du patrimoine », il n’y a qu’un pas, que franchit Loïc Étiembre quand il observe subtilement que la manifestation se tient aux alentours du 22 septembre, date retenue en 1793 pour ouvrir le calendrier républicain. Dans ces conditions, certains acteurs publics ont bien compris que, parce qu’elle produit du lien social et suscite chez les visiteurs une qualité d’écoute, voire une bienveillance, remarquable, la manifestation constitue un temps privilégié pour mettre en place des actions de médiation favorisant – autour, par exemple, des thématiques retenues chaque année – la transmission de messages parfois complexes. Autrement dit, au-delà du rite annuel volontiers célébré par les médias, les JEP peuvent aussi constituer le point de départ – ou l’aboutissement – d’une action culturelle à plus long terme. Du bon usage de l’événement…

Orientation bibliographique :
Les Journées européennes du patrimoine. Les clefs d’un succès et les défis de demain. Rapport de synthèse.- Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1999 [actes du colloque international, Bruxelles, 22-24 avril 1999 ; coord. Fabrice de Kerchove et Isabelle Huteau] ◆ Publics et usages des Journées européennes du patrimoine. Enquête auprès des visiteurs de six sites en Rhône-Alpes (18 et 19 septembre 1999).- Lyon, DRAC Rhône-Alpes, 2000 [coord. François Leroy] ◆ Étiembre (Loïc).- La Communication des Journées du patrimoine. De la dimension institutionnelle à la dimension symbolique, thèse (non publiée) soutenue le 4 octobre 2002 à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse [dir. Jean Davallon] Kneubühler (Michel).- « Les Journées européennes du patrimoine et le ‘symptôme patrimonial’ », in : Philippe Dujardin, Du passé, comment faisons-nous table mise ?, Genouilleux, Éditions la passe du vent, 2017 [coll. « Pépites »].


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search