21 juin 1982 : Première édition de la Fête de la musique

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

Parmi les dates qui marquent depuis près de quatre décennies le calendrier culturel, celle de la fête de la musique, le 21 juin symbolise pour le grand public, l’élan de l’époque de sa création. Nous avons demandé à Jacques Sallois, directeur de cabinet du ministre de 1981 à 1984, au terme d’une carrière dont il a consacré une large part au ministère, comment il a vécu l’événement initial et le sens qu’il lui donne.
Olivier Donnat, chercheur au DEPS et auteur d’un rapport* sur cette fête à l’occasion de son 20e anniversaire, revient également sur cet événement.

Jacques Sallois nous répond.
Question : On dit souvent que l’idée même a été improvisée en quelques semaines.

Réponse : Dès le début, nous avons été à la recherche de tout ce qui pouvait élargir le champ d’action du ministère au-delà des seuls fidèles des institutions culturelles. Arrivé à l’automne 1981 à la direction de la musique Maurice Fleuret1 avait organisé à Lille, avec Alain Surrans2, des concerts dans toute la ville. Je note le 9 mars qu’en réunion des DRAC, dans un exposé plein de fougue, il rappelle ces démarches et exprime fortement le souhait de les décliner au plan national. Mais c’est une note du service des études, impossible à retrouver, mettant l’accent sur le nombre d’instruments de musique détenus par les français, qui enclenche la réflexion sur une traduction opérationnelle. Après un entretien chez Jack Lang avec Maurice Fleuret et Christian Dupavillon3 ce dernier, toujours à l’affût, imagine une grande célébration populaire. Le 5 mai, à son initiative, nous en débattons en réunion de cabinet et retenons la date du 24 juin. Après de vifs échanges avec Jean-Paul Costa4, directeur de cabinet d’Alain Savary,5 soucieux de ne pas perturber le Bac. Nous nous arrêtons au 21 juin. À partir de là, les réunions se multiplient d’abord sur le titre : «  faites » de la musique pour bien montrer qu’il s’agit de mobiliser, de manière gratuite,le grand public, amateur ou non, et pas seulement des auditeurs passifs. Le 17 mai, une étude d’un cabinet conseil, sollicité en urgence par Véronique Saint-Geours6 nous aide à préciser les cibles et les conditions de la communication. Je reçois les animateurs de radio et de télévision qui manifestent plus de perplexité que d’enthousiasme, à l’exception notable de Jacques Chancel7. Le 1er juin, le ministre tient une conférence de presse dont l’écho est inégal. Il s’attache à convaincre mobilise ses collègues et notamment celui de la Défense en visant ses orchestres et ses chorales. Le 4 juin, le directeur de la musique sonne l’alerte auprès des DRAC et de leurs délégués à la musique, puis le 8 adresse des centaines de courriers en direction de toutes les organisations nationales et régionales susceptibles d’être mobilisées. Au cours des deux dernières semaines tout le monde est sur le pont, jusqu’à Jean-François Chougnet8 qui arrive tout juste de l’ENA et colle des affiches dans tout Paris. Le 21 avec Michel Fontès9, nouveau responsable administratif de la direction de la musique, nous montons, dans le salon Jérôme, un standard téléphonique avec tous les préfets de région et les DRAC. Peu à peu saturé, il sautera vers minuit. Et surtout, l’année suivante, bien des institutions, qui s’étaient montrées réticentes à participer activement au mouvement, comme l’Opéra, s’y joindront spontanément.

Question : Quelle conclusion en avez-vous tiré dans l’immédiat ?

Réponse : La première c’est que même si le ministère, n’avait pas formellement compétence pour traiter des pratiques amateurs, nous n’étions pas dépourvus de moyens pour nous adresser au grand public bien au-delà des institutions que nous subventionnions prioritairement. Ayant rapidement compris que le ministère du temps libre créé en 1981 et confié à André Henri10, n’en ferait pas sa principale préoccupation, nous aspirions à le relayer. En dépit d’innombrables initiatives, je ne suis pas persuadé que nous ayons réussi à la mesure de nos espoirs et de celui de « l’appel de Villeurbanne»11 dont plusieurs d’entre nous gardaient le vague souvenir.

Question : Et pour aujourd’hui ?

Réponse : La permanence et le succès de la fête en France, en Europe et dans le monde montrent que nous avions visé juste. Le paysage musical a bien changé depuis. Les groupes de toutes sortes, du rock au rap se sont multipliés. La sono a un peu étouffé la voix et l’instrument solitaires. Mais nous avons créé, ou ranimé, une tradition qui n’a plus besoin du ministère pour se perpétuer. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire pour rappeler son intention originelle qui visait à mobiliser les citoyens plus que les institutions.

* « Vingt ans de fête de la musique, 1982-2000 », étude par Olivier Donnat et sabine Lacerenza, MCC-DEP, 2000, 97 p., disponible au Comité d’histoire
1Maurice Fleuret, (1932-1990) journaliste et militant de la cause musicale, directeur de la musique de 1981 à 1986
2Alain Surrans, très proche collaborateur de Maurice Fleuret à Lille et à la DMF, aujourd’hui directeur de l’opéra de Nantes et Angers
3Christian Dupavillon, conseiller technique au cabinet et, plus tard, directeur du patrimoine
4Jean-Paul Costa, camarade de promotion à l’ENA, conseiller d’Etat, plus tard président de la Cour européenne des droits de l’homme
5Alain Savary (1918-2014) ministre de l’éducation nationale
6 Véronique Saint-Geours, responsable de la communication au cabinet
7Jacques Chancel (1928-2014) animateur de radio et notamment de l’émission « le grand échiquier »
8Jean-François Chougnet, administrateur civil aujourd’hui président du MUCEM
9Michel Fontès termina sa carrière comme DRAC Ile-de-France
10André Henri, syndicaliste enseignant, né en 1934, ministre (1981-1990)
11Appel de Villeurbanne adopté lors d’un colloque de responsables d’institutions théâtrales à l’initiative de Francis Jeanson (1922-2009) écrivain engagé, inspirateur de la notion de « non-public » des institutions culturelles

 

Par Olivier Donnat
L’idée de mettre en place l’évènement qui deviendra la Fête de la musique a émergé au printemps 1982 lors d’une réunion entre le ministre de la culture Jack Lang, en place depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir un an auparavant, un membre de son cabinet, l’architecte-scénographe Christian Dupavillon, et le directeur de la musique d’alors, Maurice Fleuret. Ce dernier avait été fortement marqué par un des résultats de la seconde édition de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français que le service des études et de la recherche du ministère venait de publier : 37 % des Français disposaient d’un instrument de musique et un jeune sur deux, au-dessous de 19 ans, en jouait régulièrement. Ces chiffres n’étaient-ils pas la meilleure preuve de la large diffusion des pratiques musicales dans la société française et de ce fait un argument de poids pour justifier, notamment auprès du ministère des Finances, l’augmentation du budget de la direction de la musique ?

Il fallait un événement qui permette […] de mesurer quelle place occupait la musique dans la vie individuelle et collective. Un mouvement spectaculaire de prise de conscience, un élan spontané pour alerter l’opinion et peut-être aussi… la classe politique. C’est pourquoi le ministère de la Culture a eu l’idée d’organiser une fête de la musique en 1982. Une fête non-directive, qui rassemble tous les Français pour qui la musique compte.  [1]

20 jours de préparation

L’idée prend forme très rapidement : la première Fête de la Musique a lieu le 21 juin 1982, jour symbolique du solstice d’été, le plus long de l’année, ancienne fête de la Saint-Jean. La préparation se déroule dans une grande précipitation, une vingtaine de jours à peine après son annonce officielle par le ministère de la Culture, sans véritable moyen financier ni logistique. Les principaux acteurs de la vie politique et musicale sont contactés à la hâte, en particulier les DRAC et les chaînes de radio, 100 000 affiches “ Fête (faîtes) de la musique !sont imprimées et placardées par des bénévoles, mais l’objectif affiché demeure prudent : les Français sont appelés à exprimer leurs talents musicaux dans les rues pendant une demi-heure, entre 20h30 et 21 h !

Cette manifestation spontanée, significative de l’importance de l’acte de musique et de sa pratique, s’exprimera dans la majorité des cas de 20h30 à 21h. A l’issue de ce concert spontané à l’initiative de tous, les manifestations et les groupes continueront à jouer pour célébrer le premier soir de l’été.  [2]

Quelques heures avant l’heure dite, on ne sait absolument pas au ministère si l’appel sera entendu, mais très vite le résultat dépasse toutes les espérances. Le standard mis en place par le ministère explose sous les appels. Des milliers d’initiatives ont lieu dans toute la France. Des sirènes dans les ports et des cloches d’église retentissent à 20h15. Certains professionnels, l’Opéra de Paris ou l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg par exemple, acceptent au terme de négociations souvent difficiles, de jouer gratuitement dans l’espace public. Le ministère de la Défense demande aux ensembles musicaux des trois armes de donner des concerts. L’Archevêché encourage les paroisses à participer à la fête. Et, surtout, des milliers de personnes sortent dans la rue, pour jouer ou déambuler jusque tard dans la nuit, dans une atmosphère bon enfant qui étonne les médias. Les musiciens s’installent n’importe où dans les villes, dans les squares, les kiosques, les cours, les jardins, les gares, etc.

Une fête improvisée qui vient de loin…

Si la première édition de la Fête de la Musique a été mise en place dans la précipitation, elle traduit parfaitement la philosophie de l’action de Jack Lang qui souhaitait développer la notion de fête dans les manifestations culturelles et rompre ainsi avec le style trop figé, selon lui, des Affaires Culturelles. Les vertus de la fête étaient en effet nombreux à ses yeux:

C’est l’occasion de mettre un art à l’honneur. (…) La fête a valeur d’encouragement. (…) En second lieu, la fête a un effet tonifiant au-delà du cercle des professionnels. Elle est un moyen d’information, un outil pédagogique, une occasion de sensibilisation de l’opinion publique. Enfin, la fête est un facteur de rencontre, une source d’échange entre des formes d’art différentes, une occasion d’éveil de la curiosité et de croisement des quêtes de nos concitoyens.  [3]

Par ailleurs, l’idée de Fête de la musique trouve son origine dans les réflexions développées de longue date par Maurice Fleuret sur l’évolution des pratiques musicales. Celui-ci avait publié dès 1967, en tant que journaliste au Nouvel Observateur, un article intitulé « La musique sera partout et le concert nulle part »[4] dans lequel il appelait à un profond renouvellement de l’approche du fait musical. Il avait d’ailleurs eu l’occasion de mettre ses idées en pratique lors de diverses manifestations, notamment dans le cadre du  festival d’Alziprato qu’il avait contribué à créer en Corse : lors de la journée “ Paese in musica ” (“ le village en musique ”), les festivaliers pouvaient assister, au gré de leur promenade, à une trentaine de concerts disséminés dans le village, pour goûter la musique sous toutes ses formes. Il avait également imaginé avec Alain Surrans des concerts-promenades au Festival de Lille en 1980, toujours sur le même principe : des concerts de toutes sortes, sur deux jours, partout dans la ville.

La Fête de la Musique constitue par conséquent le prolongement à l’échelle nationale des diverses expériences initiées par Maurice Fleuret et fait figure d’acte emblématique de la rupture que marque sa politique par rapport à celle des précédents directeurs de la musique.

Vous redoutez la cacophonie ? Mais si vous dites cacophonie, vous pensez à l’objet musique. Ce qui nous intéresse, c’est l’acte de musique. Et, antérieure à cet acte, la conscience de la vibration qui est en nous. Il y aura peut-être des cacophonies. Il y aura peut-être des choses magnifiques et secrètes. Nous devons transformer ce peuple d’auditeurs en peuple d’acteurs. [5]

Le dossier de presse diffusé le 21 juin 1982 trace les grandes lignes de la rupture voulue par Maurice Fleuret :

La nouvelle politique de la musique s’appuie avant tout sur la pratique musicale de tous sans hiérarchie de genres et de pratiques. Chaque acte de musique nécessite une réhabilitation, mérite respect, accompagnement, soutien, reconnaissance. Le 21 juin permettra d’en prendre pleinement conscience et d’agir sur tous les fronts à la fois : sur l’art “ savant ” ou l’art “ populaire ”, l’art majeur ou l’art dit “ mineur ”, l’art accompli ou l’improvisation. C’est dans la promotion de ces principes de base que s’inscrit la 1ère Fête de la musique dont les tenants et les aboutissants s’expriment en une phrase : “ Faîtes de la musique ” !

L’accent est mis principalement sur trois points : toutes les musiques sont reconnues, sans hiérarchie de genre ou d’origine, les pratiques en amateur doivent être (re)valorisées, et la Fête de la musique doit être totalement gratuite : le 21 juin, toutes les formations musicales, même les plus prestigieuses ou les plus institutionnelles, sont appelées à jouer pour tous et gratuitement, dans le souci de faire connaître, de donner et de partager leur passion de la musique, en-dehors des circuits conventionnels. Dans les jours qui précèdent le lancement de la première édition, le ministère fait appel à toutes les initiatives, sans apporter d’aide financière particulière, et cherche à mobiliser toutes les instances de la vie musicale. Maurice Fleuret s’emploie notamment à emporter l’adhésion des conservatoires et des écoles de musique.

Ce soir-là, tous les Français qui pratiquent la musique, à quelque niveau que ce soit, sont invités à descendre dans la rue, à ouvrir leurs fenêtres, à se parler avec des sons. Il serait bien dommage que cet appel ne soit pas entendu et largement diffusé dans les conservatoires et écoles de musique. L’occasion est belle de prouver que le reproche, trop souvent formulé à leur encontre, d’élitisme et d’individualisme, est mal fondé. [6]

Une presse prudente avant, enthousiaste après.

Dans un premier temps les journalistes se montrent plutôt réticents et vaguement moqueurs face au projet. Ainsi, le quotidien le Monde s’interroge à quelques heures de la première édition :

Idée géniale ou saugrenue ? Elle a fait sourire beaucoup de musiciens, surtout les professionnels, agacés par le côté ”allez, allez, tout le monde doit s’amuser”. Comment y aller quand la musique est le contraire d’un divertissement, qu’un son n’est pas un simple bruit mais le résultat de toute une vie ? Ceux-là posent des questions. Pourquoi au fait ? Pour éveiller les Français à la musique ? Quelles musiques ? S’agit-il d’amuser le peuple ? Pourquoi ce grand rassemblement ? Une idée de mai 68, l’art dans la rue, la musique pour touset par tousla grande différence étant que la demande ici vient du pouvoir, que le chahut est organisé d’en haut. Qu’importe, dira-t-on, la demande a eu de l’écho [7]

Le lendemain, la presse ne peut que constater le succès de la manifestation. Il y aura finalement assez peu de critiques, même si le ministère reçoit quelques missives virulentes mais isolées, comme celle de ce “contribuable excédé par les sons ” auquel Maurice Fleuret répond dans une tribune du Nouvel Observateur, le 23 octobre 1982 :

Rappelez-vous, le 21 juin dernier, au premier soir de l’été, des centaines de milliers de Français musiciens ont envahi la rue, à l’appel du ministre de la Culture ! Ce soir-là, la Fête de la musique s’écrivait ” Faites de la musique ! ”, et ce n’était pas un vain mot puisqu’on a vu et entendu tout l’imaginable et même l’inimaginable. J’en conviens, vous avez dû souffrir. Mais vous êtes-vous demandé si, par hasard, ce n’était pas de simple frustration ? D’ici au 21 juin 1983, il vous reste juste huit mois pour accoucher de la musique qui est en vous. Croyez, Monsieur, que nous serons nombreux à célébrer avec vous ce joyeux événement. [8]

La réussite du 21 juin 1982 avait imposé comme une évidence la reconduction de la Fête de la musique et pour la seconde édition, les médias, notamment les radios, relayeront massivement l’évènement, contribuant à l’installer durablement comme un temps fort de la vie culturelle.

[1] Maurice Fleuret, Faites la fête ! Faites de la musique ! Propos recueillis par Xavier Lacavalerie, Télérama n°1744, 15 juin 1983.
[2] Dossier de presse diffusé par le ministère de la culture, 21 juin 1982.
[3] Jack Lang, citation dans
Le Cinquième Pouvoir, Claude Mollard, Ed. Armand Colin, 2000, p.296.
[4]
Le Nouvel Observateur, 15 décembre 1967.
[5] Maurice Fleuret, Propos recueillis par Alain Schifres, Le Nouvel Observateur, 12 juin 1982.
[6]  Maurice Fleuret, lettre envoyée aux conservatoires et écoles de musique, le 8 juin 1982.
[7] Catherine Humblot
, La fête du 21 juin. Quelle idée !  Le Monde, 20-21 juin 1982.
[8] Maurice Fleuret,
Lettre ouverte à un contribuable excédé par les sons, Le Nouvel Observateur, 23 octobre 1982.