Jacques-Louis David – Discours sur la nécessité de la suppression de la commission du Muséum, fait au nom des comités d’instruction publique et des finances

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -de la Révolution à l’aube de la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

Jacques-Louis David
Discours sur la nécessité de la suppression de la commission du Muséum, fait au nom des comités d’instruction publique et des finances – 1793
Extrait

Citoyens,

Dans mon rapport pour la suppression de la commission du Muséum, et sur l’établissement d’un conservatoire actif de ce précieux dépôt, je vous ai exposé, avec quelques détails, les motifs qui appuient cette double proposition.

Je vous ai indiqué les vices des choix qui avaient été faits, et pour en préparer de meilleurs, je vous ai présenté, au nom de votre comité d’instruction publique, des artistes, la plupart victimes de l’orgueil académique : la liste a été imprimée, et chacun de vous a pu peser le mérite des candidats. À mesure que le jugement des arts sera le plus souvent et plus immédiatement exercé par le peuple, le peuple saura mieux apprécier les artistes.

Il fixera les idées sur le mérite de chacun d’eux, et il assignera lui-même les rangs avec cette impartiale et sévère équité qui le caractérise : le peuple n’oubliera jamais les artistes qui travailleront pour la liberté ; la reconnaissance garantit la justice.

Au moment où la Révolution commence à s’établir dans les arts, et promet à la République des chefs-d’œuvre dignes d’elle, il importe que tous les emplois que peut offrir cette carrière, plus honorable que lucrative, soit de préférence donnés, et à des talents distingués qui ont subjugué l’opinion, et à ceux que la médiocrité académique honorait encore de ses dédains, et repoussait loin de ses fauteuils. Il a fallu, dans le choix qui vous a été soumis, avoir égard à l’objet des travaux du conservatoire qui vous a été proposé ; ce sont ces diverses considérations réunies, qui ont déterminé votre comité d’instruction publique, dans la formation de la liste des artistes citoyens à préposer à la garde de nos chefs-d’œuvre ; aussi a-t-il cru devoir motiver chacun des choix, afin que l’ensemble pût devenir l’ouvrage de la Convention nationale et l’expression de sa volonté.

S’il est un artiste, s’il est un homme à talent qui pense avoir à se plaindre de ne pas voir son nom inscrit sur cette liste, nous lui dirons : Tu es artiste ; nous n’avons pas eu la pensée de te fermer la carrière si tu n’es point admis à l’emploi honorable de garder les plus belles productions des arts, tu n’es point exclu de l’honneur d’en augmenter le nombre. S’il est parmi les membres de l’ancienne commission du Muséum un homme qui voie une injustice dans son exclusion, nous lui dirons : tu es homme à talents, venge-toi par tes ouvrages, embellis le Muséum, rentres-y par les chefs-d’œuvre.

[…] Douze membres, dans ce projet, formaient le conservatoire, en y comptant un secrétaire, homme de lettres. Le désir d’empêcher la prédominance d’un seul dans chacune des sections qui doivent le composer, avait déterminé à augmenter un peu le nombre des membres ; condition toujours nécessaire pour donner à tout établissement des formes libres, et faire résulter la liberté du balancement même des opinions. Le comité des finances, sans trop s’écarter de ce principe, ayant désiré une réduction dans le nombre, nous avons fait le sacrifice du secrétaire et d’un des membres, pour une branche communément moins chargée. Le conservatoire sera donc réduit à dix membres, pour ce qui concerne la peinture, la sculpture, l’architecture et tous les monuments déposés au Muséum ; commission toujours prête à fournir des renseignements au corps législatif, au comité d’instruction publique, et au ministre de l’intérieur ; toujours active pour mettre en ordre, et ranger dans un bel ensemble tous ces chefs-d’œuvre que les émigrés ne méritaient pas de conserver, et qu’ils ont laissés à la nation, aussi digne de les posséder que capable de les apprécier.

[…] Ne vous y trompez pas, citoyens, le Muséum n’est point un vain rassemblement d’objets de luxe ou de frivolité, qui ne doivent servir qu’à satisfaire la curiosité. Il faut qu’il devienne une école imposante. Les instituteurs y conduiront leurs jeunes élèves ; le père y mènera son fils. Le jeune homme, à la vue des productions du génie, sentira naître en lui le genre d’art ou de science auquel l’appela la nature. Il en est temps, législateurs, arrêtez l’ignorance au milieu de la course, enchaînez ses mains, sauvez le Muséum, sauvez des productions qu’un souffle peut anéantir, et que la nature avare ne reproduirait peut-être jamais.

Une négligence coupable a porté des coups funestes aux monuments de l’art : je ne prétends pas vous offrir ici l’énumération complète des désastres qu’ils ont essuyés. Vous détournerez vos regards de ce fameux tableau de Raphaël, que n’a point craint de profaner une main lourde et barbare. Entièrement retouché, il a perdu tout ce qui le distinguait, non-seulement des autres maîtres de son école, mais de Raphaël même ; j’entends son coloris sublime.

Vous ne reconnaîtrez plus l’Antiope. Les glacis, les demi-teintes, en un mot, tout ce qui caractérise particulièrement le Corrège et le met si fort au-dessus des plus grands peintres, tout a disparu.

La vierge du Guide (vulgairement appelée la Couseuse), n’a point été nettoyée, mais usée.

Vous chercherez le Moïse foulant aux pieds la couronne de Pharaon, très-beau tableau du peintre philosophe, du Poussin, et vous ne trouverez plus qu’une toile abîmée de rouge et de noir, perdue [sic] de restauration.

Le port de Messine, ce chef-d’œuvre d’harmonie, où le soleil de Claude Lorrain éblouissait les regards, n’offre plus qu’une couleur terne de brique, et perd par conséquent tout ce charme, cette magie, qui appartiennent exclusivement à Claude Lorrain : son brillant ouvrage est dégradé à tel point, qu’il ne reste que la gravure pour nous consoler de sa perte.

Je vous parlerai de Vernet : les barbares ! ils l’ont déjà cru assez ancien pour le gâter. Tous ses ports (tableaux de fraîche date) sont déjà rentoilés, brûlés, couverts par la crasse d’un vernis qui dérobe aux yeux le mérite que ses amateurs recherchent en lui.

Je rougirais de vous citer une foule de tableaux étalés sans choix, et comme pour insulter au public ; tableaux attribués aux plus grands maîtres, et qui n’en font que des copies.

C’est ainsi qu’on accable les Poussin, les Dominiquin, Raphaël même, de quantité de productions qui ne méritent pas de voir le jour, et qui ne servent qu’à propager le mauvais goût et l’erreur.

Je ne dis rien d’un petit nombre de vases étrusques, et de quelques bustes d’une grande beauté qu’on a cachés sous des tables et dans des lieux obscurs ; il semble qu’on leur ait reproché un misérable asile au sein du Muséum, où ils sont plus cachés qu’exposés.

Mais ce n’est rien encore. Vous ignorez, citoyens, vous et moi-même tout le premier, qui ne les ai jamais pu voir, que la République possède une immense collection de dessins des plus grands maîtres… Eh bien ! à peine si l’on sait où ils sont. Cachés dans les portefeuilles des vils satrapes, à qui nos tyrans en avaient autrefois confié la garde, c’est en Italie qu’il fallait aller apprendre des étrangers mêmes qu’ils existent en France : on les dérobait avec inquiétude aux regards des artistes et du peuple, comme si l’on eût craint que les sublimes conceptions des grands hommes n’eussent rivalisé de puissance avec le génie si jaloux des despotes.

Pour prévenir ces funestes abus pour placer tout sous l’œil vivifiant du peuple, et éclairer chaque objet de la publicité et de la portion de gloire qu’il peut réclamer ; pour établir enfin dans le Muséum un ordre digne des choses qu’il renferme, ne négligeons rien, citoyens collègues, et n’oublions pas que la culture des arts est un moyen de plus d’en imposer à nos ennemis.

Lorsqu’au milieu des inquiétudes inséparables de la liberté dans une République naissante, on vient porter dans vos âmes et sur vos fronts la joie que doivent inspirer les victoires de nos armées sur toutes nos frontières, et les triomphes de nos légions contre tous les despotes coalisés, vos regards alors semblent se poser avec complaisance sur les beaux-arts, également faits pour embellir la paix et décorer les pompes triomphales. Dans les mouvements expansifs et les civiques affections qui vous pénètrent, vous sentez que de grands événements doivent laisser naturellement d’immortels souvenirs, et par conséquent des monuments qui attestent à l’univers et à la postérité la grandeur du peuple français ; vous voudriez dans ces instants heureux répandre sur tout l’éclat de vos victoires et tout embellir des rayons de la gloire et du bonheur : eh bien ! c’est toujours de cette hauteur que vous devez considérer le domaine des arts, pour imprimer à toutes vos lois, dans cette patrie, un grand caractère qui aille à son tour inspirer des victoires. C’est dans ce sublime mouvement, que vous avez voulu décerner à quatorze armées à la fois et en un même jour, les honneurs d’un triomphe mérité, dont le peuple était en même temps l’ornement et l’objet. C’est alors que la liberté sourit à vos efforts et au zèle ardent de tous les républicains qui défendent le territoire de la France.

Restons, citoyens, à la hauteur de ces brillants succès : remplissons nos destinées ; marchons à de nouveaux triomphes : nos guerriers le veulent ainsi.

Un heureux mouvement semble de lui-même faire avancer le char de la victoire et de la révolution : continuons de le diriger ; que nos ennemis tombent, et que le peuple nous bénisse. Plein de ces idées, et abandonnant les procès-verbaux et les détails à ceux qui croient que les compilations sont des annales, écrivons, à la manière des anciens ; qu’ils soient grands et immortels comme la République que nous avons fondée ; et que le génie des arts, conservateur des ouvrages sublimes que nous possédons, soit en même temps un génie créateur, et enfante de nouveaux chefs-d’œuvre.

 

Source : MCWILLIAM Neil, MENEUX Catherine, RAMOS Julie, Jacques-Louis David, « … sur la nécessité de la suppression de la commission du Muséum, fait au nom des comités d’instruction publique et des finances, 1793 », (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA, 2014, mis en ligne le 07 juillet 2014 / https://journals.openedition.org/inha/6166

[Découvrir d’autres textes]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chmc2 (10 juin 2019). Jacques-Louis David – Discours sur la nécessité de la suppression de la commission du Muséum, fait au nom des comités d’instruction publique et des finances. Politiques de la culture. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrl4


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search