Charles de Gaulle – Discours d’inauguration de la Maison de la culture de Bourges

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -de la Révolution à l’aube de la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

Charles de Gaulle
Discours d’inauguration de la Maison de la culture de Bourges – 1965

Le ministre des Affaires culturelles André Malraux prend le premier la parole le 15 mai 1965 pour l’inauguration de la maison de la culture de Bourges en présence du Général de Gaulle le 15 mai 1965.

Mon général, je vous parle au nom de ceux qui sont exactement en face de vous, les spectateurs. Nous avons eu maintes fois l’occasion de leur parler. Ce que je tiens à faire, c’est à ce que vous sachiez quelles sont les raisons fondamentales de travail d’un certain nombre de vocations qui vous entourent. On nous a abondamment et longtemps parlé de loisirs. Les gens qui sont ici ne sont pas venus pour meubler des loisirs. Ils sont venus pour aider tous les Français à trouver leur vocation dans l’ordre de l’esprit.

Le problème capital du monde moderne est celui-ci : les immenses usines de rêves qui se sont créées ont appelé tous les hommes à quelque chose qu’ils ne connaissaient pas si profond en eux et qui les prend. A partir de ce moment qu’on appelle ou non « loisirs », c’est-à-dire qui les prend hors du travail sur les plus vieilles puissances démoniaques du monde : le sang, la sexualité et la nuit. En face de ces puissances, on a compris qu’il n’y a qu’une seule autre puissance. En face de la mort, il n’y a que ce qui résiste à la mort. En face des puissances de la nuit, il n’y a que l’immortalité.

Pour des raisons assez mystérieuses, tous les gens qui sont ici ont compris que tantôt avec la douleur et tantôt avec le rire, ce qui avait survécu pendant les siècles était l’arme la meilleure que le monde puisse trouver conter ce qui était en train de le menacer.

Telles sont mon général les raisons qui ont guidé les femmes et les hommes qui sont devant vous. Je tenais à vous le dire en leur nom.

Le Général de Gaulle :

Sous l’impression profonde des paroles que vient de prononcer André Malraux, qui est un des hommes depuis tous les temps qui est le plus qualifié sans doute pour réunir, pour faire un ensemble de ce que sont les diverses branches de la culture, sous cette impression, je veux dire bien simplement combien je me félicite d’être venu constater la réussite que représente cette maison. Elle a été faite, je le sais, je le vois, grâce à des initiatives autant que grâce à des volontés et grâce à des certitudes. Je les ai vues à l’échelon national, à l’échelon de la ville et aussi à l’échelon de toutes nos provinces, qui commencent, à l’exemple de cette maison, à vouloir en posséder autant.

La culture, dans notre monde moderne, ce n’est pas seulement un refuge et une consolation au milieu d’un temps qui est essentiellement mécanique, matérialiste et précipité. C’est aussi la condition de notre civilisation, parce que, si moderne qu’elle puisse être, et plus moderne encore qu’elle doive être, c’est toujours l’esprit qui la commandera. L’esprit, c’est-à-dire la pensée, le sentiment, la recherche et les contacts entre les hommes. C’est pourquoi, encore une fois, la culture domine tout. Elle est la condition sine qua non de notre civilisation d’aujourd’hui, comme elle le fut des civilisations qui ont précédé celle-là.

Et je me félicite encore une fois d’être venu parmi vous. J’en emporterai d’abord au point de vue général le sentiment d’une création et l’évidence d’une innovation, par conséquent quelque chose d’émouvant et d’encourageant en particulier.

Bien entendu, j’ai retiré aussi quelques conclusions pratiques sur ce qu’il y a lieu que l’Etat continue de faire pour la culture française en général et pour cette maison de la Culture en particulier. Nous devons en créer d’autres. Un certain nombre était prévu par le IVe Plan, d’autres le seront par notre Ve Plan. Il faut faire aussi, sans doute, un centre national de diffusion culturelle, pour que tout ce dont nous disposons puisse se répandre et être vu, entendu, connu par le plus grand nombre possible d’hommes et de femmes de chez nous. Il faudra aussi un centre de formation de nos animateurs de plus en plus complet et de plus en plus efficace. Et cela, je suis convaincu que le ministre d’Etat chargé des Affaires culturelles est l’homme le plus qualifié pour le faire, comme j’ai dit tout à l’heure qu’il était le plus qualifié pour comprendre, pour vouloir et pour faire connaître ce qui est l’esprit humain.

Je vous remercie.

Source : http://www.archives18.fr/article.php?laref=1454&titre=discours-sur-la-grande-scene

[Découvrir d’autres textes]



Citer ce billet
chmc2 (2019, 3 juin). Charles de Gaulle – Discours d’inauguration de la Maison de la culture de Bourges. Politiques de la culture. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrl0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search