Joanny Berlioz – Sur les moyens des Beaux Arts

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère que nous célébrons en cette année 2019, le Comité d’histoire a entrepris la publication de grands textes ayant participé à la construction des politiques publiques de la culture et témoignant de l’histoire longue du « régalien culturel ». Ce projet se traduira par la mise en ligne régulière, au fil de l’année, de textes de différents registres -littéraires, juridiques, politiques- et de différentes périodes historiques -des Lumières à la création du ministère des Affaires culturelles.

Afin d’enrichir ce projet, le Comité recevra avec plaisir vos suggestions à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

 

Joanny Berlioz,
« Rapport, Budget » – 1937
Extrait

La nationalisation de la culture

La France d’aujourd’hui est l’héritière d’un patrimoine artistique considérable. Tous les siècles antérieurs nous ont légués des monuments, des ouvrages, des collections qui, par leur originalité, leur nouveauté hardie toujours tempérée de mesure, leurs qualités d’harmonie, de goût et de fini dans l’expression, sont autant de précieux témoignages du génie de notre race. Le pays se doit de mieux mettre cet héritage en valeur et d’en faire profiter tous ces enfants de même que le monde entier qui l’admirerait davantage si nous savions le lui présenter avec plus d’audace et de soin.

La France est restée digne de ce passé. Malgré des conditions économiques et politiques défavorables –dont la lamentable pauvreté du budget des Beaux-Arts n’est qu’un aspect- qui empêchent les facultés individuelles créatrices de s’épanouir, écrasées qu’elles sont par des difficultés matérielles et des contraintes sociales, notre pays est toujours pour l’univers un rayonnant foyer de culture spirituelle et artistique. On a pu établir des comparaisons très plausibles entre une pléiade d’artistes contemporains de l’école de Paris, et la pléiade littéraire de la Renaissance. Seulement, si nous voulons connaître les chefs d’œuvre de la peinture moderne française, nous devons aller les voir à Londres, à New York, à la Haye ou à Moscou.

Ce serait trahir la mission historique de notre pays, celle que plusieurs siècles de suprématie culturelle lui ont conférée, que de ne pas se décider à pratiquer une politique artistique plus hardie. Ce serait donner raison à ceux qui rêvant de repousser l’humanité dans la nuit barbare des temps primitifs, accusent si injustement la France de décadence irrémédiable.

Les masses profondes de la population française se sont prononcées pour le pain, la paix et la liberté. Le pain de l’esprit est aussi une de leurs revendications fondamentales. Il faut cesser de regarder l’art comme un domaine réservé aux classes les plus aisées, aux spécialistes et aux snobs qui le déshonorent. L’art doit se rapprocher du peuple. Du peuple qui a conquis un développement intellectuel considérable en même temps qu’il se frayait la route du progrès social, en particulier de ces millions de travailleurs qui ont ou vont avoir plus de loisirs, pour lesquels il faut trouver un emploi agréable, profitable à chacun d’eux et à la société tout entière.

La culture doit devenir « républicaine » au sens étymologique du mot, c’est-à-dire qu’elle doit être partie intégrante de la chose publique. Qu’on se représente de ce point de vue la situation de l’habitant moyen d’une ville moyenne de nos provinces. Il a à sa disposition, en dehors d’une presse frelatée, de revues dites de vulgarisation, mais qui sont souvent d’une lamentable vulgarité, la bibliothèque municipale, coin triste et parfois peuplé de rossignols, où personne ne viendra le guider dans son choix de lectures. Après une première visite qui l’a profondément déçu, il a renoncé à pénétrer dans les salles, dans la majorité des cas, sombres et poussiéreuses du musée local, où quelques belles choses sont perdues au milieu d’une invraisemblable brocante. A part le cinéma, dont tant de productions ne font guère honneur à note esprit national, il ne peut prendre contact avec l’art dramatique ou lyrique que par l’intermédiaire de troupes de second plan ou de « tournées » disparates. Il n’entendra que par exception une bonne conférence sur l’art. Il sera le plus souvent privé de toutes les nobles émotions artistiques auxquelles il aspire cependant et que l’État se doit de lui procurer.

Pourquoi la présentation théâtrale, l’exposition de peinture, le concert synchronique, la visite d’un monument résumé d’une époque et d’un mode de vie et de pensée, ne seraient-ils pas de véritables services sociaux ? La culture, sous toutes ses formes, peut être popularisée, sans qu’il y ait lieu d’abaisser sa qualité, ainsi que le prétendent ceux qui estiment que l’art doit rester le privilège d’une minorité comme les autres richesses. C’est l’éducation artistique des larges masses qui doit être élevée, alors qu’elle est complètement négligée aujourd’hui. L’enfant, le jeune homme doivent être mis en mesure d’accéder aux chefs d’œuvre humains qu’ils côtoient sans qu’on leur donne le moyen de les voir ou qui sont hors de leur portée. Ils aimeront mieux les belles œuvres s’ils les comprennent, leur fréquentation les haussera à un niveau supérieur et il leur sera plus facile de rendre à la civilisation plus qu’elle ne leur a donné.

Mais dès maintenant, beaucoup peut être fait sur la voie d’une telle évolution sociale. La culture d’hier, monopole d’une soi-disant élite, doit être rendue au peuple avide de meilleures conditions d’existence dont la beauté artistique est un aspect, mais qui dans sa marche vers une nouvelle organisation sociale est loin de rejeter l’héritage du passé ; « Biens sots, avait coutume de dire Karl Marx, ceux qui ne sentent pas toute la valeur de l’antiquité grecque pour le jeune socialisme triomphant dans sa tâche de reconstituer la vie humaine ».

La revalorisation des statuts du personnel de l’administration des Beaux-Arts

Il n’est pas possible de terminer cette introduction sans dire quelques mots du personnel des Beaux-Arts. Qu’il s’agisse du personnel scientifique, administratif ou du petit personnel, sa situation se ressent de l’extrême étroitesse des crédits budgétaires et est très souvent inférieure à celle du personnel de qualification correspondante dépendant d’autres ministères.

Ainsi, nos musées nationaux n’ont pas de cadre régulier établi et ne vont disposer que de douze attachés rémunérés ; Les traitements des professeurs de l’enseignement supérieur à l’école des Beaux-Arts et au Conservatoire sont inférieurs à ceux des professeurs de dessin et des maîtresses de chant de l’enseignement secondaire, anciens élèves du Conservatoire et à ceux des écoles primaires supérieures. 1582F par mois, et s’il demande sa mise à la retraite après 35 ans de service, il touchera une pension annuelle de 3500 F. Des salles du Louvre ne peuvent être ouvertes au public faute de gardien. Les jardiniers professionnels des palais nationaux qui nous font pourtant admirer de magnifiques compositions florales avaient jusqu’ici un salaire de 38 F par jour ouvrable. Les surveillants brigadiers des musées nationaux ont une échelle de traitement moins favorable que celle des brigadiers des ministères et demandent en vain leur reclassement depuis plusieurs années.

La direction générale des Beaux-Arts a reconnu la légitimité de nombre de revendications qui lui ont été soumises par les syndicats du personnel, mais elle se heurte à l’opposition irréductible du ministère des Finances. Notre ancien collègue Jean Locquin écrivait dans le rapport si documenté qu’il avait soumis à la Chambre sur le budget de 1932, ces phrases auxquelles rien hélas n’est à changer : c’est un fait que, depuis longtemps le veto d’un fonctionnaire de la rue de Rivoli suffit à réduire à néant les propositions les mieux fondées, les demandes les plus urgentes, les initiatives les plus heureuses du sous-secrétariat des Beaux-Arts et que ce dernier en est trop souvent réduit de guerre lasse à compter sur l’énergie des rapporteurs des budgets et sur la sagesse des commissions parlementaires pour opérer les relèvements indispensables et réaliser les améliorations les plus impatiemment attendues.

Proposition de création d’un grand ministère de l’art français

Semblable incompréhension du rôle immense de l’art français dans le monde entier pour l’accroissement de notre influence spirituelle ne peut être tolérée plus longtemps. Tout en souffre. L’éducation populaire est incomplète. Nos traditions culturelles sont mises en péril. Notre richesse nationale, dans ce pays où l’industrie d’art est si vivante et si variée, où l’artisan est un artiste, où l’ouvrier travaille avec tant de goût la matière qu’il doit transformer, en est amoindrie. Notre renom mérité pourrait pâlir si continuaient les errements que nous dénoncions.

La France voit ses charges militaires s’enfler d’année en année. La défense de la culture, le renforcement du potentiel artistique sont aussi une forme d’une défense nationale bien comprise. Peut-être une simple « direction des Beaux-Arts » adjointe au ministère de l’Éducation nationale n’est-elle pas assez haut sur l’échelle des valeurs officielles pour pouvoir faire valoir utilement des droits qui sont ceux de la nation. Que l’on reprenne alors l’idée d’un grand ministère de l’Art Français sous l’autorité duquel seraient placés, avec l’enseignement artistique dans les divers ordres de l’enseignement général –qui reste à créer dans ce pays -tous les moyens d’éducation et d’expression artistiques, y compris le cinéma, les bibliothèques, l’animation de la patrie artistique de la radiodiffusion, le tourisme auquel est lié étroitement la propagande artistique, l’organisation des loisirs des masses laborieuses, etc.

Peut-être alors les Beaux-Arts cesseraient-ils d’être le parent pauvre qu’ils sont actuellement et auraient-ils dans le budget général une place plus digne du passé et de l’avenir de notre pays. Toutefois, en attendant cette réhabilitation, si le Parlement ne veut pas prendre la responsabilité du déclin de nos arts, s’il veut que l’année 1937 marque un encouragement sérieux à notre production artistique, il a le devoir de relever les crédits de ce budget, d’une modestie inadmissible pour qui est mu par le souci de la grandeur du pays et de la formation spirituelle totale de sa population laborieuse, par la volonté de réaliser l’union de l’intelligence et du travail.

Le développement de la culture nationale française aidera à la marche en avant de la civilisation universelle. Celle-ci en a grand besoin. Nous devons et pouvons légitimement nourrir l’ambition de nous placer au premier rang des forces idéalistes du monde. Sans doute suffit-il à cet effet d’établir le plus étroit contact entre l’art et les masses populaires dont les possibilités créatrices sont infinies…

Joanny BERLIOZ – Rapport, Budget, 1937, in Art et État sous la IIIe République. Le système des Beaux-Arts 1870-1940, Marie-Claude Genet-Delacroix, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992 (p. 421-422) (1er novembre 1936)

 

[Découvrir d’autres textes]