Excavating the Remains of French Scenography in Prague, une recherche-création à la croisée des pratiques artistiques, scénographiques et archéologiques

Cet article présente le projet Excavating the Remains of French Scenography in Prague créé par Carolina E. Santo et Emmanuelle Gangloff dans le cadre du « site-specific performance festival » lors de la Quadriennale de Prague du 6 au 16 Juin 2019.

The sites of both performance and archaeology contitute sensoria. They are apprehended as a complex manifold of simultaneous impressions – any account will be inevitably embodied, subjective and poetic.

in Theatre / Archaeology, 2001, Pearson and Shanks

 

La Quadriennale de Prague est le plus grand événement mondial centré sur la scénographie et l’architecture théâtrale. Crée en 1967, cet événement explore – tous les quatre ans – une nouvelle vision de la scénographie en conviant des scénographes, artistes, performeurs, architectes à venir exposer leur travail. Elle est organisée par le ministère de la Culture de la République tchèque et produite par l’institut de l’Art et du Théâtre. Soutenue par l’UNESCO, la Quadriennale est devenue au fil des années un événement incontournable dans le milieu des arts performatifs et du théâtre comme lieu d’expérimentation, d’échange et de valorisation. Malgré les efforts des nombreux acteurs de la scénographie française (artistes, critiques, journalistes, professeurs et historiens), la France a officiellement manqué le rendez-vous de cet événement lors des éditions de 1995, 2007, 2011 et 2015.

 

Un imaginaire de la scénographie française à Prague autour d’une fouille fictive

En tant que citoyennes et scénographes françaises, nous voulions déterrer un imaginaire de la scénographie française qui serait resté enterré dans le parc des expositions, empêchant sa participation nationale officielle à plusieurs reprises. Notre projet s’est construit autour d’une hypothétique intrigue de ces rendez-vous manqués. Afin d’en déceler le mystère, nous avons imaginé un scénario mettant en scène la scénographie elle-même. Comment donner à voir l’histoire de cette présence / absence française à Prague ?

Illustration 1 : Premier jour, les artistes-scénographes s’attellent à fouiller le site dans le bac à sable principal selon un procédé archéologique

Pour répondre au format de la performance contextuelle, la méthode archéologique nous a semblé pertinente. Pendant les neuf jours du festival, nous avons donc effectué une fouille fictive. Ce cadre dramaturgique nous permettait de devenir des scénographes-archéologues, de documenter et de réactiver la mémoire des relations entre la France et la Quadriennale de Prague depuis sa création en 1967 et aussi d’insuffler une nouvelle vie aux vestiges sur lesquelles nous avions établi notre campement.

Suite à la proposition de Sophie Jump, curatrice du « Site Specific performance Festival », notre performance s’est déroulé précisément sur les vestiges de l’ancien pavillon de Bruxelles, bâtiment iconique de l’architecture moderniste tchécoslovaque dont une partie fût transférée dans le parc Stromovka à Prague après l’exposition universelle de 1958 de Bruxelles. C’est dans ce bâtiment, emporté par les flammes en 1991, que la première édition de la Quadriennale internationale de la scénographie eut lieu en 1967. Cette année, la France remporta la Triga d’or, prix d’excellence de la compétition.

En regardant de près, le sol y révèle des motifs, vestiges d’une architecture disparue. Ce terrain, nous offrait la promesse d’une fouille archéologique riche de découvertes enfouies, capable de réactiver les liens scénographiques qui unissent la France à la Quadriennale de Prague.

 

À la recherche d’indices historiques

Illustration 2 : L’espace de documentation des archives consultable par les visiteurs

Depuis septembre 2018, nous avions collecté de nombreux témoignages, ouvrages, croquis, photographies, livres, vidéos et autres documents sur la scénographie française telle qu’elle s’est exposée depuis 1967 aux Quadriennales de Prague, mais aussi telle qu’elle avait continué d’exister en dehors de ce cadre de représentation nationale officielle. En amont de notre performance archéologique, nous avons rencontré et interrogé Georges Banu, Gilone Brun, Jean Chollet, Jean-Guy Lecat Philippe Marioge, Mahtab Mazlouman, Daniela Parizkova, Raymond Sarti et Andrew Todd.

Claire Acquart nous a ouvert les portes de l’atelier de son père André Acquart. Nous avons documenté ses croquis, filmé son atelier et retrouvé sa médaille d’or obtenue à la Quadriennale de Prague de 1983, précieusement gardée par son épouse Barbara. Nous avons eu également accès aux archives de plusieurs des personnes interviewées, ainsi que de celles de Marcel Freydefont, via sa fille Agathe Freydefont. Nous sommes passées par la BNF, nous avons ouvert les dossiers de l’Institut du Théâtre de Prague, et ceux des archives nationales situées à Nantes.

Toute la documentation que nous avons réunie était disponible et consultable par les visiteurs sur notre site à Prague. Elle a également servi aux scénographes, artistes et chercheurs que nous avons invité chaque jour à intervenir sur notre site : Zénab Bassalah, Gilone Brun, Laure Catalan, Sigolène de Chassy, Muriel Delamotte, Émilie Delanne, Shehrazad Derme, Amélie Lauret, Lucie Mazières, Federica Mugnai, Bernard Müller, Cécile Saint Paul, Thibault Sinay et Clothilde Valette.

 

Une reconstitution collective à travers un protocole de création

Illustration 3 : Œuvre de Sigolène de Chassy « Méditation sur l’hybridation spectaculaire & la discipline de l’artiste solitaire »

Les organisateurs de la Quadriennale ont été nos complices. Nous leur avons demandé d’enfouir des petits objets de leur choix dans le grand bac à sable central existant sur notre zone. Celui-ci a été ensuite protégé par une rubalise et soigneusement carroyé.

Pendant les 10 jours de notre performance située, nous avons commencé tous les jours par une action de fouille dans ce bac à sable central afin d’y déterrer les objets enfouis. Une fois que notre invité du jour avait trouvé un objet suffisamment signifiant, celui-ci devenait une pièce à conviction répertoriée et archivée. Ensuite, l’artiste invité devait croiser cette preuve avec les documents d’archives pour tenter d’identifier à quelle maquette, costume, ou accessoire, à quel discours, ou texte, ou à quelle figure historique de la scénographie française ce vestige appartenait. 

Une fois identifié et « historicisé », l’invité pouvait alors procéder à la reconstitution de l’objet à partir de l’indice. Cette reconstitution était libre. Elle pouvait prendre la forme d’une réalisation de maquette, de costume, d’accessoire, donner lieu à une performance contextuelle, à la lecture d’un texte, ou même à la création d’une œuvre originale. Notre seul mot d’ordre à nos invités artistes, auteurs, créateurs, chercheurs était : « Soyez libres et intuitifs ».

Nous avions mis à leur disposition tout le matériel nécessaire pour qu’ils puissent travailler. Tables, chaises, carton, papier, cutter, colle, tissus, mannequin, micros, et autres instruments scénographiques courants.

Par un effet de détournement épistémologique – l’archéologie étant la discipline scientifique qui étudie les vestiges ayant subsisté des civilisations disparues – nous avons emprunté les méthodes performatives de la fouille, de la documentation et de la reconstitution pour évoquer l’absence de la scénographie française à Prague.

Nous sommes parties du principe que la non-représentation officielle de la France aurait pu, en effet, soulever des questions d’ordre existentiel au sein de la communauté scénographique internationale telles que : La scénographie française aurait-elle disparu ?

 

Une mémoire vivante de la scénographie

Étant nous-mêmes scénographes vivant en France, nous savions et avions pu constater par nous même que les scénographes français avaient maintenu une activité foisonnante au théâtre, à l’opéra, au cirque, dans la ville aussi bien sur le plan artistique, que le plan critique, éditorial et académique. La scénographie française n’a donc jamais cessé d’exister. Nous voulions le démontrer par des preuves tangibles et matérielles mais aussi par son répertoire vivant et immatériel : les artistes, scénographes et chercheurs à l’œuvre. Une scénographie vivante, c’est justement ce que nous voulions donner à voir.

La fouille archéologique est ainsi devenue un prétexte à création et à réflexion. Les artistes et chercheurs invités ont utilisé son cadre méthodologique, dit scientifique, pour en déborder immédiatement par des performances et des installations contextuelles, et faire ainsi revivre la mémoire de la scénographie française par leur énergie créative. Ce que nous avons voulu montrer avant tout c’est le métier de scénographe à l’œuvre et l’archéologie nous a donné cette opportunité.

Cet atelier vivant a ainsi permis de « performer » la mémoire de la scénographie française de façon active et créative ; et de donner à voir les nombreuses facettes et acteurs vivants de la scénographie française.