Hommage à Raymonde Moulin

Par Alain Quemin,
Professeur de sociologie de l’art à l’université Paris-8,
Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France
aquemin@univ-paris8.fr

 

Le 10 août 2019,

La sociologue, qui vient de disparaître à 95 ans, le 09 août 2019, a largement refondé la sociologie de l’art dans les années 1960. Si sa contribution est majeure par ses écrits, elle a aussi joué un rôle institutionnel important dans ce domaine.

Raymonde Moulin est née le 19 février 1924, à Moulins, dans une famille de petits notables. Son père, qui était le receveur des postes de la ville, était également conseiller municipal. Elle racontait elle-même que, fille unique, elle fut très gâtée et ne se remit jamais vraiment d’avoir perdu, lorsqu’elle avait 19 ans, son père chéri, emporté par un cancer foudroyant. C’est à Lyon, en zone libre, qu’elle effectua, pendant la Seconde guerre mondiale, sa classe préparatoire littéraire, puis le reste de ses études, jusqu’à l’agrégation d’histoire. D’abord nommée à Moulins, elle gagna ensuite Paris et le lycée Molière qui lui offrit l’opportunité d’un séjour aux États-Unis. C’est là qu’elle rencontra Pierre Carlo qui allait devenir, des années après, son compagnon puis, sur le tard, son époux. Celui-ci développant une brillante carrière de cadre dirigeant dans l’industrie pharmaceutique entre la France et les États-Unis, Raymonde Moulin eut de nombreuses occasions de se rendre dans ce pays.

Lasse de devoir enseigner chaque année la même chose (elle expliquait avec humour qu’elle « en avait assez de se lever tous les jours à 8 heures et, année après année, de prendre la Bastille et d’enterrer Robespierre »), Raymonde Moulin entendit parler du Centre National de la Recherche Scientifique lors d’une rencontre incidente. Elle alla donc demander conseil à son directeur de maîtrise –elle avait consacré son mémoire à la place de la femme dans la cité grecque – en lui expliquant qu’elle désirait désormais « vivre dans le siècle ». Elle fut ainsi orientée vers Raymond Aron qui encadra sa thèse d’État et dont elle allait devenir une très proche collaboratrice, puisqu’il lui confia même le secrétariat général du Centre Européen de sociologie Historique dans les années 1970. L’esprit d’Aron inspira à la fois l’absence de tout dogmatisme de Raymonde Moulin, mais aussi un certain détachement devant la bassesse humaine. Forte d’une thèse remarquée sur Le marché de la peinture en France (Minuit, 1967), Raymonde Moulin a effectué toute sa carrière au CNRS, de 1957 jusqu’à sa retraite en 1992, ainsi qu’à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, de 1985 à 1992, après un passage de deux ans au Centre Expérimental de Vincennes, alors tout juste créé, devenu ensuite université de Vincennes Saint-Denis. Son ami sociologue Jean-Claude Passeron l’avait sollicitée, car elle possédait un doctorat d’État. Raymonde Moulin gardait, de ses deux années passées à Vincennes, un souvenir amusé du joyeux bazar qui y régnait alors, même si, sur le moment, elle trouva l’expérience éprouvante tant l’absence d’ordre lui pesait (elle expliquait cela par son enfance passée dans un milieu « tout sauf bohème »). Ses convictions politiques de centre (gauche) qu’elle avait héritées de sa famille et qu’elle conserva toute sa vie s’accommodaient mal avec les différentes formes d’extrémisme qui fleurissaient alors… Dans toutes ces structures auxquelles elle a été associée, Raymonde Moulin a joué un rôle institutionnel essentiel, étant généralement appréciée pour son sérieux et sa pondération.

C’est toutefois en sociologie de l’art que sa contribution a été la plus décisive. Parallèlement à Pierre Bourdieu et ses collaborateurs, Raymonde Moulin a complètement refondé ce domaine dans les années 1960. Elle entretenait avec Pierre Bourdieu des rapports complexes. Celui-ci était de six ans son cadet et elle l’avait connu dès qu’il était apparu dans l’entourage de Raymond Aron. Des deux grands sociologues, elle admirait le talent et elle pouvait parler pendant des heures en enchaînant les anecdotes. Mais Raymonde Moulin reprochait un certain dogmatisme à Pierre Bourdieu et s’agaçait de ses défauts, notamment de ce qu’elle qualifiait de « sincérités successives » pour désigner ses propos et promesses parfois contradictoires. Ils cheminèrent toutefois longtemps côte à côté et ils se rejoignaient entièrement sur un point : le type de démarche avec lequel ils entendaient, l’un et l’autre, rompre. Si, dès les débuts de la sociologie en France, une certaine « sociologie esthétique » était apparue, le terme de « sociologie » était surtout une étiquette apposée par les auteurs, la discipline étant très à la mode à la toute fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Le contenu proprement sociologique était, quant à lui, plus discutable. Il est possible de porter un regard proche sur la contribution de Pierre Francastel, qui créa, pour sa part, l’expression de « sociologie de l’art », mais dont l’ancrage réel dans la discipline fait, aujourd’hui encore, débat. En rompant résolument tant avec l’approche précédente qu’avec les apories de la filiation marxiste, Raymonde Moulin a ancré la discipline dans une perspective résolument empirique. Elle laissait, en revanche, volontiers, la dimension hautement théorique à Pierre Bourdieu, car, avec la modestie qui la caractérisait, elle considérait que, n’étant pas philosophe de formation, elle ne pourrait pas disposer des instruments lui permettant de s’affirmer valablement dans cette sphère. La dimension fondatrice du Marché de la peinture en France pour la sociologie de l’art peut s’apprécier d’un double point de vue. Elle peut tout d’abord, se mesurer au fait que l’ouvrage comporte très peu de références en sociologie, c’est principalement la démarche originale, essentiellement compréhensive, qui ancre ce livre dans la discipline, laquelle était d’ailleurs encore largement à constituer. Il faut se souvenir qu’à l’époque, il n’existait pas de section de sociologie au CNRS, comme Raymonde Moulin le soulignait elle-même. L’influence fondamentale de cet ouvrage peut également se mesurer au fait que l’un des plus grands sociologues du 20ème siècle, l’Américain Howard S. Becker, trouva une source d’inspiration majeure dans ce livre pour apporter, à son tour, une contribution essentielle en sociologie de l’art et devint longtemps un compagnon de route de Raymonde Moulin.

Celle-ci a également joué un rôle important dans l’institutionnalisation de la sociologie dans deux instances principales : en siégeant de longues années au comité national du CNRS au cours des années 1970 et 1980 ; en étant une personnalité d’influence à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de 1985 à 1992 (ses contacts étaient riches avec les sociologues, mais aussi les historiens, notamment Jacques Revel). Raymonde Moulin expliquait, là encore avec une grande modestie, son rôle institutionnel important dans de nombreuses instances par le fait qu’elle était une femme et que, dans sa génération, peu de femmes occupaient des fonctions en vue dans le monde de la recherche (à part elle, il n’y avait guère que Viviane Isambert-Jamati en sociologie). À partir du septennat de Valéry Giscard d’Estaing puis sous François Mitterrand, il fallait féminiser les instances et Raymonde Moulin se trouva très sollicitée. Ce mouvement de société n’a pas épargné le monde de la recherche. C’est ainsi que Raymonde Moulin a présidé la Société française de sociologie (devenue ensuite l’Association française de sociologie) au milieu des années 1980, et a dirigé la Revue française de sociologie, de 1993 à 1998. Mais nul doute qu’au-delà du fait d’être une femme, ses qualités personnelles furent déterminantes pour accéder à ces fonctions.

Plus fondamentalement encore, sa contribution a été prépondérante pour l’essor de la sociologie de l’art qu’elle a non seulement irriguée par ses propres recherches mais aussi structurée de façon déterminante. En 1983, elle a créé un laboratoire spécialisé, le Centre de Sociologie des Arts, qui a joué un rôle essentiel en termes d’identité du domaine de recherche. À ce moment-là comme durant toute sa carrière, Raymonde Moulin fut une grande « patronne ». Elle regret-tait parfois de n’avoir pas pu davantage se consacrer à l’activité de recherche et publier. Mais, comme elle l’expliquait, elle dut longtemps gérer les carrières de ses collaborateurs et s’assurer qu’ils recevraient un revenu régulier. Pour stabiliser la situation professionnelle des « hors statut » qui contribuaient à la recherche, elle fut parfois obligée de se consacrer à des contrats qui ne la passionnaient guère et qui se révélaient chronophages. Outre son rôle important de directrice de laboratoire à la tête de la première équipe de sociologie de l’art, Raymonde Moulin a également organisé et présidé un grand colloque devenu une référence, à Marseille, en 1985 (les contributions ont ensuite été réunies dans Sociologie de l’art, réédité chez L’Harmattan en 1999). De secteur de niche mal identifié, la sociologie de l’art (et de la culture) est devenue un domaine majeur en sociologie.

En 1992, Raymonde Moulin a publié son chef-d’œuvre, L’artiste, l’institution et le marché (Flammarion) livrant une analyse brillante du système mis en place en France durant les années 1980 et faisant apparaître comment la valeur de l’art se constitue à l’articulation de l’institution et du marché, valeur esthétique et valeur financière se soutenant mutuellement. Le découvrir ou le relire permet, mieux que tout autre texte, de rentrer dans une pensée limpide et pénétrante qui a essaimé en France et internationalement. Si l’héritage laissé par Raymonde Moulin s’avère particulièrement riche, cet ouvrage en représente la pierre angulaire. Il en constitue également le socle sur lequel pourront se développer, pendant des années encore, de nouveaux travaux venant prolonger ceux de son auteure.



Citer ce billet
chmc2 (2019, 10 août). Hommage à Raymonde Moulin. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrlp

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search