[séminaire] Patrimoines et patrimonialisation : les inventions du capital historique XIXe-XXIe siècles [2019-2020]

Le séminaire qui fut lancé en 2018 et qui se soldera par la parution d’un ouvrage collectif aux PUG en 2021 a pour ambition d’analyser les processus de patrimonialisation sous l’angle des logiques de valorisation et de mise en lumière des « nouveaux » objets patrimoniaux. Force est en effet de constater que le patrimoine recouvre des réalités pour le moins contrastées, allant du domaine des arts à celui de l’industrie, de l’architecture à la gastronomie, de la culture à la nature, du matériel à l’immatériel. Cette extension du domaine du patrimoine reflète une tendance à faire mémoire de tout bois, à vouloir sanctuariser un nombre croissant d’objets et de pratiques au nom d’une tradition ou d’un existant. Transformer un objet profane en patrimoine, c’est évidemment lui conférer une visibilité sociale, une valeur symbolique, l’arracher à ses usages triviaux… pour conférer à son ou ses détenteur(s) des ressources patrimoniales. On le mesure sur ce point, le patrimoine n’est pas un capital qui tombe du ciel historique mais le produit d’une construction – la patrimonialisation – dont il s’agit de sonder les rouages symboliques, garants d’une plus-value, mais aussi les rapports de force, les formes de mobilisation sociale, les engagements de ressources culturelles mais aussi économiques qui la sous-tendent.

Les rencontres thématiques organisées au fil du séminaire ont donc mobilisé des chercheurs venant de différents horizons, historiens, sociologues, économistes, juristes, etc. se proposant à partir de leur ancrage disciplinaire et de leur objet d’étude, d’apporter leur concours à cette entreprise collective. Cette simple indication souligne la transversalité des questions patrimoniales qui « interpellent » de nombreux champs disciplinaires et dépassent la traditionnelle assignation à résidence historique. Au-delà des nombreux thèmes abordés au fil des rencontres (patrimoine « naturel » ; patrimoines coloniaux ; patrimoines industriels et patrimoines ouvriers ; patrimonialisation des marges de l’art ; patrimoine et consommation ; patrimoine, tourisme et développement ; patrimoine et urbanisme ; patrimoine et culture contestataire, etc.), le séminaire s’est proposé d’interroger les logiques de notre rapport au passéson instrumentalisation sous des formes et selon des finalités disparates ainsi que l’inusable tension entre histoire et mémoire. Car les processus de patrimonialisation mobilisent l’histoire mais ils l’instrumentalisent aussi selon des finalités irréductibles à la seule volonté de préserver le passé et d’en conserver la mémoire. C’est d’ailleurs ce qui explique les formes de contestation, de dénonciation, de critique ou, inversement, de mobilisation sociale dont ils font l’objet.

Durant les dernières décennies, de nombreux travaux de recherche ont accompagné l’extension de la question patrimoniale, notamment depuis la reconnaissance par l’UNESCO de patrimoines immatériels, mais rarement ces travaux ont traité du processus de valorisation de l’objet patrimonialisé, impliquant comme par ricochet d’interroger la réalité de sa valeur patrimoniale. Pourtant, la question patrimoniale occupe une place nullement négligeable dans notre économie, si l’on suit la thèse développée par Luc Boltanski et Arnaud Esquerre (2017). Elle serait même une des principales clés de mise en valeur de biens et de marchandises, de lieux et de pratiques. Les professionnels du tourisme et de l’aménagement du territoire le savent puisqu’ils se tournent presque spontanément vers les patrimoines existants ou revisitent le passé pour mettre en valeur leur offre. Mais l’emprise des logiques de valorisation patrimoniale ne s’arrête pas aux seuls territoires. Elle s’étend à l’économie de biens de consommation, valorisés et labellisés au nom de leur fidélité à la tradition. Elle recouvre aussi des pratiques culturelles d’autant plus valorisantes qu’elles sont valorisées par leur ancrage dans un passé réel ou fantasmé. On le savait déjà au moins depuis Max Weber, le passé légitime mais, ce que l’on ne percevait pas de manière aussi évidente, c’est qu’il valorise. Et c’est en privilégiant ces logiques de valorisation, selon une gradation allant de la valorisation symbolique à la valorisation marchande en passant par l’affirmation identitaires de groupes sociaux et de communautés, que l’on peut saisir les objets érigés en patrimoine à la mesure même de l’importance qui leur est reconnue et attribuée.

Une telle approche par la patrimonialisation conduit à mettre au jour la face cachée de l’économie symbolique des biens culturels mais aussi de marchandises, de lieux, de savoir-faire, de pratiques. A l’heure du storytelling, le capital historique relève d’abord d’une mise en récit d’un passé dont la réalité n’est jamais univoque, ni toujours clairement établie. Il relève aussi de la transmission de réalités matérielles ou immatérielles qui, dépourvues de valeur, font à présent l’objet d’un investissement symbolique permettant de les transformer en capital, c’est-à-dire en ressources mobilisables à leur tour par certains acteurs à des fins politiques, culturelles, économiques, sociales. On rejoint, sur ce point, la dimension critique des analyses des processus de patrimonialisation car s’il ne fait guère de doute que les nouveaux objets du patrimoine sont pour la plupart dignes de la plus extrême attention, il n’en demeure pas moins que ceux qui les portent sur la scène historique ne sont pas animés par le seul but désintéressé de la connaissance et de la préservation mémorielle ou matérielle du passé. Tout ce qui est historique, y compris le vivant, entre dans le champ d’une possible patrimonialisation, du paysage à la chanson, en passant par la gastronomie et les savoir-faire. De ce fait, l’histoire se doit de maintenir une réflexivité critique dans l’appréhension de ces objets afin de pas cautionner et, indirectement, souscrire aux visées utilitaires qui président souvent au processus de patrimonialisation. Déjouant le culte patrimonial et ses objets sanctifiés, l’analyse des processus de patrimonialisation permet à la fois de neutraliser l’apparente naturalité dont on cherche à parer ces nouveaux objets et de mettre au jour les ressorts visibles et invisibles de ces processus.

Anne-Claude Ambroise-Rendu et Stéphane Olivesi


Ce séminaire est organisé par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Université Paris-Saclay), en partenariat avec le Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Direction scientifique:

  • Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeure d’Histoire contemporaine (Université de Versailles-Saint-Quentin), membre associé au Criham – acambre@orange.fr
  • Stéphane Olivesi, professeur des Universités (Université de Versailles-Saint-Quentin – CHCSC) –  stephane.olivesi@uvsq.fr

—————————–

En raison de la situation sanitaire, les deux dernières séances ont dû être reportées. Nous espérons pouvoir les reprogrammer prochainement et vous tiendrons informés.

Programme 2019-2020

(3e année)

Séance 1 – Le patrimoine « naturel » : conservation, préservation, patrimonialisation ?
15 novembre 2019
de 10 h à 16 h

  • Remi Luglia, Aux origines de la protection de la nature en France, le patrimoine
  • Steve Hagimont, L’usage politique du patrimoine naturel. Retour sur les résistances à la création d’un parc national (Ariège, 1964-1981)
  • Adriana Blache, Constances coloniales en Afrique rentière: violence et contradictions dans la gestion du patrimoine « naturel » en Tanzanie
  • Cécilia Claeys, Qui doit redoubler d’efforts pour protéger le patrimoine naturel ? Les politiques de création d’espaces protégés à la recherche d’une conciliation entre équité sociale et efficacité environnementale
  • Ambroise de Montbel, La nature : quel titulaire patrimonial ?

 

Séance 2 – Patrimoines, spiritualités et religions – REPORTE
13 Décembre 2019
de 14 h à 17 h

  • Galia Valtchinova, Saints Constantin et Hélène, la marche rituelle sur le feu et l’entrée des anastenaria /nestinari au patrimoine immatériel de l’UNESCO (2009)
  • Benjamin Chavardès, Altera Roma : la reconversion des églises à Avignon
  • Gaetano Ciarcia, Les cultes vodun comme capital culturel et mémoriel au Bénin

 

Séance 3 – Patrimoines coloniaux, patrimonialisation du passé colonial
7 Février 2020
de 14 h à 17 h

  • Alain Sinou, La patrimonialisation de l’espace urbain colonial en Afrique subsaharienne : l’exemple des villes côtières sénégalaises
  • Alain Messaoudi, Patrimoine colonial ou patrimoine national ? Autour de quelques édifices religieux de la Tunisie contemporaine
  • Alexandra Loumpet-Galitzine, De l’embarras patrimonial : réflexions sur les patrimonialisations du « colonial » au Cameroun

 

Séance 4 – Patrimoines industriels et patrimoines ouvriers – REPORTE
27 mars 2020
de 10 h à 16 h

  • Alain Michel, Les usines Renault de Billancourt, de la « forteresse ouvrière » aux vestiges industriels dans l’écoquartier huppé des Rives de Seine
  • Eric Lafon, Un musée d’histoire ouvrière et sociale pour une patrimonialisation vivante des mondes ouvriers. Quelle problématique ? Quelle politique de collecte et d’enrichissement des collections ?
  • Xavier Vigna, Construction et/ou appropriation de la mémoire ouvrière
  • Xavier Nerrière, Introduction à l’autoreprésentation des travailleurs-euses
  • Paul Smith, Une grande usine parisienne, la manufacture des tabacs du Gros-Caillou

 

Séance 5 – Métiers du patrimoine et acteurs de la patrimonialisationREPORTE
15 mai 2020
de 10 h à 17 h

  • Hugues Bonnefon, Les archéologues à l’épreuve du marché ? Dynamiques de segmentations d’un groupe professionnel
  • Christian Hottin, Du patrimoine de l’enseignement supérieur à l’enseignement supérieur du patrimoine. Jalons d’un parcours réflexif
  • Julie Marchand, Le patrimoine urbain : du chargé d’études à l’habitant, une appropriation à degré (sous réserves)
  • Marie-Aude Depuiset, Frederic Poulard, Les conservateurs du patrimoine entre unité et diversité : une enquête par questionnaires
  • Léonie Hénaut, La professionnalisation des restaurateurs en France et aux États-Unis
  • Sylvie Sagnes, Faiseurs et enchanteurs de patrimoine au cœur d’une ville patrimoniale : Carcassonne (sous réserves)

 

Les séances se tiendront en salle Rameau, au ministère de la Culture, 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris [plan]
Ces rencontres sont ouvertes au public sous réserves d’inscription préalable (au moins 48 h à l’avance) en remplissant le formulaire

Informations :
comitehistoire@culture.gouv.fr

[Programme 2018/2019]
[Programme 2018]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search