La Grande Masse de l’École des beaux-arts (1926-1968) : histoire d’une association fédératrice

Par Christophe Samoyault-Muller,
Architecte DPLG, archiviste de la Grande Masse des Beaux-Arts[1]

et Isabelle Conte,
Doctorante, EPHE, vice-présidente de la Grande Masse des Beaux-Arts

Association centrale de la vie étudiante de l’ancienne École des beaux-arts de 1926 à 1968, bien connue des historiens de l’architecture qui croisent souvent ses bulletins, la Grande Masse des Beaux-Arts (GMBA ou Grande Masse) n’a pas encore fait l’objet d’études. Aussi, cette contribution propose-t-elle d’esquisser les contours d’une histoire à faire. Il s’agit d’en parcourir quelques grandes étapes et de mettre en évidence, à travers des actions ou des événements particuliers, la façon dont cette association a pu structurer la sociabilité de l’École des beaux-arts (ENSBA).

Nous nous appuyons sur les fonds conservés par l’association. Ces archives sont récentes car la GMBA a subi plusieurs pertes de documents au cours de son existence[2]. On peut néanmoins reconstituer son histoire au moyen de ses publications, en particulier ses bulletins. Changeant souvent de forme, de format et de formule, ces périodiques avaient une fréquence de parution mensuelle ou bimestrielle dans les premières années, puis de plus en plus irrégulière. Le financement était assuré par des publicités présentes dans leurs pages ; on y trouve les fournisseurs de matériels utiles aux élèves et des entreprises de construction. Prenant d’abord l’aspect d’une petite brochure, le bulletin de l’association devient au sortir de la seconde guerre mondiale un journal, auquel est assortie une nouvelle publication : la revue intitulée Melpo[3]. À partir de 1958, l’association publie un petit magazine aux couvertures colorées appelé Melpomène[4]. Le temps de deux numéros en 1966, Melpomène devient Melp![5], en référence à la chanson des Beatles Help, et adopte l’esthétique du collage contestataire. La publication ne disparaît pas après 1968, mais est considérablement affaiblie par l’éclatement de l’École des beaux-arts[6].

En 1958, l’association se dote d’un « centre de diffusion », qui lui permet d’éditer des cours sous la forme de brochures jusqu’en 1975[7]. Sa correspondance avec la direction de l’ENSBA et avec les administrations de tutelle est conservée aux Archives nationales, principalement dans les fonds de l’École des beaux-arts et du ministère des Beaux-Arts. Enfin, la Grande Masse organisant ou s’associant à diverses manifestations, certaines de ces actions ont fait l’objet de comptes rendus ou d’articles dans la presse. Voilà pour les sources.

 

Les origines de la Grande Masse des Beaux-Arts

Si la Grande Masse est officiellement créée en 1926 par l’enregistrement de ses statuts en préfecture en tant qu’association loi de 1901, elle est en fait l’héritière de la « masse », en vigueur dans les ateliers de l’École des beaux-arts tout au long du XIXe siècle. Ce système voulait que les élèves d’un atelier désignaient parmi eux un « massier », responsable de gérer la collecte de fonds et les dépenses nécessaires à la vie du groupe et à l’apprentissage de chacun. Il s’agissait par exemple de payer le loyer, le chauffage, le modèle, le matériel ; autant de frais pour lesquels l’argent des élèves était mis en commun. Précisons que le patron de l’atelier n’intervenait pas dans cette désignation.

Ancienne, cette pratique de la masse s’est renforcée sur le plan hiérarchique au cours du XIXe siècle. Chaque atelier ayant un massier à sa tête, on désigna des massiers pour s’occuper des différentes sections de l’École. Il y eut un massier des architectes, et un massier des peintres, sculpteurs et graveurs.

Cette organisation entre élèves, massiers et grands massiers de section se constate alors même que la culture d’atelier devient une culture d’école propre à l’École des beaux-arts. Durant la dernière décennie du xixe siècle, les élèves des Beaux-Arts disposent de leur hymne et de leurs fêtes – signe d’un développement de rites et de traditions singulières.

L’événement le plus ancien et le plus éclatant de l’affirmation d’une culture commune est le bal des Quat’Z’Arts. Ce bal, fédérant l’ensemble des élèves toutes sections confondues, a été tenu pour la première fois en 1892. C’est à cette occasion que le terme de grand massier émerge, puisque c’est son organisateur, Henri Guillaume, qui est alors qualifié par les sources de « grand massier des architectes » ou de « grand massier de première classe ». Le nom de la fonction est désormais mentionné dans la presse. En 1908, un certain Drouet est ainsi cité comme « grand massier des beaux-arts[8] ». En 1910, Marius Boyer est désigné comme « grand massier des architectes[9] », puis comme « grand massier de l’école[10] » en 1914. On peut également citer Albert Oscar Fauvet, dont il sera question plus loin, ou encore Henri Constant-Bernard[11], « grand massier de l’École » en 1921-1922. Ils sont autant de « grands massiers » avant la création officielle de la Grande Masse des Beaux-Arts comme association par Raymond Muller et ses camarades en 1925-1926, qui s’appuie alors sur un tissu associatif déjà vigoureux.

Cette date de 1926 est assez tardive comparée à l’histoire des unions d’élèves d’autres écoles supérieures. Il existait déjà une association de loi 1901 de Grande Masse de l’École des arts décoratifs en 1910 et de nombreuses écoles étaient dotées d’une amicale ou d’une société d’élèves au siècle précédent. Il en est ainsi de l’École polytechnique qui crée sa Société amicale de secours[12] s 1863, de l’Association amicale des internes et anciens internes des hôpitaux et hospices civils de Paris fondée en 1882 ou de la Société d’entraide de l’École nationale des chartes créée en 1891.

Au moment de sa création, la GMBA était, davantage qu’une simple association d’élèves et d’anciens élèves, un organe qui fédérait toutes les structures d’étudiants existentes à l’école, qu’il s’agisse des masses d’atelier, des grandes masses de section ou des différents comités et organisations associatives qui géraient les fêtes, les rituels ou autres événements émanant de la culture de l’école. Avant la GMBA, il y avait donc déjà un tissu d’organisations étudiantes.

 C’est durant la période de la Grande Guerre que s’est affirmée la volonté de créer une association commune à tous les élèves et anciens élèves. La guerre a imposé en effet la nécessité de coordonner les œuvres de bienfaisance. Avec l’aide du Comité des étudiants américains de l’École des beaux-arts, on récoltait de l’argent pour les élèves au front au moyen d’expositions ou de ventes de cartes postales. Cela permettait d’envoyer des colis aux mobilisés et d’éditer les « gazettes d’ateliers ». Ces gazettes étaient de véritables organes de liaison entre les mobilisés et les élèves restés à l’arrière, entre les anciens élèves et les nouvelles générations. Il y est non seulement question de la figure du grand massier mais également de la nécessité de créer la Grande Masse. C’est ainsi que l’article de la gazette de l’atelier Chifflot (1917) intitulé « L’élection des grands massiers intérimaires » nous apprend qu’une réunion programmée le 22 février 1917 dans l’atelier Defrasse, sur la demande de « notre Grand Massier Marius Boyer », permit de procéder à l’élection d’un grand massier de l’école et des grands massiers intérimaires pour la durée de la guerre.

Ainsi, la solidarité de guerre émanant du Comité des étudiants américains, des rédacteurs de gazettes d’ateliers et des grands massiers a contribué à la mise en place de la Grande Masse comme association des élèves et anciens élèves prônant une entraide qui ne se limiterait pas aux seuls diplômés. Ce fut réalisé huit ans plus tard. Les camarades dans le besoin étaient ajoutés aux veuves et orphelins de guerre. Pour les aider à faire face aux difficultés matérielles, les élèves de l’école cherchèrent à mettre en place une caisse de secours. Mais la démarche allait bien au-delà : pour la GMBA, il s’agissait aussi de réclamer la reconnaissance du lourd tribut payé par les élèves des Beaux-Arts. Les actions de l’association ont permis à l’ENSBA toute entière d’être décorée de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur. La cérémonie eut lieu le 20 janvier 1932 dans la cour du Mûrier.

 

L’organisation et le fonctionnement de la Grande Masse

Créée officiellement en 1926 et formalisée afin de porter la voix des élèves des Beaux-Arts, la Grande Masse des Beaux-Arts dispose dès lors de statuts. Ces derniers nous apprennent que l’objectif central de cette association est de « créer et d’entretenir un lien de solidarité entre tous les élèves et anciens élèves de l’École nationale supérieure des beaux-arts, de fonder et de développer toutes organisations susceptibles d’améliorer la situation de ses membres[13] ».

Fig. 1 – Logotype de la Grande Masse des Beaux-Arts conçu par André Leconte. Couverture du bulletin de la Grande Masse, avril 1929. Fonds GMBA.

En 1929, l’association se dote d’un logotype, dessiné par André Leconte, grand prix de Rome d’architecture en 1927 et architecte DPLG en 1934 (fig. 1). On y voit cinq figures qu’on désigne souvent à tort comme « les muses ». Elles représentent « les arts majeurs » : l’architecture, la poésie, la musique, la peinture et la sculpture, conceptualisés par Hegel.

Fig 2 – Organisation et fonctionnement de la Grande Masse. Tiré de J. P. Trouchaud (dir.), L’École nationale supérieure des beaux-arts, 1937. Fonds GMBA.

Concernant l’organisation et le fonctionnement de la GMBA, un schéma datant de 1937 offre une vision synthétique de ses différents organes et des responsables qui composaient alors l’association[14]. L’eau-forte de Jean Chaudeurge donne à l’ensemble la forme d’un dessin industriel annoté où tous les éléments connectés entre eux évoquent un réseau d’ondes électriques (fig. 2). La structure en organigramme de ce schéma permet de comprendre les rapports que les responsables entretenaient avec les ateliers, le directeur de l’école mais aussi avec le directeur général des Beaux-Arts, le ministre et l’Institut. Il en ressort notamment que le grand massier de l’école, épaulé par un conseil, était assisté des trois grands massiers de section (architecture, peinture et sculpture) et qu’il s’appuyait sur les responsables d’activités. Foisonnant et tentaculaire, ce dessin montre les nombreuses actions de l’association : la caisse de secours, le bulletin, la défense de la profession, le comité des fêtes, les liens avec les écoles régionales[15] – auxquelles on peut ajouter le bureau de placement des élèves appelé « office du nègre » (1929), le centre de diffusion, etc.

Ainsi, dynamique et couvrant tous les domaines, la Grande Masse apparaît ici davantage comme une fédération d’associations que comme une association à proprement parler. D’ailleurs, son bulletin est l’organe central de la circulation des informations à l’école. On y trouve non seulement des nouvelles sur les activités de la Grande Masse, de l’école, du comité d’organisation du bal des Quat’Z’Arts, de l’association sportive ou de l’association musicale mais aussi des appels à souscription lancés par des auteurs traitant de l’histoire de l’école ou la promotion d’activités ou de produits pouvant intéresser les élèves.

La caisse de secours de la GMBA continuait à apporter une aide matérielle aux élèves et anciens élèves infortunés – malades, victimes de guerre – et à leurs veuves ou orphelins notamment en organisant des tombolas et des arbres de Noël. Pour susciter des dons, l’association choisit de créer la fondation Fauvet, empruntant son nom à Albert Oscar Fauvet, « grand massier des architectes », mort à la guerre en 1915. Le grand massier Raymond Muller rappelle en 1935 les objectifs de la caisse de secours : « Aide à un camarade dont la situation de fortune ne permet pas de poursuivre ses études, sous forme de prêt d’honneur – aide à un camarade que la maladie terrasse en plein effort – aide parfois même à la famille d’un camarade enlevé tôt à l’affection des siens, restés dans le besoin – aide dans tous les cas où la grande solidarité de l’École doit prouver qu’elle est agissante[16]. ».Pour alimenter cette caisse, les membres de la Grande Masse multiplièrent les activités pouvant dégager des bénéfices telles que les fêtes ou la publication de livres[17]. Ce fut le cas du « bal Païen » organisé en 1926 par la GMBA. Contrairement au bal des Quat’Z’Arts[18], qui se devait de rester une fête d’artistes pour les artistes, ce bal était ouvert au public. Rebaptisé dès 1930 en « gala de l’École des beaux-arts », comme n’importe quel gala de grande école, il reçoit des hauts patronages institutionnels ainsi que l’appui de la direction de l’école, qui permet même l’usage de ses locaux pour la fête.

Si la caisse de secours servait à soulager des difficultés matérielles individuelles, l’association se donnait par ailleurs pour mission de venir en aide à certains groupes d’élèves : ceux des ateliers désavantagés de l’école.

 

Loger les ateliers extérieurs : la construction de l’immeuble du 1 rue Jacques-Callot

Les conditions d’étude des 1 500 élèves architectes d’alors étaient fortement inégalitaires entre les ateliers officiels – hébergés dans les murs de l’école – et les ateliers extérieurs ou libres – pour lesquels les élèves devaient louer eux-mêmes les lieux.

En 1929, les ateliers officiels étaient au nombre de trois, tandis qu’il y avait dix ateliers libres. Ces derniers étaient soumis aux aléas du parc immobilier privé. De fait, certains élèves pouvaient se retrouver sans local. Il fallait alors trouver rapidement une solution mais le groupe ne se désolidarisait pas. La Grande Masse se donne pour mission de sensibiliser les pouvoirs publics afin de les inciter à procurer de meilleures conditions de travail aux élèves des ateliers extérieurs d’architecture. L’association est ainsi à l’origine de la construction de l’immeuble d’ateliers de la rue Jacques-Callot. La généalogie du projet est relatée dans un article paru dans La Construction moderne[19]. On y apprend que la Grande Masse se tourna d’abord vers André Honnorat, ministre de l’Instruction publique, alors impliqué dans la fondation de la Cité internationale universitaire, mais cette démarche ne porta pas ses fruits. Les courriers répétés adressés au ministre de tutelle en octobre 1926, mars 1927 et juillet 1929 finirent par faire bouger les lignes. Le 1er avril 1930, Paul Léon, le directeur général des Beaux-Arts, informe qu’un terrain de la Ville de Paris serait cédé à l’État pour permettre la construction d’ateliers pour les élèves des Beaux-Arts. Le député Jean Locquin, en sa qualité de rapporteur du budget des Beaux-Arts, inscrit ce projet aux dépenses publiques. Le bâtiment, conçu par Roger-Henri Expert, lui-même chef d’atelier, est livré en 1933.

Dès lors, un peu à la manière d’un syndic de copropriété, la Grande Masse sert d’intermédiaire entre les massiers d’atelier, l’école et les pouvoirs publics pour gérer les loyers et l’entretien du bâtiment, dans lequel elle installe son siège social en 1937.

Venant au secours des élèves dans le besoin et intervenant pour leur assurer de meilleures conditions d’étude, la Grande Masse est reconnue d’utilité publique en 1932.

 

Représenter l’École des beaux-arts : le pavillon de l’Exposition internationale de 1937

Pavillon de la GMBA à l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937, É. Vago arch. Ph. Baranger © Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (EAT 339 N).

1937 est une année importante dans l’histoire de l’association : la Grande Masse présente son propre pavillon à l’Exposition internationale des arts et techniques et joue ainsi un rôle déterminant dans la représentation publique et la promotion de l’École des beaux-arts (fig. 3)[20]. Situé à un emplacement de choix, sur le Champ-de-Mars en face du palais de la Lumière, le pavillon se déploie sur une parcelle arborée de 20 mètres de long sur 7 mètres de large et complète en quelque sorte le pavillon de l’Enseignement[21].

L’association avait lancé un concours d’architecture auprès de ses membres pour la construction du pavillon, puis un second pour son décor. Les programmes de ces concours, ainsi que les meilleurs projets, sont connus grâce aux bulletins de l’association[22]. Le pavillon devait « exprimer synthétiquement à l’Exposition de 1937 l’École et les Arts qu’elle enseigne, ainsi que l’activité de la Grande Masse ». Doté de prix, le concours portait sur un projet pour lequel le budget global était de 30 000 francs, sa principale contrainte étant de ne pas dépasser la hauteur des arbres. Le jury était composé non seulement des principaux administrateurs de l’association mais également de personnalités comme le directeur général des Beaux-Arts, le directeur de l’école et l’architecte en chef de l’Exposition de 1937.

Le projet retenu et réalisé était celui d’Étienne Vago, alors élève en fin de cursus à l’École des beaux-arts. D’origine roumaine, Étienne Vago était issu d’une famille d’architectes : neveu de Joseph Vago et cousin de Pierre Vago[23]. La présentation de son projet comportait, conforme à la consigne, des plans, des façades et des coupes ainsi que deux perspectives, une de jour et une de nuit, fixés sur un châssis double grand aigle. Le texte accompagnant le projet de Vago précise : « Les statues exécutées par les élèves de l’École d’après la vignette de Leconte sont du projet (tel Les Bourgeois de Calais par Rodin) de sorte qu’une composition de groupe subsiste quelle que soit la position du spectateur. Elles sont éclairées de nuit par des réflecteurs disposés au pied des arbres. Un réflecteur dissimulé dans les feuillages éclairera la fresque. Une gorge lumineuse sera ménagée derrière les lettres. » Les sculptures et leur éclairage conféraient une certaine monumentalité à un pavillon extrêmement simple, puisqu’il s’agissait essentiellement d’un espace à ciel ouvert[24], délimité par un mur de fond légèrement ondulé, de 6 mètres de long et de 4,50 mètres de haut. Ce mur recevait la grande fresque représentant les principales phases de la vie de l’école et des activités de la Grande Masse. À savoir : « La prise de contact du nouveau. Le concours d’Admission. Scènes de la vie d’atelier. Le défilé du Rougevin. La course de charrettes. Le bal des 4’Z’Arts. Le bal de l’École. Le prix de Rome. La caisse de secours. Les manifestations de la Grande Masse. Le bulletin[25]. »

Pour conclure, reprenons les neuf formes de sociabilité principales que Paul Gerbod a identifiées dans son étude de la sociabilité étudiante[26]. N’étant pas une structure politique ou confessionnelle – activités par ailleurs proscrites dans ses statuts –, la Grande Masse rassemble sept formes de sociabilité sur neuf : elle édite des publications, donne des fêtes et des bals, encadre des mouvements de rue (chahuts, monôme, carnaval) et des pratiques culturelles (théâtre, harmonie, fanfare), contribue à transmettre un répertoire de chansons étudiantes, promeut le sport et favorise la convivialité (agapes, beuveries, réunions au café). Ce faisant, elle dépasse largement les activités traditionnelles des associations étudiantes.

Si ses statuts découlent des règles de vie commune en vigueur dans les ateliers, dont la devise fut longtemps : « À l’atelier pas de femme, pas de politique, pas de religion », la Grande Masse a pu prendre de la distance par rapport à certaines de ces règles, notamment en accueillant favorablement la présence des femmes. De plus en plus présentes dans l’école depuis le début du xxe siècle, les femmes ont pris part dès l’origine à une association dont la vocation était de réunir tous les élèves[27].

En ce qui concerne la chose religieuse, la Grande Masse en est restée éloignée ; ce dont témoignent en particulier ses relations distantes avec l’association confessionnelle Catholiques des Beaux-Arts[28]. S’agissant de la politique, si le militantisme est officiellement rejeté, il n’en demeure pas moins que la Grande Masse a joué un rôle social. Fondée sur l’idée d’entraide et de promotion de la profession, elle a été la voix des élèves afin qu’ils obtiennent de meilleures conditions d’étude[29]. Et cette vocation explique en partie ses relations parfois conflictuelles ou ambiguës avec les syndicats étudiants.

 


[1] Petit-fils de Raymond Muller, co-fondateur de l’association Grande Masse des Beaux-Arts en 1926.
[2] La Grande Masse a perdu des documents pendant Mai 68, dont témoigne l’indemnité versée par l’État en compensation des dommages et pertes. Dans les années 1980, une inondation dans les caves de l’École des beaux-arts a détruit les archives qui y avaient été entreposées. Durant la décennie suivante, un départ d’incendie dans les locaux de l’association a endommagé une autre partie du fonds. Enfin, en 2009, l’éviction de la Grande Masse de son siège social, rue Jacques-Callot, a failli causer la perte des dernières archives, mais grâce à la générosité d’un grand massier honoraire qui a mis un local privé à disposition de l’association, celles-ci ont pu être sauvegardées.
[3] Par exemple, en 1949 furent publiés le Bulletin de la Grande Masse du 1er trimestre 1949 et la revue Melpo n°3, 1949.
[4] Juliette Pommier, « La revue Melpomène (1958-1966) : l’architecture chez les étudiants des Beaux-Arts », Sociétés & Représentations, n° 30, 2010/2, p. 157-172.
[5] Roland Castro, Civilisation urbaine ou barbarie, Paris, Plon, p. 84.
[6] Elle reparaît au milieu des années 1970 sous la forme d’un journal, le Bulletin bimestriel, qui se réduit dans les années 1980 à celle d’un papillon. En 2007-2008, le Bulletin de la Grande Masse des Beaux-Arts est relancé sous l’aspect d’une petite brochure plus ambitieuse, dont on ne compte que deux numéros. Depuis, les newsletters virtuelles ont eu raison de cette publication papier.
[7] Dès 1951, la Grande Masse proposait des cours sous la forme de polycopiés.
[8] Article paru dans L’Écho saumurois, 7 mai 1908. Il s’agit vraisemblablement de l’élève Albert Drouet (1880-1953) appartenant à l’atelier d’architecture Laloux qui, ayant obtenu son diplôme en 1907, était resté à l’atelier pour préparer les concours.
[9] Article paru dans L’Action française, le 4 avril 1911.
[10] Article paru dans L’Intransigeant, le 2 avril 1914.
[11] Article paru dans L’Action française, le 24 mars 1922.
[12] Albert-Lévy et G. Pinet, L’Argot de lX, illustré par les X, Paris, Émile Testard, 1894, p. 11.
[13] Article premier des statuts de l’association, enregistrés le 12 janvier 1926.
[14]J. P. Trouchaud (dir.), L’École nationale supérieure des beaux-arts, Paris, La Grande Masse, 1937, 68 p.
[15] Des voyages d’étude inter-scolaires furent organisés pour faciliter les relations avec les ateliers des écoles régionales. Le premier d’entre eux se déroula à Rouen, le 18 juillet 1926, sous le patronage de M. Delabarre.
[16] Extrait du discours du grand massier Raymond Muller, prononcé pour la célébration des dix ans de l’association en 1935.
[17] L’ouvrage dirigé par J. P. Trouchaud sur l’École nationale supérieure des beaux-arts fut édité en 1937 par la G au profit de sa caisse de secours.
[18] Précisons que le comité d’organisation du bal des Quat’Z’Arts était indépendant. Le bal était promu dans le bulletin de l’association, mais il ne s’agissait pas d’une fête organisée sous l’égide de la Grande Masse, contrairement au gala de l’école.
[19] J.-L. Margerand, « Les ateliers extérieurs d’architecture de l’École nationale supérieure des beaux-arts », La Construction moderne, 48e année, n°45, 6 août 1933, p. 666-672.
[20] de la même façon, il existait un pavillon de la Grande Masse de l’École des arts décoratifs.
[21] Le pavillon de l’Enseignement, réalisé par l’architecte Éric Bagge, comprenait une section sur l’enseignement supérieur où les facultés, instituts, Cité internationale universitaire, etc. étaient présentés : « L’exposition de l’enseignement artistique vous fera comprendre le rôle des écoles, depuis l’enseignement primaire jusqu’à celui donné dans les Écoles supérieures des beaux-arts, des arts décoratifs et dans les Écoles de province […]. » Guide officiel de l’Exposition internationale de 1937, p. 68-70.
[22] Christophe Samoyault-Muller, « Pavillon de la Grande Masse – Expo universelle de 1937 », Brèves historiques, GMBA, juin 2019, sur [www.grandemasse.org].
[23] Étienne Vago est décrit par son cousin Pierre comme « fantasque, très doué, très artiste, plutôt paresseux ». Se comparant à Étienne il ajoute : « Il était beaucoup plus sympathique que moi, plus décontracté, se posant moins de problèmes. » In Pierre Vago, Une vie intense, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 2000, p. 71.
[24] Seule une petite alcôve était couverte et permettait de ménager un petit espace pour une vitrine où il était question du bulletin de l’association.
[25] Programme du concours pour la fresque du pavillon de la Grande Masse, paru dans le bulletin GMBA de décembre 1936.
[26] Paul Gerbod, « La sociabilité étudiante depuis 1870 », Réflexions historiques, vol. 7, n° 2-3, 1980, p. 507-517.
[27] Exemple d’Agnès Chaussemiche, élue première adjointe du Grand Massier en 1928.
[28] Cf. les collections relatives à la vie associative à l’École des beaux-arts, conservées à l’Académie d’architecture, place des Vosges à Paris (programmes, invitations etc.).
[29] Émission de télévision « Seize millions de jeunes : la vraie crise du logement », diffusée le 4 mars 1965, avec un interview de Philippe Molle, grand massier.

[sommaire]


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search