Des femmes à la conquête d’une formation. L’enseignement de l’architecture à Toulouse (1794-1968)

Par Laura Girard,
Architecte docteur en architecture, enseignante contractuelle HCA, ENSA Toulouse, LRA

et Constance Ringon,
Architecte docteur en architecture, maître de conférences associée HCA, ENSA Toulouse, LRA

La place des femmes dans la société et a fortiori dans le domaine de l’architecture – qu’elles soient conceptrices, étudiantes ou enseignantes – est un sujet d’actualité. En témoigne l’attention portée au thème de la profession d’architecte exercée par les femmes : la publication de divers ouvrages et articles[1], la création du prix des Femmes architectes en 2013 par l’Association de la recherche sur la ville et l’habitat (ARVHA). Or, le récit dominant concernant l’enseignement de l’architecture et son histoire ignore de nombreuses figures féminines, les laissant en marge de l’histoire. L’état de l’art démontre une augmentation du nombre d’études et de recherches sur le sujet. Mentionnons ici le travail de Marina Sauer, qui s’est intéressée à l’entrée des femmes dans les sections peinture et sculpture de l’École des beaux-arts de Paris (ENSBA) entre 1880 et 1923[2]. Citons aussi celui d’Amandine Diener[3] sur les femmes élèves à l’école régionale d’architecture de Strasbourg, ainsi que la communication de Stéphanie Bouysse-Mesnage au présent cahier.

Afin d’enrichir et de prolonger les démarches engagées, nous avons étudié la présence des femmes dans l’enseignement de l’architecture à Toulouse durant le XXe siècle[4]. Comment les femmes se sont-elles insérées dans cette formation ? Quelles ont été leurs postures par rapport à une profession considérée comme masculine ? Nous mettrons en lumière la façon dont les jeunes filles ont pu accéder à l’enseignement artistique – d’abord au dessin et à la peinture, ensuite à toutes les sections de l’école des beaux-arts de Toulouse –, puis analyserons le parcours de dix-huit étudiantes, à la charnière de l’école régionale d’architecture (ERAT) et de l’unité pédagogique d’architecture (UP) de Toulouse.

Le combat pour accéder à l’enseignement artistique (1794-1942)

Nous avons complété les informations issues du « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968)[5] », qui permet de retracer les itinéraires des étudiantes inscrites à l’ENSBA, avec des sources toulousaines, en particulier les archives de l’école des beaux-arts de Toulouse, consultables pour une part à l’actuel ISDAT[6] et pour l’autre aux archives municipales de Toulouse. Nous nous sommes appuyées sur la recherche de Charlotte Blachon menée en 2004, qui s’intéressait aux femmes élèves en peinture et en sculpture à l’école des beaux-arts de Toulouse entre 1895 et 1939[7]. Son travail a mis en évidence leur combat au tournant du XIXe au XXe siècle pour accéder à l’enseignement artistique public.

Bien qu’en 1780 les femmes fussent admises à l’ensemble des cours de l’académie, l’accès aux études artistiques leur est fermé à la fin du XVIIIe siècle. Il faut attendre 1895 pour voir la création de deux classes de dessin gratuites réservées aux jeunes filles. Les effectifs de ces classes ne cessent d’augmenter : 225 élèves en 1900, 383 en 1906. Les cours s’adressent à celles qui pratiquent un art d’agrément. Ils ne peuvent rivaliser avec ceux dispensés à l’école des beaux-arts et n’offrent pas de cours de modèle vivant, notamment. Ces deux classes demeurent alors la seule et unique possibilité d’études artistiques. Or, des jeunes filles souhaitant s’orienter vers une véritable carrière artistique vont exiger auprès de la municipalité leur admission à l’école des beaux-arts à l’égal des jeunes hommes. Leur requête est finalement entendue en 1913 avec l’ouverture d’un enseignement mixte. Dans un premier temps, les étudiantes s’inscrivent dans les classes de peinture et de sculpture. Les répertoires annuels d’inscription entre 1911 et 1941 montrent leur engouement (fig. 1).

Figure 1 – Nombre d’élèves femmes à l’école des beaux-arts de Toulouse au regard du nombre total d’élèves inscrits de 1910 à 1941. D’après les registres d’inscription, AMT 1R634-659.

Elles sont 49 en 1912/1913, puis 162 au sortir de la Grande Guerre. À partir de 1923/1924, leur nombre s’élève à une cinquantaine pour décroître progressivement jusqu’à la seconde guerre mondiale. Les répertoires permettent de connaître aussi leur métier – visé pour certaines, occupé pour d’autres – au moment de l’inscription. Le professorat est le métier le plus déclaré jusqu’au début des années 1920 ; graveur, artiste peintre, sculptrice, statuaire, dessinatrice, dentellière, parfois infirmière ou secrétaire, sont également mentionnés. Les jeunes filles s’orientent vers la décoration jusqu’au début des années 1930. La première inscription en section architecture date de 1927. Il est intéressant de relever que cette élève est la fille de l’architecte Jean Cazaux, Yvette Cazaux, dont la sœur était également inscrite aux beaux-arts, en décoration.

Avec la création de l’école régionale d’architecture en 1942, les jeunes filles seront plus nombreuses à se diriger vers les études d’architecture. Elles se positionneront plus ouvertement dans ce milieu masculin, allant jusqu’à obtenir leur diplôme et à s’engager dans des carrières professionnelles de natures diverses.

Les femmes à l’école régionale d’architecture de Toulouse entre 1942 et 1968

Cette deuxième partie propose un panorama des parcours de dix-huit femmes ayant fréquenté l’ERAT, de leurs études à leur carrière professionnelle. Aux seize élèves admises en seconde classe recensées dans les archives[8] nous avons ajouté deux femmes qui ont débuté leur formation à l’ERAT et dont les noms sont issus de la connaissance du terrain et des entretiens réalisés : Nicole Roux, épouse Loupiac, diplômée d’UP1 en 1973, et Michèle Orliac, diplômée de l’UP de Toulouse en 1973[9]. Les registres d’inscription déposés aux archives municipales ne permettent pas un recensement plus précis car, bien souvent, seuls les noms et les prénoms des étudiants sont indiqués. Ce panorama pose donc la question des sources archivistiques et de la fiabilité des répertoires dans le cadre d’une telle étude.

Grâce aux archives et aux entretiens, il est possible de mettre en lumière le quotidien de la vie de ces élèves architectes à l’ERAT entre 1952 et 1968 et de retracer des trajectoires individuelles. Ce corpus de dix-huit femmes a été référencé sous forme de fiches. Plusieurs pistes de recherche ont été engagées : la temporalité des admissions, les origines géographiques et familiales des élèves, le déroulement de leurs études, le quotidien dans l’atelier et l’orientation professionnelle.

La temporalité des admissions liée au contexte français

Des registres de l’ERAT, il ressort que les admissions en seconde classe des dix-huit femmes recensées s’étalent entre 1942 et 1948, puis entre 1963 et 1968. Sur la durée nous n’observons pas une hausse significative des inscriptions. Huit femmes sont nées avant la seconde guerre mondiale, quatre pendant et six après. L’absence d’admission de femmes pendant treize ans, entre 1949 et 1962, est-elle due aux retours de la guerre et au baby-boom, aux naissances qui les auraient poussées à ne pas entreprendre d’études ? Il serait intéressant d’opérer un recensement des hommes admis en seconde classe durant cette même période afin de comprendre si le phénomène est propre aux étudiantes ou si ces années constituent un moment particulier dans l’histoire de l’école. Nous ne pouvons que regretter le manque de ces informations car même les sources orales nous donnent une idée vague de la proportion de femmes ; elles mentionnent tantôt cinq femmes pour trente hommes, tantôt cinq étudiantes pour une centaine d’étudiants.

En ce qui concerne les origines des dix-huit femmes de notre étude, remarquons qu’elles sont toutes françaises. Deux sont des Toulousaines, Anne de Calmès et Michèle Tilmont. Cinq sont issues de régions ou de départements voisins. Les origines géographiques des autres femmes sont à mettre en rapport avec l’histoire de la France. Les parcours de Thérèse Métais (née à Calais en 1923), d’Hélène Cheneau (née à Malo-les-Bains en 1923), de Paule Graciet (née à Rouen en 1926) et de Marguerite Plagnol (née à Fontainebleau en 1920), toutes admises en seconde classe entre 1942 et 1946, sont liés à la seconde guerre mondiale et à l’Occupation. Nous pouvons faire l’hypothèse que ces jeunes filles ont été envoyées par leur famille en zone libre, dans le Sud de la France.

Ce rapport entre contexte français et déplacements se lit également pour les deux seules femmes nées hors de France, dans des protectorats français, le Maroc et la Tunisie. Claudie Nogaret naît à Casablanca en 1945 ; son père, juriste spécialiste du droit musulman et arabe, reviendra avec sa famille à Toulouse afin de diriger un service destiné aux rapatriés d’Algérie ; Michèle Orliac, quant à elle, naît à Carthage en 1948 ; elle quittera la Tunisie au milieu des années 1950, au début de l’indépendance du pays.

De la volonté de devenir architecte au diplôme, des parcours très divers

Au-delà des origines géographiques de ces étudiantes, il est intéressant de questionner leurs motivations pour entreprendre des études d’architecture au regard de leur milieu social et familial. Dans les archives et dans la presse, quelques éléments permettent d’avoir une idée du parcours de deux femmes.

Marie-Anne Cheynier, née en 1922, est la fille de Pierre Romain, dit André Cheynier, médecin préhistorien, universitaire. Il a vraisemblablement encouragé sa fille à entreprendre des études. Elle obtiendra son diplôme en 1945 et exercera en libéral.

La famille d’Hélène Fiorio (née dans les années 1940) a quant à elle un rapport étroit avec le monde du bâtiment. Le père, Georges, fils d’un maçon italien refugié, était héritier d’une briqueterie à Limoux ayant mis au point un procédé de fabrication à base de terre cuite. Nous apprenons par La Dépêche du Midi qu’il était ami avec des artistes et que lui-même pratiquait la peinture[10]. On peut faire l’hypothèse que ces liens à l’art et à l’entreprise familiale ont encouragé Hélène à s’inscrire à l’ERAT, où elle fut admise en seconde classe le 15 décembre 1965, avec un projet d’abri de jardin. Toutefois, elle ne semble pas avoir poursuivi ses études jusqu’au diplôme.

Les sources orales permettent de mieux appréhender les motivations de ces choix d’étude. Françoise Gaudibert, née en 1944, attribue son envie de s’inscrire en architecture à plusieurs facteurs[11]. Son père, ingénieur militaire, souhaitait qu’elle travaille sur la réalisation de cartes d’état-major, au regard de sa propre carrière dans l’armée. Mais l’envie de faire architecture lui est venu du père d’une de ses amies d’enfance, l’architecte Robert Armandary[12]. L’idée de dessiner un bâtiment lui semblait une expérience extrêmement stimulante, permettant de concevoir un édifice « de la façade du bâtiment à la poignée de porte ». Enfin, le fait d’avoir suivi ses études secondaires dans un lycée de filles lui a donné a contrario l’envie d’entreprendre des études considérées comme masculines.

Figure 2 – Nicole Roux durant ses études à l’ERAT, env. 1966. Archives Nicole Roux-Loupiac.

Nicole Roux, née en 1948 et dont les parents tenaient un restaurant dans l’Aveyron (fig. 2), était passionnée par le dessin et les mathématiques et a été influencée par sa sœur aînée, élève en peinture aux beaux-arts de Toulouse. Son choix de faire carrière en libéral n’a visiblement pas de lien direct avec son milieu d’origine. Elle s’intéressait plutôt aux matières dispensées à l’ERAT. Il en va de même pour Claudie Nogaret qui s’est inscrite dans ce cursus car « les études en elles-mêmes [lui] plaisaient parce qu’il y avait des maths, il y avait du dessin, il n’y avait que des matières qui [lui] plaisaient », même si la vie après l’obtention du diplôme sera difficile : « Et puis après, quand on est sorti de l’école, je me suis aperçue que le métier d’architecte, ce n’était pas ça[13]. »

De manière générale, rien ne permet d’affirmer que toutes ces étudiantes baignaient dans un milieu où l’architecture ou, plus largement, la construction étaient au premier plan.

Plus de la moitié de ces étudiantes obtiennent leur admission en première classe. Huit d’entre elles demandent alors leur transfert et passent leur diplôme à Paris[14]. La majorité de celles qui partent à Paris suivent la filière de Charles et Noël Lemaresquier. Cette proximité a été expliquée par Jean-Henri Fabre par le fait notamment que Noël Lemaresquier avait « replié l’atelier de son père à Toulouse pendant l’Occupation » et remplacé « à la tête de l’ERAT Gilet, contraint de démissionner après la Libération de Toulouse, jusqu’à sa réhabilitation en 1952[15] ». La renommée de l’atelier et le fait que celui-ci était bien connu par le milieu toulousain expliquent probablement ces choix, sans oublier les prix obtenus, pouvant assurer aux étudiantes une suite prometteuse dans leur vie professionnelle.

Il est intéressant de considérer les dates de soutenance du diplôme. Sur dix-huit femmes, douze deviendront architectes, soit plus de 65 %. Le diplôme est soutenu entre trois et douze ans après leur passage en seconde classe. Marie-Anne Cheynier obtient son diplôme en 1945, trois ans après son passage en seconde classe. Annie Izar, quant à elle, est diplômée en 1958, douze ans après son passage en seconde classe. Ces variations peuvent s’expliquer par plusieurs facteurs : le départ pour Paris lors de leur entrée en première classe et l’adaptation à la vie parisienne, un mariage, la naissance d’enfants. Ce fut le cas pour Annie Izar, qui se marie en 1950 avec Jean Sauvagé, lui-même étudiant en architecture. Le couple aura un enfant au début des années 1950, ce qui a probablement retardé l’obtention du diplôme d’Annie.

Les étudiantes dans le quotidien de l’atelier, tolérées mais ignorées

Au cours de cette recherche, nous avons voulu saisir quel avait pu être le vécu de ces femmes dans le quotidien de l’atelier.

À Toulouse, l’ERAT disposait d’un atelier, sous la forme d’une grande salle, au sein de l’école des beaux-arts. Dans cet espace se mélangeaient tous les élèves en architecture : les « nouveaux », ou admissionnistes, les seconde et les première classes. L’« atelier des nouveaux » travaillait sous le contrôle des anciens qui avaient passé le concours d’entrée. Les femmes, très peu nombreuses, étaient tolérées mais ignorées, mises de côté. Il semblerait que les bizutages aient été plus durs envers les hommes.

Figure 3 – Élèves de l’atelier C lors d’un cours de Pierre Debeaux, entre 1966 et 1968. De gauche à droite : Nicolas Ngangué, Claudie Carbonnel, Françoise Gaudibert, Denis Pinel et Nicole Dardé. Archives Jean-Henri Fabre.

Nous pouvons à ce propos convoquer les souvenirs de Françoise Gaudibert et de Claudie Nogaret qui ont intégré l’ERAT au même moment, en 1964. Le bizutage commençait dès le premier jour et durait toute l’année, ce qui poussait certains étudiants à abandonner. Françoise Gaudibert a la « vision que les garçons étaient brimés, que nous, on nous faisait vivre les brimades des garçons, que ce n’était pas forcément plus drôle mais qu’on ne risquait pas d’avoir la culotte sur la tête ». Elle se souvient, par exemple, de ce moment où les élèves hommes étaient mis à nu devant les filles, placées en position de jurés, ou encore de la formule qu’il fallait adresser aux anciens en entrant dans l’atelier : « Les garçons, s’ils ne le faisaient pas ou s’ils ne le faisaient pas bien, ils pouvaient être tondus ou mis à poil. Les filles non. Mais il fallait qu’on le fasse, nous aussi. » Elle raconte aussi comment les femmes prenaient des précautions : « On nous faisait venir pour travailler le soir. Et comme on savait que ça allait se terminer en beuverie. […] on devait être Claudie et moi à se dire on ne reste pas si tard. » De même, le bistrot le plus proche de l’école, l’« annexe des Beaux-Arts » mentionné par tous les hommes ayant suivi leurs études d’architecture à Toulouse, était un lieu où elles ne se rendaient pas. Indépendamment de leur genre, les générations s’entraidaient mais les frictions intervenaient entre anciens et nouveaux. De la part des enseignants, aucune distinction n’est notée dans le traitement des étudiantes. Il était par ailleurs impensable qu’une femme enseigne durant la période beaux-arts. Même après celle-ci, les femmes seront principalement cantonnées dans les disciplines annexes aux cours de projet et de conception.

Notons que la création de l’atelier C, en 1965, a grandement marqué la vie de Françoise Gaudibert et de Claudie Nogaret (fig. 3) car elle a permis qu’une tout autre démarche s’amorce quant à la conception des études d’architecture. Par ailleurs, elles notent que les bizutages ont cessé lors de leur entrée dans cet atelier.

Vers une diversification du métier ?

Enfin, nous nous sommes penchées sur les suites professionnelles qu’ont pu connaître ces dix-huit étudiantes. Sept d’entre elles s’orienteront vers la maîtrise d’œuvre en créant leur propre agence. D’autres connaîtront des parcours plus divers en intégrant des structures comme les CAUE ou en poursuivant leurs études pour compléter leur formation d’architecte. Plusieurs ont rejoint l’administration et ajoutent parfois de nouvelles fonctions à leur travail de maîtrise d’œuvre : c’est le cas de Nicole Roux-Loupiac qui, après avoir complété sa formation d’architecte par une maîtrise en urbanisme, sera élue première femme présidente du conseil régional de l’ordre des architectes de Midi-Pyrénées en 1994. Elle sera par ailleurs directrice de l’ENSA de Toulouse entre 2010 et 2013.

Michèle Tilmont, quant à elle, réussira le concours des urbanistes de l’État en 1970. En 1994, elle deviendra directrice de l’école d’architecture de Paris-Conflans, avant de prendre ce même poste à Lyon, en 2000. En 2004, elle est nommée à la tête du Plan urbanisme, construction, architecture.

L’étude de l’accès aux carrières professionnelles reste à développer mais peut d’ores et déjà être mise en regard de celles sur la place des femmes durant le XXe siècle. Grâce aux propos des différentes personnes interrogées, nous nous sommes rendu compte que peu de femmes étaient embauchées dans les agences où les étudiants travaillaient, et alors rarement comme architectes. Néanmoins, il s’agirait de nuancer, comme le suggère l’entretien que nous avons mené avec l’architecte Jean-Pierre Cordier, dont la mère, Marie-Louise Cordier, née en 1911, elle-même architecte, a exercé aux côtés de son mari, René. Les rôles étaient extrêmement définis : lui s’occupait des chantiers où les femmes n’avaient pas leur place, et elle travaillait à l’agence sur les projets.

En conclusion, revenons sur plusieurs données. À propos des sources mobilisées, il s’est avéré extrêmement difficile de repérer des documents offrant une perspective détaillée de cette époque. Les informations sont de ce fait à relativiser, en raison de leur caractère partiel. Il est nécessaire de croiser ces éléments avec des entretiens pour une connaissance plus fine.

À ce stade de notre recherche concernant l’école régionale d’architecture de Toulouse, aucun profil de femme étudiante ne s’est dégagé que l’on puisse généraliser avec les critères observés, qu’ils soient relatifs au milieu social, aux origines géographiques ou encore à la carrière poursuivie. Les profils restent très disparates.

Il est intéressant de questionner la visibilité de ces femmes, en tant que groupe minoritaire dans cet univers très masculin ; il nous semble que leur mise de côté en tant qu’étudiantes puis leur quasi-absence en tant qu’enseignantes de projet, même après le passage aux unités pédagogiques d’architecture, témoignent d’une invisibilité qui se poursuit jusque dans le milieu professionnel. Malgré le bouleversement de 1968, il faudra du temps pour que des femmes prennent en charge les chantiers, accèdent à des postes d’enseignantes de conception…

Les suites de cette recherche questionneront l’après-1968 en considérant notamment les sujets de diplôme, dont certains ont d’ores et déjà été repérés ; peu nombreux, ils témoignent de l’émergence d’une conscience féministe entre 1974 et 2007. Sept étudiantes ont réfléchi à des questions relatives aux femmes et à l’architecture ; c’est par exemple le cas de Mireille Grubert, directrice de l’École de Chaillot de 2003 à la fin de sa carrière en 2017, qui a soutenu en 1977 avec Sophie Rechner son diplôme intitulé « Les espaces collectifs de femmes ». Ces étudiantes auraient souhaité en outre que leur jury de diplôme soit composé uniquement de femmes.

Enfin, nous regarderons les itinéraires de femmes actuellement enseignantes à l’ENSA de Toulouse et également engagées dans la maîtrise d’œuvre. Cela nous permettra d’envisager des modes de professionnalisation propres aux femmes.


[1] Cf. Libby Sellers, Architecture, design, scénographie : la voix des femmes, Paris, Pyramyd, 2018 ; la recherche doctorale de Stéphanie Bouysse-Mesnage sur l’étude des pratiques professionnelles des femmes en architecture entre 1880 et 1968 en Île-de-France.
[2]
Marina Sauer, L’Entrée des femmes à l’École des beaux-arts, 1880-1923, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 1990.
[3]
Amandine Diener, « Les pionnières, élèves de l’entre-deux-guerres », in Anne-Marie Châtelet, Franck Storne, Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Paris/Strasbourg, Recherches/ENSA de Strasbourg, 2013, p. 106-113.
[4] Ce projet de recherche a été mené par Marie Audebert dans le cadre du séminaire « La fabrique architecturale et urbaine » (2018-2019) et encadré par Enrico Chapel, Laura Girard et Constance Ringon.
[5] Base de données « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) », sous la direction de Marie-Laure Crosnier Leconte (INHA), en ligne : [www.purl.org/inha/agorha/001/7].

[6] Institut supérieur des arts de Toulouse.

[7]
Charlotte Blachon, « 1895-1939, les femmes élèves à l’école des beaux-arts de Toulouse. Admissions, formation et carrières artistiques », mémoire de maîtrise en histoire, université Toulouse II – Le Mirail, septembre 2004.
[8] Ce recensement a en partie été opéré grâce à la base de données « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) », op. cit. (consulté le jeudi 17 janvier 2019).
[9]
Nicole Roux-Loupiac a été directrice de l’ENSA Toulouse entre 2010 et 2013 ; Françoise Gaudibert nous a signalé Michèle Orliac qui gère une agence à Toulouse.
[10]
« Dans le jardin secret de Georges Fiorio », La Dépêche du Midi, 25 septembre 2011.
[11]
Entretien réalisé avec Françoise Gaudibert le 22 février 2019.
[12] Robert Armandary (1900-1966), architecte ayant exercé à Toulouse et auteur de nombreuses réalisations.
[13] Entretien réalisé avec Claudie Nogaret le 5 avril 2019.
[14] Notons ici que la majorité de celles qui étudient à la charnière des régimes pédagogiques entre la fin des années 1960 et le début des années 1970 resteront à Toulouse.
[15]
Jean-Henri Fabre, « Création de l’école régionale d’architecture de Toulouse : de l’art de bâtir à l’art du dessin (1903-1942) », Les Cahiers de Framespa [en ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 2 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4861 ; DOI : 10.4000/framespa.4861.

[Sommaire]