Le 17 novembre 1981 : Jack Lang présente son premier budget en tant que ministre de la Culture à l’Assemblée nationale

À l’occasion du 60e anniversaire du ministère, le Comité d’histoire publie, tout au long de cette année 2019, une série de contributions de chercheurs et d’acteurs de la culture autour d’une date librement choisie dans la période comprise entre 1959 et 2018.

Si vous souhaitez participez à cette démarche, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : comitehistoire@culture.gouv.fr

par Laurent Martin,
Professeur d’histoire à l’université de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

Le discours du 17 novembre 1981 est l’un des temps forts des premiers mois passés par Jack Lang rue de Valois. « Doubler le budget en temps de crise, est-ce bien raisonnable ? » Tels sont les premiers mots du discours, à dessein provocants. La situation économique est en effet difficile. Par le passé, le budget du petit ministère de la Culture a trop souvent servi de variable d’ajustement. Mais quelque chose a changé le 10 mai, affirme Jack Lang ; l’élan populaire en faveur de François Mitterrand, l’espérance qu’a suscitée son élection obligent à concevoir pour la culture un rôle central. Ce qui est en jeu, c’est un projet de civilisation. Il s’agit d’assurer à tous « le droit à la beauté », de la même façon que le gouvernement s’efforce de faire entrer dans les faits le « droit au travail ». Les deux apparaissent liés : « l’échec économique de nos prédécesseurs fut d’abord un échec culturel », lance Jack Lang, qui déclare « croire en la force de l’esprit et de la volonté pour transformer le cours des choses. »

L’ambition est telle que le seul ministère de la Culture, aussi actif soit-il, ne saurait suffire. Si la culture est « la vie même » et si, au-delà de la beauté, c’est le « droit à la vie », le « droit au bonheur » qui peuvent être légitimement revendiqués, alors l’œuvre à accomplir requiert la participation et la mobilisation de tous. « La culture n’est la propriété d’aucune administration » affirme celui qui dirige celle-ci ; il y a au gouvernement « quarante-quatre ministres de la Culture », puisque la dimension culturelle n’est jamais absente des responsabilités qu’ils exercent : « pas une seule administration qui puisse échapper à ce combat pour un nouvel art de vivre ! » s’exclame Jack Lang à la tribune de l’Assemblée, pour qui toutes les grandes initiatives prises depuis le 10 mai sont « culturelles », de l’abolition de la peine de mort à la réduction du temps de travail.

Pas plus que la culture n’est la propriété d’une administration elle ne doit être la propriété d’une classe, d’une ville ou d’un secteur professionnel. Sont rappelés à la fois l’impératif de la démocratisation (la réduction des inégalités devant l’accès à la culture, l’action à mener en faveur des « travailleurs » qui ont permis le 10 mai), celui de la décentralisation (le nécessaire rééquilibrage entre Paris et la province), enfin la pluralité des acteurs, publics et privés, appelés à intervenir dans le champ culturel. Les barrières doivent tomber, les hiérarchies s’abolir, notamment entre les arts qualifiés de « majeurs » et les autres, ou entre économie et culture. L’élargissement de la notion de « culture » implique la prise en compte par l’État des « industries culturelles » (en particulier les médias audiovisuels) considérées non plus de façon dépréciative mais dans l’étendue de leurs potentialités et de leurs obligations vis-à-vis de la création.

La création est le mot-clef du discours du 17 novembre. « Conduire une politique nouvelle pour l’art et la création » est l’autre tâche, spécifique, que se fixe le ministre de la Culture en même temps qu’il participe à l’élaboration du « projet de civilisation » auquel s’est attelé le gouvernement dans son ensemble ; c’est aussi l’un des deux axes, avec la décentralisation, de la politique qui est annoncée pour l’année 1982. L’État mécène va protéger, encourager la création – sans décourager le mécénat privé -, non pas à des fins de propagande ou de satisfaction égoïste mais sous le signe de la liberté et pour le bien de tous. Jack Lang proclame aussi la réconciliation de l’Art et de l’État, des artistes et des dirigeants politiques, de la jeunesse et du pouvoir. C’en est fini, affirme-t-il, de la méfiance et du mépris (l’allusion à Maurice Druon est explicite), comme le montrent les gestes symboliques accomplis par le président de la République rendant visite au Centre Pompidou et au festival d’Avignon, ou la naturalisation d’écrivains étrangers, Milan Kundera, Julio Cortazar. C’est François Mitterrand lui-même qui a fait de la culture une priorité de l’action de l’État, et l’on peut faire confiance au Premier ministre, Pierre Mauroy, qui a placé sa ville et sa région « à l’avant-garde de l’effort culturel » pour traduire cette priorité dans la politique conduite par son gouvernement. L’État, conduit par d’authentiques hommes de culture, reconnaît donc enfin, à en croire Jack Lang, les hommes de culture, de création, les artistes, à qui il revient d’ « accompagner le mouvement ». Et ceux-ci, à leur tour, le reconnaissent et le soutiennent : « Le pouvoir n’a plus peur de l’intelligence et de la jeunesse, pour la première fois les forces de la création se reconnaissent en lui » ; et, plus loin : « Jamais, dans l’histoire récente, le pouvoir n’avait bénéficié d’un tel assentiment et d’un tel soutien des hommes de culture ». La suite de l’histoire va quelque peu démentir cet optimisme ; deux ans plus tard, Max Gallo déplore dans Le Monde le « silence des intellectuels », et, au-delà, des hommes et femmes de culture peu enclins à soutenir ouvertement le gouvernement en place.

Mais en attendant, c’est cet optimisme et ce volontarisme qui frappent le plus à la lecture du discours du 17 novembre 1981, écrit à plusieurs mains mais revendiqué par Jack Lang comme l’un de ses plus personnels, un discours lyrique très éloigné de l’habituelle aridité des discours budgétaires. Et ce discours dérogeant dans sa forme et dans son contenu aux usages parlementaires, ce discours qui annonce, fait exceptionnel, le doublement du budget du ministère en un exercice budgétaire – même si ce budget n’atteint pas encore le 1% que réclament les milieux culturels depuis une douzaine d’années – ce discours inhabituel est prononcé devant une assistance elle-même peu commune (la présentation du budget de la culture, les années passées, n’attirait guère les députés) ; non seulement les travées de l’Assemblée nationale mais les tribunes elles-mêmes sont remplies d’un public fourni, où l’on peut reconnaître de nombreuses personnalités du monde de la politique, des arts et du spectacle.

Diversement reçu et commenté, le discours du 17 novembre (qui fut suivi d’une autre présentation, cette fois devant le Sénat, le 8 décembre) frappa les esprits, marqua les mémoires. Il est l’un des indicateurs du changement d’ambiance que connaissait alors le ministère de la Culture.

[découvrir d’autres dates]



Citer ce billet
chmc2 (2019, 17 novembre). Le 17 novembre 1981 : Jack Lang présente son premier budget en tant que ministre de la Culture à l’Assemblée nationale. Politiques de la culture. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrmm

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search